• La cité des marges Nouv.

    Brooklyn, années 1990. Donnie Parascandolo, flic brutal et corrompu, rend des services à un truand local avec deux comparses. Décidé à donner une petite leçon à un joueur minable, il outrepasse quelque peu ses instructions et jette l'homme d'un pont. Malheureusement, le joueur minable ne savait pas nager. Ce qui n'empêchera jamais Donnie de dormir. Il sait bien que dans ce quartier les Italiens règlent leurs affaires entre eux, et que lui n'a rien à craindre de personne. Mais quelques années plus tard, un gamin que Donnie avait tabassé découvre une vérité qu'il n'avait jamais imaginée et prend une décision qui va changer sa vie. Et pas seulement la sienne, tant les destinées des habitants de ce quartier s'entremêlent de toutes les manières possibles.

  • Glory

    Elizabeth Wetmore

    Roman choral puissant et envoûtant, Glory met en scène les retombées d'une terrible agression dans une petite ville du Texas et donne la parole à celles que l'on n'a pas l'habitude d'entendre.
    14 février 1976, jour de la Saint-Valentin. Dans la ville pétrolière d'Odessa, à l'ouest du Texas, Gloria Ramirez, quatorze ans, apparaît sur le pas de la porte de Mary Rose Whitehead.
    L'adolescente vient d'échapper de justesse à un crime brutal. Dans la petite ville, c'est dans les bars et dans les églises que l'on juge d'un crime avant qu'il ne soit porté devant un tribunal. Et quand la justice se dérobe, une des habitantes va prendre les choses en main, peu importe les conséquences.
    Elizabeth Wetmore n'hésite pas à sonder les tréfonds de l'âme humaine et livre un roman dur et âpre à la beauté mordante.
    Parmi les trois finalistes de la Sélection 2020 du Grand Prix de littérature américaine.

  • Sur la réserve indienne de Rosebud, dans le Dakota du Sud, le système légal américain refuse d'enquêter sur la plupart des crimes, et la police tribale dispose de peu de moyens. Aussi les pires abus restent-ils souvent impunis. C'est là qu'intervient Virgil Wounded Horse, justicier autoproclamé qui loue ses gros bras pour quelques billets. En réalité, il prend ses missions à coeur et distille une violence réfléchie pour venger les plus défavorisés. Lorsqu'une nouvelle drogue frappe la communauté et sa propre famille, Virgil en fait une affaire personnelle. Accompagné de son ex-petite amie, il part sur la piste des responsables de ce trafic ravageur. Tiraillé entre traditions amérindiennes et modernité, il devra accepter la sagesse de ses ancêtres pour parvenir à ses fins.

  • Dernier survivant des grands voyous qui ont tenu le haut du pavé dans les années 1970-1980, Gérard Fauré a décidé de parler. Le film de sa vie dépasse toutes les fictions. Né au Maroc d'un père officier français et d'une mère berbère, il s'initie au trafic sur le port de Tanger et devient contrebandier. En Espagne, il s'associe avec des anciens de l'OAS pour commettre hold-up et trafic de drogue. Il côtoie la French Connection et développe une organisation criminelle aux Pays-Bas avec le parrain marseillais Gaëtan Zampa. À Paris, il devient dans les années 1980 le « prince de la cocaïne », fournisseur préféré du show-biz, qu'il reçoit dans un hôtel particulier pour des fêtes nocturnes très privées. Sa chute en 1986 provoque bien des angoisses et tractations en coulisses dans le Bottin mondain. Actrices vedettes, mannequins, princesses, animateurs télé, stars d'Hollywood : Gérard Fauré porte avec le recul un regard cruel sur les vices des stars dont il fut le fournisseur privilégié et le compagnon des nuits parisiennes et cannoises. Il évoque également les politiques de haut niveau qui furent ses clients, tout en réclamant publiquement que l'on durcisse la lutte contre la drogue. Il avoue enfin les liens troubles du Milieu avec le SAC (Service d'Action civique) de l'époque Pasqua et les « contrats » d'assassinats réalisés sur commande pour des objectifs politiques. Un témoignage unique et détonant !

  • « Pour un ecclésiastique de la fin du XIXe siècle [...] passant une bonne part de son temps dans des établissements d'enseignement catholique, c'était une idée fort étrange que d'écrire un livre sur le sulfureux sire de Tiffauges et de Machecoul, coupable, lui, d'avoir versé le sang de tant de jeunes victimes dans les années 1430... » Jacques Chiffoleau En 1885, le prêtre Eugène Bossard publie une étonnante biographie historique de Gilles de Rais (1404-1440), sire de Tiffauges et de Machecoul, rédigée à partir de documents d'époque et qui reste aujourd'hui une référence. Seigneur de Bretagne et féroce adversaire des Anglais aux côtés de Jeanne d'Arc, Gilles de Rais est surtout connu sous le nom de « Barbe-Bleue ». Par les horreurs qu'il perpétra, il deviendra la figure fantasmatique du criminel sexuel et du monstre sadique. L'ambitieux travail de l'abbé Bossard raviva la mémoire du sire de Rais et, de Huysmans à Bataille, devint une formidable source d'inspiration littéraire.  »

  • Une nuit, un scénariste de Hollywood imagina en rêve la plus gracieuse et originale des histoires. Du début à la fin, il en suivit la progression dramatique imparable, les péripéties, l'agencement ingénieux et naturel. Dans un demi-sommeil, il griffonna quelques mots qui, peut-être, lui permettraient de reconstituer la merveille, le lendemain. Au matin, il trouva sur son bloc le résumé lapidaire de ce qui lui avait paru si neuf - et qui l'était, n'en doutons pas : Boy meets girl. On pourrait résumer ainsi L'Amie du jaguar : un garçon rencontre une fille. Son sujet choisi, l'auteur a tâché d'organiser cette rencontre et de raconter ce qui en résulte selon la capricieuse nécessité qui, dans son rêve, avait émerveillé le scénariste. Ainsi est-il question, dans ce roman, des rites funéraires en usage dans la colonie française de Surabaya (Indonésie), d'un jeu appelé le loto chantant, des rapports entre les sentiments exprimés dans une lettre et le bureau de poste choisi pour l'expédier, de stations prolongées dans des ascenseurs, de parenthèses, d'un ou plusieurs crimes atroces dissimulés dans un manuel de graphologie, de grimaces, de quatorze karatékas, d'un trafic de zombies entre Biarritz et Surabaya, d'amour surtout et de fabulations. Cette liste, bien entendu, n'est pas exhaustive.

  • Hector France n'est pas un écrivain pour lecteurs délicats. Officier en Algérie durant les années 1860, il compose ici à partir de ses souvenirs de jeunesse seize fictions qui forment les mille et un jours du cauchemar colonial.
    Armé d'un style affûté et d'un humour grinçant, loin de se complaire dans des bizarreries exotiques nimbées des vapeurs du kif, il écorche vif l'orientalisme flamboyant : délires de soldats traumatisés, bassesses révulsantes de misérables poussés à la dernière extrémité, ignominies des puissants - le cynisme et l'oppression envahissent la scène jusqu'à basculer parfois dans l'horreur pure.
    La gifle remue aujourd'hui avec d'autant plus d'efficacité que Sous le burnous, paru en 1886, constitue comme une épouvantable préface à l'autre guerre d'Algérie - en réalité la même, sans doute - dont les plaies profondes n'ont pas fini de suppurer.

  • Le crime parfait

    Peter James

    • Lizzie
    • 9 Juillet 2020

    Vingt ans de mariage, ça se fête. Chacun de leur côté, Victor et Joan se préparent une petite surprise. Dans leur minable pavillon de Brighton, où s'amoncellent désillusions et rancunes, le couple s'affaire. Cyanure pour l'un, hyperglycémie fatale pour l'autre. Deux crimes parfaits. Le tout étant de garder son sang-froid. Une gageure pour ceux qui s'aiment, comme eux, d'un aussi grand amour...

  • Barbarie 2.0

    Andrea H. Japp

    France, Canada, États-Unis.
    Une explosion de meurtres violents gagne le monde.
    Pourquoi ces crimes gratuits ?
    La barbarie 2.0 est-elle en marche ?
    Yann, analyste de données pour les services secrets, se retrouve au coeur d'un complot où profit, science, pouvoir, puissance, manipulations s'imbriquent.
    Pisté, traqué, épié, il ne sait à qui se fier mais cherche coûte que coûte la vérité. Se cache-t-elle forcément où il le croit ?
    Barbarie 2.0 est un thriller terrifiant sur les dérives de demain, enjeux de pouvoir et d'argent. Science-fiction ou réalité ?
    Andrea H. Japp signe un thriller scientifique et pré-apocalyptique sur la violence contemporaine.

  • Les meilleurs crimes impossibles, de Conan Doyle à Maurice Leblanc, en passant par Chesterton et Melville Davisson Post, sélectionnés par Roland Lacourbe, spécialiste du roman d'énigme.Un ministre britannique foudroyé alors qu'il était sous la surveillance de trois gardes du corps dans les sous-sols de la banque d'Angleterre...
    Un scaphandrier poignardé au fond de l'océan alors qu'il se trouvait seul au milieu des petits poissons...
    Un gentleman assassiné dans une cabine de plage fermée de l'intérieur à Étretat...
    Autant de crimes qui défient la logique et mettent à mal nos raisonnements cartésiens.
    Avec Double Assassinat dans la rue Morgue, d'Edgar Allan Poe (1841), apparaissait un nouveau genre au sein de la littérature criminelle : le " crime en chambre close ", qui depuis a fait nombre d'émules.
    Dans ce recueil, Roland Lacourbe, spécialiste du roman d'énigme et auteur de nombreuses anthologies, présente 13 classiques du genre, dont Le Suicide de Kiaros (1897), de Franck L. Baum, Le Problème du pont de Thor (1922), d'Arthur Conan Doyle, Thérèse et Germaine (1923), de Maurice Leblanc, et Le Mystère du clocher de Noel (1977), d'Edward D. Hoch.

  • Reeves C. est retrouvé mort dans un hôtel. Il voulait être écrivain. Il ne fut que le mari d'une romancière célèbre. Il lui disait : « Il ne faut pas aimer son double, car c'est un amour qui naît d'un oubli momentané de la haine qu'on a pour soi. »
    Le Professeur T. s'est pendu dans la cave de son immeuble. Avant de mourir, le Professeur T. avait écrit dans son journal : « Chacun porte en soi un frère assassiné, il faut vivre en le ménageant. »
    Dans la nuit du 14 août 1990, Klara W. se jette du haut d'un immeuble de La Défense. Dans son agenda, elle avait noté ce bref dialogue extrait d'un film : « -ne vous en faites pas, je m'en vais. - Où ? - En moi-même. »
    Vinh L. se prépare à rentrer dans son pays. Auparavant, il écrit dix lettres, dans lesquelles il révèle que, pour survivre, il a mangé de la chair humaine.

  • Bande organisée que les désordres de la Révolution avaient jetée sur la route, les chauffeurs assassins d'Orgères défrayèrent la chronique des terres de Beauce, à la fin du XVIIIe siècle. Arrêtés en brumaire, an VIII (octobre 1799), ils sont jugés à Chartres en 1800 et vingt-trois des bandits condamnés à mort le 26 floréal (mi-mai). P. Leclair, collaborateur à l'instruction du procès, rapporte ce témoignage unique et le fait paraître avant les délibérations. Un dictionnaire d'argot des chauffeurs conclut l'ouvrage.

  • Les mânes de l'ombre

    Katell Curcio

    À la Villa Montmorency, quartier chic du 16e, un homme est retrouvé pendu dans sa propriété. Meurtre ou suicide ? Chez lui, un manuscrit a disparu. Marc Sevin, flic au 36, s'intéresse à la victime. Cette personnalité aux multiples facettes le trouble et l'interroge. Qui était réellement Jean Dumon ? Que cachait-il ? Des révélations déroutantes, des secrets bien gardés vont plonger l'enquêteur au coeur d'une affaire bien plus sombre qu'il n'y paraît. Le manuscrit est-il la clé d'une effroyable machination ?Dans ce troisième roman, l'auteure nous livre une intrigue captivante qui vous tient en haleine jusqu'à la dernière page.

  • Ils n'auraient pas dû

    Katell Curcio

    Le même jour, cinq amis disparaissent... Tous ont laissé une lettre à leur famille respective dans laquelle ils évoquent une absence d'un an. Quel évènement a pu provoquer ce départ si soudain ? Sans aucune nouvelle, leurs proches s'inquiètent. Mais dix-huit mois plus tard, l'un d'eux réapparaît, victime d'amnésie dissociative. Le détective chargé de l'affaire va se confronter à une personnalité énigmatique. Quelle est la part de vérité ? Que sont devenus les autres ? Ce quatrième roman de Katell Curcio vous plonge dans une histoire où les instincts les plus noirs se dissimulent derrière les apparences les plus anodines. 

  • Pierre Bellemare présente 10 nouvelles histoires de crimes, de faits divers et de sang : un rendez-vous exceptionnel !Connu pour ses talents de conteur, Pierre Bellemare présente dans cet ouvrage 10 affaires de faits divers et de crimes, qui permettront au lecteur curieux de découvrir un lieu (le palais de justice), un moment (la révolution, l'empire), la France des paysans ou celle des aristocrates. Du XVIIe au XXe siècle, de l'effroyable abbé Collonges au bandit Cartouche, ce sont 10 nouvelles histoires extraordinaires qui sont rassemblées ici.
    Pour le plus grand bonheur des amateurs des histoires de Pierre Bellemare, riches de rebondissements, de détails étonnants et de mystères au coeur de la France des siècles passés !Incipit des premières histoires...Au coeur de la France du XIXe siècle, on découvre le corps démembré et sans coeur... d'une jeune femme. La presse s'enflamme, mais ce n'est qu'après quelques semaines d'enquêtes que les soupçons se portent sur l'amant de cette jeune femme sans histoire, l'effroyable abbé Collonges.
    Landru a eu un précurseur, maintes fois évoqué à son procès, le fameux Albert PEL qui montra toute l'ingéniosité humaine à empoisonner diverses femmes pour hériter. L'acte d'accusation relève sept empoisonnements échelonnés sur dix ans, mais seulement deux sont poursuivis.
    Paris, 1685. Louis XIV a entamé son règne personnel et le procès de Fouquet n'est plus qu'un souvenir. Dans la capitale honnie de son roi, un vol est commis. Mais pas n'importe où... Au sein du prestigieux palais de justice, dans l'une des boutiques on dérobe un article de luxe, une bague. La criminelle est une jeune fille de seize ans.
    Eté 1881, la république est installée, et la loi sur la liberté de la presse promulguée. A Tours, Charles Morisset, employé de bureau sans histoires, tire soudain sur la foule qui circule au coeur du grand boulevard devant la gare. La ville s'émeut. La police saisit immédiatement livre, poèmes, journaux qui sont restés dans la chambre du criminel....
    Lyon, décembre 1910. Jules Bonnot, ancien mécanicien a une idée. Pour la première fois, il veut braquer, mais pas d'importe comment. Son automobile -; une De Dion-Bouton -; sera son arme face à des policiers et gendarmes qui déplacent encore à cheval ou à vélo ... Et son braquage marche.

  • L'enfant-mandragore

    David Vall

    Novembre 1970. Sous une identité usurpée, une femme avide de vérité entre au service d'Anton Hauser, vieil homme mourant reclus dans sa riche propriété au bord du lac Léman. Certaine que sous le nom de Hauser se cache un criminel de guerre qui a échappé à la justice, la femme se risque bientôt dans une relation ambiguë avec celui qu'elle s'est juré de retrouver avant Dieu. Mais auprès du vieil homme malade vit un enfant singulier, au comportement étrange et aux propos insensés. Il prétend marcher sur cette Terre depuis plus de quatre siècles, être né d'une sorcière brûlée vive pour hérésie, avoir servi de modèle au peintre Michelangelo Merisi da Caravaggio et suivi son actuel protecteur sur les chemins de la perdition. En échange d'un répit pour le vieil homme, le garçon propose à la femme de lui raconter sa propre histoire et les secrets de son protecteur désormais aux portes de la mort. L'enfant est-il vraiment condamné à traverser l'Histoire sans vieillir, à en être le témoin maudit des heures les plus admirables comme les plus noires ? Est-il doté d'un esprit manipulateur, habité par la folie, ou au contraire frappé d'une lucidité terrible sur le monde ? En décidant d'écouter cet enfant qui n'en est peut-être plus un, la femme entame une plongée dans le passé et la psychologie des profondeurs, un voyage vers le salut ou sa propre perdition.

  • Le rôle des femmes au sein de la mafia italienne a longtemps été négligé. Réduites au statut de victimes, sous l'emprise des hommes, reléguées aux tâches domestiques, elles sont une vitrine respectable pour les mafieux, se montrant parfaites, irréprochables, polies et soumises. Difficile d'imaginer ces « madones » respectables mariées à des tueurs sanguinaires.Qui sont réellement ces femmes qui accompagnent leurs maris et leurs fils dans des vies de crimes et de prison ?On découvre ici qu'elles jouent depuis toujours un rôle central au sein des organisations criminelles : celui de garantes de la culture mafieuse. Alors que les hommes sont en cavale ou sous les verrous, construisent, entretiennent, transmettent les valeurs mafieuses. Ce sont elles qui, devenues veuves, poussent leurs fils à la « vendetta ». Et ce sont elles qui, de plus en plus, deviennent des chefs.Et pourtant, nombre de ces femmes, jeunes ou moins jeunes, décident un jour, au péril de leur vie, de rompre avec la « famille », de collaborer avec la justice et de devenir des repentis, pour faire cesser le crime et pour vivre enfin, avec leurs enfants, une vie « normale ».Alors, marraines ou madones ? Pour en juger, voici des portraits de femmes issues de Cosa Nostra, de la 'NDrangheta et de la Camorra. Leurs destins, hors du commun, nous sont contés, pour la plupart à partir de témoignages inédits, obtenus sur le terrain.Réalisatrice franco-italienne, auteur de nombreux reportages sur les mafias italiennes (pour M6, Public Sénat, Toute l'histoire et Canal Plus) dont un sur les Femmes dans la mafia, dans lesquels elle retrace le parcours de femmes qui ont marqué l'histoire de la mafia, les unes pour l'avoir renforcée, les autres pour l'avoir fait vaciller.Journaliste franco-italienne, diplômée en droit européen, Milka Kahn a effectué un service volontaire au sein de l'association anti mafia Libera Palerme. C'est dans ce cadre qu'elle s'est intéressée à la thématique des femmes dans la mafia.

  • Crimes et suicides se succèdent à Crayencourt, une commune résidentielle de Seine-et-Marne, qu'on appelle aussi « la ville des roses ». Est-ce parce que le Club Minos, boîte de plaisir et de jeu, vient d'être acheté par un mafieux russe exilé ? Est-ce en raison de la guerre intestine que se livrent le maire et son premier adjoint, PDG de la société de surveillance Ibis Sécurité ? Qui tire les ficelles ? Qui sont les tueurs à l'oeuvre ? Pourquoi les services secrets s'intéressent-ils à cette petite ville autrefois paisible ? Autant de mystères que la commissaire Annie Pasture aura à démêler avec l'aide d'un jeune journaliste audacieux.

  • L'homme a de tout temps construit des murs pour se protéger des invasions guerrières ou des fléaux naturels. Par-delà ces ouvrages en dur, dont la plupart n'ont pu résister aux vicissitudes de l'histoire, il en existe un qui, parce qu'il n'est pas fait de matière, est demeuré à ce jour infranchissable. Il s'agit du Mur de Planck.

    Cet édifice théorique qui protège les mystères de la naissance de l'univers, aucun mathématicien, aucun astronome n'est encore parvenu à le franchir. Qu'à cela ne tienne : puisqu'il s'agit de remonter à la source de l'imaginaire originel, la littérature se propose de relever le défi.

  • Plus je les aime, plus je les tue, répète le meurtrier. Pourquoi s'acharne-t-il à appeler tous les hommes Mansour avant de leur ôter la vie ? Pourquoi ces meurtres conçus comme des improvisations musicales au rythme obsédant de la derbouka ? Peu à peu se dévoilent les raisons de cette errance nocturne qui mènent jusqu'au secret du père.
    Autoportrait d'un monstre, Fête des pères est aussi le miroir d'une fêlure contemporaine.

  • Mantis Religiosa

    Katell Curcio

    Nael, Brice et Richard se connaissent depuis l'enfance et bâtissent une relation fraternelle depuis 30 ans. Tous les trois pensent avoir parcouru d'innombrables choses jusqu'au jour où Sylvia s'immisce dans la vie de Brice. Des langues se délient, les regards changent, les sentiments s'égratignent. C'est le début d'une valse des non-dits. Quand machiavélisme et illusion ne font qu'un, n'importe qui peut être capable du pire...

  • Six jeunes qui possèdent différentes aptitudes liées à l'occulte sont recrutés par la police pour résoudre des crimes surnaturels. Ces enfants et adolescents atypiques, considérés comme des monstres par leur entourage, doivent affronter une dangereuse créature qui s'empare de l'esprit de ses victimes et les fait sombrer dans la folie.


  • Quand l'usine à rêves tourne au cauchemar

    De la croisière tragique organisée par un producteur milliardaire jusqu'à la mort suspecte de David Carradine en passant par les abominables meurtres du Dhalia noir ou de Sharon Tate, voici rassemblées pour la première fois les plus importantes affaires criminelles qui ont fait trembler Hollywood au cours d'un siècle d'histoire.
    Au sein même de " l'usine à rêve ", vous allez voir de grandes stars mêlées à des histoires cauchemardesques de meurtre et de suicide, ou en proie à toutes sortes de turpitudes (drogue, luxure, argent, jalousie...).
    Accrochez-vous. Exposées en pleine lumière, certaines vérités secrètes révélées dans cet ouvrage risquent fort de vous ôter vos dernières illusions...

  • Après avoir subi une vague de folie occulte, la population est terrorisée par une nouvelle série d'attaques mystiques. Avec réticence, la police a recours aux enfants de la Division Occulte. Elle ignore qu'ils sont liés à ces phénomènes. S'ils en parlent, Luc et son équipe seront accusés de complicité. S'ils se taisent, les attaques s'intensi eront. Plus isolés que jamais, les jeunes sont forcés d'enquêter en même temps sur la disparition d'un adolescent capable de révéler l'occulte.

empty