• "J'ai dévoré bien des livres, vécu grâce à eux d'inoubliables instants. Ils me transportaient, m'exaltaient, me laissaient anéanti, ne cessaient de me triturer, m'aidaient à me connaître, à m'ouvrir mon chemin... Par la suite et au long des années, ils ont eu à combler ma faim, une faim qui réapparaissait aussitôt qu'assouvie. Toutefois, après les avoir ingérés, comment me séparer d'eux alors qu'ils avaient eu pour moi une telle importance? Il fallait absolument que j'en garde quelques bribes. D'où ma manie de prélever ces mots, ces phrases qui m'avaient dévasté, embrasé, poussé à aller plus avant. Manie d'autodidacte qui s'acharne à creuser toujours plus profond, qui tient à ne rien perdre de ce qu'il a acquis, qui veut pouvoir mâcher encore et encore ces mots où puiser force, lumière, énergie. Les phrases et textes rassemblés dans ce volume sont tirés des carnets où se trouve thésaurisée cette nourriture qu'aiment à consommer ceux qui se cherchent, cherchent un sens à la vie."
    Charles Juliet.

  • Une nouvelle collection de petits livres pour découvrir et aimer les grands écrivains !
    Une nouvelle collection de PL sur la littérature pour faire comprendre et aimer les écrivains. Chaque livre comprendra une biographie, des citations emblématiques ainsi que des clés de lecture pour entrer dans l'oeuvre. Jean-Joseph Julaud nous embarque dans l'oeuvre aux milles visages de Victor Hugo, de la poésie lyrique des
    Contemplations en mémoire de Léopoldine, au roman social des
    Misérables, monument de la littérature française, en passant par ses écrits politiques engagés.

  • Une nouvelle collection de petits livres pour découvrir et aimer les grands écrivains !
    Une nouvelle collection de PL sur la littérature pour comprendre et aimer les grands écrivains. Chaque livre comprendra une biographie, des citations emblématiques ainsi que des clés de lecture pour entrer dans l'oeuvre. Tout le monde a entendu parler du
    Traité sur la Tolérance de Voltaire ou l'a même relu très récemment à cause des événements tragiques qui ont bouleversé le monde ces deux dernières années. Il est temps de découvrir ou de rédouvrir ce grand philosophe et essayiste emblématique du siècle des Lumières.

  • Avez-vous peur de mourir dans votre sommeil, enseveli sous l'écroulement de votre bibliothèque? L'accumulation de livres ne met-elle pas en danger l'existence même de votre famille? Classez-vous les volumes par thème, langue, auteur, date de parution, format ou selon un autre critère de vous seul connu? Peut-on faire voisiner sur une étagère deux auteurs irrémédiablement brouillés dans la vie? Autant de graves questions se posant à cette espèce en voie de disparition : les bibliomanes, qui, outre la passion de posséder les livres, ont celle de les lire. Les bibliothèques sont des êtres vivants à l'image de notre complexité intérieure. Elles finissent par composer un labyrinthe dont pour notre plus grand, et dangereux, plaisir nous pouvons très bien ne plus sortir. Dans ce petit traité sur l'art de vivre avec trop de livres apparaissent, parmi nombre d'autres, Pessoa tentant de devenir bibliothécaire, Matisse postulant au poste de 'contrôleur du droit des pauvres' ou encore le capitaine Achab et le mystère de sa jambe abandonnée à Moby Dick. En fait, ces milliers de pages qui occupent nos étagères sont peuplées de fantômes bien vivants qui, une fois rencontrés, ne nous quittent plus.

  • La nouvelle édition du best-seller qui a déjà conquis 100 000 lecteurs !La nouvelle édition du best-seller qui a déjà conquis 100 000 lecteurs ! " Mignonne, allons voir si la rose ", les amours de Rodrigue et Chimène, la madeleine de Proust... Cela évoque-t-il pour vous de bons souvenirs ? Peut-être vos premiers cours de français au collège ? Ou encore des aventures à couper le souffle, des histoires d'amour inoubliables, les destins des héros de romans que vous dévoriez lorsque vous étiez enfant ?
    Avec
    La Littérature française pour les Nuls, retrouvez ce plaisir de la lecture et revivez les plus grands moments de son histoire.
    Laissez-vous guider à travers dix siècles de littérature, des fabliaux à l'autofiction, en passant par les Lumières, le romantisme et le surréalisme ! Avec Rabelais, Mme de Sévigné, Baudelaire, Hugo... jusqu'à Beigbeder ou encore Amélie Nothomb, vous partagerez l'intimité de plus de 200 écrivains qui composent notre panthéon littéraire. Vous tomberez sous le charme des poètes, ces mal-aimés, et rirez de la bêtise de Monsieur Jourdain !
    Qui a dit : " Je veux être Chateaubriand ou rien ! " ? Qui pratiquait le
    gueuloir ? Vous l'avez au bout de la langue ? Avec
    La Littérature française pour les Nuls, vous allez tout savoir.
    Avec quarante illustrations inédites d'Emmanuel Chaunu !

  • Tout le monde, un jour ou l'autre, a besoin d'être pardonné et, surtout, de pardonner à quelqu'un. Pourtant, plusieurs résistent et manifestent des réticences quand vient le moment de passer à l'acte. Comment pourrait-on, du reste, pardonner l'impardonnable ? Après tout, on ne peut quand même pas abdiquer ses droits, renoncer à la justice, oublier tout comme si de rien n'était, faire rire de soi, et quoi encore...

    Ce genre de méprises a conduit l'auteure à rappeler la matière, la source toute gratuite, la nécessité tout autant que les risques et les obstacles, les bienfaits, la finalité ultime de cette réalité fondamentale mais complexe qu'est le pardon.

    La réédition de cet ouvrage au succès jamais démérité, permet, par son approche éclairante et facile d'accès, d'approfondir la vraie nature du pardon.

    Un incontournable des ouvrages traitant du pardon. Une vue d'ensemble, brève mais très éclairante des différentes approches du pardon

    Membre de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal, Marie-Thérèse Nadeau, aujourd'hui décédée, a été professeure de théologie dogmatique au Collège dominicain de philosophie et de théologie à Ottawa. Diplômée de la Sorbonne et de l'Institut catholique de Paris, elle a publié de nombreux ouvrages aux éditions Médiaspaul entre autres, Silence la plus belle des paroles, La solitude, malheur ou chance ?,Condamnés à l'amour, etc..

    - Un incontournable des ouvrages traitant du pardon
    - Une vue d'ensemble, brève mais très éclairante des différentes approches du pardon

  • « Les livres sont trop chers », « Les distributeurs sont tout puissants », « Le numérique va tuer le livre », « Les éditeurs exploitent les auteurs », « L'édition n'est pas rentable », « Il y a trop de livres » « L'offre des librairies en ligne est plus large »...

  • En solidarité avec les femmes et les enfants victimes de la guerre et des intégrismes.

    Isabelle Huppert lit "Musique et Poésie" d'Ingeborg Bachmann.
    Nicole Garcia lit "Poèmes" d'Emily Dickinson.
    Michèle Morgan lit "La Maison de l'inceste" d'Anaïs Nin.
    Marie-France Pisier lit "Poèmes" de Nelly Sachs.
    Nathalie Baye lit "Corps séparés" de Clarice Lispector.
    Anouk Aimée lit "Agnès" de Catherine Pozzi
    Dominique Sanda lit "Lettres" de Marina Tsvetaïeva.
    Marie-Christine Barrault lit "Poème" de Laure.
    Sonia Rykiel lit "Poèmes" de Joyce Mansour.
    Carole Bouquet lit "La Fascination de l'étang" de Virginia Woolf.
    Catherine Deneuve lit "Le Petit Garçon" de Jean-Loup Dabadie.
    Arielle Dombasle lit "Le Don" de Hilda Doolittle.
    /> Juliette Gréco lit "L'Homme jasmin" d'Unica Zürn.
    Coline Serreau lit "Requiem".

    Lectures d'extraits pour chacune des lectrices.
    Musique : ZAP MAMA avec Marie Daulne, Sylvie Nawasadio, Sabine Kabongo.

  • Les soeurs Brontë

    Laura El Makki

    Les soeurs Brontë sont un mystère. Isolées du monde, filles d'un pasteur de village, elles ont révolutionné l'histoire littéraire en publiant, sous pseudonymes masculins, des romans brûlants d'amour et de vie comme Jane Eyre et Les Hauts de Hurlevent.
    Haworth, 1836. Dans les landes du Yorkshire, Charlotte (20 ans), Emily (18 ans) et Anne (16 ans) écrivent à la lumière de la bougie. Comment ces jeunes femmes de condition modeste, sans relations ni entregent, vont-elles devenir des auteurs qui comptent ? Quel rôle tient leur frère Branwell, artiste raté, dans cette fratrie à la fois soudée et rongée par les non-dits ?
    Partie sur les traces des soeurs Brontë, Laura El Makki nous plonge dans leur intimité, leurs alliances, leurs déchirements, et nous raconte le destin de trois femmes aux prises avec l'adversité, qui ont su trouver en elles la force d'exister.

  • De la condamnation de l'enrichissement personnel par Aristote à la critique du fanatisme du marché de Joseph Stiglitz, en passant par la lutte de Milton Friedman contre l'interventionnisme ou la taxe sur les transactions financières proposée par James Tobin, ce guide présente la vie et les idées maîtresses de près de 80 grands penseurs de l'économie. Ce livre est une mine d'informations et de repères pour tout public, que l'on soit étudiant, enseignant ou simple curieux de la chose économique, c'est une alliance de pédagogie et d'érudition pour nous éclairer sur notre système économique actuel.

  • À l'âge de neuf ans, je suis tombée amoureuse de la langue anglaise. J'écoutais la BBC sans comprendre, comme on écoute une musique. Puis j'ai aimé l'Angleterre, le pays et ses écrivains...
    Au Monde, l'anglomanie de Florence Noiville est connue. Elle est toujours volontaire pour franchir les trente-sept kilomètres qui séparent Calais de Douvres. Au fil du temps, elle a ainsi rencontré la plupart des écrivains qui comptent de l'autre côté du Channel. Avec certains, des liens privilégiés se sont tissés. Autour de la littérature bien sûr, mais pas seulement : J'ai parlé de peinture avec William Boyd, de cuisine avec Julian Barnes. J'ai plaisanté avec David Lodge au sujet de la France, joué à cache-cache avec Ian McEwan et recueilli la dernière interview, à Berne, de John le Carré...
    Le tout a fini par constituer une galerie de portraits intimes, décalés, non conventionnels. Ce sont vingt-trois d'entre eux qui sont réunis ici. Tous ont paru dans Le Monde des livres entre 1997 et 2013. Par petites touches, ils composent un tableau vivant et coloré de la littérature d'Outre-Manche - celle qui est en train de s'écrire.
    Stefan Zweig avait beau dire que la véritable Angleterre, c'est Shakespeare, qu'avant lui tout n'est que préparation et qu'après lui il n'y a plus que contrefaçon boiteuse, ce qui se dégage de ces textes, au contraire, c'est la vitalité extraordinaire du roman anglais où se mêlent, depuis quelques décennies, la prose la plus classiquement british et le souffle régénérateur venu de l'ancien Empire. Ce qui se publie à Londres aujourd'hui? Une littérature globale, souvent au meilleur sens du terme.

  • En architecture, les pénétrables désignent les voies d'accès à un bâtiment. Ici, les bâtiments désignés sont des livres. Les noms qui ont signé ces livres habitaient un corps. Un corps vivant, comprimé entre deux dates. Montées en successives scènes d'un cinémathon élémentaire proche de la lanterne magique, ces vies flashées et non exemplaires auraient fonction de lucioles. Manière de considérer les corps et leur existence comme des 'machines à semence'. Lambeaux de spectres, fantômes vivants, ils occupent une galerie ouverte dont les portes sont sans cesse battantes. Liliane Giraudon dit qu'elle a longtemps rêvé les livres comme de petits stocks de munition. Des outils pour faire reculer le travail de la mort. Ce livre n'est pas un livre d'hommages. Plutôt une sorte de couloir où seraient exposés 25 bustes ciselés, de tailles différentes, 25 bustes d'auteurs parmi ceux dont les textes l'ont aidée à vivre. Le mot 'bustier' ne se limite pas à désigner cette pièce de l'habillement enserrant étroitement le buste des femmes pour laisser les épaules nues. Il désigne aussi le sculpteur spécialisé dans l'exécution des bustes. Revisitant une ancienne pratique funéraire, Liliane Giraudon a voulu ici se livrer en tant que 'bustière' à un exercice de littérature vivante.

  • Les auteurs

    Danielle Mémoire

    Et, chacun d'eux, l'auteur unique du Corpus.


  • Ce voyage vers l'ailleurs ne pouvait se faire qu'en chevauchant Pégase sur la ligne de l'esprit. "Car l'esprit est une droite lancée vers la lumière."


    Frédéric Halbreich nous propose ces"Vues du sol" comme autant de clichés improbables, dans une époque qui ne l'est pas moins.

  • Sissie est une jeune orpheline qui rêve de devenir Chanteuse, mais elle devra grandir et persévérer pour devenir une diva ! Sans oublier le retour agaçant de sa rivale, l'ex de son futur mari, une fille insupportable... Les problèmes s'accumulent : la vie du couple est en balance, le voisin est au courant, la belle-mère s'y ingère, y compris les paparazzis... Un roman mené avec beaucoup d humour, qui mêle jalousie et persiflage.

    Biographie de l'auteur :
    Née en 1984, Divine Kanza est éditrice des éditions La lettrine Culture et Journaliste littéraire du magazine La lettrine Culture, mais elle reste avant tout une auteure. Son style d'écriture est cinématographique, loufoque, avec plein d'humour. Elle trouve sa place dans tous les registres littéraires. Son mouvement littéraire est le Burlesque : se traduisant par le cinéma, l'humour, le ton... Elle est également proverbiale et crée ses propres expressions françaises.Ses oeuvres contemporaines et classiques adaptées au style de Voltaire, Molière donnent un grand plaisir aux lecteurs.
    Son proverbe : - Sans l'amour je te hais, même étant borgne, et sans la haine je t'aime au point de ne plus te haïr.

  • Les « littératures de l'exiguïté » liées aux diverses communautés francophones du Canada ont souvent été étudiées, dans la suite de François Paré, comme des lieux en quête de légitimité et d'autonomie propres à les distinguer. Plusieurs travaux se sont alors intéressés aux particularités des littératures selon les différentes régions de la francophonie canadienne (Acadie, Québec, Ontario français, Ouest canadien). Les contributions de ce recueil proposent une réflexion qui va au-delà de ces particularités régionales en posant l'étude des littératures francophones du Canada sous le signe du rapprochement. L'ouvrage réunit des études qui s'intéressent à l'aspect unitaire de ces littératures, à la reconfiguration des espaces identitaires et à des aspects moins étudiés de certaines auteurs (dont Victor-Lévy Beaulieu, Daniel Castillo Durante, Simone Chaput, André Christensen, France Daigle, Sergio Kokis, Georgette LeBlanc, Rachel Leclerc, Émile Ollivier, Jocelyne Saucier et Jacques Savoie)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • David Lonergan a accompli ce que personne d'autre n'avait réussi avant lui : assurer une critique littéraire et artistique des productions acadiennes sur une longue durée. Il agit en passeur entre l'auteur et le lecteur, un passeur informé et attentif, respectueux des oeuvres qu'il critique et des lecteurs auxquels il s'adresse.



    Plus de 120 oeuvres d'une soixantaine d'auteurs y sont commentées. Comme l'affirme le professeur et spécialiste de la littérature acadienne Raoul Boudreau dans sa préface : « Les textes réunis ici contiennent l'essentiel et donnent une idée tout à fait représentative et globale de la littérature acadienne de ces années. »



    Le poète et artiste multidisciplinaire Herménégilde Chiasson, lui-même sujet de plusieurs de ces chroniques, considère que « l'idée de recueillir ces chroniques pour en faire un livre est un projet admirable, qui rassemble dans un même ouvrage un discours foisonnant et une pensée plurielle, composant un puzzle dont tous les morceaux recomposent un tableau complet et surprenant. »



    Écrit dans un style simple, limpide et vivant, sans autre prétention que de faire découvrir et apprécier la littérature acadienne, «Tintamarre» s'adresse à tous ceux et celles qui aiment la littérature qu'ils soient lecteurs, étudiants, enseignants ou professeurs.


  • Qu'est-ce que vous vous dites quand vous vous levez fièrement, rempli
    de patriotisme, pour accomplir votre devoir civique et que l'on vous
    dit que vous l'avez déjà fait ? Y a-t-il un double de vous qui
    participez aux activités électorales à votre place ?
    A travers une écriture maîtrisée, St Antoine de La Vuadi nous livre sa plus belle nouvelle.

  • Dirigé par Catherine Cyr, le dossier de ce numéro est consacré aux corps atypiques. Le corps « normal » est une fiction. Au carrefour des discours sociaux et des représentations imaginaires, entre le corps standardisé du monde de la mode et celui, supposément neutre, de la médecine, s'érigent des morphologies plurielles, composites. Sont notamment évoquées les démarches de Romeo Castellucci et Sébastien David. Parmi les créateurs à qui on donne la parole, mentionnons Debbie Lynch-White, Menka Nagrani et Catherine Bourgeois. Hors dossier, on trouve notamment des textes de Dave St-Pierre et de René-Daniel Dubois, ainsi qu'un entretien avec le metteur en scène torontois Chris Abraham.

  • Avec ce numéro, la revue JEU se présente à vous sous une toute nouvelle forme. Dirigé par Christian Saint-Pierre, le dossier concerne l'engouement que ressentent certains créateurs de théâtre québécois pour la capitale allemande. On lira les lettres d'amour de Marie Brassard, Daniel Brière, Evelyne de la Chenelière, Martin Faucher, Sarah Lachance, Catherine De Léan, Éric Noël et Marie-Lyne Rousse. En complément, le traducteur Frank Weigand explique pourquoi, selon lui, la pratique théâtrale berlinoise fascine autant. Hors dossier, on trouve notamment des textes de Justin Laramée et de Jean-Philippe Lehoux, ainsi que des entretiens avec le jeune metteur en scène français Julien Gosselin et la directrice sortante du FTA Marie-Hélène Falcon.

  • Dirigé par Catherine Cyr, le dossier analyse quelques-unes des formes que revêt aujourd'hui la mise en action du spectateur au théâtre. Alors qu'Anyssa Kapelusz aborde le passage de la « participation » au « participatif », Gilbert Turp analyse la fragile relation qui unit l'acteur au spectateur. Certains textes posent leur éclairage sur une pratique ou une oeuvre en particulier, comme un parcours ambulatoire créé par Sophie Cadieux et Alexia Bürger ou une pièce présentée dans un hôtel abandonné de New York. On trouve aussi dans ce numéro un portrait du dramaturge Jean-Paul Quéinnec et le compte rendu d'un colloque consacré aux enjeux du son au théâtre.

  • Dirigé par Philippe Couture et Christian Saint-Pierre, le dossier de ce numéro s'intéresse aux frontières linguistiques, celles qui séparent les créateurs et divisent les publics, mais aussi, plus largement, celles qui éloignent les communautés, les cultures, les imaginaires, les esthétiques et les méthodes. Les textes portent essentiellement sur les rapprochements, au Québec et au Canada, entre le français et l'anglais, mais on jette aussi un oeil du côté des pratiques étrangères ainsi que du côté du cirque et de la danse. Parmi les articles hors dossier, mentionnons la réflexion de Pascal Brullemans sur la présence de l'auteur en salle de répétition, un portrait du Moulin à Musique et une carte blanche au danseur Marc Boivin.

  • La rupture étant une chose très sérieuse, elle est traitée avec humour.

empty