Liana Levi

  • L'enfance de Pia, c'est courir à perdre haleine à l'ombre des arbres, écouter gronder la rivière, cueillir l'herbe des fossés. Observer intensément le travail des hommes au rythme des saisons, aider les parents aux champs pour rembourser l'emprunt au Crédit agricole. Appartenir à une fratrie remuante et deviner dans les mots italiens des adultes que la famille possède des racines ailleurs qu'ici, dans ce petit hameau de Charente. Tout un monde à la fois immense et minuscule que Pia va devoir quitter pour les murs gris de l'internat. Et à mesure que défile la décennie 1970, son regard s'aiguise et sa propre voix s'impose pour raconter aussi la dureté de ce pays qu'une terrible sécheresse met à genoux, où les fermes se dépeuplent, où la colère et la mort sont en embuscade. Une terre que l'on ne quitte jamais tout à fait.

  • Le petit soviet

    Eric Découty

    Il a fallu l'appel d'un banquier inconnu pour que Joseph Kruger fasse le voyage. Puisque l'homme a insisté, il viendrait en personne récupérer les derniers documents concernant la succession de ses parents décédés récemment. Ni eux ni lui n'avaient plus d'attaches dans la région depuis trois décennies. Dès l'instant où il remet les pieds au Village, Joseph est assailli par les souvenirs d'enfance qu'il pensait effacés. Mais surtout, dans ces rues vides, il a l'impression tenace que chacun de ses mouvements est surveille? et que tous ont été informés de son retour. Il comprend vite que sa présence dérange, qu'on aimerait savoir s'il sait... Que devrait-il savoir? Une première révélation le lance dans une enquête improvisée, aussi discrète que possible. Rien n'a préparé Joseph à recevoir en legs un encombrant épisode de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Un morceau d'histoire indicible, que cèle un vieux pacte de silence.
    Avec Le Petit Soviet, Éric Decouty signe un roman élégant, à la fois historique et introspectif.

  • Vi

    Kim Thúy

    Au temps de l'Indochine, le domaine de la famille Lê Van An englobe d'immenses terres et une vaste demeure où s'affairent près de trente domestiques. C'est là que naît le père de Vi, avec le destin d'un prince comblé que l'histoire va déchoir de son royaume. Dans l'ombre dévolue aux femmes, son épouse dirige d'une main de fer l'exploitation fragilisée par les réformes, puis la guerre. Lorsque Vi voit le jour, le dix-septième parallèle sépare déjà le Nord du Sud. La réunification et la chasse aux possédants l'obligent à fuir son pays sur un bateau
    de fortune. En quittant Saigon pour Montréal, celle dont le prénom signifie «minuscule» et «précieuse» devra apprendre à apprivoiser la grande vie et ses tumultes. Et à saisir les hasards qui lui ouvriront à nouveau, un jour, les portes du pays natal.

  • Une Afrique en crise d'identité, hantée par les mirages du modèle occidental. Des villes-capharnaüms dévorées par une urbanisation effrénée. Pour quelques francs CFA on peut acheter un enfant et en faire son esclave, pour un tour en Mercedes se procurer une jeune fille et la mettre dans son lit... C'est dans ce cadre que Ryad Assani-Razaki inscrit un premier roman où plusieurs voix se croisent et se racontent. L'enfant vendu qui porte au plus profond de lui la violence subie. La vieille femme corsetée dans une foi qui la paralyse. La rebelle qui se bat bec et ongles pour s'en sortir. La douce jeune fille qui poursuit son chemin avec détermination. Les raisons qui poussent les migrants à monter dans un bateau et à quitter leur terre au péril de leur vie apparaissent en filigrane. Et, à la croisée des destins, Iman, l'impénétrable métis, symbole de ce désir de fuir et d'un continent écartelé entre deux mondes.

  • Un ticket de caisse pour chaque achat. C'est ce que le juge des tutelles ordonne à Mirko et Tommaso, deux orphelins de dix-sept et onze ans. Et les deux frères s'y tiennent scrupuleusement. De même qu'ils suivent sans trop de ratés les autres injonctions : ne pas être en retard à l'école, manger des protéines, ranger l'appartement, vider leur sac de sport en rentrant à la maison, changer de pyjama une fois par semaine. Et rendre compte de tout à oncle Eugenio qui habite à cinquante kilomètres de chez eux. Une mécanique précise et bien huilée qu'un match décisif de l'Inter de Milan va faire déraper, car celui-ci a lieu à Madrid. Et pour y assister mille deux cents euros sont nécessaires. Avec ou sans ticket de caisse...
    «Un roman d'apprentissage sensible où tout se passe dans les marges.» Livres Hebdo

  • Edgar et Lucy

    Victor Lodato

    Edgar a huit ans, et la peau si blanche qu'elle en est presque translucide. Ultra-sensible et délicat, il vit entre une jeune mère irresponsable, Lucy, et une grand-mère aimante mais rongée par la mort de son fils. C'est sur ce lien fragile qui unit les deux femmes que l'enfant avance comme un funambule dans une existence ponctuée par les rituels et les histoires qu'il s'invente. Mais un jour, le lien se rompt, c'est la chute, et la main secourable qui se tend n'est peut-être pas celle qu'il aurait fallu saisir... Une histoire d'amour et de deuil aux allures de thriller poétique et poignant.

empty