Sciences humaines & sociales

  • La question de la légitimation de la philosophie est l'un des fils conducteurs de l'idéalisme allemand. Dans la première génération des successeurs de Kant en effet, certains ont pour ambition explicite de reprendre ses résultats, mais d'une manière suffisamment justifiée pour répondre aux objections sceptiques. D'autres, en revanche, décident de s'installer dans le renoncement à la fondation systématique, accusant la raison discursive d'être incapable de saisir la vie et la liberté.
    Quels sont, chez les auteurs de l'idéalisme allemand, les arguments qui plaident en faveur d'un fondement du discours philosophique ? Un tel principe est-il théorique ou pratique, inaugural ou terminal, intuitif ou discursif, tel qu'il adopte la forme d'une proposition singulière ou tel qu'il se confond avec le tout du discours ? En somme, l'enjeu est d'examiner, sous un point de vue nouveau, le thème de la raison dans l'idéalisme allemand.
    La question est ici abordée dans une perspective historique autant que systématique. La variété et la richesse des études témoignent de la vitalité des recherches actuelles sur l'idéalisme allemand.

  • Der vorliegende Band ist der erste einer Reihe, in der die Beiträge veröffentlicht werden, die während des gleichnamigen VII. Kongresses der Internationalen Fichte-Gesellschaft 2009 in Brüssel gehalten wurden. Dieser erste Band enthält die Beiträge, die sich mit der Stellung der Subjektivität im Idealismus Fichtes und Schellings beschäftigen, sowie diejenigen Beiträge, die den Unterschied zwischen den beiden philosophischen Vorhaben FIchtes und Schellings vom Standpunkt der Konstruktion des Systems behandeln.

  • Sur la base de l'ouvrage édité en 1902, ayant pour titre « L'Album - Les Maîtres de la caricature », nous avons complété les biographies de chaque dessinateur et ajouté quelques reproductions de leurs oeuvres.
    Le titre de « Maîtres de la caricature » est un peu réducteur, car en fait, les artistes présentés dans cet ouvrage étaient tous des illustrateurs, peintres, et pour beaucoup d'entre eux affichistes. Leur domaine s'étendait à tout ce qui concerne la production d'image (hors mis la photographie), parfois même jusqu'à la sculpture.
    En fait, bien souvent, c'étaient aussi des humoristes qui savaient mettre en avant les travers de la société du Liste des dessinateurs exposés dans ce livre :
    Albert Guillaume, Ferdinand Brac, Charles Huard, Henry Gerbault, Caran d'Ache, Charles Léandre, Job, Benjamin Rabier, Abel Faivre, Albert Robida, Steinlen, Hermann-Paul, Grün, Paul Balluriau, Willette, Lucien Métivet, Forain.
    L'ouvrage original comportait à la fin, une section dédiée à « La Pléiade des jeunes ».
    Nous avons développé cette partie en recherchant les oeuvres et les biographies des artistes concernés dont voici la liste :
    André Devambez, Fernand-Louis Gottlob, David Widopff, Kupka, Gustave Flasschoen, Redon, Georges Guydo, Jehan Testevuide, Georges Delaw, Jacques Villon, jacques Wely, Sandy-Hook, Emmanuel Barcet, Marcel Capy.
    Cet ouvrage contient 750 illustrations, dont une bonne partie a été restaurée.

  • « Le XIXe siècle a été tout particulièrement fécond en images. L'invention de la lithographie populaire, puis la création des journaux illustrés vers 1830, et les extraordinaires progrès de l'impression en couleur ont contribué à substituer peu à peu le papier imagé à la toile peinte et encadrée. Le tableau se meurt ; mais la démocratique image s'insinue partout, couvre les murs à la façon des anciennes fresques décoratives, et envahit aussi la presse politique quotidienne, où elle parvient très heureusement à remplacer les longues chroniques par des portraits ou des reproductions instantanées bien plus documentaires que les phrases d'un écrivain bavard.
    [...] c'est par elle que nous parvenons à pénétrer rétrospectivement les joies ou les inquiétudes morales de nos pères ; c'est par elle que nous pouvons entrer en permanente communication avec les traditions de la famille ou de la race, avec la vieille âme française. » Raoul Debert
    Nouv. éd. corrigée et mise à jour. Illustrée de 240 gravures rénovées et intercalées dans le texte.

  • Cet ouvrage de Thomas Wright explore l'histoire de la caricature sous les diverses formes, littéraire, politique et sociale. Que ce soit par le dessin ou par le texte et même la sculpture, il s'est de tout temps trouvé des artistes pour faire ressortir les défauts des hommes et des sociétés de leurs temps par la satire. Un ouvrage sur les fondements historiques de notre liberté et de notre esprit critique. Plus que jamais indispensable.
    Nouv. éd. corrigée et mise à jour. Traduite par Octave Sachot, précédée d'une notice de l'éditeur, et illustrée de 238 gravures intercalées dans le texte.

  • Fasciné par la politique, Jonas Lafleur imagine une satire aussi rafraîchissante qu'espiègle, dont l'apparente légèreté rappelle avec avec un grincent jouissif l'actualité. Avec ce premier tome, il pose les fondations d'une trilogie décapante ! Politiciens, c'est le moment de retourner à l'école...

  • Que signifie, pour un poème, le fait d'avoir un sujet ? Dans quelle mesure la tâche du poète est-elle déterminée par l'existence plus ou moins préalable d'une «matière» plus ou moins désignable? Dans quelle mesure les multiples versions de celle-ci (référent particulier, notion générale, thème répertorié, fable racontée, chose représentée) se laissent-elles unir sous une «idée» cohérente de l'invention poétique? Sujet caduc, noble sujet observe la manière dont ces questions se posent à divers poètes de la Renaissance. De Pétrarque à Ronsard, le problème du «sujet de poésie» offre un point de vue sur l'évolution d'un art qui se sent différent des autres, mais parvient mal à décider en quoi. Entre l'incessant tumulte des occasions d'écrire, le souci de trouver un sujet qui «convienne», et le désir de penser «la poésie en général», la hiérarchie des matières possibles est le lieu d'un conflit endémique, dont l'enjeu touche à la place de l'art poétique lui-même dans un ordre du discours que domine la rhétorique de l'éloge. L'attitude des poètes vis-à-vis des «arguments» qu'ils se veulent «libres» de choisir ne cesse ainsi de se déplacer. C'est par excellence le cas de l'amour, à la fois consacré, toléré, récusé comme «principal sujet» de la poésie ; mais chaque sujet concevable, et le concept même de sujet, se trouvent pris dans ce débat. ,

  • L'EmètAnalyse est une méthode bienveillante et bientraitante de Relation d'Aide, de Coaching et Psychothérapie intégrative, qui vient de fêter ses trente ans. Elle prend en compte le Sujet à la fois dans sa globalité, sa pluralité systémique et sa singularité symptomatique. Elle est conçue sur des modèles très disruptifs en matière de conception anthropologique, éthique, psychopathologique, relationnelle et pratico-pratique.
    Contrairement à d'autres méthodes de Psychothérapie ou de Coaching, l'EmètAnalyse intègre des outils des différentes approches non pour les opposer mais pour les apposer dans une cohérence très efficiente. Elle se distingue également par la manière de penser les symptômes, pour les panser autrement. Au fil des pages, l'auteur en décline ses concepts fondateurs en les présentant de manière modélisée au plus grand nombre d'intéressés.
    Bruno Dal Palu est docteur en psychanalyse, psychologue et psychothérapeute. Spécialiste de la clinique borroméenne de Jacques Lacan et de l'Intelligence collective, il est aussi le fondateur de l'EmètAnalyse. Avec cette Introduction à l'EmètAnalyse, l'auteur cherche à apporter en ce XXIe siècle, un nouvel éclairage sur l'être humain et sa Relation bienveillante ou bientraitante à l'autre, quel que soit le contexte.

empty