• La danse, au début, pour Suzanne, c'était un jeu. Elle l'a apprise grâce à un livre, a suivi des cours, et elle y a pris goût. Tant et si bien qu'aujourd'hui c'est un nouveau monde qui s'offre à elle. Oui ! Car elle a présenté sa candidature à l'école des petits rats de l'Opéra. Le début de la gloire ? Oh, pas si vite...Suzanne va devoir quitter son école et sa famille pour rejoindre l'internat de Nanterre. Sa directrice redoutable. Ses élèves aux prénoms improbables, prêtes à tout pour réussir. Et rencontrer Romu Millorteil en personne, le dieu vivant des chorégraphes. Et quand on a onze ans, entrer dans la danse est loin d'être une simple partie de plaisir...

  • « On me pose très souvent la même question depuis que j'ai été nommée première danseuse étoile noire américaine à l'American Ballet Theatre. Et maintenant ? [...] Le plus souvent, lorsqu'on m'interroge sur mes projets pour l'avenir, je hausse les épaules, souris, et réponds : "répéter".
    Les annonces de nomination se font de manière inattendue et elles ne se basent sur aucun modèle défini, cependant il était normal que j'apprenne la mienne dans le studio où j'ai passé tant de temps ces dernières années depuis que j'ai intégré la compagnie de l'American Ballet Theatre en 2000. [...]
    La nouvelle fut une surprise totale. [...] j'ai fondu en larmes. Comment aurais-je pu réagir autrement quand mon plus grand rêve venait juste de se réaliser? » Misty Copeland

    « Bouleversant et éloquent. » The New York Times

    « Son histoire est un modèle pour toute personne - homme ou femme, noire ou blanche - qui s'évertue à poursuivre un rêve malgré les nombreux obstacles apparents. La grâce avec laquelle elle atteint le sien est un exemple pour tous. » Booklist


    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Johan-Frédérik Hel-Guedj

    Illustration de couverture :
    Kevin Mazur/Getty Images

  • « Il n'y a point de pires sourds que ceux qui ne veulent point entendre ! » Sganarelle, dans L'Amour médecin, nie l'évidence : si sa fille Lucinde est malade, c'est parce qu'elle désire se marier et qu'il s'y oppose obstinément. Aucun médecin au monde ne pourrait guérir la jeune femme. Sauf un... Heureusement que Lisette, l'habile servante, a plus d'un tour dans son sac pour aider sa maîtresse !
    Dans Le Sicilien ou l'Amour peintre, Adraste peut lui aussi compter sur son valet. Il aime la belle Isidore et doit redoubler d'efforts pour la soustraire à celui qui veut l'épouser.
    Jaloux trompé, valet fripon et médecin pédant : ces deux comédies-ballets mettent en scène les plus grands rôles du théâtre de Molière.

  • Quand Platoule, la directrice de l'école de danse de l'opéra de Paris où je suis élève, nous a annoncés qu'elle avait accepté l'invitation de Monsieur Troudair, le chorégraphe de la gigoto, j'ai su que je n'oublierais jamais que l'Amérique était un continent, avec le Canada tout au Nord. Nous allons passer quatre semaines à Montréal, vingt-huit dodos et cent vingt heures de cours. Non seulement, nous suivrons des leçons de danse mais aussi des cours de français et de maths. Jusqu'ici, tout va bien... ça ressemble à notre vie à l'internat. Sauf que Troudair tient aussi à nous faire découvrir tout un tas de nouveaux exercices : gigotomanie, éveil du corps, yoga... Je me suis juré de ne pas participer aux cours de gigoto, je prétexterai que mes orteils font grève. Dans la vie, il faut suivre ses principes.

  • Après la guerre, lorsqu'il revient dans la ville où il a passé son enfance, le jeune homme ne reconnaît personne, et personne ne le reconnaît. Mais il avance, il marche, et certains se demandent ce qu'il peut bien chercher. Est-ce qu'il vient pour venger ses parents, retrouver une maison, son passé, son enfance ? Et puis il y a cette voix qui nous dit : il avait promis qu'il reviendrait pour elle.
    Quelque part, là, Katja a survécu, elle aussi espère, elle aussi marche dans les décombres.

  • Germain Hilaire Edgar Degas (Paris, 1834 - 1917)
    Dans le cercle des impressionnistes, c'est de Renoir que Degas fut le plus proche : tous deux préférèrent comme motif de leur peinture le Paris vivant de leur époque. Degas ne passa pas par l'atelier de Gleyre et fit probablement connaissance avec les futurs impressionnistes au café Guerbois. En 1853, il commença à faire son apprentissage à l'atelier de Louis-Ernest Barrias et, à partir de 1854, il devint l'élève de Louis Lamothe, qui ne jurait que par Ingres, et transmit son adoration pour ce maître à Edgar Degas. À partir de 1854, Degas se rendit régulièrement en Italie, d'abord à Naples, où il fit connaissance avec ses nombreux cousins, puis à Rome et Florence, où il copia inlassablement les maîtres anciens. Les dessins et esquisses qu'il y fit, révèlent des préférences déjà marquées : Raphaël, Léonard de Vinci, Michel-Ange, Mantegna, mais aussi Benozzo Gozzoli, Ghirlandaio, Titien, Fra Angelico, Uccello, Botticelli. Dans les années 1860 et 1870 il devint le peintre des courses, des chevaux et des jockeys. Sa fabuleuse mémoire de peintre retenait les particularités des mouvements des chevaux partout où il en voyait. Après ses premières compositions, assez complexes, représentant des courses, Degas assimila l'art de traduire l'élégance et la noblesse du cheval, ses
    mouvements nerveux et la plastique de sa musculature. Vers le milieu des années 1860, Degas fit encore une autre découverte ; en 1866, il peignit sa première composition ayant pour sujet le ballet : Mademoiselle Fiocre dans le ballet de la Source (New York, Brooklyn Museum). En 1872, apparaît son premier tableau consacré uniquement au ballet : Le Foyer de la danse à l'Opéra de la rue Le Peletier (Paris, musée d'Orsay). Dans une composition soigneusement construite, où s'équilibrent des groupes de personnages à droite et à gauche, chaque ballerine se livre à ses propres occupations, chacune bouge de son côté. Pour accomplir une tâche pareille, une longue observation et une énorme quantité de croquis étaient indispensables. C'est pourquoi Degas passa du théâtre dans les salles de répétitions, où les danseuses s'exerçaient et prenaient leurs leçons. C'est ainsi que se décida le deuxième domaine de la vie environnante qui allait intéresser Degas. Le ballet resta sa passion jusqu'à la fin de ses jours.

  • Robin's got everything it takes to be a principal dancer: the body, the feet, the strength and the passion. But his devil-may-care attitude plays havoc with discipline at the Premier Dance School. One more prank may be one too many. That's why everyone is shocked when he's the only student dancer picked to understudy with the company, even though the choice makes sense-Robin is cast as Puck, the annoying trickster fairy in A Midsummer's Night Dream. Shock turns to horror when the principal dancer is injured and Robin has to perform instead. The other dancers don't think he can pull it off, and even Robin wonders if it's too much too soon.
    Will his big break kill his career before it even starts?

  • When Cassie comes to Vancouver from Australia for an intensive summer program at a prestigious ballet school, she finds it hard to fit in. A clique of girls who have been at the school a long time don't want the newcomers to get any attention. At first Cassie tries to go along to get along, but when she realizes that some of the visiting summer students are being bullied and threatened, and that she herself is being sabotaged, she finally speaks out—and finds out how far some girls will go to succeed.

  • When Meg's summer ballet program is canceled and her ballet teacher suggests she attend Camp Dance to learn new dance styles, Meg is devastated. Worse still, her teacher thinks she lacks stage presence and needs to connect more with her audience. At camp, Meg struggles to learn contemporary dance. A girl named Logan, who is jealous of Meg's ballet technique and her friendship with Nio, a cute contemporary dancer, makes Meg's life even more difficult. When Meg, Nio and Logan have to work together to create a piece for the final show, arguments threaten to ruin their dance. Unless they are able to overcome their differences, Meg's time at Camp Dance will have been a disaster from start to finish.

  • Fifteen-year-old Natalie is obsessed with ballet and plans to spend the entire summer in dance class with her two best friends. But when her mom gets a job out of town, Natalie gets shipped off to stay with cousins she barely knows.

    Natalie is thrilled when her cousins invite her to join them at the local dance studio. But it turns out it's not a ballet class; it's Irish dance. Skeptical at first, Natalie is surprised to learn she really enjoys the new dance style and agrees to take part in an upcoming competition. But this new passion could result in Natalie having to leave her ballet dreams behind.

  • Oskar Schlemmer (1888 - 1943) est un peintre, décorateur de théâtre et scénographe de ballet allemand. Il intègre le Bauhaus de Weimar de 1921 à 1929 en qualité de professeur de peinture puis décorateur et scénographe, avant d'achever son parcours académique par une année d'enseignement à l'École de Beaux-Arts de Breslau. Ses oeuvres peintes ou sculptées sont marquées par la rigueur géométrique et de la pureté des contours à la vivacité des formes et la mobilité de l'espace. Il en résulte Sa peinture rappelle le futurisme ou le constructivisme dans son aspect analytique et le surréalisme Son oeuvre est exposée à New York, à Francfort , à Stuttgart, où se trouvent les archives Schlemmer, qui contiennent notamment toutes ses esquisses en deux ou trois dimensions pour son Ballet triadique (1922).En 1937, Schlemmer est déclaré « artiste dégénéré » par les Nazis.

  • Pas de deux : entrée de ballet dansée par deux personnes... Alma et Samuel, Alma et Elie, Alma et Noé. Une danse en trois mouvements, comme un voyage initiatique, une quête des origines, au rythme des passions de la danseuse et de ses partenaires.

  • Il n'est aucun domaine qui ait échappé à l'emprise du régime soviétique sur la vie culturelle et artistique dans la Russie de l'après-guerre. Après la littérature, le théâtre, le cinéma et la philosophie, c'est au tour de la musique d'être placée sous le contrôle du Parti, lors de la Conférence des musiciens, présidée par Andrei Jdanov à Moscou en janvier 1948. Les oeuvres de quelques grands compositeurs, tels que Chostakovitch et Prokofiev, coupables de « formalisme », sont alors mises au ban de la production artistique et leurs auteurs sommés de faire amende honorable.
    Correspondant de la presse britannique en URSS, Alexander Werth est le témoin attentif de cette offensive idéologique.
    Dans une analyse sur le vif où il laisse largement la parole aux différents acteurs, il retranscrit cette conférence, non sans humour, et avec un remarquable sens de l'observation.

  • Léon Bakst est né en 1866 et mort en 1924 en Russie. Peintre, illustrateur, designer de costumes et de décors, Bakst attacha son nom à la grande aventure des Ballets Russes. Il rejoint au début du XXe siècle, Diaghilev et Bernois dans la présentation d'une nouvelle scénographie faite de couleurs, d'imaginaire, qui révolutionna le monde du ballet par sa modernité et son exotisme. Il participa au journal World of art. Jean Cocteau écrivit un très joli livre sur Bakst dans les années 1910, Un Certain Bakst.

  • À quelques semaines de la compétition provinciale, Billie rencontre enfin son nouvel entraîneur. Chez Danse-Élite, tout le monde se réjouit de son arrivée au sein de la troupe. Tout le monde... sauf Julien, qui reste sur ses gardes. Pourquoi le garçon doute-t-il de Raoul ? Que s'est-il passé entre eux pour qu'il lui en veuille à ce point ? Billie s'inquiète. L'entraîneur représente-t-il un atout ou un danger pour son équipe ?

empty