Sciences humaines & sociales

  • L'EmètAnalyse est une méthode bienveillante et bientraitante de Relation d'Aide, de Coaching et Psychothérapie intégrative, qui vient de fêter ses trente ans. Elle prend en compte le Sujet à la fois dans sa globalité, sa pluralité systémique et sa singularité symptomatique. Elle est conçue sur des modèles très disruptifs en matière de conception anthropologique, éthique, psychopathologique, relationnelle et pratico-pratique.
    Contrairement à d'autres méthodes de Psychothérapie ou de Coaching, l'EmètAnalyse intègre des outils des différentes approches non pour les opposer mais pour les apposer dans une cohérence très efficiente. Elle se distingue également par la manière de penser les symptômes, pour les panser autrement. Au fil des pages, l'auteur en décline ses concepts fondateurs en les présentant de manière modélisée au plus grand nombre d'intéressés.
    Bruno Dal Palu est docteur en psychanalyse, psychologue et psychothérapeute. Spécialiste de la clinique borroméenne de Jacques Lacan et de l'Intelligence collective, il est aussi le fondateur de l'EmètAnalyse. Avec cette Introduction à l'EmètAnalyse, l'auteur cherche à apporter en ce XXIe siècle, un nouvel éclairage sur l'être humain et sa Relation bienveillante ou bientraitante à l'autre, quel que soit le contexte.

  • Der vorliegende Band ist der erste einer Reihe, in der die Beiträge veröffentlicht werden, die während des gleichnamigen VII. Kongresses der Internationalen Fichte-Gesellschaft 2009 in Brüssel gehalten wurden. Dieser erste Band enthält die Beiträge, die sich mit der Stellung der Subjektivität im Idealismus Fichtes und Schellings beschäftigen, sowie diejenigen Beiträge, die den Unterschied zwischen den beiden philosophischen Vorhaben FIchtes und Schellings vom Standpunkt der Konstruktion des Systems behandeln.

  • Que signifie, pour un poème, le fait d'avoir un sujet ? Dans quelle mesure la tâche du poète est-elle déterminée par l'existence plus ou moins préalable d'une «matière» plus ou moins désignable? Dans quelle mesure les multiples versions de celle-ci (référent particulier, notion générale, thème répertorié, fable racontée, chose représentée) se laissent-elles unir sous une «idée» cohérente de l'invention poétique? Sujet caduc, noble sujet observe la manière dont ces questions se posent à divers poètes de la Renaissance. De Pétrarque à Ronsard, le problème du «sujet de poésie» offre un point de vue sur l'évolution d'un art qui se sent différent des autres, mais parvient mal à décider en quoi. Entre l'incessant tumulte des occasions d'écrire, le souci de trouver un sujet qui «convienne», et le désir de penser «la poésie en général», la hiérarchie des matières possibles est le lieu d'un conflit endémique, dont l'enjeu touche à la place de l'art poétique lui-même dans un ordre du discours que domine la rhétorique de l'éloge. L'attitude des poètes vis-à-vis des «arguments» qu'ils se veulent «libres» de choisir ne cesse ainsi de se déplacer. C'est par excellence le cas de l'amour, à la fois consacré, toléré, récusé comme «principal sujet» de la poésie ; mais chaque sujet concevable, et le concept même de sujet, se trouvent pris dans ce débat. ,

empty