• Gould le magnifique

    Peter Goddard

    Glenn Gould est né le 25 septembre 1932 à Toronto et est mort le 4 octobre 1982 dans la même ville. Pianiste mythique, interprète incontournable de Jean-Sébastien Bach, Gould a donné lieu à de nombreux livres. Un des meilleurs publiés à ce jour est sans conteste le magnifique Partita pour Glenn Gould de Georges Leroux (PUM, 2007).



    Ce nouveau livre n'est pas d'un philosophe, mais bien d'un journaliste très connu du Canada anglais, chroniqueur au Toronto Star et auteur de nombreux livres sur la musique rock (livre sur Bruce Springsteen, les Rolling Stones, David Bowie ou Cyndie Lauper) ou pop (un livre important sur Franck Sinatra) : Peter Goddard. L'événement ici vient du fait que Goddard fait une incursion dans le milieu de la musique dite classique. Une nouveauté.



    L'approche de l'auteur est bien celle d'un chroniqueur musical majeur. Ce n'est pas un ouvrage intellectuel ou musicologique. Goddard traite Gould comme une rock star. Plus de 50 photos, des textes anecdotiques et une approche décontractée et très personnelle où l'auteur nous entraîne dans une enquête qui dévoile tous les aspects de la personnalité et des activités professionnels de Gould font de ce livre un événement grand public qui fera connaître, même à celles et ceux qui ne fréquentent pas la musique classique, une figure unique dans l'histoire culturelle canadienne.

  • On en a rêvé, Catherine Poggi l'a fait : retrouver le goût des recettes classiques, les calories en moins.



    En maîtrisant les apports en graisses saturées et en sucre rapide de vos recettes, vous pourrez profiter des recettes classiques tout en conservant la ligne et en respectant votre santé. Moins de calories ? Certes, mais l'équilibre compte aussi. Profitez des conseils pour composer des menus diététiquement harmonieux entre vos besoins et votre assiette. Gratin dauphinois, blanquette de veau, escalope de veau façon cordon bleu, roulé de jambon, quiche lorraine, mousse au chocolat...
    Le leitmotiv de ce livre ? Se faire plaisir, sans se nuire !

  • Redécouvrez le poulet dans plus de 40 recettes :les classiques (salade César, poulet à l'estragon, poulet rôti, poulet basquaise, poulet satay...) ou les plus suprenantes (potimarron farci au poulet, poulet à la vanille, soupe de poulet à la citronnelle et au crevettes, beignet de poulet, sauce à la mangue...).

    Faites le plein d'idées déco pour sublimer vos plats.Avec les idées déco, ajoutez votre petite touche perso. Comment faire des palets de polenta ou utiliser des feuilles de bananier pour présenter ses plats... Découvrez de vraies astuces de pro accessibles à tous ! Résultat bluffant !

  • D'abord paru chez VLB en 1994, «L'Avant-printemps à Montréal» est ici repris par l'auteur pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.
    «Sertie dans une forme souple, la poésie de Melançon nous rend ces «choses d'un jour», les instants qui nous échappent. La précarité, la fragilité de l'instant que le poème enlumine dans son mouvement est restituée. Le «style bas» qu'il pratique, cette magnifique «prose rimée ou rime en prose» des poèmes et des épîtres que Robert Melançon adresse à des amis (George Johnston, Jacques Brault) est une construction, un «artifice» qui prend la mesure de l'instant à l'aune du temps qui passe, qui le saisit sans l'arrêter, le coule dans le mouvement même qui l'emporte.» FORTIER, Anne-Marie. «Le séjour et l'heure», in Liberté, 1995.

  • Dans cet ouvrage, Claude Paradis présente 10 grandes oeuvres qui ont marqué l'histoire de la poésie québécoise au XXe siècle. Tout au long de ses lectures, l'essayiste reste fidèle à la construction des recueils sélectionnés, suivant les poètes de poème en poème selon l'ordre de présentation suggéré par la structure même de leur livre. Sa conviction est qu'un recueil de poèmes s'avère une oeuvre construite, au même titre que peut l'être un roman.

    Liste des recueils présentés :

    O Jean-Aubert LORANGER «Les atmosphères» (1920) et «Poëmes» (1922) o Saint-Denys GARNEAU «Regards et jeux dans l'espace» (1937) o Alain GRANDBOIS «Les îles de la nuit» (1944) o Anne HÉBERT «Le tombeau des rois» (1953) o Roland GIGUÈRE «L'âge de la parole» (1965) o Paul-Marie LAPOINTE «Pour les âmes» (1965) o Gaston MIRON «L'homme rapaillé» (1970) o Robert MELANÇON «Peinture aveugle» (1979 et 2010) o Jacques BRAULT «Moments fragiles» (1984) o Pierre MORENCY «Les paroles qui marchent dans la nuit» (1994)

empty