• Ho'oponopono, célèbre sagesse hawaïenne de réconciliation, a déjà conquis de nombreux adultes qui ont saisi l'opportunité d'alléger leur quotidien et de transformer leur perception des événements.
    Cet ouvrage adapte la méthode aux enfants et aux adolescents. Ho'oponopono sera en effet un bon moyen de leur faire prendre conscience que les choses ne sont pas vouées à rester immuables si elles ne conviennent pas ; il les aidera à s'aimer, à transmettre la valeur du mot merci, à vivre sereinement avec les autres, et surtout à ne pas rester seuls face à des émotions difficiles.
    Parents, éducateurs ou encadrants y puiseront des exercices pour enseigner cette sagesse et donner du sens aux mots « Désolé, pardon, merci, je t'aime ».
    « En intégrant Ho'oponopono, tu seras en mesure de devenir un adulte responsable, libre, créateur d'un monde harmonieux reflétant ton monde intérieur. » Catherine Gremaux-Daviet
    Catherine Gremaux-Daviet, autodidacte et formée en kinésiologie, édukinesthésie (Brain-Gym) et élixirs floraux, est très sensible à tout ce qui concerne les enfants dans une vision holistique : pédagogie, psychologie, éducation bienveillante et non violente, médecines douces...
    Elle anime des ateliers de relaxation et d'expression graphique.

  • L'Église a pour mission d'annoncer la miséricorde de Dieu et de nous faire tous entrer dans ce grand mystère. Le temps est venu de retrouver la joyeuse annonce du pardon. Ce thème doit être proposé avec un enthousiasme nouveau et une approche vraiment renouvelée, qui inciteront les chrétiens à retrouver le chemin du retour au Père.
    Le pape François convoque l'Église à vivre autrement le sacrement du pardon et nous appelle à repenser profondément la pastorale de la miséricorde. Vivement le retour à Jésus et à l'Évangile ! Il y a du neuf pour nous sur cette voie. Comment offrir le pardon comme Jésus le proposait aux pécheurs de son temps ?

  • Depuis les travaux qui ont renouvelé les perspectives en histoire diplomatique, de nombreux chercheurs se sont intéressés à la culture de la paix, notamment à travers ses rituels. Des historiens se sont penchés sur les modes et les techniques de négociation, ainsi que sur les pratiques de conciliation ou l´idéal de réconciliation, voire de fraternité universelle. Plus récemment le domaine de l´histoire religieuse s´est ouvert à ces problématiques. Sous l´impulsion des recherches menées sur la justice, l´arbitrage et la pacification des conflits d´ordre privé sont entrés dans les champs de la recherche historique. Après s´être interrogés sur les guerres et les affrontements de religion, sur les difficultés de la tolérance, sur les manifestations de violence et d´inimitié, de nombreux chercheurs mettent désormais en avant la notion de coexistence et étudient le rôle des clercs dans différentes instances de conciliation en s´intéressant aux procédures de pacification. Le présent volume se propose de tester la pertinence de ce thème de la (ré)concilation dans le monde médiéval et moderne en faisant porter le questionnement sur l´ensemble des rapports sociaux : du politique au religieux et au culturel en passant par le judiciaire.

  • Les termes vérité, justice et réconciliation occupent aujourd'hui une place importante dans le vocabulaire mobilisé pour cadrer les rapports entre les États des Amériques et les populations qu'ils ont historiquement marginalisées. Enjeu de luttes politiques, la définition de ces mots a une portée juridique et des incidences sur les mesures de réparation envisagées, mais elle soulève aussi, fondamentalement, la question de la manière dont est construit le récit d'une histoire commune capable de dire la violence d'une société. Fruit d'un dialogue entre des chercheurs et chercheuses, des défenseurs et défenseuses des droits de la personne et des membres d'organisations de femmes et d'Autochtones de plusieurs pays des Amériques, cet ouvrage fait état des débats sur les politiques de vérités sur les crimes et violations des droits dans le contexte des dictatures du Cône Sud, des guerres civiles en Amérique latine et des pensionnats autochtones en Amérique du Nord. Les différentes contributions analysent en particulier les enjeux liés aux politiques de mémoire des exactions, la manière dont sont comprises les conditions de non-répétition de ces violences et des mesures visant le rétablissement de la dignité des victimes.

empty