Les Editions de Londres

  • Bel-Ami

    Guy de Maupassant

    Bel-Ami est le plus célèbre roman de Guy de Maupassant. D'abord publié en feuilleton dans Gil Blas en 1885, « Bel-Ami » parait la même année chez Ollendorf. « Bel-Ami » décrit l'ascension fulgurante de Georges Duroy, un médiocre officier revenu d'Afrique du Nord, dans la société parisienne en utilisant non pas son intelligence, puisqu'il n'en a pas, mais l'attrait qu'il exerce vis-à-vis des femmes et son absence totale de scrupules. « Bel-Ami », initialement une critique de la société parisienne de son époque, reste extraordinairement moderne.

  • Oedipe roi

    Sophocle

    « OEdipe roi » est une tragédie de Sophocle créée entre 430 et 420 avant Jésus-Christ. Il s'agit de la pièce la plus célèbre de Sophocle, tant pour ses qualités dramatiques (le personnage de OEdipe qui découvre petit à petit la vérité), la dépiction de la condition humaine (l'impossibilité d'échapper à son destin) et les multiples influences nées de la pièce (concepts de la psychanalyse...). OEdipe, depuis qu'il a résolu l'énigme du Sphinx et libéré la ville du monstre au corps de lion et à la tête de femme, a épousé la reine Jocaste en récompense, veuve du roi Laios, tué dans des circonstances pas encore élucidées. Le peuple vient le consulter à propos de la peste qui s'est abattue sur la ville. OEdipe envoie Créon consulter l'oracle de Delphes. OEdipe consulte le devin Tirésias, qui lui révèle que le responsable de la peste sur Thèbes n'est autre que lui, le roi.

  • « Notre-Dame de Paris », paru en 1831, est le premier des grands romans de Victor Hugo. L'histoire se passe en 1482, avec au centre Notre-Dame de Paris.
    On peut considérer qu'il s'agit d'un roman historique car Victor Hugo y décrit de façon documentée le Paris de la fin du Moyen-Âge, la vie des gens à cette époque et le comportement de Louis XI. Mais c'est avant tout un roman passionnant dans lequel Victor Hugo sait alterner le comique, le sérieux et le pathétique.
    Victor Hugo défend l'art gothique et Notre-Dame de Paris. En ce début du XIXe siècle où Notre-Dame de Paris était en piteux état, maltraitée par les révolutionnaires et où certains pensaient à la détruire, le succès du roman l'a probablement sauver.
    L'éditeur reversera l'intégralité de ses gains liés à la vente de ce livre à la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

  • Zadig

    Voltaire

    Injustes. L'histoire prend place dans un Orient fantasmé, et chaque rebondissement situe le héros dans des situations loufoques où le désespoir le dispute à l'extraordinaire. Drôle et emporté, Zadig ou la destinée est un récit de voyage et le portrait d'un homme dont les circonstances fâcheuses n'entachent pas l'immense sagesse.

  • « Les mystères de Marseille » est une oeuvre de jeunesse de Zola, qui mérite d´être découverte, rien que pour se rappeler que Zola était avant tout un gamin du sud.

    Au coeur du roman, une histoire d´amour impossible, entre Philippe Cayol et Blanche de Cazalis. Le père de Blanche est tout puissant à Marseille, Philippe et républicain. Tout au cours du roman, Philippe, Blanche et l´enfant illégitime qu´ils auront ensemble, seront protégés par le frère de Philippe, Marius. Zola nous plonge dans la capitale du sud qu´il connait bien, et invite lecteur à fréquenter toutes les couches de la société (sur le mode des Mystères de Paris ) tout en utilisant la révolution de 1848 et l´épidémie de cholera qui frappa Marseille à la même époque comme toile de fond.

  • «Allô, le service de la Sûreté ? M. l´inspecteur principal Ganimard est-il ici ?... Pas avant vingt minutes ? Dommage !... Enfin !... Quand il sera là, vous lui direz ceci de la part de Mme Dugrival... Oui, Mme Nicolas Dugrival... Vous lui direz qu´il vienne chez moi. Il ouvrira la porte de mon armoire à glace et, cette porte ouverte, il constatera que l´armoire cache une issue qui fait communiquer ma chambre avec deux pièces. Dans l´une d´elles, il y a un homme solidement ligoté. C´est le voleur, l´assassin de Dugrival. Vous ne me croyez pas ? Avertissez M. Ganimard. Il me croira, lui. Ah ! J´oubliais le nom de l´individu... Arsène Lupin !» 

empty