• Maison de jour, maison de nuit Nouv.

    Première édition : Robert Laffont, 2001
    Nouvelle traduction
    Une jeune femme s'installe avec R., son mari, dans un hameau perdu de Basse-Silésie, à quelques dizaines de mètres de la frontière tchèque. Nous sommes aussitôt après la chute du régime communiste en Pologne, mais ce n'est pas l'unique changement perceptible : les maisons, les jardins et les forêts environnantes regorgent de vestiges et de traces laissées par les Allemands qui vivaient autrefois, majoritaires, dans cette région. Strates de terre, strates de temps, le hameau prend rapidement les dimensions de l'univers, puisque les possibilités de narrations, à partir de lui, sont infinies. D'une imagination débordante, mêlant légendes, ragots de villageois, explorations des rêves et de l'Internet naissant, recettes de cuisine et fines observations de nos contemporains, ce roman d'Olga Tokarczuk est l'épopée d'un tout petit lieu, avec une ahurissante galerie de personnages, dont Marta, la voisine, perruquière fantasque, qui amorce et tisse les histoires, Marek Marek qui se saoule à mort pour ne plus sentir l'énorme oiseau qui est dans sa poitrine, ou encore Ergo Sum, le professeur de latin qui se changera en loup-garou... et jusqu'à sainte Kümmernis, ravissante femme à barbe crucifiée par son père.
    Prix Nobel de littérature, Olga Tokarczuk a reçu le Man Booker International Prize 2018 pour Les Pérégrins. Traduit en français en 2010 chez Noir sur Blanc, ce roman avait été couronné par le prix Niké (équivalent polonais du Goncourt), un prix que, chose rarissime, l'auteure a une nouvelle fois reçu pour son monumental roman : Les Livres de Jakób.
    Née en Pologne en 1962, Olga Tokarczuk a étudié la psychologie à l'Université de Varsovie. Romancière polonaise la plus traduite à travers le monde, elle est reconnue à la fois par la critique et par le public. Neuf de ses livres ont déjà été publiés en France : Dieu, le temps, les hommes et les anges ; Maison de jour, maison de nuit (Robert Laffont, 1998 et 2001) ; Récits ultimes, Les Pérégrins et Sur les ossements des morts (Noir sur Blanc, 2007, 2010, 2012) ; Les Enfants verts (La Contre-allée, 2016) ; Les Livres de Jakób (Noir sur Blanc, 2018) ; Histoires bizarroïdes (Noir sur Blanc, 2020) ; et enfin Le tendre narrateur (Noir sur Blanc, 2020).

  • La tatoueuse de Jaipur

    Alka Joshi

    « Mes motifs étaient plus élaborés, racontaient les histoires de celles que je servais. Plus le henné était sombre, plus une femme était aimée de son mari - c'était du moins ce qu'elles croyaient. Au fil du temps, mes habituées en étaient venues à croire que mes tatouages avaient certains pouvoirs. »
    Fuyant un mariage abusif, Lakshmi, dix-sept ans, quitte son village rural des années 1950 pour se rendre dans la ville rose et animée de Jaïpur. Là, elle devient la tatoueuse au henné - et la confidente - la plus demandée des femmes de la haute société. Connue pour ses motifs originaux et ses conseils avisés, Lakshmi doit veiller à ne pas alimenter des rumeurs jalouses susceptibles de nuire à sa réputation. Alors qu'elle poursuit son rêve d'indépendance, elle est, un jour, stupéfaite de revoir son mari, qui a réussi à la retrouver. Il est accompagné d'une jeune fille fougueuse, une soeur dont Lakshmi ignorait l'existence. Soudain, sa vie tranquille en est bouleversée.
    Dans une société qui oscille sans cesse entre le traditionnel et le moderne, Lakshmi doit trouver sa place tout en poursuivant sa quête de liberté.
    « Le romantisme du Rajasthan d'autrefois prend forme sous la belle plume d'Alka Joshi. La Tatoueuse de Jaïpur ouvre une porte sur un monde aussi riche et fascinant que dur et cruel. J'attends avec impatience son prochain chef-d'oeuvre. » Sujata Massey
    « Éloquent et touchant... Alka Joshi maîtrise l'art du parfait équilibre entre découverte de soi et besoin d'amour familial. » Publishers Weekly

  • "Texte intégral + dossier général Louis Pergaud"Ceusses de Velrans ont traité ceusses de Longeverne (Tigibus, son frère Grangibus, Lebrac, la Crique, Tintin, Gambette et Tétard) de " c... molles " : la guerre est déclarée. Embuscades, attaques à la fronde, capture de prisonniers, boutons de culotte coupés net en guise de représailles, et " pour ne pas abîmer ses habits en se battant, il n'y a qu'à se battre tout nu "... La Guerre des boutons n'est pas seulement un film ; c'est aussi et d'abord un roman que l'on savoure comme une tartine de goûter, l'évocation d'un monde disparu où les enfants vivent à l'écart des adultes, traquant les nids d'oiseaux, construisant des cabanes, grandissant " en plein vent comme de robustes sauvageons ".
    Trois textes complètent cet ouvrage : "Les petits gars des champs", conférence donnée par Louis Pergaud, "La vie de Louis Pergaud", par Emile Pradel, et "Louis Pergaud écrivain", par Roger Denux.

  • Laissez-vous enchanter par le roman à l'origine du chef-d'oeuvre d'Hiromasa Yonebayashi !

    C'est l'été. Mary vient d'emménager chez sa grande-tante dans le village de Manoir-Rouge. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu'une fois tous les 7 ans. Pour une nuit seulement, grâce à celle-ci, Mary possédera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l'école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s'élève au-dessus du ciel, bien au-delà des nuages. Elle devra alors élucider le mystère de l'étrange « fleur de la sorcière ».


  • Le livre

    "Je pense parfois à elle sous lui. Il est immense, anguleux, dru. Il est comme un ogre ; il doit l'avaler, la dévorer, plusieurs fois, pour la contenir, pour s'en défaire, pour s'en guérir. Parce qu'il n'est pas comme moi ; il a peur ; depuis le premier soir, le soir du chien. Il n'a pas été premier. Il sait qu'elle peut partir ; et comment elle part. Moi je ne le savais pas. Je ne savais pas comment les femmes partent."
    Le Soir du chien, premier roman de Marie-Hélène Lafon, a obtenu le Prix Renaudot des lycéens 2001.

    L'auteur

    Marie-Hélène Lafon est professeur de lettres classiques à Paris. Tous ses romans sont publiés chez Buchet/Chastel.

  • Drag-queens de tous les pays, unissez-vous !

    Roz et Jamie ont déménagé de Londres et se sont installés dans le Suffolk, en quête d'une vie tranquille. Quand ils découvrent la compétition annuelle de drag queens du village, ils n'en reviennent pas.
    Séduits par l'esprit communautaire et imbibés d'alcool, ils s'engagent rapidement dans une bataille pour l'identité du village où tout le monde ne voit pas ce concours d'un bon oeil. Pendant ce temps, à San Francisco, Drew mène sa propre bataille pour sauver son club.
    Bien qu'ils semblent appartenir à des mondes que tout oppose, il devient vite évident que l'habit ne fait pas le moine et qu'ils ont bien plus en commun que ce qu'ils imaginent. Une comédie romantique réconfortante.
    « De l'humour et des personnages excentriques à gogo ! » Katie Fforde
    « Absolument génial ! J'ai adoré ce roman. » Judy Astley
    « Des talons hauts et des aventures de haut vol. Un livre tendre qui vous réserve plus d'un fou rire. » Veronica Henry

  • Pour André et Louisette Pichot, propriétaires exploitants, le temps semble venu de transmettre leurs terres à leur neveu Benoît. Cette décision, ils l'avaient déjà prise depuis longtemps, et il faut maintenant l'officialiser. Rien de compliqué, en somme... jusqu'au jour où l'annonce tombe : le 25­mai 1984, un décret promulgue la construction d'une ligne TGV.
    Commence alors un long parcours, non seulement pour les Pichot et leur famille, mais pour tous les habitants du village et des alentours. Où passera la ligne de chemin de fer exactement ? Comment seront dédommagés les agriculteurs qui, immanquablement, perdront une partie de leurs terres cultivables ? Auront-ils leur mot à dire ? Des questions et des doutes à la mesure d'un projet faramineux...

  • Sous mes yeux

    K. L. Slater

    La confiance aveugle précède toujours le drame...

    Quand Billie, huit ans, disparaît dans la forêt alors qu'il était en train de jouer au cerf-volant avec sa soeur, tous les habitants de Newstead prennent part aux recherches, et le village est sous le choc lorsqu'on retrouve son corps, deux jours plus tard.
    Seize ans après le drame, Rose, qui n'a jamais pu se résoudre à quitter la maison de son enfance, mène une vie en sourdine, toujours accablée par la culpabilité : si elle ne l'avait pas quitté des yeux, son petit frère serait encore en vie.

    Lorsque son voisin et ami de longue date fait un malaise, Rose vole à son secours. Après la bouleversante découverte qu'elle va faire, elle n'a plus qu'une certitude : elle est en danger de mort.

    « Ce roman m'a tenu en haleine de la première à la dernière page. » Bookworm
    « K.L. Slater a encore frappé : c'est décidément la reine du dénouement. » Must Read Books
    « J'ai dévoré tous les romans de K.L. Slater, mais celui-ci est le meilleur ! » Angela Marsons

  • Les bastides sont des villages neufs, au plan régulier, qui sont nés au cours du Moyen Âge dans le sud-ouest de la France. Plus de 300 d'entre elles ont été fondées durant les XIIIe et XIVe siècles par de grands personnages français ou anglais pour des raisons politiques, démographiques ou sécuritaires. Les nouveaux habitants, paysans pour la plupart, y ont trouvé des libertés qu'ils ne connaissaient guère jusque là, des avantages financiers et de grandes possibilités agricoles.
    Les bastides ont, à leur époque, amené une double révolution architecturale et sociale. Elles ont certes traversé des périodes difficiles comme la guerre de Cent Ans ou les guerres de Religion mais beaucoup d'entre elles abritent encore aujourd'hui un beau patrimoine qu'il nous faut précieusement conserver.

  • Le dieu caché

    J-F Dubeau

    En apparence, Saint-Ferdinand présente tous les signes d'un village tranquille : une rue principale depuis laquelle s'étend un paysage de fermes, un poste de police modeste, quelques restaurants et cafés, une épicerie... mais à mieux y regarder, on trouve là-bas quelque chose d'inhabituel : ce cimetière beaucoup trop grand et trop bien rempli, pour une communauté de cette taille.
    Il accueille les victimes du tueur de Saint-Ferdinand, insaisissable depuis près de deux décennies. Un homme enfin est arrêté... mais le village s'avère être la proie de forces encore plus sombres.

    Quand un mal sans nom se révèle à Venus McKenzie, une adolescente du coin, elle découvre que le pouvoir de cette créature est lié de longue date à Saint-Ferdinand... et que les meurtres en série ne font qu'effleurer la surface d'un passé chargé de funestes secrets.

    « Dubeau se révèle l'une des voix actuelles les plus originales du genre. Une imagination superbement macabre. » Anthony Cipriano, créateur de Bates Motel
    « Un chef d'oeuvre d'horreur qui vous tiendra en haleine à chaque rebondissement. L'auteur ne craint pas d'affronter Stephen King sur son propre terrain, celui de la peur, et se laisse guider par un talent infaillible pour le suspense, alors qu'il vous entraîne d'un chapitre à l'autre à un rythme effréné. Haletant dès la première page. » - Crypt TV
    « Dubeau est un conteur hors pair. Les amateurs d'horreur, de thrillers et de mystères trouveront de quoi étancher leur soif dans ce livre. » Criminal Element
    « À la croisée de Stephen King et de Jeepers Creepers. À recommander sans réserve aux lecteurs de fantastique et d'horreur. » Fantasy Faction

  • Neige écarlate

    Anne Waddington

    Un village perché sur les hauteurs du Tarn. Son épicerie, son médecin, son infirmière, sa carrière... et sa maison de retraite ! Un monde clos, un hiver rude et une tempête de neige qui isole le village. Des comportements qui changent soudainement, des résidents de la maison de retraite qui décèdent suite à des comportements inexplicables et la folie qui s'empare de tout le village. Paranoïa, schizophrénie, hallucinations, ce cocktail détonnant va pousser au cours de cette longue nuit d'hiver, la population à s'entretuer, chacun persuadé que l'autre en veut à sa vie ! Quelques personnes semblent épargnées et tentent de résister et de comprendre.
    Empoisonnement collectif ? Virus ? Manipulation mentale à grande échelle ? Expérience scientifique qui tourne mal ? Lorsque le jour se lève et que la tempête se calme, les rares survivants n'auront pas trouvé les réponses...
    Et si tout recommençait ailleurs ?


  • L'action se déroule le samedi 7 juin 2042, à 20h42. Durant cette minute qui n'en finit jamais, de nombreux personnages vont se croiser dans les rues d'un petit village de la campagne française après l'apparition d'une soucoupe volante et la tentative d'enlèvement d'un villageois par des extraterrestres. Parmi eux, on suivra notamment le destin de : Alex, un réfugié monégasque qui n'aurait jamais dû se rendre avec sa future ex-fiancée à une soirée costumée pleine de culturistes ; Lucas, un auteur de science-fiction en panne d'inspiration qui n'aurait jamais dû ouvrir sa porte à Maryline Monreau ; le Grand Joël, auteur de L'Incroyable Révélation, un modeste essai qui apporte une réponse définitive aux plus grands mytères de l'univers ; Madeleine, maire du village et conceptrice d'une technique imparable pour échapper aux angoisses existentielles ; Bob et Douglas, les philosophes du bar local, qui commentent l'action avec l'ampleur lyrique d'un choeur antique (ou presque) ; et, en guest star, Alain Delon, dans un rôle inédit...
    Dans ce nouveau roman jubilatoire de J.M. Erre, c'est le monde de la science-fiction qui sert de terrain de jeu. Pour le plus grand plaisir du lecteur, voici des péripéties et des personnages décalés dans une histoire qui traite de mécanique quantique et de peur de l'autre, de paradoxe temporel et de gobage de poulpe...

  • Suite à son licenciement, Jessy part s'installer en Savoie, dans un village qui a servi de refuge au peintre Steffen Witzberg pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce petit coin de paradis est pourtant menacé par un projet de construction qui en ferait une station touristique. Seule solution : un projet de financement solidaire pour déplacer le lieu des travaux...
    Elle-même artiste, Jessy se voit contrainte de prendre les pinceaux et d'imiter le style de Witzberg afin de vendre un tableau pour une somme conséquente et de sauver son village. Cet acte, pourtant plein de bonnes intentions, aura des conséquences graves et inattendues pour la jeune femme.
    Entre grandeur des paysages et intimité du quotidien, ce roman aux accents historiques présente une humanité où se mêlent espoir et drame.
    Professeure d'histoire et de géographie à la retraite, Jeanne-Marie Sauvage-Avit a vécu ses vingt premières années à Saint-Étienne. Installée désormais dans la région de Martigues, elle partage ses loisirs entre l'écriture, le jardin et les randonnées. Elle est l'autrice de La Cueilleuse de thé, prix du livre romantique 2017 (vendu à plus de 30 000 ex.), et de Perline, Clémence, Lucille et les autres, paru aux éditions des Monts d'Auvergne (Prix Claude Fauriel, en deux tomes) et aux éditions Les Nouveaux Auteurs (Prix du Jury Femme Actuelle).

  • Sylvain Balmont, commercial dans une entreprise agroalimentaire, gagne le jackpot de l'Euromillions grâce à un SDF.

    Son premier réflexe est de retrouver le vagabond pour le remercier et lui venir en aide. Mais son bienfaiteur est mort. En pleine procédure de divorce, le Parisien n'a aucun projet. Et comme il se sent infiniment redevable, il décide d'enquêter sur le passé du SDF, Xavier Rosa, afin d'honorer sa mémoire.
    Ses investigations le conduisent à Villard-sur-Armançon, un village de deux cents âmes, perdu en Bourgogne à proximité d'Alésia. Deux familles de paysans - deux véritables clans - s'y livrent une guerre absurde à laquelle Rosa ne semble pas étranger. Malgré lui, Sylvain déterre des secrets que le maire voulait étouffer. Le conflit entre les deux hommes prend des proportions déraisonnables, chacun essayant de pousser l'autre à bout. Bien aidé par ses millions, le Parisien tient bon.
    Et au milieu des querelles qui agitent le village, il trouve enfin le moyen d'honorer la mémoire de son bienfaiteur : exaucer un rêve de jeunesse de Rosa, un projet un peu fou qui n'a pas fini de faire enrager le maire.
    Paul Ivoire vit dans un petit village de Bourgogne avec sa femme et ses quatre enfants. De formation scientifique, il a été ingénieur agronome puis ingénieur territorial avant de devenir père au foyer. Il se consacre désormais à l'écriture, la musique et la réalisation de spectacles pour enfants. "À chacun son rêve" est son premier roman pour adultes. Paul Ivoire a également publié un deuxième roman aux éditions Anne Carrière : "Mamie cascade" (2019).

  • Soeurs d'armes

    Chérif Zananiri

    Les peintres savent que par moment, un pinceau léger suffit pour suggérer des sentiments diffus, des tranches de vie dont ne restent que les instants singuliers. L'auteur a voulu, à la manière des peintres, narrer un moment difficile de la ville de Saint-Quentin : la période d'occupation dès 1914, puis l'évacuation de la ville, enfin sa destruction.
    Il faut imaginer que cette ville de 40 000 âmes, était considérée comme germanisée dès 1914. Les conditions de vie étaient très difficiles, avec près de 8 000 soldats et officiers installés chez l'habitant, terrorisant, affamant, emprisonnant, séquestrant, prenant des otages et mettant la ville à feu et à sang. Dans ce roman, des personnages attachants, en majorité des femmes, s'aperçoivent qu'il faut prendre en charge les affaires de la cité, organiser la résistance, faire le possible pour bouter les envahisseurs allemands hors de France. Puis, comme c'est souvent le cas, les femmes lorsqu'elles accomplissent des actes héroïques, préfèrent reprendre discrètement leur place dans la cité, sans chercher ni la reconnaissance, ni les honneurs officiels.
    Ce roman raconte leur histoire.

  • Mariée à 16 ans et violée le lendemain de ses noces par un ivrogne ayant le double de son âge, le destin de la jeune Rosa, paysanne normande du début du XXe siècle, semblait tout tracé : subir et se taire. Les hommes ont tout, peuvent tout, décident de tout. Sauf lorsque leurs passions les emportent au-delà du raisonnable et que la petite Rosa, devenue femme, les prend au piège de leurs rêves et de leurs vices. La grande Rosa tiendra alors le monde des hommes dans sa main...

  • Avril 1946, pour Francis, enfin démobilisé et prêt à profiter pleinement de la vie, c'est la désillusion. Il apprend que ses parents sont morts durant son absence, dans des circonstances mystérieuses pour son père, Bastien, qui avait donné son nom à la demeure familiale, la Bastide rouge. Dès lors, que faire de cette bâtisse ? Doit-il rester et reprendre l'exploitation paternelle ou tout quitter et aller à la ville ? Ce moment d'égarement, émaillé de rencontres fortuites et insolites avec de rudes campagnards et de girondes villageoises, aboutira à une remise en question de sa propre vie.

  • En pleine réunion communale, entre les débats sur le monument aux morts et les droits de pacage, les élus abordent une nouvelle inquiétante. Le maire et Léopold, un ancien combattant, ont reçu des lettres anonymes !
    S'ensuivent des événements intrigants, tels que le vol de pains et la disparition d'un agneau, qui vont perturber le quotidien du village. D'autant que tous ces incidents semblent étroitement liés au premier conflit mondial...

  • Au bord d'une paisible bourgade languedocienne, Marcel Montségur, un paysan veuf replié sur son glorieux passé de vigneron rebelle, vit dans sa campagne en compagnie de six poules rousses et de Troumpéto, un coq ponctuel et consciencieux.
    Cette existence sereine et sans surprise va être brutalement troublée par la construction d'un lotissement privé, Le Soleil d'Occitanie.
    Deux mondes, celui des indigènes et celui des nouveaux venus, vont alors se côtoyer sans se rencontrer, avant de s'affronter au sujet de Troumpéto dont les cocoricos autant retentissants que matinaux exaspèrent les propriétaires des pavillons voisins.

    À travers ce fait divers malheureusement emprunté à la réalité, Jean-Pierre Grotti décrit avec un peu de nostalgie et beaucoup de sensibilité la perte de l'identité et du savoir-vivre de tous les villages de France, de Navarre et d'Occitanie submergés par le déferlement inexorable des vagues de citadins.

  • Maurizio a quitté son village sarde pour les beaux yeux d'une touriste francaise, et voila` que l'ideÅLe le prend de rentrer au pays pour ouvrir une librairie ! Aidé de Giacomo, son ami d'enfance, avec qui il a correspondu toutes ces années d'exil, Maurizio,
    « un homme sans histoire, sans bruit, dans un pays où l'on crie pour se dire bonjour »
    va devoir affronter la rancune tenace et la redoutable défiance de ses compatriotes.

  • Au sortir de la Seconde guerre mondiale, une chronique de la vie villageoise, au coeur du massif central, marquée par le désoeuvrement de la fin des combats et les querelles intestines et axée sur la vie sentimentale d'un aubergiste au grand coeur. Des personnages attachants et drôles, sensibles, justes et vrais.

  • La scène se passe dans les années 1930, au plus profond de vastes et sombres forêts, au bord d'un lac où les villageois rythment leur temps en y pêchant des gardons : tradition locale, devenue un rite et le sujet de conversations enflammées.
    C'est cette vie paisible que commence à mener le jeune Miroslaw-Moïse, qui pêche entre son père et son oncle, sur l'appontement. Mais un jour, l'apparition d'un colosse aquatique au milieu des petits poissons bouleverse la vie de la communauté.
    À partir de cet instant, sur les rives du lac, la vie ne sera plus jamais la même.

    Avec une kyrielle de personnages truculents, Gérard Pussey nous plonge dans les décors naturels des récits de Brautigan, sur lesquels plane l'esprit de Mark Twain.

  • L'Orme aux loups est un lieu-dit entouré de vignes et de forêts, au pied de la colline de Sancerre. Quelques années après le terrible siège de la ville protestante (1573) par les troupes du catholique duc de Bourges, une série de crimes insolites va replonger le village dans la peur. Les soupçons se portent d'abord sur un montreur d'ours italien de passage, mais on découvrira peu à peu que personne, ni même les garants du maintien de l'ordre, n'est vraiment sans tache.

  • Du grand n'importe quoi... Francis Mizio Château-Carrois, Haute-Vienne, Limousin, France, Terre. 1 280 habitants.
    Le quotidien de Ladislas n'est pas des plus trépidants, entre la gestion du Café de la gare, où les affaires ne vont pas fort, et le maintien en vie du Frico Carmin à canines, piranha que lui a légué son cousin et dont la survie est liée à la garde de son commerce.
    Mais la chute d'une météorite sur sa voiture flambant neuve va avoir des répercussions inattendues. D'un seul coup, toutes les vieilles rancoeurs semblent se cristalliser autour de ce caillou tombé du ciel.
    Folie, meurtre et fornication s'emparent des habitants. Mais Ladislas n'en a cure : lui, tout ce qu'il veut, c'est se faire rembourser sa voiture. Et connaissant les assurances, ce n'est pas gagné d'avance...
    Né à Melun un jour de novembre 1962, Francis Mizio assaisonne ses polars d'un humour noir et caustique devenu sa marque de fabrique. Dans la lignée de La Santé par les plantes, Tout ce qui tombe du ciel est un pur polar foutraque, entre dialogues absurdes, situations cocasses et personnages délirants.

empty