• Ligne 5, République, Bobigny... Ligne 9, Jasmin, La Muette, Charonne... Chaque jour des millions de femmes et d'hommes se croisent dans le métro parisien, les yeux rivés à l'écran de leur téléphone mobile, pressés d'arriver à destination. Et pourtant, il y a tant à voir et tant à vivre dans ce monde souterrain. Tant de livres à déchiffrer sur les visages que l'on côtoie. Tant de scènes à filmer avec la caméra de l'empathie. Tant de jeunes et de vieux, de malades et de bien-portants, de riches et de pauvres "emportés dans le même voyage". Il fallait un regard de poète pour mettre au jour l'inépuisable richesse de ces transports en commun. Ce regard, c'est une femme venue de Syrie qui nous l'offre, dans ces "métropoèmes" écrits directement en français. La poésie aussi est un service public.

    Née à Lattaquié en Syrie, Maram al-Masri entreprend des études à Damas, avant de s'exiler à Paris où elle connaît une situation difficile. En 2003, Cerise rouge sur un carrelage blanc la révèle au public francophone. Sa poésie, saluée par la critique des pays arabes et traduite dans de nombreuses langues, fait d'elle une des grandes voix du Moyen-Orient. Ses six précédents recueils, parmi lesquels Elle va nue la liberté, Le Rapt et La femme à sa fenêtre ont été publiés par Bruno Doucey.

  • Loué sois-tu

    Pape François

    Une vibrante exhortation à la préservation de notre environnement. Ce texte dépasse le cercle des fidèles ; sa portée universelle et le charisme de son auteur en font une contribution majeure aux débats sur l'écologie, souvent marqués par les intérêts économiques et politiques des débateurs. La lutte pour « la sauvegarde de la maison commune » mérite plus d'objectivité et la capacité à fédérer le plus grand nombre de personnes. C'est pourquoi UPblisher souhaite diffuser et faire connaître Laudato Si', sous forme de livre numérique gratuit, comme la Librairie Vaticane l'y autorise. Laudato Si' reprend l'invocation qui rythme le « Cantique des Créatures » de Saint-François d'Assise (1181-1226). Ode à la nature, ce chant célèbre le Feu, l'Eau, l'Air et la Terre comme frères et soeurs des êtres humains et nous enjoint à respecter et protéger la Terre qui nous nourrit et régit nos vies. Si la préoccupation de notre environnement en est le fil rouge, l'encyclique n'est pas pour autant une élégie célébrant les beautés de la Nature. François pose le débat en ces termes : « Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui nous succèdent, aux enfants qui grandissent ? » (160) ; ainsi il s'interroge sur le sens de l'existence et les valeurs qui fondent notre vie en société. En six chapitres, Laudato Si' dresse un état des lieux, remonte aux origines des sujets identifiés, propose un projet, « une écologie intégrale, qui a clairement des dimensions humaines et sociales. » (137), suggère des moyens de mise en oeuvre, met l'accent sur l'éducation et conclut sur l'ardente nécessité d'unir les meilleures volontés. Laudato Si' est un texte sobre, documenté et optimiste quant à notre capacité à réagir : « les êtres humains, capables de se dégrader à l'extrême, peuvent aussi se surmonter, opter de nouveau pour le bien et se régénérer » (205). La lecture de ce texte, religieuse ou morale, convient à tous les publics et porte un espoir auquel il nous convient de donner corps. EXTRAIT 1. « Laudato si', mi' Signore », - « Loué sois-tu, mon Seigneur », chantait saint François d'Assise. Dans ce beau cantique, il nous rappelait que notre maison commune est aussi comme une soeur, avec laquelle nous partageons l'existence, et comme une mère, belle, qui nous accueille à bras ouverts : « Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la terre, qui nous soutient et nous gouverne, et produit divers fruits avec les fleurs colorées et l'herbe ». 2. Cette soeur crie en raison des dégâts que nous lui causons par l'utilisation irresponsable et par l'abus des biens que Dieu a déposés en elle. Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l'exploiter. La violence qu'il y a dans le coeur humain blessé par le péché se manifeste aussi à travers les symptômes de maladie que nous observons dans le sol, dans l'eau, dans l'air et dans les êtres vivants. C'est pourquoi, parmi les pauvres les plus abandonnés et maltraités, se trouve notre terre opprimée et dévastée, qui « gémit en travail d'enfantement » (Bm 8, 22). Nous oublions que nous-mêmes, nous sommes poussière (cf. Gn 2, 7). Notre propre corps est constitué d'éléments de la planète, son air nous donne le souffle et son eau nous vivifie comme elle nous restaure.

  • George Sand et Alexandre Dumas ont plus d'un trait en commun. Tous deux ont vécu une enfance campagnarde veillée par des femmes. Tous deux ont connu le succès très tôt. Et ils partagèrent la même instabilité sentimentale, la même liberté sexuelle, qui scandalisèrent leurs contemporains.
    Mais leur relation serait probablement restée superficielle sans l'intervention d'Alexandre Dumas fils. En 1851, il rapporte à George Sand ses lettres à Frédéric Chopin qu'elle souhaite voir disparaître. C'est le début d'une amitié exceptionnelle, par-delà les générations, entre l'auteur d'Indiana et celui qu'elle appellera son fils.
    Cette correspondance à trois voix a le pouvoir unique de restituer les dialogues passionnants entre ces géants des lettres. Les considérations sur le théâtre et le roman se mêlent aux anecdotes quotidiennes et aux réflexions politiques et sociales. De quoi faire de ce volume le miroir fidèle de la personnalité de ces épistoliers, et un témoignage unique sur une époque, de la monarchie de Juillet à la Troisième République, en passant par le Second Empire.

  • L'urgence écologique vous préoccupe et vous ne
    savez par quel bout prendre ce problème ?
    De la cuisine à la salle de bains, en passant par la
    chambre à coucher et le jardin, ce livre nous invite
    à convertir notre coeur et nos comportements dans
    toute notre maison, à partir de la vision chrétienne
    de l'écologie. Entrer dans une consommation
    responsable, préférer le réel au virtuel, savourer
    les vraies rencontres... Chaque pièce est prétexte
    à transformer notre art de vivre, à travers des
    réflexions, des témoignages et des idées concrètes.
    Pour faire de notre logement un lieu où « tout est
    lié » : notre foi, nos relations et nos actes.

  • En pleine réunion communale, entre les débats sur le monument aux morts et les droits de pacage, les élus abordent une nouvelle inquiétante. Le maire et Léopold, un ancien combattant, ont reçu des lettres anonymes !
    S'ensuivent des événements intrigants, tels que le vol de pains et la disparition d'un agneau, qui vont perturber le quotidien du village. D'autant que tous ces incidents semblent étroitement liés au premier conflit mondial...


  • Et si vos trajets quotidiens ou ponctuels en transports en commun devenaient des parenthèses propices au voyage intérieur ?

    Et si votre temps de parcours se transformait en une occasion de prendre soin de vous ?

    Ce livre vous propose de véritables sas de décompression à vous offrir sans attendre ! La méditation de pleine conscience s'adapte à de multiples contextes et s'inscrit dans une logique d'entraînement. Pour ancrer ce nouveau rituel dans votre vie et parfaire votre régularité, les trajets en métro, en bus ou en tram sont idéals !
    À travers des méditations guidées pas à pas et des exercices pratiques de pleine conscience tout spécialement conçus pour être réalisés dans les transports, vous transformerez vos temps de trajets en séances de méditation.

  • Dans mes bottes de sept tonnes, c'est l'histoire de la longue journée d'un enfant au lendemain de la dispute de ses parents. En classe, dans la cour de récré, sur le chemin... le coeur du bambin pèse des tonnes.

    Quand les adultes se chamaillent, cela peut prendre une proportion démesurée dans le coeur de leurs enfants...

    Un texte empreint de mélancolie, sur les gros chagrins qu'on fait peser sur les petits, mais aussi plein d'espoir.

    L'empathie de Danielle Chaperon, associée aux illustrations émouvantes et chaudes de Marilyn Faucher, donnent un album très sensible et très utile pour parler des conflits parentaux avec les petits.

  • « Je t'ai alors laissé me demander vingt, trente fois où se trouvait papa. Je t'ai répondu vingt ou trente fois d'un ton calme et bienveillant. À chaque fois, tu m'as répondu tranquillement : "Ah bon, très bien, et on le retrouve à quelle heure ?". J'étais sidérée. Tu oubliais réellement les réponses au fur et à mesure, au point de ne pas te rendre compte que nous répétions sans arrêt le même dialogue. J'espérais que tu me demandes de cesser cette mascarade. Cela ne venait pas. Nous étions juste dans notre nouvelle vie. » Âgée de quarante-sept ans, Stéphanie Petit est médecin anatomopathologiste. La maladie d'Alzheimer de sa mère l'a propulsée de l'autre côté du miroir, celui du malade et de sa famille. Désemparée, puis embarquée dans une aventure humaine remplie d'amour, elle a ressenti le besoin de raconter à quel point cette maladie impacte non seulement la personne atteinte, mais aussi son entourage proche. Après dix ans de recul, au-delà de l'histoire personnelle, elle espère que ce témoignage pourra venir en aide à d'autres familles encore démunies.

  • Vous vous demandez parfois comment réaliser toutes vos aspirations et vos envies avec seulement 24 heures par jour et 365 jours par an alors que chaque soir, vous avez l'impression d'avoir déjà couru un marathon ? Et si vous faisiez de cette course une vraie méthode pour conduire votre vie et vos projets ?
    En apprenant à vivre sereinement et méticuleusement
    toutes vos courses quotidiennes (professionnelle, familiale, conjugale ou amicale...), vous gagnerez en confiance et franchirez chaque ligne d'arrivée avec beaucoup de fierté.
    En utilisant le running comme métaphore de la vie, l'auteure de cet ouvrage vous invite à devenir un(e) athlète de la vie !

    Oserez-vous prendre le départ de la course ?

  • Le « quotidien » est une notion-clé dans la littérature, les sciences humaines et les pratiques artistiques des XXe et XXIe siècles. Les mouvements d´avant-garde, surréalistes orthodoxes (Breton, Aragon) et dissidents (Leiris, Queneau), ainsi que les philosophes (Lukács, Heidegger) se sont penchés sur la vie quotidienne. Par la suite, quatre figures majeures, Henri Lefebvre, Roland Barthes, Michel de Certeau et Georges Perec, dont les intuitions et approches s´entrecroisent, proposent des manières de penser et d´explorer le quotidien qui ont inspiré et approvisionné la prolifération d´oeuvres qui aujourd´hui encore s´attachent à sonder l´expérience quotidienne.
    Cet ouvrage retrace cette mise en perspective historique tout en apportant une réflexion originale sur la nature d´un concept difficile à cerner. Par le biais d´une approche comparatiste et d´analyses approfondies d´oeuvres diverses (fiction, poésie, photographie, etc.), Michael Sheringham établit de nouveaux liens entre les oeuvres de nombreux artistes et écrivains, parmi lesquels Raymond Queneau, Walter Benjamin, Michel Foucault, Annie Ernaux et Sophie Calle. Il propose ainsi la première vue d´ensemble des diverses approches et champs d´application de cette notion de « quotidien ».

  • Dans la continuité des Immaudits parus en 2015, on retrouve le style familier d'une forte voix qui s'affirme, disant la concrétude en subtiles abstractions. La poésie se remue, ni maudite ni portée aux nues, persévérant à « garder concentration au milieu du bazar ».

  • « le maintien d'une presse de qualité, indépendante et pluraliste ne passe pas uniquement par des raisonnements économiques et structurels, les titres de presse écrite ont à s'interroger sur leurs relations avec leurs différents publics et notamment auprès des plus jeunes. Notre revue [...] ne pouvait pas faire l'impasse d'un dossier abordant certaines questions de fond : les jeunes lisent-ils la presse, comment la lisent-ils, comment les journaux s'y prennent-ils pour capter ce lectorat si spécifique ? La conquête des jeunes, pour la presse quotidienne en particulier, y compris pour la presse quotidienne régionale, demeure un enjeu important. Les titres de presse ne pourront pas maintenir leur diffusion et leur audience sans adapter leurs colonnes à ce public, d'une part, si familier des médias mobiles et de la gratuité de l'information et d'autre part, si prompt à consommer de façon multimédiatique, en y réagissant sur les réseaux sociaux. » Avec son dossier consacré aux relations entre presse et jeunesse, ce sixième numéro de la revue dirigée par le Centre d'études sur les jeunes et les médias questionne et la manière dont les jeunes s'approprient l'information et la presse, et les stratégies de cette dernière pour attirer un lectorat beaucoup plus intéressé et curieux que ne le laissent entendre nombre de préjugés. Internet, pratiques de lecture, réseaux sociaux, écrit et numérique : autant de notions et d'angles d'approche ici convoqués pour mettre en perspective un thème beaucoup plus complexe et nuancé que ne le pensent en effet les idées reçues. Complété encore par des interviews éclairantes, des conseils pédagogiques et des critiques livresques, ce nouveau volume ne cesse de témoigner de la vitalité et des débouchés des réflexions sur les rapports entre les médias et les jeunes.

  • Ce soir, j'imagine d'écrire un livre qui s'appellerait "Les Derniers Jours de Libération" et je suis étonné de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il faudrait l'écrire sans agressivité. Un retraité, aussi, pourrait composer "Les Derniers Jours de travail" ou un sportif "Les Derniers Jours de compétition" sans que le travail ou la compétition perdent toute réalité sous prétexte qu'ils n'y participent plus. Et là, en outre, il ne s'agirait pas des derniers jours du journal mais de ce journal, celui où j'ai travaillé plus de trente ans et qui va subir une métamorphose, sans présumer de ma place dans l'aventure de son nouvel avatar.

    Ça va bien sûr tourner tout autrement que ce que j'imaginais.

  • « Étincelles, phare. Regards de tendresse, banc pour se poser et se dire. Souffle d'enthousiasme, gouttelettes de rosée. Lutte entre l'obscurité et la flamme d'espérance. No-made, non-fait, en marche vers toi... » Le quotidien familier, l'émerveillement de l'enfance, de la nature et des voyages, l'éblouissement du jour, la sérénité de la nuit se côtoient dans ce recueil de textes courts. Des parcelles de vie, des taches de couleur ou de gris, des panoramas, souvent réels, parfois imaginaires... Assis dans l'herbe ou sur une grosse pierre, je me prends à laisser virevolter mon imagination, utopique parfois, vibrante d'émotions et de frissons souvent... Je vous invite à entrer sur la pointe des pieds dans mon univers pour rêver avec moi... N'hésitez pas à ouvrir ce recueil au hasard, à le déposer sur une table basse, à le feuilleter en désordre... Je vous souhaite simplement de sourire et de vous étonner de vous voir dire : « Tiens, moi aussi ! »

  • Mobilisé en 1939, prisonnier en 1940, Michel Péan confie sa vie quotidienne à un petit carnet caché dans une poche de sa chemise. Ainsi témoigne-t-il du quotidien de soldat puis de prisonnier de guerre au Stalag VII/A de Moosburg. Transféré à Munich, Michel survit à grand-peine dans l'usine « La Godasse », malgré le soutien que son épouse Maryse et ses proches lui offrent à travers des courriers et colis.

    Pour cet homme sensible et passionnément amoureux dont la foi en Dieu et l'être humain vacille peu à peu, une seule issue : l'évasion.
    Ce livre (reproduction intégrale et fidèle du carnet de Michel Péan) se veut un témoignage et un hommage. Un hommage à ces héros malgré eux, ces héros de l'ombre qui, le plus souvent, sont restés discrets quant à leur courage immense dans ces circonstances éprouvantes.

  • Devant ? Derrière ? À gauche ? À droite ? Dessus ? Dessous ? Découvrons ensemble toutes les façons de se repérer dans l'espace à travers le quotidien simple et poétique des enfants. Avec un jeu d'opposition constant entre les différents mots, on s'amuse et on ne tourne pas en rond !

  • « Je suis autiste atteint du syndrome d'Asperger (une forme d'autisme de haut niveau). Il paraît que je suis intégré et adapté socialement et professionnellement, bien qu'imparfaitement et bien que je ne sache pas trop ce que ces mots veulent dire. Par ce récit, à 53 ans, cadre bancaire, je lève le voile sur mon secret et vous livre à visage découvert, sans réserve ni artifice, qui je suis mais, surtout, qui je veux continuer à être. Je vous offre un témoignage authentique ainsi que ma vision d'un monde artificiel, d'une société qui préjuge et qui rejette la différence. Je vous emmène tout au long de ce livre dans "mon monde", avec mes réussites, mes échecs, mes joies et mes souffrances, dans l'espoir d'entendre d'autres voix se lever et crier : "je suis autiste". Dans l'espoir de voir des esprits s'ouvrir et reconnaître, enfin, notre potentiel et surtout nos valeurs, qui sont aussi notre force. »

  • Le temps de vivre

    Adrien Hogrel

    • Iggybook
    • 1 Novembre 2020

    Anna a 32 ans. La vie est belle lorsqu'on a 32 ans. Pourtant, l'amertume corrode même les plus innocents des caractères et métamorphose les rêves de jeunesse en une frustration vaine.
    Mais la rencontre inattendue avec une ancienne amie de l'université va pousser Anna à replonger dans son passé, pour tenter de démêler le sac de noeuds qu'est devenu son quotidien.

  • La philo-thérapie

    Suarez E

    S'attaquant à des problèmes concrets, cet ouvrage propose une alternative au discours psy en s'appuyant sur des consultations philosophiques menées depuis plusieurs années. L'auteur interroge les maux de notre quotidien et les met en perspective avec le dialogue philosophique de grands penseurs, le rendant ainsi accessible à tous. Un ouvrage riche et pratique qui fait jaillir des pistes de réflexion et des outils existentiels pour nous libérer de nos peurs et nous aider à mieux vivre.

  • [TEXTE COURT] Et si la tâche la plus difficile de l´art, qu´il soit poésie, récit ou art visuel, c´était d´approcher suffisamment près ce sentiment de présence du réel pour qu´il se constitue comme signes ?
    Alors s´en saisir, de ces signes, avec le maximum de netteté et de précision, et simplement les assembler. Un tee-shirt, une fenêtre, rapportés à cet instant au bruit de la télévision ou au coup de téléphone qu´on attend, et c´est notre possession du monde qui peut se rétablir, parmi tant de lignes de fuite.
    C´est bien de cela qu´il est ici question. Anne Collongues vient de quitter les Beaux-Arts de Paris, et ce texte était un des éléments de son diplôme. Pourtant, en cours de route, via blog notamment, on la suivait en Asie ou au Mexique, avec même exigence de travail sur la présence : travail photographique. Comme si la lecture de l´ensemble du monde et des routes devait vous ramener là, où vous avez vécu, parce qu´ici les signes comptent.
    Qu´ici, la fragilité de ces signes, dans l´éventuelle déroute du monde, vous concerne. Et question aussi à l´écriture : ce qui naît de cette saisie poétique et narrative du réel, quand on pratique sans cesse l´image et le voyage ?

    FB Couverture : photo de l´auteur. Anne Collongues a participé, sur publie.net, à la revue D´ici là n° 2.

  • L'histoire s'invite dans notre vie de tous les jours, tant dans sa dimension privée que publique. Ce livre se veut un voyage ludique et passionnant dans l'histoire de notre vie quotidienne

    Chaque ouvrage de la collection Les 27 présente 27 réalités de la vie de tous les jours expliquées par des scientifiques et des experts aux grandes qualités de vulgarisateur. Ici, ce sont 27 objets ou réalités comme les pantalons, la pelouse, la monnaie, le parfum, etc. qui sont abordées et dont l'origine historique est expliquée.

  • 1989. Le poète vient de subir une séparation douloureuse. Sa recherche du bonheur va l'amener à goûter quelques fruits dont il nous livre ici la saveur avec humour, tendresse, ironie ou gravité, mais toujours avec gourmandise, dans un langage poétique, chantant et délicieux. Quand il quitte Cannes pour aller poser ses valises à Blesle, ...

  • Bienvenue dans la seule et unique boutique d'éléphants au monde ! Que vous soyez porcelaine ou céramique elle est pour vous, n'ayez crainte, vous en ressortirez à peine ébréchés ! Entrez, entrez et découvrez les histoires qu'on y raconte !

empty