• Dans «l'entre-deux-guerres», dans une famille de la bourgeoisie juive parfaitement intégrée au point d'en avoir presque oublié ses origines, la vie est aisée, l'élégance et la discrétion de mise. Le monde, qui parade gaiement durant ces «années folles», paraît sans faille. Pourtant quelque chose se lézarde. Et les signes de l'anéantissement sont là. D'abord la Grande Crise. Ensuite les mesures raciales. La famille admirée et adulée du narrateur, un petit garçon, va bientôt voir des amis lui tourner le dos, comme le Commendatore Attila. Ou d'autres dont le regard s'assombrit, comme monsieur Alzheryan. Ce chef d'oeuvre de la littérature italienne raconte avec finesse la brutale et tragique déchéance d'êtres qui, pris dans un quotidien trop rassurant, n'avaient rien vu venir.
    />

  • Plongeant le lecteur en plein coeur de la crise de l'entre-deux guerres, ce journal d'un chômeur réussit à toucher, comme nul autre roman, la vérité brûlante, sanglante, et surtout humiliante d'une époque rimant avec misère. César Fauxbras livre ici un témoignage bouleversant. Le sordide hôtel pour chômeurs où il nous entraîne existe sûrement dans un coin perdu du XIIIe arrondissement de Paris ; là, le licencié ès lettres Jojo, l'ex-médecin marron Chouard, le ménage Voulaz, la fille Jeannette qui se donne par camaraderie, tous passés maîtres dans l'art du système D et des combines en tout genre, forment un de ces mille îlots perdus dans l'enfer de la grande ville. De galères en situations dramatiques, Thévenin, le narrateur, fait montre d'une ultra-lucidité comme d'une incroyable capacité à déceler l'hypocrisie et débusquer le ridicule ; ne serait-ce que dans la trivialité du quotidien ou dans les méandres d'une administration absurde et inhumaine. Malgré les petits boulots flirtant avec l'illégalité, la lutte des acolytes pour survivre semble vaine. La radiation du chômage les menace tous. La langue de Fauxbras se fait alors drue et corrosive, argotique, brute comme le sujet, son regard sur la société est cinglant. Il donne naissance, par le biais de ce récit intime, à un texte engagé, celui d'un révolté qui laisse transpirer son non-conformisme et un humour noir digne des grands auteurs du genre. Car face à la solitude et au désespoir, seul l'humour pourra les sauver. À moins qu'un pont au-dessus de la Seine ne fasse définitivement l'affaire.
    Un roman majuscule.

  • L'un des plus grands succès romanesques anglais de l'entre-deux guerres Le Chapeau vert est un inénarrable tableau de combat de l'Angleterre traditionnelle contre la nouvelle liberté de moeurs. L'auteur y décrit de façon impitoyable une société de jeunes gens qui habitent Mayfair, descendent au Normandy et au Ritz, partent en voiture de sport sur la côte d'Azur et se baignent nus dans la Tamise. Iris March, vingt-neuf ans, en qui l'on peut reconnaître Nancy Cunard, l'amie d'Aragon à l'époque, est le centre de cette société. Elle a eu deux maris: Boy Fenwick, qui s'est jeté du balcon d'une chambre d'hôtel, et Storm, assassiné par les terroristes du Sinn Fein. Plus excentrique on meurt! Le Chapeau vert devint instantanément un livre culte: Francis Scott Fitzgerald le relisait sans cesse, et ne cachait pas combien il lui devait pour la création de Gatsby, et Virginia Woolf s'en inspira quelque peu pour Les Vagues. Michael Arlen (1895-1956), né Dikran Kouyoumdjian, à Rustschuk, en Bulgarie, fut envoyé, par son père, un riche arménien, à Malvern College, une élégante public school. En 1922, il acquiert la nationalité britannique. La publication du Chapeau vert va lui assurer une célébrité durable. Cet énorme succès de librairie, sans cesse réimprimé, acquit très vite le statut de manifeste d'une génération, celle qui n'avait échappé à la Première Guerre mondiale que pour connaître la grande crise des totalitarismes. Sous ses aspects cyniques, brillants et snobs, ce roman résume un temps où le bruit des fêtes et des cocktails parvenait de plus en plus mal à étouffer le grondements des orages à venir.

  • Avant d'être célébré comme écrivain, Joseph Roth fut un journaliste vedette de la presse écrite. Reportages de guerre, articles politiques ou chroniques judiciaires, les textes sélectionnés dans cette anthologie entretiennent une étroite correspondance avec son oeuvre littéraire. Ils empruntent volontiers aux codes de la nouvelle et, dans le même style acéré, certains personnages ont directement inspiré leurs homologues romanesques. La littérature n'est jamais loin, mais l'intention est celle d'un témoin direct : il s'agit de « dessiner le visage du temps », de rendre compte d'une époque et de la dénoncer. Au fil des articles présentés dans l'ordre chronologique, on chemine avec Roth à travers les régions ébranlées par la défaite de 1918 : guerre russo-polonaise, troubles politiques en Hongrie, en Silésie, en Rhénanie. S'il affiche un parti pris, c'est celui des républiques, d'Autriche puis de Weimar, contre les tentations autoritaires. C'est aussi celui des victimes, des réfugiés, des déplacés, des expulsés, en particulier des juifs de l'Est menacés par l'antisémitisme. On découvre un Roth engagé qui mène par l'écriture un combat de plus en plus désabusé contre le nationalisme identitaire et la violence xénophobe. Il assiste au procès des assassins du ministre Rathenau, à celui de Hitler après le putsch raté de 1923. Il scrute les faits divers, les affaires de moeurs, comme des révélateurs de leur temps. Exercice obligé pour les journalistes de langue allemande, son récit de voyage en URSS, intégralement traduit, témoigne d'un regard singulier. Roth s'y montre sans illusion sur l'Union soviétique juste avant la terreur stalinienne mais aussi curieux et impressionné, non sans réserves, par l'effort de modernisation de la Russie.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    SM le maudit

    Christophe Bier

    Une bande dessinée d'auteur bouleversante de vice et d'originalité
    Berlin, 1930. La République de Weimar vit ses derniers moments de décadence. Siegfried Mann se travestit dans un cabaret érotique. La tenancière, une naine à monocle, lui voue un amour exclusif. Mais le jeune garçon rêve de gloire et de cinéma. Un casting providentiel le propulse dans les griffes de Hilda von Kroft, autoritaire patronne de la Femdom Produktion. Elle fait du naïf acteur la nouvelle égérie d'un genre très spécial. Siegfried devient la star souffrante de romances sadomasochistes dans lesquelles aucun supplice n'est truqué. Sous la férule des femmes, il hurle avec conviction et vérifie la justesse de cet adage : l'art est une discipline. Cravaché, humilié, torturé, peut-il encore espérer un registre moins éprouvant ?
    Un choc visuel. Une bande dessinée d'auteur bouleversante de vice et d'originalité, servie par le trait étonnant d'Yxes et la perversion de Christophe Bier. Mieux qu'une contribution à l'univers sadomasochiste, SM le Maudit marque une révolution dans un genre qui donne rarement la suprématie aux femmes et s'offre au passage le luxe d'un hommage au courant artistique de la Nouvelle Objectivité et au cinéma des années 1930 (Marlene Dietrich, Fritz Lang, Tod Browning).

  • Alors que le parti radical, entre les deux guerres notamment, apparaît comme un parti du centre, certains de ses leaders, comme Jean Zay, sont incontestablement des hommes de gauche. Quelle est donc l'identité de cette gauche ? Quelles en sont les composantes ? À quels idéaux se reconnaît-elle ? C'est à ces questions que ce livre répond, en explorant la gauche radicale, à partir de la Belle Epoque jusqu'à l'internement de Jean Zay à Riom dans la Résistance.
    Ce parcours fait apparaître le radicalisme sous un jour renouvelé. Certes, on s'attendait à ce que des thèmes tels que la laïcité de l'État, l'importance de l'éducation, ou l'attachement aux usages parlementaires soient au centre des identités de cette gauche. Mais on découvre d'autres tendances : d'abord, la valorisation de la gauche comme telle, c'est-à-dire l'évidence du clivage gauche-droite. L'importance des questions internationales ensuite : cette gauche se distingue par ses positions en matière de défense nationale. Pour ces radicaux, la démocratie et la paix sont une seule et même cause. Enfin, ce livre montre la vitalité du débat politique à l'époque et donne à voir une culture politique d'un premier XXe siècle bien différente de la nôtre.
    Le radicalisme ainsi revisité ne mérite pas le discrédit dans lequel il est tombé aux yeux de beaucoup : l'identité de la gauche du radicalisme réside dans l'affirmation du sérieux et de la noblesse de la politique.

  • Mort en 2009, à plus de cent ans, Claude Lévi-Strauss a laissé une oeuvre immense et protéiforme. Présente comme le fondateur d'un des courants des sciences sociales les plus féconds de l'après guerre, le structuralisme, on retient de lui l'image d'un savent professeur du Collège de France ou celle d'un élégant académicien. Son parcours celui d'un militant politique passé du socialisme à l'anthropologie reste donc très peu connu. Pourtant la pensée de Lévi-Strauss, sa réussite universitaire le rayonnement de son oeuvre bien au-delà des cercles de spécialistes sort les produits d un cheminement ininterrompu depuis son premier engagement socialiste. En établissant le lien entre les années 1930 et les années 1950, Levi-Strauss politique, de le SFIO à l'Unesco retrace l'importance de l'engagement politique de ce formidable intellectuel du XXe siècle et met en lumière aussi bien l'univers esthétique que les visées morales qui ont nourri son oeuvre

  • Dans la seconde moitié des années 1930, la République espagnole fait face à un putsch soutenu par les puissances fascistes, qui a tôt fait de dégénérer en guerre civile. Au même moment, les puissances démocratiques tentent d'éviter l'escalade par un accord de non-intervention qui garrotte les républicains.
    À la tête du gouvernement du Frente popular, les socialistes d'Espagne doivent recourir au seul réseau diplomatique toujours réceptif, soit celui de l'Internationale ouvrière et socialiste et de la Fédération syndicale internationale. Évoquant sans relâche le devoir de solidarité internationale, ils entraînent sa revalorisation à une époque de recroquevillement national des sections politiques et syndicales.
    Cet ouvrage fait état de la campagne méconnue de solidarité politique du mouvement socialiste international pour la République d'Espagne, la première d'une telle ampleur. Il relativise la notion ancrée, d'une part, d'immobilisme des forces démocratiques socialistes à cette époque d'apaisement et, d'autre part, de glissade irrémédiable vers la seconde apocalypse européenne. faisant ainsi la preuve que tout n'était pas joué.
    Voici donc une lecture tout indiquée par ces temps qui courent, soit ceux de l'agonie de l'ordre international de l'après-Seconde Guerre mondiale. 

  • Cet ouvrage, composé pour l'essentiel de textes extraits des publications du parti, se propose d'éclairer la politique des communistes pendant l'entre-deux-guerres, ainsi que les différentes formes de leur activité et leurs principaux débats idéologiques. Trois phases de l'histoire du Parti communiste sont retracées : la naissance, la bolchévisation, la participation au Front populaire.

  • Écrivain de tendance prolétaire issu d'une famille hassidique, Sholem Shternémigre à Montréal depuis Tishvitz, un shtetl de Pologne, à l'âge de vingt ans. Militant communiste, il est persuadé, comme bon nombre de ses camarades du Parti, que l'avenir de la culture yiddish se trouve en Union soviétique. Son idéal de voir les arts et lettres yiddish s'y développer sera détruit par des événements marquants, dont la Shoah et les persécutions des écrivains, artistes et intellectuels juifs soviétiques par Staline en 1952. Devant l'atmosphère hostile à l'endroit des Juifs qui règne alors en Europe et en Union soviétique, Shtern jettera son dévolu sur le Canada, qui devient un sujet de prédilection dans ses écrits. «Mon voyage au Canada» est rempli d'anecdotes amusantes: poètes ratés, alreytniks (parvenus), séducteurs et jeunes filles s'y côtoient à l'occasion du voyage en mer. Tout en révélant les distinctions claires entre les différents types d'immigrants qui prennent place sur le navire (on ne saurait confondre, par exemple, les Ukrainiens avec les Juifs polonais), «Mon voyage au Canada» illustre des sujets de discussion incontournables dans le monde juif de cette période.

  • Dans l'entre-deux-guerres, malgré sa domination politique et électorale écrasante, le parti conservateur britannique vit dans la hantise d'un échec électoral et la crainte d'une hégémonie intellectuelle, culturelle et artistique de la gauche, amplifiée par l'élargissement du suffrage universel. Ashridge Bonar Law Memorial College, fondé en 1929 en réponse au succès de la Fabian Society, a pour objectif de créer une pépinière d''intellectuels conservateurs capables de lutter à armes égales avec la gauche et d''enseigner les principes du conservatisme.
    Think tank avant la lettre, lieu de recherche et d'enseignement, centre de formation à la citoyenneté, Ashridge College va jouer dès lors un rôle essentiel dans la transformation de l''identité conservatrice ; il contribue notamment à donner forme et sens politiques à la notion de classe moyenne. Ce nouveau conservatisme, associé aux valeurs de la méritocratie, marque la fin de l'exclusivité du paternalisme aristocratique et fournit un contenu intellectuel à l''identité politique conservatrice, même si l''anti-intellectualisme est encore un trait revendiqué par de nombreux dirigeants du parti conservateur actuel.
    Ashridge College, devenu aujourd''hui l'une des premières écoles de commerce britanniques, témoigne de la faculté des dirigeants conservateurs à trouver des solutions adaptées aux nouvelles règles du jeu de la représentation politique ; à enregistrer et à accompagner les transformations profondes de la société tout en leur donnant une forme et un langage politiques qui se traduise par une adhésion de masse.

  • Antoine Prost, professeur l'Université d'Orléans et l'Institut d'études politiques de Paris, est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, en particulier, chez le mme éditeur, de La CGT l'époque du Front populaire, 1934-1939 . Avec Les Anciens Combattants et la société française , le recours simultané aux méthodes classiques de l'histoire ou de la sociologie et celles, plus neuves, de la linguistique ou de l'ethnologie, lui permet d'analyser les comportements et les mentalités des classes moyennes qui sont ceux de la société française entre les deux guerres. En trois volumes : 1. Histoire, 2. Sociologie, 3. Mentalités et idéologies.

  • Antoine Prost, professeur l'Université d'Orléans et l'Institut d'études politiques de Paris, est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, en particulier, chez le mme éditeur, de La CGT l'époque du Front populaire, 1934-1939 . Avec Les Anciens Combattants et la société française , le recours simultané aux méthodes classiques de l'histoire ou de la sociologie et celles, plus neuves, de la linguistique ou de l'ethnologie, lui permet d'analyser les comportements et les mentalités des classes moyennes qui sont ceux de la société française entre les deux guerres. En trois volumes : 1. Histoire, 2. Sociologie, 3. Mentalités et idéologies.

  • Antoine Prost, professeur l'Université d'Orléans et l'Institut d'études politiques de Paris, est l'auteur de nombreux articles et ouvrages, en particulier, chez le mme éditeur, de La CGT l'époque du Front populaire, 1934-1939 . Avec Les Anciens Combattants et la société française , le recours simultané aux méthodes classiques de l'histoire ou de la sociologie et celles, plus neuves, de la linguistique ou de l'ethnologie, lui permet d'analyser les comportements et les mentalités des classes moyennes qui sont ceux de la société française entre les deux guerres. En trois volumes : 1. Histoire, 2. Sociologie, 3. Mentalités et idéologies.

empty