Entreprise, économie & droit

  • Anthropologie de l'inceste
    Tous les jours, près de chez vous, un bon père de famille couche avec sa petite fille de neuf ans. Ou parfois elle lui fait juste une petite fellation. Ou c'est une grande soeur avec sa petite soeur. Dans cette anthropologie de l'inceste, Dorothée Dussy se penche sur les mécanismes complexes par lesquels l'inceste est couramment pratiqué dans l'intimité des foyers français.
    À la faveur du réel, et de la banalité des abus sexuels commis sur les enfants, l'inceste se révèle structurant de l'ordre social. Il y apparaît comme un outil de formation à l'exploitation et à la domination de genre et de classe. Cinq ans d'enquête ethnographique sont restitués dans ce livre : un voyage subversif au coeur de familles que rien, ou presque, ne distingue des vôtres.
    Préface de Charlotte Pudlowski

  • Karine Clément, sociologue et enseignante à l'université Paris 8, a longtemps séjourné en Russie où elle a effectué de nombreuses enquêtes dans une douzaine d'entreprises. Elle en a ramené des témoignages qui nuancent à la fois le tableau noir d'un monde en voie de disparition et l'image colorée d'une population qui se « débrouillerait » et regorgerait de ressources et d'inventivité. Elle explore la vie quotidienne des ouvriers russes et scrute leur subjectivité en leur cédant la parole. Elle nous montre comment ils parviennent, malgré les contraintes qui pèsent sur eux, malgré le poids des rapports de domination, à se forger des espaces d'autonomie individuelle ou collective. Artisans de la chute de l'Ancien Régime, les prolétaires russes ont été sommés d'être libres, en même temps qu'on les privait des moyens de leur liberté. Et tout en perdant les protections des ouvriers soviétiques, ils ont hérité de leurs chaînes. Une fois de plus, ils ont été floués par l'histoire. Le régime ne s'est libéralisé que pour mieux continuer à les exploiter. La tâche est d'autant plus facile que les nouveaux maîtres du Kremlin manient à leur aise la ficelle historique qui permet de jeter le discrédit sur une classe ouvrière qui passe pour avoir été la « classe dirigeante » de l'État soviétique. Là où l'on ne voit souvent dans la Russie d'aujourd'hui que désordre et instabilité, l'auteure nous propose des logiques explicatives d'ensemble où l'instabilité est au coeur de la logique du système qui s'est mis en place sur les décombres de l'URSS.

  • Pour appréhender la formation de normes nouvelles dans les campagnes chinoises, les auteurs analysent les principes d'action et les fondements du lien social existant avant l'arrivée au pouvoir du Parti communiste. Cette étude est centrée sur l'évolution

  • La Corée ? « Un pays né pour mourir », titrait un journal occidental en 1959. Aujourd'hui, la Péninsule est la onzième puissance industrielle du globe. Un développement économique foudroyant qui a bousculé en quelques décennies une société figée depuis des siècles. Aujourd'hui, dans ce pays profondément confucianiste, l'autorité du père est remise en cause, les femmes s'approprient les lieux et les métiers réservés aux hommes. Urbanisation, démocratisation, ouverture sur le monde modèlent un paysage qui change plus vite que les esprits, comme l'attestent la force des traditions chamanes, le nationalisme exacerbé - ou ces piments que l'on fait sécher en septembre sur des routes où passent toujours plus de voitures. Autant de paradoxes pour le « pays le plus secret d'Asie », et un voyage à l'intérieur d'une Corée qui n'est pas celle des guides de voyage : la Corée de tous les jours où est en train de naître une nouvelle société que nous vous invitons à découvrir.

  • Si un Japonais vous annonce une catastrophe en souriant ; si une femme Togo refuse la main que vous lui tendez : ne les accusez pas trop vite de légèreté ou de grossièreté. Comme le souligne Jean Seisser, chacun d'entre nous a tendance à oublier qu'il est toujours un étranger pour l'autre et que les attitudes culturelles, les habitudes, les agissements qui nous paraissent simples et naturels n'en sont pas moins totalement étranges ou ignorés sous d'autres cieux. Des salutations aux manières de la table, de l'art de la conversation à celui de la séduction, Jean Seisser, grand voyageur de par le monde, s'est fait ethnologue de la vie quotidienne pour nous concocter un véritable guide des us et coutumes à travers les cinq continents. Pour parcourir la planète en toute sérénité, et éviter de commettre d'impardonnables erreurs, ce Petit manuel plein d'humour, solidement documenté, enrichi de lexiques très pratiques, s'avérera vite indispensable.

  • Parce que le Japon est un partenaire économique décisif et un acteur majeur du jeu mondial, il est essentiel de comprendre de l'intérieur la métamorphose dont il est le théâtre.

  • La région, l'ethnie et la minorité sont des réalités parfois explosives lorsqu'elles sont associées à des stratégies d'acteurs. Cet ouvrage collectif confronte ces catégories à travers le thème de l'affirmation identitaire et des effets politiques du phénomène. À l'aide de plusieurs exemples et d'approches différentes, il montre comment la mobilisation régionale et les minorités ethniques défient l'espace « statonational » au nom des particularismes, selon des modalités souvent analogues. Les dépendances françaises de la Caraïbe, la Bretagne, la Corse, le Pays basque espagnol ont en commun de revendiquer leurs spécificités. Les minorités caribéennes de France, de Grande Bretagne, des Pays-Bas et des États-Unis se transforment progressivement en groupes de pression, utilisant la citoyenneté comme ressource de l'affirmation identitaire. Outre les convergences entre la revendication régionaliste et la mobilisation ethnique qu'il met en évidence, ce livre présente l'intérêt de réunir des élus aux appartenances identitaire et institutionnelle multiples, des universitaires et des chercheurs de plusieurs disciplines.

  • Cette étude sur les Français de l'étranger montre que la mondialisation de l'économie et la recherche de nouveaux marchés incitent de plus en plus de Français, notamment de jeunes cadres, à s'intéresser aux nations étrangères. Ce faisant, les expatriations tendent à être plus courtes que par le passé, et l'image de la culture et du luxe français cèdent le pas à la France, pays de technologie.

  • Cet essai nous plonge dans des mondes méconnus, celui des Gitans de Perpignan, des commerçants africains de Marseille, des sidérurgistes lorrains en Provence... mais aussi celui des élites professionnelles internationales. Alain Tarrius, qui se consacre depuis des années à la découverte de ces populations dites marginales, montre avec brio qu'elles ont construit un monde à part, international, efficace, qui mène à un renouveau des cosmopolitismes dans les villes européennes sous l'effet de la mondialisation. Il analyse comment ces populations développent dorénavant des capacités de métissages sociaux, culturels et économiques insolites, éloignées des formes classiques de l'intégration, dans une cohésion apparemment paradoxale qui échappe aux logiques de fonctionnement des États-nations, mais rejoint des pratiques planétaires de la nouvelle économie. L'ouvrage est conçu comme un dialogue entre exposés didactiques de travaux de terrain et propositions théoriques : économies de l'officialité, économies souterraines, de produits d'usage licites ou de drogues, trajectoires individuelles, destins collectifs, s'articulent dans les quartiers de grandes villes et le long des espaces qui les relient, afin de produire de nouvelles formes sociales cosmopolites impensables voici peu encore. Pour le lecteur aussi, le dépaysement et le voyage sont de la partie...

  • Du nom unique de l'époque franque au nom d'usage autorisé par la loi de 1985, l'histoire du nom est avant tout celle d'une institution sociale, reflet des grandes mutations de notre histoire.

empty