Alto

  • Sous beton

    Karoline Georges

    • Alto
    • 2 Décembre 2011

    Depuis sa naissance, l'enfant est enfermé dans une minuscule cellule, au 804 du 5969e étage de l'Édifice.

    Autour de lui, que du béton, sans ouverture sur l'extérieur. Et deux présences : le père qui s'abrutit de plus en plus et la mère qui redoute l'expulsion. Immobile dans son dortoir, l'enfant est bouleversé par une transformation qui lui révélera un horizon inattendu.

    Dans une prose à la poésie implacable, Karoline Georges interroge le devenir de l'humain à travers une expérience littéraire inédite, à la frontière du récit d'anticipation et du roman d'apprentissage futuriste. Personne n'émerge indemne de Sous béton.

  • Nous avons voulu sauver, dans ce qui nous entoure, une chose par jour, image, parole ou oiseau, et l'épingler sur le papier avant qu'elle ne s'évanouisse. C'est ainsi que nous avons cueilli au fil de deux saisons, tantôt dans la pénombre et tantôt dans la grisaille, une petite lumière qui scintille?: phare, étoile ou mouche à feu, l'oeil d'un grand héron, la nacre d'un coquillage, les paillettes sur la jupe d'une fillette de quatre-ans-bientôt-cinq pour qui le monde entier est encore brillant comme un sou neuf. Cet ouvrage est un répertoire de miracles fragiles et minuscules que nous avons choisi de garder comme on conserve les fleurs entre les pages d'un livre pour pouvoir continuer à les admirer en hiver - une manière d'antidote au cynisme, à l'absurde, au découragement qui nous assaillent du dedans comme du dehors. Un tout petit acte de résistance.

  • Mektoub

    Serge Lamothe

    • Alto
    • 27 Septembre 2016

    Mektoub! C'était écrit!

    Cette expression, qui évoque la fatalité, résume à elle seule un éternel débat : notre destinée échappe-t-elle à notre volonté ou disposons-nous d'un libre arbitre qui nous permet de l'infléchir?

    Le 31 juillet 1976, à Montréal, le dernier accident d'une série de sept va déterminer le destin d'un homme et d'une femme qui, toute leur vie durant, tenteront de donner un sens à cet événement.

    Avec la verve qu'on lui connaît, Serge Lamothe (Tarquimpol, Les enfants lumière) se joue des frontières du vraisemblable afin d'éclairer notre humanité et nous entraîne dans la quête émouvante de deux êtres qui se savent destinés l'un à l'autre.

  • Oshima

    Serge Lamothe

    • Alto
    • 27 Août 2019

    Pour Akamaru, jeune Eurasien établi à Paris, le moment semble mal choisi pour se lancer dans un périple de dix mille kilomètres afin de rejoindre Oshima, son île natale.

    En 2043, l'écroulement de la civilisation thermo-industrielle entraîne déjà de graves pénuries et la crise sociale s'intensifie. Mais le pire reste à venir?: l'Effondrement global des réseaux paralyse Internet et tous les systèmes électriques ou électroniques. La terre entière se retrouve soudainement plongée dans l'obscurité et le silence.

    Si Akamaru se résout à quitter des êtres chers, c'est que l'appel des origines et sa quête d'identité sont à ce prix. Sur un chemin semé d'embûches, il évitera les pièges d'un monde soumis au chaos.

    Avec ce roman de la route futuriste et intime, Serge Lamothe nous convie à la rencontre d'une humanité résiliente, héritière d'une culture millénaire, et rappelle que c'est à travers l'expérience de nos limites que nous est révélée notre véritable nature.

  • Logogryphe

    Thomas Wharton

    • Alto
    • 11 Mai 2012

    Quand le lecteur lit, le livre rêve.

    Et le rêve du lecteur, c'est de rencontrer le livre idéal, à la fois universel et intime. Une somme d'émotions, d'imagination et de savoir qui le comblerait entièrement. Une telle chimère existe, peut-être. Logogryphe s'en approche grâce à sa finesse et à son érudition ludique.

    Imaginez un croisement entre l'anthologie de récits et de légendes, le carnet de notes d'un bibliophile insomniaque, le roman et l'essai : vous obtenez un livre enchanteur dont les pages dégagent un enivrant parfum de mystère. Imaginez la réunion, sous une même couverture, d'oeuvres fabuleuses nées du désir des hommes, d'ouvrages dont quelques pages disparaissent pour migrer vers d'autres bouquins. Imaginez un livre envahissant votre domicile, un infortuné personnage projeté jusque dans notre monde, des livres en forme d'îles, un exposé lumineux sur l'importance de l'écriture chez les Atlantes... Glissez entre ses pages magiques et suivez en filigrane l'histoire d'un jeune homme à qui on a, un jour, ouvert les portes d'une vaste demeure aux pièces tapissées de livres.

    Imaginez bien ce livre. C'est peut-être celui qui se trouve devant vos yeux. L'auteur d'Un jardin de papier, une fresque inventive saluée par les lecteurs et la critique, signe avec Logogryphe une bibliographie de livres imaginaires unique dont les échos évoquent les plus belles pages de Borges ou Calvino.

  • Chaque livre contient sa propre histoire. Pour embrasser toutes celles qui fleurissent dans ce Jardin de papier, il faut en raconter plusieurs?: une rencontre dans les ruines d'une librairie de Québec, la quête d'un imprimeur sommé de créer un livre infini pour satisfaire un excentrique féru d'énigmes, un périple fabuleux de Venise à Alexandrie en passant par Canton et Londres, en compagnie d'un automate, d'un corsaire à la peau d'ébène et d'une jeune fille capable de respirer sous l'eau.

    Chaque livre en contient aussi d'autres. Imaginez la réunion, sous le couvert d'une «?bibliographie de livres imaginaires?», d'oeuvres littéraires dont les pages disparaissent pour migrer vers d'autres bouquins, d'un roman envahissant la réalité ou d'un personnage expulsé de sa fiction, de livres aussi grands que des îles... Imaginez bien ce livre. Fermez les yeux, ouvrez-les. Il est là, entre vos mains.

    OEuvres soeurs enfin rassemblées, Un jardin de papier et Logogryphe offrent la plus éclatante célébration du pouvoir magique de la fiction depuis Borges et Calvino.

    Préface d'Alberto Manguel

    Traduit de l'anglais par Sophie Voillot

  • Le mangeur de bicyclette

    Larry Tremblay

    • Alto
    • 5 Septembre 2017

    Christophe Langelier a succombé au charme d'Anna et l'ivresse ne veut pas disparaître. Éconduit par ce fantôme de quatre lettres, il tente désespérément d'exor­ciser son obsession maladive en s'enfuyant au Mexique. Sous le soleil brûlant du Yucatán, où il espère éteindre l'incendie qu'Anna a allumé sous sa peau, il fait la rencontre de Rita, de qui il s'éprend aussitôt et qui l'initiera à de sombres rites aztèques. Le jeune homme n'a pas fini d'être ébahi.

    C'est un Larry Tremblay enfiévré qui enchaîne les mésaventures dans cette comédie des apparences fulgurante et crue, où la langue, comme un feu d'artifice, explose en mille couleurs splendides.

  • Catéchèse

    Patrick Brisebois

    • Alto
    • 20 Juin 2014

    Dans le comté de Mauvouloir, sous l'herbe folle et les années creuses, les morts ne reposent pas en paix.

    Un village d'antan aux moeurs sévères, théâtre de la passion interdite entre Sue Ironblood, une Indienne mystérieuse et sauvage, et Violaine, l'aînée de la trinité Murray, un clan pieux et obsédé par les images saintes. C'est dans cette terre de légendes et de racontars, sous les eaux calmes et dans les bois obscurs, que se tisse un drame atroce. Car Mauvouloir est un petit monde prisonnier de montagnes sous un ciel d'acier, un lieu fragile où la réalité se lézarde étrangement, laissant pénétrer les anomalies et les cauchemars.

    Tranchant nettement avec les trois romans précédents de Patrick Brisebois, tous chaudement accueillis par la critique, Catéchèse se situe à mi-chemin entre les romans de terroir et d'anticipation. Un récit cru fleurant le souffre et l'eau bénite à travers lequel Brisebois pose un regard sans concession sur les (dés)illusions d'hier, comme celles d'aujourd'hui.

  • À 50 ans, le temps est venu pour Robert d'Amri de faire le point sur sa vie d'imposteur. Car il a en quelque sorte emprunté une existence qui, n'eût été d'une amourette au jardin avec Mademoiselle Échassier, alias Esther Roquemaure de Villemure, aurait sans doute été marquée par le passage de jours tranquilles. Ce jeune homme d'origine modeste préférant la compagnie des voitures à celle des hommes s'est conformé aveuglément aux volontés de deux familles qui s'entendaient sur un mariage rapide, mais nécessaire à leurs yeux. Employé de Plastron inc., la compagnie de son beau-père, Robert s'est donc laissé porter par la vie, tout simplement. Puis, par une matinée froide de décembre, il a tenté d'en finir avec cette route tracée d'avance, a voulu tenter le destin en posant un geste grave et, espérait-il, libérateur. Ce jour-là, Robert d'Amri est devenu un homme.

    Qu'est-ce qui définit la (basse) noblesse ? Sur quelles valeurs cette espèce, menée par le respect outrancier de conventions absurdes, est-elle établie ? Tissé de vérités et de mensonges, d'adultère et de politesses parfumées de mépris, le premier roman de Sophie Beauchemin dresse le portrait grinçant d'un homme qui aura été, bien malgré lui, le jouet de ses proches.

  • Hors saison

    Max Férandon

    • Alto
    • 21 Mars 2017

    Au Bonheur de Noël, on déniche tout l'arsenal festif nécessaire pour transformer votre demeure en havre à lutins... Décorations en tous genres, accessoires parfumés, gadgets scintillants... et un cadavre, ce qui refroidit passablement l'ambiance, surtout en octobre.

    Qui a bien pu en vouloir à ce point à Jacques Jodoin, préposé à l'entretien aussi discret que taciturne?? Interrogés par l'inspectrice de la police de Québec Marina Duhaime, les membres du personnel ne semblent nullement correspondre au portrait qu'on se fait d'un exécuteur de concierge.

    Entre en scène Antoine Paradis, célèbre cuisinier recyclé dans la création de repas d'avion, qui a connu Jodoin au cours d'une autre vie. Le nez au-dessus de l'affaire qui mijote, une concoction louche et plus épaisse qu'il n'y paraît, il sent que l'enquête est relevée par un zeste de vengeance, un soupçon de romance et des restes célèbres qu'on n'attendait plus.

    La table est mise pour un trio émotion, suspense et rire servi à la Férandon.

empty