• L'amour, la foi, l'espérance. Il semble aujourd'hui plus que jamais nécessaire de retrouver le sens de ces mots. C'est l'objet de cette lettre, adressée à tous ceux qui sont chrétiens - un peu, beaucoup, passionnément - ou qui ignorent qu'ils le sont - et qui se demandent comment s'engager de tout leur être dans l'aventure de la vie. C'est aussi une invitation à intensifier son rapport avec le monde. À augmenter sa joie à être.
    Dans une langue incandescente et pudique à la fois, Christiane Rancé offre un texte d'espérance, tourné vers la vie et les autres. Un livre de mémoire sans passéisme, et de combat sans violence. Une parole à contre-courant et joyeusement rimbaldienne, puisqu'elle fait le pari de l'éternité.

  • L'Anthropocène, cette « ère de l'humain », nous met face à un défi sans précédent dans l'histoire de la Terre. Face à l'anéantissement total de la nature dont nous sommes les artisans, et donc aux dangers qui pèsent sur nos propres conditions d'existence, nous devons façonner une nouvelle éthique de la cohabitation - plus encore : de la solidarité profonde avec tous les autres êtres vivants. Dans ce manifeste, Andreas Weber et Hildegard Kurt posent les jalons de cette pensée neuve, qu'ils appellent « vitalité ». Partie intégrante d'un système terrestre où la culture est inséparable de la nature, l'être humain doit désormais se faire créateur. Une responsabilité nouvelle qui nous incombe et que le discours de l'Anthropocène entend affirmer. Plaidant pour une nouvelle politique du vivant, ce texte courageux, lumineux, écrit dans une langue fluide et puissante, touchera tous ceux qui cherchent des réponses à la crise globale que nous traversons.

  • « Dans ce livre je vais tenter de disserter joyeusement de la mort, tout en sachant que nous y sommes tous condamnés. Autant en être conscient tout de suite plutôt que d'avaler un jour son bulletin de naissance en s'apercevant trop tard que la vie est brève : "Merde, il fallait mourir, je ne m'en étais pas rendu compte !" Jésus est vainqueur de la mort. C'est la puissance du chrétien.
    Quand la mort frappe, il est beau de savoir que nous allons vers quelqu'un qui s'appelle Dieu. Alors elle n'est plus à craindre car elle sera une merveilleuse rencontre avec celui que nous avons tant prié sur terre, et qui nous aime. À ceux qui contestent la mort, je dis simplement que la plus grande aventure de la vie, c'est l'amour. Un magicien prodigieux que nous, chrétiens, appelons Dieu-Amour, nous a créés, nous a faits pour aimer. Dites donc, ce serait un sacré pourri s'il nous mettait sur terre et qu'ensuite, à notre mort, tout soit terminé...
    Certains disent que ce sera le plus beau jour de notre vie. Personnellement je le pense. Anticiper ce grand jour, c'est refuser de vivre une vie close sur elle-même, c'est s'ouvrir, pendant notre séjour sur terre, au mystère de l'au-delà. Croyants, nous sommes des vivants appelés à une autre vie. Préparons-nous dès à présent à ce passage vers l'Amour. » G uy Gilbert

  • Il n'y a pas que Lourdes ! Il y a aussi Pontmain, en Mayenne, haut lieu de pèlerinage marial. Une redécouverte de la France des dévotions qui accomplit un formidable retour.
    Pontmain, 17 janvier 1871. Dans le ciel d'hiver, la Vierge Marie apparaît à quelques enfants. La belle Dame leur dévoile un bref message sur la nécessité de la prière et de la rencontre avec son fils.
    Cent cinquante ans plus tard, le frère Louis-Marie Ariño-Durand nous livre une interprétation nouvelle de cette apparition et nous invite à aborder cet anniversaire sous des angles inattendus. Car l'actualité du message de Pontmain, dans sa grande simplicité, ne fait plus aucun doute, et sa portée à faire découvrir ou à redécouvrir nous touche au coeur.
    Voici, par l'un des plus grands spécialistes, le livre de référence sur ce sanctuaire marial du bocage mayennais.

  • "J'ai écrit ces lignes des années après. J'ai surmonté ma honte et parfois le déni ou la réprobation des autres. J'avais frôlé la fin de tout.
    Nous attendons trop sans savoir que nous sommes attendus nous-mêmes dans l'existence à ce point sombre d'où quelque chose peut recommencer. J'ai retraduit mon malheur en traduisant les textes de Job, de saint Paul ou de Shakespeare. Et je commençais à croire qu'il n'y a d'espérance qu'à ce point-là d'essoufflement.
    J'ai interrogé la dérision du désespoir et l'indignité de notre monde contemporain qui voudrait exclure l'espérance de nos coeurs et de nos communautés."
    Frédéric Boyer.

  • Après avoir connu les vastes espaces de sa Russie natale et combattu dans les rangs de l'Armée Blanche, Gazdanov, comme des milliers de ses compatriotes en 1920, s'exile et se retrouve l'observateur fasciné et horrifié des bas-fonds parisiens. Au volant de son taxi, toutes les nuits, Gazdanov parcourt le labyrinthe des rues de la capitale et de sa banlieue, en même temps que celui de sa mémoire. S'élabore ainsi une géographie où s'entrecroisent les destins d'individus qui n'auraient jamais dû se rencontrer, une courtisane déchue, un ouvrier russe, un ivrogne philosophe...

  • Une passion pour le Y

    Mary Dorsan

    Je dis que j'ai une passion pour le Y. Je dis que quand je suis seul, je ne pense qu'au Y. Alors je sais avec certitude que ce que je pense n'appartient qu'à moi, parce que je suis sûr que je suis le seul à me préoccuper d'une seule lettre. Personne d'autre ne partage cette obsession.

  • Un recueil écrit après le séisme de janvier 2010, "à mi-chemin entre décombres et étoiles".
    Une plongée dans les réalités contrastées de la vie haïtienne.
    Des mots pour coudre le ventre déchiré de la terre et susciter l'espoir.

  • Tout au long de sa vie de religieuse et de théologienne, Marie-Thérèse Nadeau n'a eu de cesse de faire rayonner, par l'enseignement et l'écriture, la foi qui l'animait. De livre en livre, cette auteure généreuse et polyvalente aura composé une sorte de somme théologique pour aujourd'hui.
    Ce recueil reprend ses propos sur l'amour, l'espérance, la foi, la fidélité, l'Eucharistie, l'Église, la souffrance et la sainteté. On peut le lire pour réfléchir sur ces thèmes névralgiques du christianisme ou comme introduction à l'oeuvre d'une théologienne aussi stimulante qu'accessible.

    Membre de la Congrégation de Notre-Dame, Marie-Thérèse Nadeau, décédée en 2018, a été professeure et doyenne au Collège universitaire dominicain à Ottawa. Docteure de l'Institut catholique de Paris et de la Sorbonne, elle est l'auteure d'une vingtaine de livres publiés aux Éditions Médiaspaul.

  • « "Il est l'heure de bâtir un nouvel humanisme." L'exhortation de Pascal Picq illustre la détermination et le dessein communs aux douze contributeurs de cette somme d'entretiens. Scientifiques, philosophes, artistes, sociologues, navigatrice, avocat, chefs d'entreprise : chacun dans son champ d'expertise ou de convictions, tous construisent là un débat fondamental, destiné à offrir au lecteur ouvert à la complexité quelques clés d'une exploration approfondie de lui-même et du monde afin qu'il mène son existence et celle de la planète avec responsabilité, sens. Et humanité. À cette condition, qui révèle les plus beaux trésors du verbe entreprendre, qui éclaire de manière singulière la nécessité de rêver, de créer, de bâtir le progrès, qui conscientise l'obligation de penser et d'agir autrement - et même insurrectionnellement -, bref qui "possibilise" l'impossible, l'époque peut bel et bien s'avérer formi­dable, et le "chef-d'oeuvre de l'intelligence" espéré par Pierre Rabhi devenir réalité. » Denis Lafay

    Denis Lafay, journaliste, a fondé et dirige Acteurs de l'économie - La Tribune.

  • Résister par l'insolence et par le rire, Guy Bedos s'y attache, en comédien et en observateur féroce de notre société.

    De sa jeunesse algérienne, il tient l'antiracisme. Du refus de l'indifférence, l'engagement pour les droits de l'Homme. Du goût pour la liberté, l'indocilité face aux pouvoirs. De l'exigence de démocratie, l'appel à l'« insurrection pacifique ».

    Guy Bedos projette son rêve d'une société meilleure dans la jeunesse qui s'indigne et qui agit. Rencontre avec un homme irrésistiblement drôle et tourné vers la vie.

    «À ceux qui me demandent de quoi je me mêle, je réponds que je me mêle de ce que je regarde.» «Vive l'avenir ! Plus qu'un message, c'est un devoir pour l'idéaliste et le père que je suis.» «La Bourse ? Je m'en fous. J'ai choisi la vie.»

  • Dans cet extraordinaire album philosophique et poétique, un enfant et son cheval partent en voyage répandre la joie, là où il n'y en a pas. Tous deux traverseront guerre et intempéries, pour aller à la rencontre des enfants tristes, malades ou abandonnés afin de leur offrir amour, amitié, réconfort et espérance. Roxanne Turcotte a su trouver les mots qu'il faut pour orchestrer les splendides toiles de Maxime Lacourse.

  • « L'Europe se déchire, les États-Unis s'engagent - et embarquent la planète - dans l'indicible, partout les raisons de craindre et d'espérer s'entrechoquent ; ce livre de débats, cette somme exceptionnelle de convictions constitue un outil de décision pour tout citoyen désireux d'être un acteur responsable, combattant, militant d'une société et d'une civilisation humaines. » Denis Lafay

    Denis Lafay, journaliste, a fondé et dirige Acteurs de l'économie - La Tribune.
    Dans cet ouvrage, il rassemble les contributions, entre autres auteurs, de Yves Coppens, Boris Cyrulnik, François Dubet, Alain Etchegoyen, Olivier Faron, Alain Finkielkraut, Marcel Gauchet, Serge Guérin, Jean-Claude Guillebaud, Françoise Héritier, Olivier Mongin, Edgar Morin, Jean-Robert Pitte, Pierre Rabhi, Michel Serres, Alain Touraine et Jean Viard.

  • Le Hameau

    Lyne Debrunis

    Ce roman est basé sur une histoire vécue. Une de nos filles a été accostée au supermarché par deux motards d'une bande tristement célèbre dans notre région. Le prologue décrit justement les échanges. Le reste du roman est purement fictif, car si j'ai des doutes sur la possibilité pour un groupe de motards de quitter leur club d'appartenance de manière volontaire, rien dans mes recherches ne m'a indiqué le contraire... Le Vice-Président du club avec quelques motards sont donc à la recherche d'une propriété dans la région après avoir quitté leur club d'origine. Si leurs désaccords avec les pratiques de l'ancien club font partie de leur ancienne vie, ils seront épiés, pourchassés, agressés et le bébé de la jeune femme sera kidnappé par des ennemis dont ils ne savent rien et dont ils ne comprennent pas les motivations. Heureusement, dans ce monde de violence, la jeune femme, sa maman et son bébé et quelques autres amis, seront des alliés et de belles amitiés naîtront. Entre le Vice-Président et la jeune femme, des sentiments plus vifs verront le jour. La propriété achetée par le club, havre de paix au centre de leur vie, sera pour tous un point d'ancrage qui cimentera les liens entre chaque membre du groupe.

  • Chant d'espoir

    Lyne Debrunis

    Un jeune homme malade apprend le soir de Noël qu'il arrive probablement au bout de sa vie. Traînant sa déprime, il croise au milieu de la nuit, une jeune femme tentée par le suicide.
    Lui veut transmettre sa fortune, elle, assurer le futur de l'enfant qu'elle porte.
    Ils vont s'allier pour se battre contre la maladie et apprendre rapidement à changer de vie, aidés par deux amis d'enfance.
    Cependant rien n'est ce qu'il paraît.
    Ce roman qui pourrait être noir ne l'est pas car l'amitié, l'amour, la fidélité sortent vainqueurs du combat

  • Chez l'espérance

    Jeanne Cordelier

    "Une tragédie chez les paumés. Un univers poisseux, blafard, imprégné de brume et de nostalgie, que ne renieraient pas Prévert et Carné! " Noëlle Loriot, L´Express

  • Des prières inspirées par les enjeux contemporains

    De nos jours, l'attitude la plus répandue devant la misère du monde est de démontrer un pessimisme que l'on croit être la seule posture réaliste. Or, c'est à une tout autre posture que nous convie Pierre Prud'homme dans ce recueil de prières laïques issues des rencontres de révision de vie des équipes du Mouvement des travailleuses et travailleurs chrétiens du Québec. Car n'en dé­­plaise au ­pessimisme ambiant, les chiffres sont unanimes : le monde va de mieux en mieux.
    Cultiver la confiance et l'espérance n'empêche pas d'avoir un regard critique, bien au contraire. La lecture de ces vingt-cinq prières permet de ressentir tout l'engagement de ce mouvement de chrétiens qui luttent au coude à coude avec tous les autres défenseurs de la justice, du partage et de la paix pour un monde meilleur. Présentées en ordre chronologique des rencontres, elles sont un témoin fidèle des enjeux qui ont marqué les plus récentes années de notre société.

  • Charlemagne naît de l'union éphémère entre la belle Florence, infirmière dotée d'une triste et désolante bonasserie, et Yann, sorte de demi-dieu grec analphabète et entraîneur. Il voit le jour à la suite de la décision de sa mère de ne pas se faire avorter et de l'élever seule.

    Alors que le garçon grandit, Florence s'éprend de Manuel, un veuf d'âge mûr. Elle cherche en fait une figure paternelle pour son enfant. Tout ne se déroule pas comme prévu, alors que Yann, soudainement intéressé par son rôle de père, ne passe pas par quatre chemin pour connaître son fils. Il devient rapidement l'idole de celui qu'on surnomme Charlot, jusqu'à ce qu'un événement tragique vienne bouleverser la relation harmonieuse qui les unit.

    Dès lors, le petit homme se voit tenter de s'identifier au père de son ami... pour le meilleur et pour le pire. Charlot réussira-t-il
    à rétablir son lien d'attachement avec ses parents et à devenir un adolescent heureux et équilibré ?

  • A vie

    Pierre Ouellet

    Exercice de mémoire et d'imagination, À vie explore notre relation au passé et les fantasmes qui habitent les époques révolues, souvent idéalisées. Pierre Ouellet plonge ici ses personnages dans l'emportement des mots, et tisse un récit vertigineux qui témoigne du long et sinueux apprentissage de la vie. Après Portrait de dos(l'Hexagone, 2013) et Dans le temps (Druide, 2016), l'auteur propose, avec ce roman, la conclusion du cycle de La grande enfance.

    /// Résumé :

    Une vieille goélette rafistolée, comme les souvenirs d'un lointain passé, sert de décor aux nouvelles aventures de Jean Lhomme, de Faye Rose et d'un narrateur anonyme. Ce vaisseau fantôme, à la fois nef des fous et chasse-galerie, sera pour les héros le théâtre d'explorations au coeur de l'espace et du temps des rêves qu'incarna le monde des années 1960 et 1970 où ils ont vécu leur prime jeunesse.
    De l'île d'Orléans à l'estuaire du Saint-Laurent, en passant par la côte est américaine jusqu'aux Caraïbes, les protagonistes termineront leur long voyage au Nicaragua, où ils réaliseront leur rêve de révolution auprès de sandinistes. S'ensuivra une très profonde désillusion, qui n'effacera toutefois pas leur soif d'espérance, nourrie par la puissance magique de leur imagination. Ils inventent leur monde bien plus qu'ils n'y vivent ; ils dessinent leur vie au fur et à mesure bien plus qu'ils ne suivent un destin tout tracé. Ils découvrent leur histoire comme une légende, où ils apprennent à se transfigurer.
    L'auteur

    /// L'auteur :

    Pierre Ouellet est poète, romancier, essayiste. Écrivain «hors genre», il est l'auteur d'une quarantaine de livres, pour lesquels il a notamment reçu le Prix littéraire du Gouverneur général dans la catégorie essai à deux reprises, pour À force de voir. Histoire de regards, paru en 2005, et pour Hors-temps. Poétique de la posthistoire, publié en 2008, le Prix Spirale Eva-Le-Grand pour Où suis-je. Paroles des égarés, publié en 2010, le Grand Prix Québecor du Festival international de la poésie pour Dépositions, paru en 2007, et le prix Ringuet pour Légende dorée, paru en 1997. Le gouvernement du Québec lui a décerné en 2015 le prix Athanase-David pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Sur la réserve indienne mythique de Wasaychigan Hill, sept hommes tentent d´empêcher la création d´une équipe de hockey féminine. Ils voient d´un bien mauvais oeil la mise sur pied de cette équipe, qui à leur yeux est un «autre» empiètement sur leur identité.

    Dans un style qui lui est typique, Highway utilise légèreté de ton, humour débridé et vivacité des dialogues pour faire passer un commentaire social plus profond, pour explorer ce que ça veut dire aujourd´hui que d'être «amérindien».

  • Herménégilde Chiasson, dont l'oeuvre s´inscrit dans l´affirmation d´une Acadie moderne et contemporaine, publie un nouveau recueil de prose, «Solstices».

    Qu'il soit d'hiver ou d'été, le souffle qui porte cette parole la fait voyager au rythme du temps, sur les sentiers du souvenir. Sur les lieux revisités, l'oeil se nourrit d'indices pour reconstituer un passé à partir de structures ou d'objets à l'épreuve du temps, d'odeurs qui en émanent, de bruits qui les animent, de souvenirs qui les habitent.
    Le lecteur plonge dans un univers intime et intérieur qui le happe dès la première phrase et ne le laisse sortir qu´à la dernière.

    En avril 2009, Herménégilde Chiasson a remporté le prix Champlain pour son recueil «Béatitudes».

empty