• De l'égalité des races humaines appartient au grand mouvement des idées
    anthropologiques, sociologiques, philosophiques, historiques, littéraires et
    morales de la fin du XIXe siècle et restera actuelle tant que le racisme ne sera pas éradiqué de nos sociétés.
    Ghislaine GÉLOIN, professeur

    Au courant littéraire esclavagiste du XVIIIe siècle, succéda celui raciste du XIXe. En réponse, les esclaves firent par les armes Haïti et leurs théoriciens défendirent par les livres la race noire. C'est dans cette continuité que trois hommes haïtiens se sont levés pour combattre les thèses racistes en cours : Hannibal Price, Louis-Joseph Janvier, Anténor Firmin. Ce dernier s'en prendra en 1885 au champion toutes catégories du racisme, Arthur de
    Gobineau, et à son Essai sur l'inégalité des races humaines (1855), dans ce livre au titre visionnaire : De l'égalité des races humaines, un incontournable des 100 classiques de la bibliothèque bicentenaire haïtienne.
    George ANGLADE, géographe et écrivain

  • Dans cet univers de légende qui se décline sur papier glacé, qui étaient ces femmes, modèles et mannequins, à la beauté hiératique et hautaine, aux sourires figés et ensorceleurs ? Dans le luxe et la volupté, elles suivent la trajectoire des comètes jusqu'à ce que chacune scintille, devenue égérie d'un photographe, d'un couturier. Mais quels secrets hantent ces carrières fabuleuses ? o Devant la caméra d'un Capa, défilant pour Dior, Alla s'épanouit telle une femme-fleur, multiplie les séances pour des photographes de prestige tels Richard Avedon ou Harry Meerson, mais « la fée asiatique » sombre bientôt dans l'alcoolisme et le désespoir. o Ivy Nicholson, femme-chat aux yeux d'un bleu métallique fascine aussi bien Henry Clarke qu'Erwin Blumenfeld ou William Klein, puis se perd en une folie mortifère pour l'amour d'Andy Warhol. o Marie-Hélène Arnaud, double irrésistible et protégée de Coco Chanel, connaît le destin tragique de ces femmes, un temps resplendissantes et adulées, mais qui vieillissent seules. o Praline, fantasque et imprévisible, fille d'ouvrier transformée en diva, défile pour Lelong, Balmain, Fath, Rochas, Molyneux ou Paquin, puis disparaît en poussière d'étoile, tuée dans sa Citroën sur la route de Deauville... Autant d'existences chaotiques fourmillant de détails et d'anecdotes à travers une constellation de témoignages captivants : Jean Cocteau, Marlène Dietrich, Christian Bérard, Greta Garbo, Ali Khan, autant de noms mythiques qui conjuguent avec élégance art et haute couture. Excentriques ou frivoles, mondaines ou distantes, modèles et mannequins illustres sont les femmes de nos rêves incarnés.

  • Une initiation à la magie de cette île avec ses mystérieuses pierres et les rites qui les entourent encore. Les secrets du Mana, cette force mystérieuse chère aux Polynésiens, y sont dévoilés et les pratiques chamanistes qui l'entourent, révélées.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pour découvrir de nombreuses cérémonies qui n'ont jamais eu de témoins oculaires occidentaux.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • L'école ne considère le jeu qu'avec l'espoir ou la détermination de l'exploiter pédagogiquement. Mais elle oublie que c'est généralement la nécessité qui préside aux activités du travail de l'homme, alors que, chez l'enfant, le jeu est activité naturelle, spontanée, gratuite, qui se poursuit pour elle-même. Il est, pour l'enfant, jouissance de l'activité comme réussite, comme marque et expression de l'être. C'est cette activité naturelle, jaillissante, que les auteurs analysent dans ce livre, avec l'intention, - conformément aux objectifs d'un colloque de Sèvres -, d'en proposer l'introduction officielle à l'École, afin de contribuer ainsi non seulement à la rénovation de celle-ci, mais aussi au bonheur de l'enfant.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans le présent ouvrage, l'auteur étudie plusieurs voies d'approche scientifiques de la personnalité. Il situe cette étude dans le cadre de la psychologie différentielle, médicale et générale, ainsi que dans le contexte de l'anthropologie culturelle. Après une analyse des notions de base en rapport avec la personnalité (tempérament, caractère, traits de personnalité, attitude, etc.), il procède à une étude approfondie de plusieurs systèmes. Parmi les approches factorielles de la structure de la personnalité, l'école anglaise avec Spearman et Eysenck, ainsi que l'école américaine avec Thurstone et, surtout, Cattell sont étudiées. L'approche typologique moderne est représentée par le système de Heymans comme exemple de typologie à base d'observations, la typologie de Jung comme tenant compte des couches inconscientes de la personnalité, et les systèmes de Kretschmer et de Sheldon qui essaient d'englober les aspects somatiques et psychiques dans une structure unique. Le chapitre final donne un exposé des conceptions personnelles de l'auteur où il est montré comment la structure de la personnalité dépasse l'unité somatopsychique pour former une unité fonctionnelle Moi-Monde. Les aspects dynamiques de cette structure bipolaire sont étudiés en même temps que son fonctionnement cognitif et affectif.

  • En proposant de mettre au jour les lois universelles du psychisme humain, la psychologie a prétendu s'édifier en science de type naturaliste. D'un autre côté, l'anthropologie s'est efforcée d'expliquer la spécificité des productions des acteurs sociaux dans des conditions particulières. Cet ouvrage montre la nécessité d'allier la psychologie et l'anthropologie, pour accéder à une meilleure compréhension des phénomènes humains. On verra, par exemple, comment « la culture donne forme à l'esprit », comment elle pénètre les corps, les personnes, les dynamiques identitaires... Aujourd'hui, alors que des turbulences inédites, entraînant une intensification des mouvements de populations, secouent les sociétés occidentales, l'auteur souligne la pertinence des études de psychologie interculturelle : elles éclairent la manière dont opèrent les cadres de référence des acteurs sociaux, leurs grilles d'interprétation du réel, leurs positions respectives dans le monde, et elles peuvent aussi fournir des moyens d'améliorer les relations entre groupes socio-ethniques, par exemple en milieu scolaire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Fasciné très tôt par ses origines bretonnes, Jean Markale est également un enfant de Paris puisqu'il y naît en 1928 et y fait ses études. Dès la fin de la guerre il se lance dans une participation active et fervente à l'explosion poétique et littéraire qui marque à l'époque la capitale, aux côtés de Robert Sabatier, Charles Le Quintrec, Jean Cocteau, Czeslaw Milosz, Hervé Bazin... André Breton fera l'éloge de ses premiers livres sur le celtisme. Ceux-ci inaugurent une longue série d'oeuvres au travers desquelles Jean Markale ressuscite des personnages mythiques ou historiques comme Merlin l'Enchanteur, Mélusine, la fée Morgane, Lancelot, le roi Arthur, et des hauts lieux comme Brocéliande ou le Mont Saint-Michel. Cet immense travail de diffusion d'une tradition par les livres, la radio et la télévision s'accompagne chez Jean Markale d'une expérience intérieure authentique. Celle-ci l'a amené à s'éloigner souvent des sentiers battus pour se concentrer sur la quête des profondeurs, et à s'intéresser à toutes les formes d'aventures spirituelles, du paganisme à l'hérésie cathare. Dans un style vif, parfois acerbe mais toujours inspiré, l'auteur de l'Histoire secrète de la Bretagne, de La Femme celte et de tant d'autres succès nous fait partager ici ses passions, ses engagements et ses interrogations.

  • Toucher du bois pour conjurer le mauvais sort. Éviter d'ouvrir son parapluie à l'intérieur d'une maison de peur d'attirer le malheur. Garder sur soi un trèfle à quatre feuilles porte-bonheur... Chacun d'entre nous a, un jour ou l'autre, été pris en flagrant délit de superstition. Mais d'où proviennent ces croyances ? Que signifient-elles ? Sont-elles identiques dans le monde entier ? Des plus traditionnelles (le fer à cheval, le chat noir...) aux plus insolites (pouvoir supposé des chiffres et des plantes, rituels de la vie quotidienne, manies des grands de ce monde...), Hubert Laurioz dévoile l'origine et le sens oubliés de ces petites habitudes et autres coutumes censées favoriser la chance, le bonheur, l'amour ou la richesse. 500 croyances insolites, souvent issues de traditions anciennes, qui peuvent faire sourire ou se moquer, mais qui cachent pourtant de troublants secrets.

  • Dans le nord-est de l'Arizona, vivent les Hopis, l'une des plus anciennes cultures indiennes d'Amérique du Nord, un peuple dont la spiritualité est étroitement mêlée à leur vie et à leur culture qu'il paraît impossible de l'isoler. Ce volume est une invitation à un voyage littéraire au milieu d'eux.

  • Quelle est, de nos jours, la clientèle des tribunaux correctionnels ? Ni les voleurs, ni les corrompus, ni les racketteurs de banlieue, ni les artificiers corses, mais le citoyen automobiliste. Le contentieux de la circulation qui représente déjà un bon tiers de l'activité répressive des tribunaux correctionnels est en passe de remplacer les vols comme fonds de commerce des juges. Pourquoi mettre dans le même panier que des chauffards et des alcooliques invétérés les trente millions d'automobilistes ordinaires ? Didier Gallot et Jean de Maillard, tous deux magistrats, répondent au fil d'un réquisitoire solidement argumenté. Ils démontrent comment un État affaibli a besoin de faire croire aux citoyens que, par leur comportement, ils menacent la société française. Jugés politiquement incorrects, les automobilistes sont devenus les nouveaux boucs émissaires. Didier Gallot et Jean de Maillard se dressent contre ce nouvel ordre moral et ses excès répressifs. Tout régime qui sombre, expliquent-ils, a besoin de promouvoir des règles d'autant plus redoutables que leur sagesse paraît discutable.

  • Les kibboutz, ces îlots de socialisme à visage humain, ont longtemps excité l'imagination des idéalistes du monde entier. Là, semblait-il, se construisait une société à nulle autre pareille, égalitaire et démocratique, incarnation par excellence du rêve sioniste. Que reste-t-il de ces utopies ? Serge Moati a rencontré une famille issue du premier kibboutz, Degania-Aleph. Ce livre est l'écho des espoirs et des désillusions de cette famille ordinaire et singulière, dont le parcours se confond avec l'histoire de l'État d'Israël.

  • L'histoire et le destin de deux toreros hors du commun, Antonio Borrero Chamaco et son père. Cachera et Ricci font le portrait de ces deux personnages singuliers, au charisme intense, artistes de la corrida.

  • Issue de la prospérité économique, l'exaltation du Désir a atteint son apogée dans les années soixante-70. Le seul obstacle, ou le seul frein, à l'avènement d'une civilisation dionysiaque, ce ne pouvait être, d'après le discours à la mode, que le Pouvoir. L'auteur propose une remise en cause des illusions ou des ruses de ce discours. Le désir reste associé au besoin, et le pouvoir a des comptes à rendre à la propriété. Mais comment, et pourquoi ? Est ainsi testée une méthode d'analyse réaliste du fonctionnement et des contradictions foisonnantes du mode de production capitaliste, à l'aube, plutôt grise, des années quatre-vingt.

  • Après avoir plongé dans l'univers de la haute couture contemporaine, Martine Elzingre, chercheur au CNRS, en ressort un panorama des thèmes contemporains dominants concernant le corps, la nudité, la parure, la séduction, la beauté, la femme, la différence des sexes...

  • Inventé par les stylistes de l'U.S. Air Force dans les années 20, le blouson de cuir est un pur produit du XXe siècle dont l'histoire retrace les modes de trois générations.

  • A travers l'histoire de l'habit de lumière, Jacques Durand nous retrace une histoire complète de la tauromachie et de ses matadors, qui par leurs choix et leurs superstitions en matière de costume, font l'histoire d'un rituel.

  • Recueil de paroles de Gitans. Orales ou écrites, elles témoignent de l'esprit universel de ces nomades très spéciaux en butte, comme tous les nomades, aux agissements des sociétés sédentaires victorieuses. Elles expriment la loi vitale de ces hommes restés libres, ces hommes dont la seule profession est de vivre, comme disait Antonio Machado y Alvarez.

  • Ancré directement dans la pratique sociale et généré essentiellement par des dysfonctionnements dans les relations, par des fractures et des ruptures qui traversent le corps social (conflits raciaux, revendications régionalistes, difficultés liées à l'immigration...), le terme « interculturel » apparaît surtout comme une notion polémique entachée d'affectivité et caractérisée par une élasticité sémantique. L'appel à « l'interculturel » recouvre non seulement une diversité dans ses champs d'application, mais aussi et surtout une multiplicité d'orientations. L'objectif de cette étude est de tenter une première théorisation susceptible de faire progresser le concept, de mieux comprendre les enjeux et de favoriser ainsi l'émergence de réponses adaptées aux problèmes de terrain liés à la structuration plurielle du tissu social et éducatif.

empty