Publibook

  • Didier rencontre Claude dans un hall d'aéroport. Il le remarque sans intention particulière mais il ne peut s'empêcher de noter son regard inquiet et désespéré. Ce n'est pas le coup de foudre, cependant une relation se construit doucement, tant bien que mal, avec ses moments de complicité et d'enthousiasme, ses instants d'égarement, ses crises comme ses preuves inoubliables de passion. L'amour se crée, prend racine, grandit... et fâne, insupportable légéreté d'un être!

  • Sangs-mêlés

    Jean-Philippe Fresnoy

    « J'ai rêvé que mon fils, car c'est un garçon que je porte, me reprochait ses origines [...]. Puis il s'enveloppait dans un grand drap de lin blanc avant de s'allonger sur un gigantesque lit, le visage enfoui dans l'oreiller. Curieusement, la toile restait immaculée malgré la grande quantité de sang ; sa peau semblait avoir joué le rôle d'un puissant buvard périodique. Affolée, je me précipitais sur lui et le retournais sur le dos pour qu'il puisse respirer normalement, et découvrais, stupéfaite, que son visage était celui de... Tristan ! Il me regardait avec une infinie tristesse, et bien que ses lèvres restent closes, je l'entendais me supplier "Je t'en prie, petite Mère, ne m'impose pas ce retour car je ne supporterai pas une nouvelle épreuve. Je ne suis pas fait pour ce monde et m'y propulser relève de la plus haute cruauté, voire d'une impardonnable trahison. Ce qui m'attend, tu ne le souhaiterais pas à ton pire ennemi. Tu dois mettre un terme à ces infernales renaissances !" » Des parents aux enfants se transmettent plus que des gènes... D'une génération à l'autre se propagent aussi comme des malédictions, des secrets inavoués, des blessures impossibles à suturer... De Marion à Alexandre, et d'Alexandre à Marion, personnages maillés par les liens familiaux, c'est à une généalogie de la haine et de l'amour, du racisme et du rejet, de la faute et du rachat, que se prête le roman composé par J.-P. Fresnoy, qui signe ici une fresque puissante, traversée et maintenue par un discret souffle fantastique qui lui donne toute son identité.

  • Palerme, dans une Italie du futur. Rocco Billemi s'éveille, dans son lit, à côté d'un homme égorgé qu'il ne parvient pas à identifier. Il a le vague souvenir d'avoir passé la soirée en compagnie d'un beau garçon, Gabriele, mais ce cadavre sanguinolent ne lui ressemble pas. Alors, de qui peut-il bien s'agir ? Il se trouve pris dans l'engrenage d'une enquête judiciaire dont il est le principal suspect aux yeux de la police. Mais comment établir son innocence alors que toutes les preuves l'accablent ? Décrivant un état sécuritaire, fasciste et homophobe, les auteurs fustigent une certaine Italie - celle d'un Berlusconi, d'une Ligue du Nord - et, au-delà, mettent en garde contre les dérives de nos sociétés dites modernes. Ce roman inclassable, qui oscille entre plusieurs genres et thématiques: policier et anticipation, sociopolitique et (homo)sexualité, a rencontré, de par son originalité, un franc succès en Italie.

  • Cinema gay

    Fabrice Pradas

    L'anthologie réunit 1082 films, courts, moyens et long métrages produits entre 1912 et 2005 abordant l'homosexualité, que ce sujet soit central ou annexe. L'introduction donne un aperçu très édifiant sur l'histoire de la représentation de l'homosexualité. La moralité du film diffère selon l'époque où il a été réalisé.

  • Un coup de trop

    Ketty Jeannot

    « De retour en Angleterre au début de l'automne, la femme de Franck décida de rendre visite à ses parents. Elle remarqua un changement au niveau de la politique du pays. De plus en plus de policiers civils procédaient à des arrestations en plein jour. Rien que sur une journée on observait plusieurs interpellations musclées, les regards des étrangers paraissaient fuyants, il régnait une certaine tension dans l'air. Puisqu'il ne s'agissait pas d'un cas nouveau, Lindsay ne s'en inquiéta pas. Rien ne présageait que la vie privée de Franck serait bientôt bouleversée ni qu'il serait au-devant d'un débat politique au sein de son pays, l'Angleterre. Débat politique entre représentants diplomatiques des pays du Tiers-monde et les opposants de la reine. » Un coup de trop... ou quand les bouleversements de la grande Histoire font sortir de leurs orbites réglées les destinées d'hommes que l'on juge bien sous tout rapport. En l'occurrence Franck Opham qui, alors que la couronne d'Angleterre vacille, est appelé pour résoudre un conflit qui ne cesse de s'amplifier. Mais de telles fonctions exigent une réputation immaculée... Dès lors, que faire pour conserver celle-ci, notamment quand d'anciens désirs éteints ressurgissent violemment ? Avec ce récit dont les thèmes sont le secret et l'ambition, Éros et Thanatos, vérité intime et hypocrisie sociale, K. Jeannot signe le portrait d'un personnage en perte de contrôle, aux réponses humaines... dramatiquement humaines.

  • Virginia Blake

    Dominique Viseux

    Amnésique par accident, Virginia est une jeune artiste en vue, projetée dans un monde fictif, résolument contemporain, qu'elle traverse comme un songe feutré, peuplé de codes et implacable dans ses clivages. Au-delà des groupes tout-puissants qu'elle croise, des milieux clos de l'art et de la performance, elle enquête sur sa disparition - son évincement - pour découvrir de singulières vérités sur le monde réel, comme sur ses activités et ses amours anciennes. Jusqu'à son deuxième accident...

  • « "Gabriel a raison, encore qu'il nous soit bien difficile à nous, les humains, de dépouiller l'amour de ses oripeaux sensuels, aussi difficile que de penser la fleur sans sa couleur. As-tu remarqué qu'on peut la penser sans parfum, mais pas sans couleur ? Il est donné à l'homme de voir la rose pourpre ourlée de noir et nul ne sait si la rose possède réellement une couleur ; d'ailleurs le chat la voit en noir et blanc comme dans les débuts de la télévision. Dieu soit loué pour les couleurs !" »

  • Source de pouvoir et d'énergie, les rites sexuels et de mariage rythment le cycle de vie des Négro-Africains. De fait, en Afrique noire, une sexualité équilibrée, c'est le lit d'un mariage stable et fécond. Une sexualité non épanouie s'avère même désastreuse, tant pour l'individu que pour la société. Mais si le sexe et le mariage situent l'être humain dans le voisinage immédiat du divin et des ancêtres, leur accès exige beaucoup de temps et de peine. Aussi l'originalité des coutumes négro-africaines est-elle de placer, au moment du passage de l'enfance à la vie d'adulte, un enseignement spécial pour une vie harmonieuse du couple et contre les dangers du libertinage sexuel, réponse aux jeunes dans leur soif d'exploration, d'intensité et d'intériorité.

  • Anna t'aime

    Monod S Bastien

    Dragan, cet irrésistible gymnaste d'origine macédonienne, ce sportif à se faire damner toutes les saintes que la Terre ait portées, Anna l'a aussi dans la peau. Toquée de lui, pensant à lui jusqu'à l'overdose, la chorégraphe se heurte pourtant à quelques obstacles de taille : tout d'abord la relation amicale que tous deux entretiennent, mais surtout ces insinuations véhiculées par l'éphèbe qui prétend être homosexuel. Une idée que Anna ne veut croire qu'à moitié et qu'il lui faut résoudre à tout prix avant d'oser se déclarer. Certes, mais le temps presse. En effet, l'as du trampoline lui annonce subitement qu'il doit se rendre en Espagne pour quelque temps afin de travailler avec un nouvel entraîneur... Alors, vite, concocter un plan, préparer un rendez-vous arrangé avec un gay avéré et voir ce qu'il advient de ce guet-apens amoureux. Le pire vraisemblablement, puisque le lendemain de la dite rencontre, Dragan est introuvable...

  • Le noël de Mary

    Sasca

    Un accident de la route suspect, un tandem père-fille surprenant, une mère qui n'en est pas une, un trafic de drogue aux méthodes inhabituelles, un réseau terroriste islamiste qui cache bien des secrets... Et au milieu de tout cela, l'irascible agent du FBI Mac Roy, qui au fur et à mesure d'une enquête vertigineuse, en apprendra autant sur la CIA que sur lui-même... Et s'il était gay ?

  • Vampire

    Patricia Cornuz

    Rock-star allemande mondialement connue, Karl n'est plus que l'ombre de lui-même. Un vulgaire pantin manipulé par un vampire assoiffé de puissance et de sexe. Entre ses mains, les femmes s'abandonnent au plaisir, il vole leur énergie jusqu'à leur dernier souffle de vie. Pour se nourrir, il décime les prostituées au fil de ses tournées à travers l'Europe, jusqu'au jour où une médium se met en travers de son chemin. Pour Gabrielle, le combat ne fait que commencer. Une guerre faite de sacrifices, de sexe et d'angoisse...

  • Hommes & gars t.2

    Jeep Dupuis

    « En le retournant délicatement, je pus voir ses traits, il s'agissait d'un tout jeune homme qui n'avait pas dû peser bien lourd en face d'adversaires déterminés. Plutôt fluet, j'aurais dit délicat, il arborait une face d'ange auréolée de boucles blondes. Je croyais connaître tous les hobereaux du secteur, celui-ci m'était parfaitement inconnu, pas même une quelconque ressemblance. Je ne me sentais pas le droit de l'abandonner ici dans cet état, je me mis en devoir de l'installer, cassé en deux sur l'encolure de mon cheval. Il serait mieux chez moi qu'ici, et puis il finirait bien par reprendre connaissance. Sa tête dodelinait contre le poitrail de ma monture sans qu'il ne donne signe de vie. Je ramenais là un bien curieux gibier ! » Réalistes ou plus proches de la fantaisie, soft ou plus osées, tendres ou musclées, les nouvelles érotiques composées et réunies par Jeep Dupuis dans ce deuxième volume d'Hommes et Gars font la part belle à la découverte des corps masculins, à l'audace des désirs, aux envies qui s'affirment et brisent les tabous. Écrits avec un ton assuré et une plume qui se refuse à toute vulgarité, ces récits forment autant de parenthèses érotico-homosexuelles fiévreuses, voire brûlantes.

  • Pensionnaire au sein de l'Institution Sainte Ursule, la jeune Marie découvre qu'elle n'est pas la seule à subir les affres du désir. Un enseignement non officiel lui sera personnellement dispensé par la directrice de l'école et le prêtre assurant l'office à la chapelle. Son amie Charlotte est elle aussi en émoi... Marie fera également l'expérience de sa sexualité naissante dans les bras de son frère Lucien...

  • Condamné sans preuves par la Justice pour autorité excessive, exclu de l'Education nationale puis réintégré par une cour d'Appel, l'auteur de cette autobiographie militante revient sur ses vingt-six années de directorat passées à la tête d'établissements privés et catholiques. Malgré un dévouement sans faille à sa profession et une carrière irréprochable, cet homosexuel au tempérament original sera finalement la victime de rumeurs et de dénonciations malveillantes. De cette longue expérience, il retire des leçons empreintes de sagesse et de bon sens, qu'une Education nationale en crise commence à peine de prêcher.

  • Dan Gerbo a toujours eu une seule passion : la femme. Marié, père de famille, il a toujours été heureux en couple et en amour. Amour qu'il partageait - et partage toujours - entre plusieurs femmes, qu'il a à chaque fois aimé sincèrement. Cherchant le désir, l'amitié, la complicité, le plaisir dans les bras de celles qu'il ne saurait appeler « maîtresses », il dévoile aujourd'hui ses pensées, pour montrer qu'il est loin de l'image du goujat insensible qu'on lui renvoie...

  • Être aimé ? Pierre n'aime pas : jamais on ne lui a appris ce que c'était. Aimer ? Pierre n'aime pas : jamais il n'a appris le rôle. Ce qu'il a connu dans son enfance ne le dispose à rien de cela. L'amitié, l'affection, l'amour plus encore, tout cela lui semble tellement source de complications et de désappointements qu'il s'y refuse. Pourtant, il n'est pas un garçon foncièrement méchant, même s'il tient plus de l'ours mal léché que de l'ami désirable. Et puis... tout bascule. À partir de sa rencontre avec Christophe, sa vie prend un tour différent... Peut-être un avant-goût du bonheur ? « Souviens-toi d'oublier » n'est pas à proprement parler une oeuvre revendicatrice. Le roman de P.-L. Cayla se lit plutôt comme une étude amoureuse, qui s'étend des prémices de la passion aux souffrances qu'elle peut engendrer, en passant par son paroxysme. Une étude dont le sujet principal, Pierre, met en lumière ce que l'amour a de bouleversant (et même de révolutionnaire) en termes d'ouverture de soi et de manière d'aborder l'existence. Récit mené avec acuité et tact, histoire aussi d'une relation puissante, salvatrice et enchantée, le texte de P.-L. Cayla transcende tous les débats pour mieux démontrer que l'amour est avant tout question de reconnaissance et d'évidence entre deux êtres.

  • Mémoire trahie

    François-Xavier David

    « Quelque part, j'ai envie de me souvenir rapidement, je sens que je vais en apprendre plus avec Gwendal qu'avec Ethan. Par moments, je me demande pourquoi Gwendal s'est rapproché autant de moi en si peu de temps. Y a-t-il un intérêt derrière tout ça ? Dois-je me méfier de lui ? Dois-je me méfier d'Ethan ? Ne suis pas en train de devenir un peu paranoïaque ? » Le corps meurtri, la mémoire envolée : le réveil est pour le moins brutal pour Erwan. De son passé ne lui sont données que de maigres pièces : un frère jumeau, une femme qui le laisse indifférent, une ancienne connaissance qui se montre bienveillante... Quelques fils ténus pour découvrir qui il est, coïncider de nouveau avec lui-même. Toutefois, l'amnésie est-elle seule responsable de cette dépossession de soi ? Roman aux accents de thriller psychologiques, aux saveurs de vieux film noir, « Mémoire trahie » compose, sur les thèmes de l'identité et des faux-semblants, une intrigue aussi machiavélique que captivante.

  • 1982. République Démocratique du Congo, dans la banlieue de Kinshasa. C'est au sortir de l'adolescence qu'il la rencontre. Elle, c'est Coco. La soeur de son meilleur ami. Un ange doublé d'un diable. La passion amoureuse se nourrit d'illusions, le mariage s'invite au rêve, mais l'inconstance de la jeunesse anéantira tout avenir commun... Sexualité, romance, infidélité, jalousie... Autour d'un couple éphémère, l'auteur dresse avec sincérité le portrait d'une jeunesse maladroite et assoiffée de vie, qui veut vivre sans compter, quitte à se brûler les ailes. Nostalgique et acide, une étude de moeurs modernes et haute en couleur.

  • Selamat Jalan

    Yves-Marie Bechacq

    Yann, fils de chirurgien, est grand reporter. Joël, fils d'ouvrier, est ingénieur. Leurs chemins vont se croiser en Indonésie. Leur point commun ? Une homosexualité avec laquelle chacun négocie à sa manière. Au fil des méandres de leur vie, de l'île de Bornéo aux Émirats du Golfe, puis de Rome à Paris, se révélera l'intérieur d'univers bien différents : l'exploitation pétrolière, la vie des expatriés, la guerre, l'Église. Et si, dans une société en totale métamorphose, l'homosexualité paraît mieux acceptée, la vie des homos reste pourtant, dans les années quatre-vingt-dix et à l'heure du débat sur le PACS, complexe, tant au niveau professionnel que privé. Et c'est un défi supplémentaire pour ceux qui veulent vivre leur idéal chrétien face aux préceptes de l'Église. L'acceptation de soi et le secret, l'amitié et le désir de réformisme, la lutte contre les inégalités et la tolérance, la foi et les amours toxiques sont encore les autres thèmes qu'explore le roman d'Y.-M. Béchacq à travers les cheminements, plus ou moins chaotiques, mais toujours courageux, de ses héros. Dans une écriture toute en retenue, moins revendicative qu'épidermique, cette oeuvre sonde avec justesse certaines des problématiques historiques de l'homosexualité en France et contribue ainsi à dresser le portrait d'une époque et d'une communauté.

empty