• Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d'un chagrin d'amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l'art de rendre les gens heureux en cuisinant pour

  • Souvenirs denfance et rages du moment ; visites dans des restaurants fameux ou oubliés ; odes à landouillette, la nèfle, le sablé à la confiture, la figue, les vins du Rhône, les Haribo ; tête de veau et Kinder ; déjeuners de conféries aussi secrètes que savoureuses ; critiques gastronomiques plus ou moins fréquentables, ogres, poètes et cannibales Il y a tout cela, et bien plus, dans larborescence mémorielle et gourmande de Nicolas dEstienne dOrves. Le tout saupoudré de colère, de coups de sang, dimages parfois lointaines, dune foi qui sait être mauvaise et dun amour sincère, réel, jamais repu, pour les joies de la gueule. Si la gourmandise est universelle, le goût est singulier. Aujourdhui, celui de « NEO » vous invite à sa table et vous souhaite bon appétit.

    Né en 1974, Nicolas dEstienne dOrves est écrivain et critique dopéra. En vingt ans, il a publié une trentaine de livres : romans (Les Fidélités successives), thrillers (Les Orphelins du mal), nouvelles (Narcisse et moi), récits (Je pars à lentracte), biographies (Jacques Offenbach, Marthe Richard) Passionné par Paris, il lui a consacré un guide de promenades et un Dictionnaire amoureux. Lorsquil nécrit pas, il mange. Sans doute trop.

  • Voici la gargantuesque leçon de savoir-vivre dédiée à tous les affamés par Jim Harrison. Vous voulez connaître la différence entre le Cuit et le Cru ? Vous initier à l'art si particulier de dévorer les livres et les femmes ? Suivre le régime suicide aux dix milles calories, composé de choucroute garnie, de cassoulet, de bollito misto, de chair de crabe et de risotto, arrosé d'un succulent Salice Salentino ? Ou arpenter les quatre coins du globe dans les meilleurs restaurants et les plus fins bistrots ? La recette tient en cinq lettres : excès. Quant au chef ? Un ogre des temps modernes chez qui les levers de coude et autres coups de fourchette ont toujours eu des airs de quête. Celle de l'authenticité et d'une vie pleinement vécue.
    " Face à toutes les noirceurs qui assaillent la littérature, la lecture de Jim Harrison est une jouvence épatante. Un cadeau du ciel. Il ne faut pas s'en priver. "
    André Clavel, L'Express

  • La revanche d'une femme Nouv.

    Le témoignage bouleversant de la femme de Bernard Loiseau.
    Le 24 février 2003, jour de la mort de mon mari, Bernard Loiseau, combien de temps m'a-t-il fallu pour prendre la décision de poursuivre son oeuvre ? Quelques minutes ? Quelques heures ? Je ne peux le dire exactement, mais l'évidence s'est imposée rapidement dans mon esprit. Si je ne voulais pas que notre monde disparaisse définitivement, que la Maison Loiseau s'écroule comme un château de cartes, que nos enfants sombrent dans un abîme de souffrance, je devais me ressaisir et avancer.
    Les clients, les journalistes m'ont mille fois demandé où j'avais trouvé la force de continuer. À cet instant précis, il n'était pas question de force mais bel et bien d'une réalité : j'avais trois jeunes enfants qui venaient de perdre leur papa, il y avait quatre-vingts personnes qui travaillaient chez nous, et des millions de Français qui aimaient Bernard comme un copain. Je ne pouvais pas les laisser tomber. Pourrais-je y arriver ? Quelles étaient mes chances de réussite ? À ce moment-là, je n'en avais pas la moindre idée. Mais je savais que j'avais une mission et que rien ne m'en détournerait. Avec le recul, je réalise maintenant combien toute ma vie d'avant m'avait d'ailleurs préparée à ce défi.
    Si je partage avec vous mon histoire aujourd'hui, ce n'est pas pour parader, ce n'est pas dans ma nature. Mais c'est bien parce que mon parcours est un signal fort à envoyer à toutes les femmes qui hésitent avant de se lancer dans un nouveau challenge, mais aussi à tous ceux qui un jour ou l'autre doivent se relever après un drame.

  • « La race est particulièrement visible dans l'alimentation. D'abord parce que le concept fut inventé pour justifier la gourmandise de certain·es Européen·nes. Ensuite parce que la nourriture prend une telle place dans nos vies - la majorité d'entre nous mange trois fois par jour - que les restaurants, les supermarchés ou les cuisines sont des lieux privilégiés pour créer et perpétuer les constructions sociales. Si je vous dis maintenant que le racisme, tel qu'on le connaît aujourd'hui, trouve son origine dans une histoire de sucre, vous risquez d'avoir du mal à l'avaler. C'est pourtant vrai. Le racisme s'est installé dans les têtes des Européen·nes en même temps que le sucre arrivait sur leurs tables. La corrélation n'a rien de fortuit. Ce système de pouvoir fut précisément créé pour que les Européen·nes puissent consommer du sucre en ayant la conscience tranquille. Et l'industrie alimentaire l'entretient depuis. »



    Dans Voracisme, l'auteur mène l'enquête sur les liens consubstantiels entre racisme et alimentation, depuis l'esclavagisme dans les cultures de cannes à sucre au 17e siècle jusqu'aux cuisines de nos restaurants, en passant par l'histoire du marketing alimentaire.

    Nicolas Kayser-Bril est un journaliste français et allemand. Lauréat de l'European Press Prize en 2015, il a collaboré avec Le Monde, Der Spiegel, The Guardian... Quand il n'écrit pas, il est parfois chef à domicile. Voracisme est son troisième ouvrage publié aux éditions Nouriturfu.

  • Et si cuisiner sans rien jeter était le départ vers une nouvelle vie, une vie plus simple et plus respectueuse de notre planète ?

    Lutter contre le gaspillage alimentaire, diminuer ses déchets, manger sainement... voici quelques-unes des préoccupations que nous sommes de plus en plus nombreux à partager. La cuisine anti-gaspi s'inscrit dans cet élan citoyen en proposant d'utiliser au mieux un produit, de l'exploiter au maximum et, surtout, de ne pas jeter ce qu'on a acheté en apprenant à sublimer nos restes ou en trouvant de nouvelles idées pour tout cuisiner, des fanes de légumes aux fruits abîmés.

    La cuisine anti-gaspi, c'est consommer moins, mais c'est aussi consommer mieux : les économies réalisées en achetant moins sont réinvesties en achetant mieux - avec des produits savoureux et locaux. La cuisine anti-gaspi, c'est aussi et surtout une cuisine simple, accessible, celle de monsieur et madame Tout-le-monde, une cuisine de bon sens et du quotidien, où l'on apprend à se débrouiller avec trois fois rien, même quand on n'est pas très doué en cuisine !

    Ce véritable guide pratique, qui fourmille d'astuces, livre les indispensables de la cuisine pour changer nos habitudes tout en augmentant notre plaisir de déguster... Pourquoi ne pas transformer vos restes de pot-au-feu en soupe de cappelletti ou en gratin ? Et ne jetez plus vos fruits abîmés, transformez-les en une savoureuse confiture au micro-ondes !

    Avec 80 recettes simples et gourmandes pour le quotidien !

  • Si le Japon est connu comme un pays de fine gastronomie, sa littérature porte elle aussi très haut l'acte de manger et de boire. Qu'est-ce qu'on mange dans les romans japonais ! Parfois merveilleusement, parfois terriblement, et ainsi font leurs auteurs, Kôzaburô Arashiyama, Osamu Dazai, Rosanjin Kitaôji, Shiki Masaoka, Kenji Miyazawa, Kafû Nagai, Kanoko Okamoto, Jun'ichirô Tanizaki...
    Du xiie siècle à nos jours, dix gourmets littéraires vous racontent leur histoire de cuisine, joliment illustrée.

  • À la nuit tombée, un radeau entre dans Lyon porté par les eaux noires de la Saône. Sur l'embarcation, des torches enflammées, une croix de bois, un corps mutilé et orné d'un délicat dessin d'orchidée. Le crucifié de la Sâone, macabre et fantasmatique mise en scène, devient le défi du commandant Alain Dubak et de son équipe de la police criminelle. Six enquêteurs face à l'affaire la plus spectaculaire qu'ait connu la ville, soumis à l'excitation des médias, acculés par leur hiérarchie à trouver des réponses. Vite. S'engage alors une course contre la montre pour stopper un tueur qui les contraindra à aller à l'encontre de toutes les règles et de leurs convictions les plus profondes. Porté par la plume brillante et explosive de François Médéline, L'Ange rouge invite son lecteur à une plongée hallucinée parmi les ombres de la ville et les âmes blessées qui s'y débattent.

  • Le journal intime d'une super fan de cuisine !
    Tu sens cette bonne odeur de chocolat fondu ? Mais si, fais un effort ! Ferme les yeux et imagine une belle poire avec, par-dessus, du chocolat dégoulinant. Hum ! Trop bon ! Depuis que j'ai découvert mes talents de pâtissière, je passe mon temps à cuisiner. Un jour, c'est sûr, je vais devenir hyper célèbre grâce à mes recettes ! Bon, il faut encore que je m'entraîne. Surtout qu'avec Séraphin et Millie, mes deux meilleurs amis, on s'est inscrits à un concours de pâtisserie. On a trop hâte de participer, mais il faut d'abord se qualifier, et c'est pas gagné. Allez, hop, on se retrousse les manches, et c'est parti !

  • Saviez-vous que les Mésopotamiens brassaient l'orge bien avant d'avoir inventé la roue ? Mais que la bière moderne est née en Picardie - une invention attribuée au cousin de Charlemagne. Quant aux premiers distillateurs, ils étaient chassés tels des sorciers avec leur eau de feu. Les femmes et le vin blanc ? Ce cliché relou date de la Grèce antique. Le café ? Début 18e, une tasse coûtait la moitié du salaire quotidien d'un ouvrier. Et quand a-t-on cessé de distribuer des bonbons au pastis aux enfants ? Et quand Coca-Cola a-t-il retiré la cocaïne de sa recette ? En déconstruisant les mythes et clichés qu'on trouve au fond de nos verres, de nos chopes, de nos tasses, de l'Antiquité à nos jours, on comprend mieux le monde qui nous entoure... Après Bouffes bluffantes, bienvenue sur la route de la soif !

    Nicolas Kayser-Bril est un journaliste et apprenti-cuisinier de 34 ans. Il a dirigé entre 2011 et 2017 l'agence de data-journalisme « Journalism++ », avec laquelle il a gagné en 2015 le European Press Prize. Aujourd'hui, il travaille pour AlgorithmWatch, une organisation de data-journalisme. Breuvages Bluffants est son deuxième ouvrage, après Bouffes bluffantes aux éditions Nouriturfu.

  • La dernière édition d'un ouvrage de référence sur le vin, avec les dernières découvertes d'Eric Beaumard, sommelier de légende !S'il y a un sujet qui intéresse tous les Français, même les plus nuls, c'est bien le vin ! Alors avec
    Le Vin pour les Nuls, vous avez entre les mains le livre de TOUS les amateurs, du goûteur occasionnel à l'amateur averti. Complet, à la fois technique et pratique, toujours distrayant, ce guide est un ouvrage généraliste sur le vin, une véritable bible du consommateur, ainsi qu'un manuel de référence.
    Comment repérer les restaurants qui servent du bon vin ? Quels vins déguster avec quel fromage ? Quels nouveaux cépages sont prometteurs ?
    Dans cette nouvelle édition, Eric Beaumard, sommelier de légende, livre ses conseils pour vous accompagner dans votre dégustation des vins, ainsi que ses coups de coeur les plus récents !

  • Fief

    , ,

    • First
    • 22 Octobre 2020

    Fait(es) Ici En France !FIEF, c'est l'histoire d'un engagement. Celui de ne cuisiner que des ingrédients produits et cultivés en France métropolitaine, respectueux de l'homme et du vivant. Exit le café, le chocolat... et place à la créativité !
    Victor Mercier propose ainsi une cuisine subtile, de saison, aux saveurs du monde réinventées grâce à des produits français. Découvrez 60 de ses créations : parmentier moderne à la truffe noire, chou-farci végétal, asperges pollen thym, tartelettes au cassis et au sapin, ainsi que des astuces de chef pour sublimer les plats.


  • " Mon coeur de métier, c'est d'être cuisinier, d'imaginer des plats qui racontent des histoires. " - Cyril Lignac.

    C'est à travers des goûts que Cyril Lignac retrace son parcours singulier, de son paisible Aveyron natal jusqu'à l'effervescence de la capitale. Certains renvoient à son enfance, au cadre familial sain et généreux qui l'a porté au fil des années, d'autres à son apprentissage auprès de chefs incontournables de la gastronomie française ou encore à ses chocs culturels à Marrakech ou New York. Cette diversité exprime la sensibilité de sa cuisine actuelle et offre en même temps une plongée dans son univers.
    Un livre en forme d'ode à ce qu'il y a de plus universel: le goût.

  • " Il était là, confronté à son propre Minotaure, enveloppé dans un brouillard aux teintes improbables de fête foraine. "
    Parme, la nuit, le brouillard. Un carambolage monstrueux se produit sur l'autoroute : une centaine de voitures ratatinées, des camions en feu, une bétaillère renversée. Des dizaines de vaches et de taureaux errent sur la route, blessés et désorientés. Et des gitans auraient été aperçus, profitant de la confusion pour piller les véhicules accidentés. Le commissaire Soneri est le seul flic de Parme qui connaît assez bien la basse plaine du Pô pour ne pas se perdre dans le brouillard : c'est lui qu'on envoie sur place. Mais au lieu de petits voleurs opportunistes, c'est un meurtre qu'il découvre : dans le chaos, le corps carbonisé d'une jeune femme est retrouvé au bord de la route. Sa mort n'a aucun lien apparent avec le carnage.
    La victime est une certaine Nina Iliescu, immigrante roumaine dont la vie en Italie n'a laissé que peu de traces - à part une longue liste d'amants de la haute société parmesane. Agneau sacrificiel ou tentatrice diabolique, même dans la mort la jeune femme à la beauté énigmatique exerce son pouvoir de fascination sur Soneri. Et lui réserve quelques surprises...
    -- prix Violetta negra pour La pension de la via Saffi

  • Jetez-vous les noyaux d'avocats ? Feuilles et troncs d'artichauts, écorces d'agrumes... Mais soupçonnez- vous les trésors que ces déchets recèlent ? Saviez-vous, par exemple, que les pelures d'oignons peuvent devenir une farine d'app

  • Amoureux des mots et des mets, gourmands, gourmets et gastronomes : ce livre est pour vous !
    On célèbre les plaisirs de la table depuis l'Antiquité et particulièrement en France, terre de gastronomie, où l'on ne se contente pas d'apprécier la qualité des plats proposés, mais où l'on se délecte, pendant et après les repas, d'en parler abondamment.Le nouveau livre d'Henriette Walter - elle-même cuisinière à ses heures - est une invitation à prolonger cet art de vivre à la française. Vous n'y trouverez pas une façon inédite de préparer le foie gras - ce n'est pas un énième livre de recettes -, mais vous y apprendrez à identifier le même poisson dans bar et loup, le même agrume dans bigarade et orange amère ou la même cucurbitacée dans potiron et giraumon ; à ne plus confondre soupe, potage et consommé ; à reconnaître, dans sauce, le mot latin sal (" sel "). Vous y découvrirez qu'on doit l'arrivée de la pomme de terre en Europe à deux personnages tout à fait éloignés l'un de l'autre : Antoine Augustin Parmentier, apothicaire-major des armées françaises sous Louis XVI dont le nom reste attaché au hachis Parmentier, et le grand physicien Alessandro Volta - oui, le célèbre inventeur de la pile électrique fut aussi, pour lutter contre la pénurie de blé en Italie, vers la fin du XVIIIe siècle, le promoteur des gnocchi à la pomme de terre.Et ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres puisés dans cet ouvrage unique, aussi savoureux que les voyages culinaires, linguistiques et culturels dans lesquels il nous entraîne.

  • Un vrai guide de terrain pour identifier les 200 champignons que tout amateur doit connaître.
    Un guide visuel : au début du guide, tous les champignons en vignette, classés par couleur, du plus clair au plus coloré, pour se repérer d'un simple coup d'oeil. 
    Pour chaque champignon :
    o Une fiche avec une grande photo légendée
    o Les bons coins pour le découvrir
    o Une description précise pour bien l'identifier
    o Les risques de confusion pour ne pas se tromper
    o Des conseils pratiques sur la cueillette, la cuisine, etc. 
    Un classement simple, par couleur :
    o Les 125 meilleurs champignons comestibles
    o 75 espèces mortelles, toxiques, immangeables ou très indigestes

  • Faire son levain

    Mouni Abdelli

    Et si le secret d'un bon pain, authentique, naturel, sain, était dans le levain ?

    Forte de plusieurs années d'expériences culinaires et d'une formation en boulange, Mouni AbdelIi vous invite à redécouvrir le plaisir du levain naturel, auquel on laisse le temps de fermenter et de maturer afin qu'il exprime tous ses arômes et ses bienfaits - nutritionnels, gustatifs, digestifs.

    À contre-courant du pain industriel vite fait et calibré, des faux pains maison de la plupart des boulangeries qui utilisent des mélanges prêts à l'emploi et "améliorés" d'adjuvants, d'enzymes ou d'accélérateurs, elle prône un retour aux gestes authentiques et aux ingrédients naturels.

    Grâce à ses conseils et à ses recettes, vous pourrez expérimenter la fabrication de votre propre levain et apprendrez à réaliser le mélange optimal selon vos goûts et votre matière première (farine bio blanche ou de seigle, sucre, miel, eau de source ou déminéralisée...). Au fil des essais, vous bâtirez votre propre expertise et apprendrez à entretenir votre levain ou au contraire à le mettre en sommeil, et à cuisiner les meilleurs pains maison que vous ayez jamais goûtés !

  • Charles Spence, Professeur à l'Université d'Oxford, mondialement connu pour ses travaux sur l'alimentation, a travaillé avec les géants de l'industrie - Krügg, Toyota, et ICI. Avec son Gastrophysique, vendu à plus de 200 000 exemplaires dans le monde, il nous livre les secrets d'une nouvelle science qui nous éclaire sur nos choix alimentaires.
    Pourquoi consommons-nous 35 % de nourriture en plus lorsqu'on partage un repas avec une autre personne, et 75 % quand on mange avec trois personnes ? Pourquoi consommons-nous du jus de tomate en avion ? Comment les chefs et les entreprises envisagent-ils de transformer nos expériences culinaires ? Voici quelques ingrédients de la gastrophysique de Charles Spence. Ce professeur de l'Université d'Oxford nous explique comment nos sens, au-delà du goût, influencent nos comportements alimentaires, et nous révèle l'importance de tous les éléments d'un repas : le poids des couverts, le placement dans l'assiette, la musique de fond et bien plus encore.
    " Les plaisirs de la table résident dans notre esprit et non dans notre bouche. Cette vérité nous fait vite comprendre pourquoi la cuisine, aussi excellente soit-elle, a ses limites. C'est le rôle de " tout le reste " que nous devons comprendre pour déterminer ce qui rend vraiment les aliments et les boissons si agréables, stimulants et, surtout, mémorables. À y regarder de plus près, même une chose aussi simple que mordre dans une pêche mûre et fraîche est une expérience multisensorielle incroyablement complexe. Pensons-y un instant : notre cerveau doit combiner l'arôme, le goût, la texture, la couleur et le son des dents qui mordent la chair juteuse, sans parler de la sensation veloutée du duvet de la pêche dans la main et dans la bouche. Tous ces stimulus sensoriels, en plus de nos souvenirs, contribuent, bien plus que nous ne pouvons l'imaginer, à la détermination de la saveur. Et tout se combine dans notre cerveau ".
    Critiques :

    "La science populaire à son meilleur. Un texte clairvoyant, divertissant et truffé de faits que vous pouvez utiliser dans la cuisine, en classe ou au pub. " -; Daniel J. Levitin, auteur de The Organized Mind et This Is Your Brain on Music

    " Un regard fascinant sur la science de l'alimentation et sur la façon dont notre perception est façonnée par tous nos sens, pas seulement par le goût. " -; Sunday Times (UK)

    " Si le simple changement du nom d'un plat sur un menu ou de la couleur de l'assiette sur laquelle il est servi peut altérer considérablement notre perception du goût et de la qualité des aliments, tous les professionnels de la restauration doivent le lire et approfondir leurs
    réflexions. " - Larry Olmsted, auteur de Real Food, Fake Food, (New York Times Bestseller)
    " Peu de gens sont aussi disposés à comprendre l'importance des sens que
    Charles Spence. " - Ferran Adrià, Le restaurant El Bulli, Espagne
    " On ne peut pas ne pas se divertir, s'informer et s'éblouir. " - Heston
    Blumenthal, Le restaurant Fat Duck, Royaume-Uni

  • Avec plus de 100 millions de visiteurs attendus dans le monde en 2025 et un chiffre d'affaires qui dépassera 40 milliards de dollars, les châteaux du Bordelais, les distilleries écossaises ou les rhumeries cubaines peuvent avoir le sourire : vive les touristes !
    L'oenotourisme et les visites de distilleries constituent désormais un axe majeur du développement économique d'un pays. Ce guide vous propose :


    une histoire du vin et des spiritueux au fil des siècles ;
     

    un panorama de l'oenotourisme et des terroirs produisant des spiritueux en France et dans le monde avec les grandes données par région et les bonnes adresses à ne pas manquer ;
     

    des conseils qui guideront les amateurs et les professionnels.

  • Nagori, littéralement « reste des vagues », qui signifie en japonais la nostalgie de la séparation, et surtout la saison qui vient de nous quitter. Le goût de nagori annonce déjà le départ imminent du fruit, jusqu'aux retrouvailles l'année suivante, si on est encore en vie. On accompagne ce départ, on sent que le fruit, son goût, se sont dispersés dans notre propre corps. On reste un instant immobile, comme pour vérifier qu'en se quittant, on s'est aussi unis.

  • « Vin merveilleux aux épices, mijoté de lentilles aux châtaignes ou quenelles de lièvre aux pignons macérés : découvrez les recettes du plus célèbre des gastronomes latins, réputé pour ses talents culinaires, sa gloutonnerie et les dépenses somptuaires de sa table. »

  • Voici un livre célèbre en Angleterre constamment réédité depuis sa parution en 1653, un livre que Lord Byron détestait comme il détestait tous les bons sentiments, à la fois traité sur l'art de la pêche à la ligne et, très simplement, art de vivre, conseils d'un sage pour vivre en paix et trouver le bonheur.
    Trouver le bonheur ? Être à coeur ouvert avec le monde, ce qui ne vas pas sans péripéties dans un monde où les lièvres changent de sexe chaque année et où les grenouilles ont déclaré la guerre aux brochets. Où fabriquer une mouche artificielle pour la truite est si compliqué qu'il faut renoncer à l'expliquer avec des mots, et où torturer un vairon (sans lui faire de mal) pour la pêche au vif revient à réaliser une oeuvre d'art.
    Le bon Izaak, honnête quincaillier et très honnête homme, poète des autres jours, pêcheur à la ligne et pêcheur de bonnes âmes, non seulement érige la redondance en esthétique, mais en garantie suprême de l'intention bonne en soi, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi : la quiétude, le bonheur se dérobent à chaque instant.

  • Du vigneron indépendant aux plus grandes maisons, découvrez leurs meilleures cuvées et millésimes


    400 maisons de champagne dont 33 en agriculture biologique et 17 en agriculture biodynamique

    1836 champagnes sélectionnés suite aux dégustations des experts de Gault&Millau

    Carnet de champagne

empty