• Le meilleur de Jacques Chirac à ses " chers compatriotes " !" Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. " " Moi de gauche ? Bien sûr, je mange de la choucroute et je bois de la bière ! " " La guerre, c'est toujours [...] la pire des solutions, parce qu'elle amène la mort et la misère. " Qu'elles nous aient amusés, choqués ou touchés, les citations mémorables de Jacques Chirac sont si nombreuses qu'on ne les compte plus ! Dans cet ouvrage, retrouvez les plus grandes phrases que Jacques Chirac a prononcées au cours de son inoubliable carrière politique !

  • Face à une attaque terroriste, à la menace cyber ou lors d'une crise internationale, le renseignement est au coeur du pouvoir. C'est pourquoi Nicolas Sarkozy, à peine installé à l'Élysée, crée le poste de coordonnateur national du renseignement (CNR). Chargé de conseiller le chef de l'État, le CNR est aussi un relais avec les services secrets. Il veille à leur bonne coopération et s'assure que les informations essentielles remontent au Président.
    Très vite, l'intérêt du chef de l'État pour cette fonction suscite les craintes les plus vives face à l'hyperprésidence qu'il installe. Mais, en dépit des critiques et des chausse-trappes, le coordonnateur survit aux alternances et aux crises sans rien perdre de son importance.
    Pour la première fois, les auteurs lèvent le voile sur cette fonction stratégique et donnent la parole à ceux qui l'ont occupée. Anciens coordonnateurs, conseillers, ministres et présidents de la République ont accepté de se livrer à un exercice dont ils sont peu coutumiers : ils révèlent les processus de décisions, les responsabilités de chacun sans cacher les tensions et difficultés auxquelles ils se sont heurtés.
    Ensemble, ils éclairent l'univers mystérieux des services secrets.

  • « Je vous demande de réfléchir à qui je suis et à ce qu'a été ma carrière  », lâchait Nicolas Sarkozy à ses interrogateurs dans les locaux de la police judiciaire en 2014. Une menace à peine masquée qui n'a pas empêché l'ancien président de la République de se retrouver en garde à vue quatre ans plus tard pour une autre affaire.L'audition et la garde à vue des hommes politiques sont souvent dignes des meilleures fictions. Parce que pendant ces vingt-quatre ou quarante-huit heures en vase clos, ils jouent leur peau. Depuis quelques années, le nombre d'élus placés en garde à vue augmente de façon spectaculaire. Pourtant, ils avouent rarement. Ils esquivent, s'emportent... et quand ils cèdent, comme le député européen Robert Rochefort, pris en flagrant délit d'exhibition sexuelle dans un magasin de bricolage, c'est pour se rétracter le lendemain.De Georges Tron à François Fillon en passant par Denis Baupin, Jean-Vincent Placé et Claude Guéant, pour la première fois, ce livre analyse ces moments à part que sont les confrontations entre politiques et policiers. L'auteur a eu accès à nombre de procès-verbaux et a pu s'entretenir avec des protagonistes des deux camps. Au-delà des scènes d'anthologie qu'il dévoile dans cet ouvrage, il met en question la validité d'une procédure le plus souvent à usage médiatique. 

  • Durant une année, les auteurs ont infiltré les états-majors, recueillant confidences inédites, assistant à des scènes jamais racontées. Jusqu'au 7 mai, ils ont été les témoins privilégiés des alliances, des trahisons et de tous les coups de théâtre. Tout au long de ce récit palpitant, ils révèlent comment se sont joué le shakespearien renoncement de Hollande puis les descentes aux enfers de Juppé, Sarkozy et Valls. Ils retracent l'impact phénoménal du Penelopegate alors que Fillon croyait l'avoir déjà emporté. Partis à la rencontre des électeurs du FN, ils décrivent de l'intérieur la montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon et la marche vers le pouvoir d'Emmanuel Macron. Autant de rebondissements, jusqu'au duel final contre Marine Le Pen, qui ont laissé de nombreux électeurs stupéfaits... Et permis à Emmanuel Macron de devenir, à 39 ans, le plus jeune président de la République française.

  • Jours de pouvoir

    Bruno Le Maire

    De 2010 à 2012, Bruno Le Maire est ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de François Fillon. Jour après jour, il sillonne la France, rencontre un monde rural en crise, cherche des solutions. Il multiplie aussi les négociations européennes. Enfin il parcourt la planète pour préparer le G20 agricole. Ces déplacements multiples lui donnent une vision nouvelle des rapports de forces internationaux et de la place du pouvoir politique.
    À mesure que le scrutin de mai 2012 se rapproche, le portrait de Nicolas Sarkozy se fait plus intime, plus précis, il révèle un homme inconnu du grand public, confronté aux contraintes de la réalité. Dans un contexte globalisé, que peut changer le président de la République? Quel est son pouvoir? Quelles sont ses marges de manoeuvre? Ce sont toutes ces vérités que Bruno Le Maire nous montre de manière saisissante. Son regard singulier nous fait découvrir un monde politique différent et neuf.

  • « Maintenant il faut que ça rapporte ! »Isabelle Balkany, le 6 mars 1983 ... Ce soir-là les époux Balkany, en remportant les élections municipales, mettent la main sur la ville de Levallois. Pendant plus de trente ans ils vont mettre en coupe réglée (selon leurs détracteurs) cette commune de l'Ouest parisien.  En 2019, les Balkany sont enfin convoqués par la Justice avec Jean-Pierre Aubry -  leur fidèle exécuteur des basses oeuvres financières  - et l'associé de Nicolas Sarkozy, maître Arnaud Claude. Un prince saoudien les accompagne dans le box des accusés, soupçonné d'avoir versé 5  millions d'euros de pots-de-vin pour une opération immobilière à Levallois.Quelle que soit l'issue du procès, Patrick Balkany s'apprête sereinement à se représenter à la mairie de Levallois en 2020. Même s'il est condamné, rappelons qu'il est présumé innocent jusqu'à un éventuel jugement en appel puis un pourvoi en cassation.Cette enquête nourrie de témoignages du premier cercle des Balkany nous ouvre les portes de leur vie de milliardaires de Marrakech à Saint-Tropez en passant par les Antilles, où rien n'était jamais trop beau pour s'attirer les faveurs des ténors de la droite. Elle apporte des témoignages inédits sur les activités du maire de Levallois au coeur de la «  Françafrique  ».Elle explique enfin comment ce couple d'élus politiques accusés de corruption a pu échapper pendant plus de trente-cinq ans à la Justice. Qui les a protégés  : Chirac  ? Balladur  ? Pasqua  ? Sarkozy  ? Quels secrets détiennent-ils pour s'être rendus intouchables  ?  Jean-Charles Deniau est journaliste et réalisateur. Il a réalisé plus de 80 documentaires dont en 2015 «  Il était une fois dans l'Ouest  : le roman noir des Hauts-de-Seine  », et il a notamment publié La vérité sur la mort de Maurice Audin (éditions des Équateurs, 2014). 

  • Le premier livre qui traite de la presque totalité des discours de Nicolas Sarkozy, pris depuis le début de la campagne électorale présidentielle de 2007 jusqu'à aujourd'hui.
    L'auteur décortique également l'art oratoire du désormais Président et sa façon de décomposer un discours : d'abord décrire la situation en la travestissant de sorte qu'ensuite les solutions paraissent évidentes...

  • Le portrait d'un président qui aime l'argent et le pouvoirSarkozy et les riches... Sujet brûlant. Après Sarkozy et les femmes, Renaud Dély et Aurel complètent le portrait de notre « omniprésident » par cette enquête documentée, resituant des moments clés et des anecdotes révélatrices. Vous allez découvrir des personnages de l'ombre, des histoires d'amitié, d'argent et de solidarité. Vous allez découvrir le monde des hommes et des femmes qui fascinent Nicolas Sarkozy, ceux à qui il rend des services. Et qui le lui rendent bien ! Ceux connus du public comme Liliane Bettencourt, Bernard Tapie, Martin Bouygues, Arnaud Lagardère, Vincent Bolloré, Bernard Arnaud, Serge Dassault ou ceux qui restent dans l'ombre, comme Stéphane Richard ou Antoine Bernheim. Les amis du Fouquet's. La "blindée connection". Une plongée au coeur du pouvoir, le vrai, celui avec lequel on ne joue pas. Et la portée au pinacle d'un paradigme malheureusement pas tout neuf : "copiner plus pour gagner plus"...


  • Après 20 mois au pouvoir, qu'en est-il réellement de la présidence de Nicolas Sarkozy ? En fait, son style et ses méthodes sont plus français qu'il ne le croit lui-même.

    Le Consulat est de retour.
    Il y a chez Nicolas Sarkozy bien des aspects d'un Premier consul contemporain. Certes, il n'est pas Bonaparte mais c'est un bonapartiste grand teint.
    Lui comme le Corse à ses débuts ont tendance à tout vouloir réinventer eux-mêmes. Ils avancent sur tous les terrains à la fois, s'étonnent qu'on s'asphyxie à les suivre, trébuchent en galopant. Leur ambition est immense. Issus l'un et l'autre d'une petite noblesse fraîchement établie en France après des épreuves, ils tiennent à démontrer leur supériorité. Dominateurs et sujets à de brusques anxiétés, ils ne doutent pas de leurs qualités mais ils craignent souvent que le destin ne se dérobe. Ils ont de grands espoirs et de sombres pressentiments. Ils ne résistent pas à l'ostentation. Ils aiment aussi beaucoup les femmes, avec emportement, non sans de cruelles déconvenues, non sans d'enviables succès. Là encore, la discrétion n'est pas leur fort. Ils ont de l'orgueil à revendre, une impressionnante promptitude d'esprit. Ils aiment décider, ils n'ont pas peur d'imposer. Ils attachent semblablement le plus grand prix à la mise en scène publique de leur action.
    Le nouveau président de la République se vit comme un cousin de Bonaparte à une époque aussi tourmentée, à sa manière, que le Consulat.
    Apparaîtra-t-il comme un nouveau Premier consul plus civil, plus démocrate, moins génial bien sûr, moins chimérique, moins submergé par le mythe de sa propre gloire mais aussi avide de marquer et de rompre ? C'est son rêve. Ce serait un miracle. Faut-il prier pour cela ?
    Alain Duhamel

  • Ils ont dirigé la France " Président de la République. " Il suffit de prononcer ces mots pour qu'une foule d'images se présentent à l'esprit : le palais de l'Élysée, le chef de l'État en habit, ceint du grand cordon de la Légion d'honneur, les gardes républicains rendant les hommages, de grands discours demeurés célèbres, d'intenses moments d'émotion (et de querelle) collective lors des élections présidentielles... Les présidents de la République accompagnent nos vies. Commenter leurs faits et gestes a toujours été un sport national. L'objectif des Présidents de la République pour les Nuls est de vous faire découvrir nos vingt-trois présidents de la République. Et, à travers eux, notre dernier siècle et demi d'histoire. Il y a les présidents hauts en couleur : le gaffeur Mac-Mahon, le séducteur Félix Faure, le truculent Armand Fallières, le fantasque Paul Deschanel. D'autres furent frappés par un destin funeste : Sadi Carnot, poignardé par un anarchiste, ou Paul Doumer, criblé de balles par un déséquilibré. Ce livre raconte ces parcours et ces destins si intimement liés à notre mémoire collective. À côté des grands événements historiques, vous y trouverez quantité d'anecdotes sur nos " grands hommes " et les faits marquants qu'ils ont vécus ou provoqués.


  • Le recueil des éditoriaux d'un des plus talentueux chroniqueurs du paysage médiatique. Une rétrospective pleine de verve assortie d'un verdict sans appel.

    " Entre les Français et les politiques, la rupture est consommée. Peut-être définitivement. Et c'est en grande partie à cause de ces deux-là : Nicolas Sarkozy et François Hollande, présidents successifs aux personnalités si différentes et aux échecs si ressemblants...
    Pendant dix ans, rédiger l'éditorial de L'Express m'a permis de jauger les espoirs déçus, les réformes inabouties et les renoncements funestes. Même s'il y eut aussi du volontarisme, des audaces et des moments de courage, c'est l'impression d'un vaste gâchis qui saisit les citoyens. Sarkozy-Hollande: deux hommes d'Etat, deux politiciens endurcis, deux destins avortés, le côté pile et le côté face de la médaille de l'échec... " Christophe Barbier

  • Faut-il se raser le matin ?
    Excédé des railleries sur sa barbe, l'empereur Julien répond à cette question épineuse par une satire, le Misopogon, autrement dit « l'ennemi de la barbe ».
    Au IVe siècle, la barbe d'un empereur est polémique. Au XIXe, en France, il faut « porter l'impériale » pour être à la semblance du premier président de la République. Au XXIe un candidat confie qu'il pense à la magistrature suprême tout en se barbifiant. La barbe est une arme politique à double tranchant : bien taillée et à la mode, elle est redoutable, anachronique, elle est un fardeau.
    De la Rome des Césars au palais de l'Élysée, ce petit précis de poilitique, riche d'anecdotes piquantes et de jeux de mots finement aiguisés, fait débattre des intervenants de tout poil - Montaigne, Ibsen, Yourcenar, mais aussi Mahomet, Gillette et Pierre Dac -, et entraîne son lecteur dans les recoins les plus désopilants de l'histoire.

  • Le sarkozysme constitue une rupture dans l'histoire politique de la Ve République. Dénonçant la pensée unique, rompant avec les codes lexicaux ou la bienséance discursive, Nicolas Sarkozy invente, jusqu'à choquer, une nouvelle forme d'expression dissensuelle au service d'une idéologie néo-droitière ou post-État providence.

    Discours populaire ou discours populiste ? Réformes sincères ou révolution conservatrice ? Président du peuple ou président des riches ? Sarkozy réhabilite-t-il la politique en abordant des questions fondamentales, comme celle du capitalisme, délaissées par ses prédécesseurs ? Ou l'abîme-t-il en s'abandonnant à des thématiques démagogiques ou compassionnelles, quitte à détourner la réflexion des citoyens vers le fait divers ?

    Damon Mayaffre révèle, à travers l'analyse de centaines de discours et d'interviews, les mots favoris du président, ses secrets rhétoriques, ses figures de style et les procédés manipulatoires. Il recourt aux sciences du langage pour analyser les traits linguistiques du discours, à l'histoire pour déceler ce qui relève de la modernité, de l'orléanisme à la Guizot ou du pétainisme, et aux sciences politiques pour comprendre Nicolas Sarkozy dans son temps. Il pose le verbe comme essence du politique et le volontarisme verbal comme définition du sarkozysme.

  • La nouvelle BD-enquête sur le président !Nicolas Sarkozy a accédé à la fonction suprême en bousculant les conventions et les obstacles, il a conquis les médias et séduit les français en 2007... Bref, il a redonné sa force virile à la politique. Un vrai mec, notre président. Mais ce macho-là a bien des problèmes avec les femmes. Avec les siennes, ses épouses, ses conquêtes, sa mère, avec celles qui l'accompagnent en politique et qu'il fait entrer au gouvernement, avec celles qu'il rencontre... Notre hyper-président est un hyperaffectif. Aussi était-il intéressant de retracer son parcours au rythme de ses rencontres féminines.
    Renaud Dély, rédacteur en chef de la matinale de France Inter, ex-directeur adjoint de l'hebdomadaire « Marianne », a mené ses recherches dans les coulisses du pouvoir pour brosser ce portrait intime d'un homme à travers ses femmes. Et c'est Aurel, dessinateur de presse (« Le Monde », « Marianne », « Politis », « Siné Hebdo »...) qui se charge de mettre en images cette enquête.

  • À sa mort en 1996, François Mitterrand a laissé une génération orpheline. Sympathisants de SOS-Racisme, étudiants contestataires de 1986, lecteurs de Globe, tous l'avaient porté lors de sa réélection en 1988 avant de s'en détacher au crépuscule du second septennat. À l'instar de Julien Dray, Harlem Désir ou Isabelle Thomas, ces jeunes gens à qui l'avenir semblait promis se sont retrouvés pris en tenaille entre une gauche cadenassée par ses apparatchiks et une droite honnie. Il aura fallu l'élection d'un Nicolas Sarkozy fasciné par les années Mitterrand pour leur ouvrir les portes du pouvoir. Si beaucoup ont été approchés, seuls quelques-uns ont franchi le pas, reniant les idéaux de leur jeunesse. Parmi eux Fadela Amara et, surtout, Georges-Marc Benamou, figure emblématique de ces «enfants de Mitterrand». Porte-voix de sa génération lorsqu'il dirigeait le magazine Globe entre 1985 et 1994, ultime confident du président socialiste, conseiller de Nicolas Sarkozy, son itinéraire illustre le destin de la génération Mitterrand. Sachant flairer l'air du temps mieux que quiconque, ce personnage balzacien passe pour un intrigant sans foi ni loi. Si l'on retient surtout de lui les polémiques auxquelles son nom a été associé, l'enquête incisive de Maud Guillaumin montre qu'il est le fils de son époque, celle des coups médiatiques où le culot finit toujours par payer. En filigrane, l'histoire de Georges-Marc Benamou raconte aussi les années 80 et 90. Entre le portrait en clair-obscur et la fresque collective, Les Enfants de Mitterrand revient sur un moment déterminant pour la gauche et jette un éclairage inédit sur la situation politique actuelle.

  • Monsieur le président, Souffrez que je commette une impertinence : celle de définir votre règne. Il ne suffit plus, en effet, de dénoncer votre méthode de gouvernement. C'est devenu un sport national. Non, il faut maintenant en saisir le sens global. Qu'est-ce que le sarkozysme ? Voilà la question que nos concitoyens se posent, avec curiosité à l'origine, avec angoisse aujourd'hui. Source d'amusement dans les premiers mois, vos écarts sont devenus si étranges qu'ils jettent un doute général sur la présidence. Une hypothèse court dans toutes les têtes : le sarkozysme est peut-être un vaste malentendu, une erreur originelle, un couac de distribution. Le but de ce livre est de démontrer que votre mouvement d'ensemble n'est pas douteux. Vos convictions, maintes fois affirmées dans vos livres et vos innombrables discours, forment un noyau idéologique bien identifié. Fondé sur les valeurs les plus anciennes de la centralisation politique et de la solidarité avec le capital, le sarkozysme est avant tout un autoritarisme droitier inédit en France depuis des lustres. La rupture dont vous vous réclamez, c'est la rupture avec le progressisme relatif qui animait la classe politique depuis la Libération, même au sein du camp conservateur. Quoique né dans le parti du Général, vous en avez oublié les principes pour les troquer contre un néo-conservatisme qui nous renvoie au double héritage de Louis-Philippe, pour la fascination de la richesse, et des Bonaparte pour la méthode d'exercice du pouvoir. Je crains maintenant que vous vous entêtiez dans cette voie néfaste. Il est donc temps de le dire avec éclat : le roi va régner encore pour quatre ans. Mais le roi est nu.

  • Avec moult anecdotes inédites, ce livre au style bref et incisif, raconte les premiers (faux) pas de Nicolas Sarkozy dans l'Afrique ambiguë.
    Premier président français sans gri-gri sur son bureau, Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour une politique de rupture avec les complicités du passé dans l'ancien pré carré, pour s'ouvrir à l'ensemble du continent et être à l'écoute des jeunesses africaines. Las, le nouveau chef de l'Etat a, lui aussi, très vite plongé la tête dans la case à fétiches. Il est même revenu aux pratiques d'une diplomatie parallèle que l'on croyait révolue. Dans certains cas, les "affaires africaines" sont redevenues des "affaires domestiques". Une gestion personnalisée des dossiers qui contraste avec la volonté affichée d'européaniser la politique africaine et de se désengager sur le plan militaire. Dans un premier temps, Nicolas Sarkozy s'est moins adressé aux Africains du continent qu'aux Français noirs des banlieues françaises, avec priorité à la lutte contre l'immigration. Ensuite, le président a géré personnellement, dans la précipitation et la cacophonie, l'épopée de l'Arche de Zoé, la guerre du Tchad et les dossiers judiciaires pendants tels que celui des biens immobiliers "mal acquis" des chefs d'Etat africains à Paris, tout en gardant un oeil attentif sur les dossiers sensibles de la dizaine de groupes français dont les dirigeants sont souvent ses propres amis. En un an de présidence, Nicolas Sarkozy a dit une chose et son contraire, du discours très "gaulois" de Dakar à celui très "africain" du Cap. En dix chapitres, ce livre raconte, comme une bande dessinée, les tribulations d'un "Sarko en Afrique" qui ne sait plus quel masque porté pour ne pas se faire piéger et préserver encore quelques bijoux de famille de l'ancien empire. Pour ce livre incisif et informé, qui fourmille de révélations et de confidences, Antoine Glaser et Stephen Smith ont enquêté à Paris et dans une demi-douzaine de pays africains.

  • Bal tragique à l'UMP : deux morts et plusieurs blessés.

    À l'automne dernier, l'UMP a offert le pire spectacle de l'histoire de la droite française. Entre recomptage des voix, accusations de fraudes et propos d'une rare violence lancés par les proches de Jean-François Copé et de François Fillon, cette première grande élection interne de l'histoire de l'UMP a scindé le parti.
    L'incendie semble circonscrit. Mais sur les braises encore vivaces, le feu ne demande qu'à repartir. Car c'est bien de cela qu'il s'agit. Ni un triomphe ni une reddition mais un cessez-le-feu accouché dans la douleur.
    Que s'est-il réellement passé en coulisses pendant ces jours désastreux ? Comment Jean-François Copé a-t-il manoeuvré pour ne pas laisser la victoire lui échapper ?
    Pourquoi François Fillon a-t-il menacé de saisir la justice ? Quelle a été l'influence des entourages respectifs dans l'escalade de la violence ? Et quel rôle a réellement joué Nicolas Sarkozy ? Qui a triché, et comment ?
    Ce livre vous révèle les dessous de ces heures fatidiques, celles où l'UMP a failli imploser.

    En couverture : Jean-François Copé et François Fillon © Matthieu Rondel / IP3 / Maxppp

  • « Il a gagné ! C'est pas possible... Ce type vulgaire, minuscule, sans culture, agité et instable est devenu président... »Afin de ne pas se laisser aller à la dépression à l'annonce d'un tel fiasco national, Patrick Rambaud, de l'Académie Goncourt, s'est mis pour notre plus grand plaisir à écrire ces Chroniques. Un journal intime et excédé de toutes les extravagances, invraisemblances, imbécillités, dérapages et enfumages qui ont suivi l'accession au trône de Nicolas Sarkozy. Des petits bijoux d'observation, d'humour et de colère, dans une écriture fleurie et incisive, qui s'amuse à jouer sur les ressemblances troublantes entre le règne présidentiel de Sarkozy et celui de l'Empereur Napoléon... Au dessin, Olivier Grojnowski s'approprie avec malice les traits des figures les plus clinquantes qui forment sa cour : le Duc de Sablé, la Baronne Dati, le Cardinal de Guéant, et bien sûr, les Impératrices successives ! Un tableau jouissif et pitoyable de la tête du pouvoir. Cet album est un florilège des meilleures chroniques issues des cinq recueils publiés aux éditions Grasset.


  • Dans la veine du succès du Journal intime de Jacques Chirac, Christine Clerc s'approprie cette fois la plume de Nicolas Sarkozy pour faire le portrait décapant du plus célèbre hyperactif de France.
    De mai 2005 à juillet 2009, du référendum au malaise vagal, Christine Clerc retrace de l'intérieur les quatre années trépidantes et la marche au pouvoir de Nicolas Sarkozy. L'ascension irrésistible du futur chef de l'État est vécue comme autant de guerres gagnées, d'ennemis vaincus : Villepin doit se retirer dans la course à la présidence, Ségolène Royal est largement battue, Fillon est muselé. Mais reste encore au mégalomane qu'il est à se mesurer à Obama, à de Gaulle, au monde !
    Ce livre est un tour de force, car il est à la fois une chronique passionante de la vie politique française (affaire Clearstream, bataille de la présidentielle, gouvernement Fillon...), une galerie de portraits hauts en couleur (Cécilia, Villepin, Ségolène, Chirac, Rachida, Carla...) et un journal intime qui s'approche au plus près des vérités de l'âme de cet homme gêné par son physique, passionné par les femmes, obnubilé par la figure absente de son père et qui n'a de cesse de prouver au monde entier sa puissance et sa réussite.
    Les confessions que l'auteur a obtenues de l'entourage du Président permettent de cerner comme jamais sa personnalité hors normes. Le parti pris de Christine Clerc d'écrire à la première personne donne au livre un ton unique. Le style inimitable du Président permet toutes les audaces et dévoile un Sarkozy intime sous un jour inédit.

  • Réagir, dénoncer, annoncer, réformer, légiférer. Puis à nouveau réagir, dénoncer, annoncer, réformer, légiférer... La Justice n'a jamais connu autant de secousses que sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Pour le chef de l'État, l'enjeu est primordial : après avoir fait sien le thème de l'insécurité, il se devait de résorber la délinquance et la criminalité. En frappant vite et fort. Mais les résultats ne sont pas à la hauteur. Effets d'annonce, empilement de lois, projets contradictoires, la Justice sort exsangue de cinq ans de sarkozysme. Des " peines planchers " aux innombrables réformes engagées après chaque fait divers, des affaires politico-financières au scandale Bettencourt, le bilan du quinquennat laisse apparaître une justice à deux vitesses, forte avec les faibles et faible avec les forts.
    Vincent Quivy a enquêté, du petit tribunal de province au redouté pôle financier de Paris, des voleurs de soupe aux amis du pouvoir et, décrit, exemples à l'appui, le fonctionnement et les enjeux de la Justice sous Sarkozy.
    Vincent Quivy, journaliste et historien, a publié Les soldats perdus. Des anciens de l'OAS racontent (Seuil, 2003) et Chers élus. Ce qu'ils gagnent vraiment (Seuil, 2010).

  • Pendant sa vraie-fausse retraite, l'ancien président a reçu les auteurs de ce livre au cours de rendez-vous secrets, chroniquant le quinquennat chaotique de François Hollande. Furieux quand son nom apparaît dans les affaires, attendri quand il évoque Carla et sa fille Giulia, jubilant devant la descente aux enfers de son successeur, Nicolas Sarkozy n'a pas mâché ses mots. N'hésitant pas à lâcher, au cours de ces longues conversations, des petites phrases meur¬trières sur certains de ses amis politiques, comme sur François Hollande ou Valérie Trierweiler. Le chef de l'Etat répond d'ailleurs en personne dans ce livre.
    Quel regard jette Nicolas Sarkozy sur Manuel Valls, François Fillon ou Marine Le Pen ? Que dit-il sur l'état de la France, la crise économique, le monde qui tourne sans lui depuis le 6 mai 2012 ? Quel est son plan caché pour revenir au pouvoir et pousser à nouveau les grilles de l'Élysée ?
    Ce livre dévoile un Sarkozy plus vrai que nature, bouillonnant, impatient, truculent, sans le filtre de la communication qui insupporte les Français.

  • En France, les grands hommes, ceux que l'Histoire retient, sont ceux qui tombent et se relèvent.Notre vision héroïque du pouvoir, héritée des grandes épopées nationales - à commencer par celle des Cent-Jours -, nous fait admirer les hommes politiques indestructibles : ceux qui, vaincus, abandonnés, au fond du trou, trouvent en eux l'énergie pour se relever, partir à la reconquête et prendre une revanche d'autant plus triomphale.Voici donc, de Napoléon à Sarkozy, en passant par de Gaulle, Mitterrand, Balkany, Juppé, Rocard, Aubry et quelques autres, un tableau de ces personnalités qui, alors qu'elles semblaient « finies », reviennent sur le devant de la scène.Du départ honteux en solitaire au retour glorieux du « rassembleur », le comeback en politique présente autant d'étapes stratégiques à ne pas manquer que de pièges à éviter. Ce livre, manuel indispensable à toute traversée du désert, en dresse un inventaire des plus éclairants et se révélera tout aussi précieux à ceux qui piaffent de retrouver l'arène qu'à ceux, mi-amusés, mi-inquiets, qui souhaitent en décrypter les lois.

  • Nathalie Kosciusko-Morizet, plus connue désormais sous le sigle NKM qu'elle s'est forgé comme un nom de guerre, est une femme pressée. Elle ne déteste pas qu'on la traite d'« emmerdeuse » et revendique pour elle-même la qualité de « tueuse ». Elle se dit et se répète « libre, totalement libre ». Libre de faire campagne à Paris en se passant du logo de l'UMP. Libre de prétendre à L'Élysée sans laisser la préséance aux aînés de son parti. Première femme présidente de la République ? Elle y pense assurément, avec autant de fougue qu'une certaine « insoumise » socialiste qui l'a devancée dans cette voie.
    L'ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy, trois fois ministre avant ses 40 ans, n'aime rien tant que se jouer des codes. Héritière d'une lignée de polytechniciens et d'hommes politiques, elle se veut sans passé. Meilleur espoir féminin de la droite, elle a pour époux et intime conseiller un ancien du PS. NKM ne craint pas les contradictions, elle en fait son moteur.
    Des proches sortent d'une prudente réserve pour la raconter. Père, frère, mari, ami(e)s, rivaux... Des personnalités politiques de premier plan aussi. Comme celui qui l'a précédée dans l'art de la « rupture », Nicolas Sarkozy, expert à décrypter le parcours et les stratégies de celle qu'il appelle son « amie ».

empty