• Dans ma cellule je pense à elle, Bettý, si belle, si libre, qui s´avançait vers moi à ce colloque pour me dire son admiration pour ma conférence. Qui aurait pu lui résister. Ensuite, que s´est-il passé ? Je n´avais pas envie de ce travail, de cette relation. J'aurais dû voir les signaux de danger. J'aurais dû comprendre bien plus tôt ce qui se passait. J'aurais dû... J'aurais dû... J'aurais dû... Maintenant son mari a été assassiné et c´est moi qu´on accuse. La police ne cherche pas d´autre coupable. Je me remémore toute notre histoire depuis le premier regard et lentement je découvre comment ma culpabilité est indiscutable, mais je sais que je ne suis pas coupable. Un roman noir écrit en parallèle avec la série des aventures du commissaire Erlendur Sveinsson.

  • Madox, un vagabond pas vraiment recommandable, arrive dans une petite ville paumée du Texas où il se trouve un emploi de vendeur de voitures. Mais pourquoi s'échiner ainsi, alors que la banque locale paraît si vulnérable ? Comme si de telles idéesne suffisaient pas à risquer de lui attirer des ennuis, Madox se sent vite tiraillé entre deux femmes dont l'une est merveilleusement innocente et l'autre dangereusement torride. Très vite, les nuages s'accumulent au-dessus de lui.

  • Séduit par la troublante Phyllis Dietrichson, l'agent d'assurance Walter Neff conspire avec elle le meurtre de son mari après lui avoir fait signer une police prévoyant une indemnité pharaonique en cas de mort accidentelle. Évidemment, la compagnie d'assurance va suspecter la fraude, mais Walter et Phyllis sont intelligents, déterminés et totalement sans scrupules. Le crime parfait existe-t-il ? Peut-on vraiment échapper à une vie rangée pour éprouver le grand frisson aux côtés d'une femme fatale ? Un roman qui fit scandale avant d'être à l'origine de l'un des plus grands films noirs de tous les temps.

  • « J'avais prolongé mon séjour à Veracruz tant qu'elle avait été là - je l'aurais prolongé jusqu'à la fin du monde, s'il n'avait tenu qu'à moi. Maintenant qu'elle avait disparu, je le prolongeais dans l'espoir de la retrouver, ou au moins d'apprendre quelque chose sur les raisons de sa disparition. Un jour, un pli me parvint à l'hôtel, expédié par la poste, ne comportant aucune indication de provenance, aucun mot d'accompagnement. Il contenait les quatre récits, brefs et terribles, qu'on va lire. »

  • Depuis que Jamieson, chef d'une des plus importantes mafias de Glasgow, est en prison, son territoire est l'objet de toutes les convoitises. Il a chargé Nate Colgan, le plus respecté des cogneurs de la ville, de veiller à la sécurité de l'organisation et de garder un oeil sur un malfrat anglais fraîchement débarqué qui semble vouloir se tailler une part du gâteau. Quand un dealer de Jamieson est assassiné, les soupçons se portent sur le nouveau venu et l'organisation lui déclare la guerre. Mais avec le patron derrière les barreaux, tout peut arriver. Et Nate Colgan sent que quelque chose se trame... D'autant que cette garce de Zara Cope est de retour en ville. Dans quel but? Revoir la fille qu'elle a eue avec lui? Récupérer son argent? Colgan ne peut pas lui faire confiance : toxique, trop jolie, et beaucoup plus dangereuse qu'il n'y paraît. Le seul à penser la même chose que lui est Fisher, un flic opiniâtre qui fourre son nez partout. Pas vraiment rassurant...

  • L'ancien Cinéma Royal de Louiseville abrite aujourd'hui un centre commercial décati, et le chic Hôtel Windsor a été réduit à une misérable taverne. Jeff habite au-dessus de l'un et travaille à servir les ivrognes dans l'autre. Prisonnier d'un quotidien sans relief, il attend un miracle... qui fait son entrée au Windsor par un beau soir d'hiver : une belle Espagnole prénommée Luz, femme de l'avocat de la pègre locale et amatrice de grands vins, s'installe au bar. Comme dans les films, Jeff en tombe instantanément amoureux. Comme dans les films, elle succombe à ses avances. D'aucuns diraient que tout cela est trop beau pour être vrai...
    Avec ses clins d'oeil à des icônes du grand écran, Cinéma Royal se lit comme on parcourt un palais des glaces, où les visages familiers se démultiplient ou s'évanouissent sitôt qu'on croit les saisir du regard. On imagine Hitchcock en coulisse, tirant les ficelles de cette intrigue fort habile dans laquelle on peine à distinguer le rêve de la réalité.

  • "Louise Morvan. Profession : Détective privé.
    La « Reine Louise » abandonne son QG de la Cité des Sciences et les demis de Pépé Maurice - le patron du Clairon des copains - pour le pays du soleil levant. L'évêque Chevry-Toscan a fait appel à ses services

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Paolo a définitivement abandonné son ancien nom pour devenir Paola, transsexuelle lascive et soumise aux caprices de sa tante despotique. La transformation achevée, sa chaperonne l'initie aux pratiques sadomasochistes : Paola devient alors le jouet consentant de riches Italiens dépravés... Sa fougue et sa particularité physique ne tardent pas à attirer l'attention, et voilà notre chère tante muée en productrice de vidéos pornographiques, dont l'héroïne n'est autre que Paola ! La jeune femme s'épanouit plus que de raison dans cette nouvelle vie de débauche...
    Second volume de Ma tante adorée par le duo italien Laura Bagliani (scénario) et Alessandro Scalzo (dessin). Une histoire menée tambour battant par ces maîtres de l'érotisme débridé et transgenre, et une succession de scènes riches où transpirent les références au BDSM.

  • Une jeune femme qui bronze dans son jardin, c´est un bon début. Mais lorsque les hommes qui l´approchent se mettent à tomber comme des mouches, ça ne va plus ! Clarine porterait-elle la poisse, par hasard ? Ou bien fait-elle le nettoyage elle-même ? Vous le saurez en lisant ce polar volontiers digressif sur 20 tableaux tour à tour littéraires, théâtraux ou réalistes, parsemés de parenthèses dont l'impertinence n´échappera à personne...

  • Dead girls

    Patrick Raynal

    Impossible, pour un privé désargenté, de résister à une fille pleine aux as, même si elle a la langue bien pendue.




    Quand elle est entrée dans mon bureau, je me suis dit tout de suite que le mieux à faire, c'était de la prendre à bras le corps et de la jeter par la fenêtre sans respirer son parfum une seconde de plus. L'intuition. Dans mon boulot, c'est une deuxième nature, un troisième oeil, une quatrième de couverture. Une beauté pareille n'entrait pas dans une officine minable de privé sans avoir derrière la tête la volonté de tout ravager dans le bouclard, de mener le petit commerce à sa ruine et le tenancier au suicide.






    Avec un humour ravageur et un sens incomparable du dialogue, Patrick Raynal tricote en quelques pages une historiette hilarante et noire à la fois.

  • Monster porn, futanari, jeunes femmes initiées au sexe hard... Retour des fortes chaleurs avec BD-Adultes ! Une teen envoûtée par un démon corrompt le prêtre du village... Une camgirl s'exhibe devant un homme pour le séduire... Une bonne soeur despotique est prise en gangbang par les élèves de son lycée privé au bal de fin d'année... James Lemay dévoile quelques planches de son nouveau monster porn dans Time Raider, parodie d'un jeu vidéo bien connu... Sans oublier deux avant-premières très perverses : le porno transgenre de Ma tante adorée et la dépravation sexuelle d'une jeune allumeuse, racontée dans La Voie de Laura. Un programme de toute beauté pour ce numéro 6 ! ... Et si on vous dit qu'en plus, c'est gratuit ? Qu'est-ce que vous attendez, foncez !

  • Monster porn, futanari, jeunes femmes initiées au sexe hard... Retour des fortes chaleurs avec BD-Adultes ! Une teen envoûtée par un démon corrompt le prêtre du village... Une camgirl s'exhibe devant un homme pour le séduire... Une bonne soeur despotique est prise en gangbang par les élèves de son lycée privé au bal de fin d'année... James Lemay dévoile quelques planches de son nouveau monster porn dans Time Raider, parodie d'un jeu vidéo bien connu... Sans oublier deux avant-premières très perverses : le porno transgenre de Ma tante adorée et la dépravation sexuelle d'une jeune allumeuse, racontée dans La Voie de Laura. Un programme de toute beauté pour ce numéro 6 !
    ... Et si on vous dit qu'en plus, c'est gratuit ? Qu'est-ce que vous attendez, foncez !

  • "« Elle était toujours très belle, avec une peau transparente, des yeux inoubliables, des belles mains et des jambes si longues pour une femme si petite, à peine un mètre soixante... » En 1977, âgée de soixante-seize ans, Marlene Dietrich demeure une star internationale. À Berlin, Londres, New York, Paris, elle est acclamée par tous. Lorsqu'elle entreprend la rédaction de ses Mémoires, elle engage Norma Bosquet pour l'assister. De 1977 à 1992, date de la mort de l'actrice à Paris, Norma fut sa secrétaire, son infirmière puis son amie.
    Ce n'est pourtant pas dans ses Mémoires que l'on trouve la vraie Marlene Dietrich, mais bel et bien dans les confidences de Norma Bosquet ici rassemblées. Les rapports de Marlene avec ses amis, ses amants - parmi lesquels Jean Gabin, peut-être son plus grand amour -, son caractère difficile, voire insupportable, et ses rapports tendus avec sa fille ne sont point passés sous silence. Et Norma Bosquet se délivre enfin du terrible secret qu'elle porte depuis la mort de Marlene.
    Un livre clé sur une des plus fascinantes personnalités du xxe siècle, incarnation du mythe de la femme fatale."

  • « Elle désire être à lui mais pas tout de suite. Qu'il continue de la calmer par ses caresses. Il est fier et séduisant. De la prestance. Il ne manque pas de charme et possède une voix grave qui la trouble. La jeune femme lui parle d'un timbre de voix rauque qu'il trouve érotique. Il lui dit qu'elle est superbe. Il lui souffle à l'oreille qu'elle a un visage et un regard émouvants, qu'elle a un corps fait pour l'amour et qu'elle finira par lui céder. La tente résonnera bientôt de ses gémissements et cris couverts par les bruits extérieurs des moteurs des jeeps et camions militaires qui tournent sans interruption. Elle ressent le désir lui brûler le ventre... » Un campement militaire, un homme, une femme, une nuit... Lui, un officier brillant engagé malgré lui dans une guerre stupide ; elle, l'incarnation de la femme fatale qu'on a payée pour lui rendre visite. Sous la tente, plus qu'une étincelle de vie, un véritable brasier... Après la poésie et le polar, Jean-Marie Devick dévoile une nouvelle facette de son oeuvre : un récit (pour adultes) direct qui fait appel à nos fantasmes les plus primaires, les plus efficaces.

empty