• À la fois introduction à la littérature franco-ontarienne et exploration des enjeux liés à la production littéraire minoritaire, «Introduction à la littérature franco-ontarienne (1970-2008)» témoigne de l´essor fulgurant que connaît cette littérature depuis le début des années 1970.
    Dans une introduction substantielle, les directrices de l´ouvrage présentent les particularités du corpus et effectuent un survol de la production littéraire en Ontario français des origines -1610 - à 1969, situant ainsi l´émergence de la littérature franco-ontarienne dans son contexte historique, politique et culturel. L´ouvrage comporte ensuite cinq chapitres, rédigés par des spécialistes, chacun abordant l´un ou l´autre des principaux genres littéraires s´étant développés depuis 1970 : théâtre (Jane Moss), poésie (François Paré), chanson (Johanne Melançon), roman (Lucie Hotte) et nouvelle (Michel Lord).

  • Revue et augmentée, cette deuxième édition du manuel paru en 1990 initie les étudiants du niveau postsecondaire aux méthodes qualitatives et quantitatives en sociologie. L´ouvrage réunit les contributions de seize spécialistes sur des thèmes incontournables en sociologie qui sont aussi des préoccupations d´actualité : famille, sexualité, éducation, jeunesse, vieillissement, santé, déviance, relations ethniques, stratification sociale, travail, économie et économie sociale, politiques, mouvements sociaux, communication. Les introductions à la sociologie sont généralement axées sur les théories et les écoles, et accordent moins de place aux données empiriques. Et la plupart proviennent de la France. Parmi les quelques introductions conçues pour le Québec et le Canada, Initiation thématique à la sociologie est la seule qui intègre des données tant québécoises que canadiennes.
    />
    Jean Lafontant est professeur titulaire associé au Département de sociologie de l´Université du Québec à Montréal. Simon Laflamme est directeur du programme de doctorat en Sciences humaines de l´Université Laurentienne.

  • « Des gens de résolution » aborde la question suivante : comment les Canadiens-Français de l´Ontario, femmes et hommes, ont-ils vécu la fin du Canada français ? La réponse se présente en trois temps. Dans le premier chapitre, les congrès patriotiques apportent une description de ce que représentait le Canada français avant 1960. Le deuxième texte décrit l´éclatement de la nation canadienne-française, comme en témoignent les États généraux du Canada français (1966-1969). Enfin, le troisième chapitre explore comment cette rupture a forcé la communauté franco-ontarienne à définir autrement sa culture, pendant qu´émergeait une nouvelle « identité franco-ontarienne ». / Ces trois textes ont d´abord paru séparément dans les « Cahiers Charlevoix. Études franco-ontariennes » (numéros 1, 2 et 3).

  • Recherches critiques sur le vécu des femmes, analyses sociales et politiques percutantes, les huit articles réunis dans Penser la santé des femmes dans la diversité font écho aux débats de société sur la transformation actuelle des systèmes de santé. Les articles abordent diverses pratiques des femmes dans le domaine de la santé, discutent de l´impact de nouvelles politiques sociales et médicales sur les femmes, et questionnent notamment la santé des femmes francophones en milieu minoritaire. L´ouvrage est issu du colloque Santé d´Elles. Dimensions, pratiques, impact des politiques, tenu à l´Université Laurentienne de Sudbury en 2004.

    Parmi les problématiques soulevées, soulignons :
    - la responsabilité grandissante qu´assument les femmes qui prennent en charge, à la maison, un proche malade ou dépendant, et la perversion de ce « don de soi » par l´État;
    - la difficulté du vécu post-diagnostic du cancer du sein chez des francophones en Ontario et le manque de ressources pour répondre à leurs besoins;
    - les conséquences désastreuses de l´adoption, par l´État, d´un modèle de gestion d´entreprise en matière de santé, instauré de pair avec la « colonisation » du corps féminin par les entreprises pharmaceutiques et les biotechnologies.

empty