• La collection région-poche permet de connaître et comprendre chacune des régions françaises. Véritable base documentaire, chaque livre présente une région (à travers ses composantes géographiques, historiques, humaines et économiques) et ses spécificités, dégageant ainsi son identité et sa vocation face à l'avenir. Les Pays de la Loire en chiffres

  • Veine palpitant dans l'intime repli des campagnes. Chemin d'eau qu'ont déserté chalands et gabares. Ligne de vie creusée dans la paume calleuse de la Bretagne. Le canal de Nantes à Brest ondule d'un bout à l'autre de la presqu'île. Au début d'un très beau mois de mai, j'ai parcouru à pied ses trois cent soixante kilomètres. Pour rien, pour le plaisir, pour jouir de ce luxe inouï, de cette prodigalité fastueuse : marcher ; passer son temps à le perdre ; se coucher sur la rive quand le soleil est trop chaud, pour lire ou regarder le ciel. Le canal : fil conducteur d'une échappée solitaire, de cette narration vagabonde.

  • Où en est aujourd'hui, le Cambodge, après le 17 avril 1975, date de la victoire des révolutionnaires khmères ? Témoin oculaire de la prise de Phnom Penh, François Ponchaud nous en fait revivre les péripéties : entrée des révolutionnaires, exode forcé de toute la population. Il évoque ensuite la prise du pouvoir dans les provinces, la désertion des villes et des bourgades par un peuple livré de force au travail de production agricole. Par une analyse du discours officiel tenu par la radio, l'auteur décrypte les buts poursuivis par la révolution, l'organisation de la nouvelle société, la formation idéologique du peuple, la création d'une nouvelle culture. Par sa radicalité même, cette révolution comporte des traits spécifiques que l'auteur situe dans le contexte historico-social qui l'a vue naître, ainsi que dans l'histoire personnelle de ses leaders actuels. Révolution fascinante et terrifiante... L'expérience cambodgienne est un défi qui interpelle tout homme.

  • Nées au Moyen Âge, les confréries de charité normandes assument toujours leur rôle d'inhumation. Au cours des siècles, leur terre d'élection s'est peu à peu restreinte au Pays d'Auge, au Lieuvin, au Pays d'Ouche et au Roumois, avec de nos jours près de 120 Charités en Haute-Normandie et moins de 50 en Basse-Normandie. Du salut de l'âme au réconfort apporté à la famille, entre Église et pompes funèbres, ces sociétés de laïcs catholiques ont su, sans renier un rôle premier de solidarité et d'entraide, évoluer et simplifier leur fonctionnement. Confrontées à des difficultés de recrutement, les Charités parviennent néanmoins à remplir leur fonction grâce à l'engagement des retraités et à une place nouvelle accordée aux femmes. Les Charités sont le plus souvent abordées sous le seul angle de leur patrimoine, constitué il est vrai d'objets et ornements souvent anciens, au décor parfois très riche, et dotés d'une forte charge symbolique et historique. Leurs pratiques sont parfois considérées comme relevant du passé. Pourtant, dans un monde rural en pleine mutation, les confréries maintiennent un lien social traditionnel et expriment une identité et une solidarité villageoises. En assistant les prêtres, de moins en moins nombreux, les frères et soeurs de charité participent aussi activement aux nouvelles orientations de l'Église relatives au rôle des laïcs et accompagnent les changements de comportements vis-à-vis de la mort. Loin du folklore : tel pourrait être le sous-titre de ce sujet des « Carnets d'ici » nourri d'une enquête de terrain auprès des confréries de charité du Pays d'Auge bas normand.

  • Seul en Europe, avec la Suède et la Suisse, le Royaume-Uni a traversé le siècle, sans occupation étrangère, sans guerre civile, sans rupture politique. Et, dans le même temps, il a su s'affirmer, rarement sous l'empire des nécessités, le plus souvent par choix volontariste, comme le creuset d'une démocratie économique et sociale réussie et le laboratoire d'une culture originale.

  • Cet ouvrage propose un panorama de la Thaïlande. À la fois géographique et historique, ce tour d'horizon d'un pays millénaire s'interroge aussi sur la place de ce pays face au monde et à la modernité, avec les problèmes actuels du développement économique et de la montée des nationalismes. Destination touristique parmi les plus recherchées, la Thaïlande est étudiée ici comme partie intégrante des nouvelles donnes économiques et politiques de l'Asie.

  • 1871 est pour l'Allemagne une date charnière qui marque l'aboutissement d'un processus engagé depuis plusieurs décennies, celui de l'unification, mais aussi celui d'une étape nouvelle, marquée par des mutations sociales et économiques profondes. Au début du siècle, le Reich est une puissance économique mondiale, fière de ses succès. Pourtant perce une inquiétude face aux mutations sociales.

  • La Catalogne est devenue, au Moyen Âge, une principauté souveraine et une puissance méditerranéenne. Privée de son indépendance politique, elle a conservé le vif sentiment d'une identité nationale et linguistique. La renaissance culturelle du XIXe siècle a amorcé un combat pour la reconquête de sa souveraineté. Ce livre retrace l'histoire de la Catalogne, des origines à la maturation de l'autonomie. Il se double d'une histoire de la littérature et de l'art catalan.

  • « Vienne, Berlin, Vilno, Tel Aviv, Baltermans, Alyté, Iévié, Chimilichok, Kovno, Jérusalem, Ponar, Mirande. Je revendique un droit de propriété sur tout arpent de terre qui recèle mes morts. Il existe des terres qui sont miennes, quelques mètres carrés dans des cimetières ou des lieux inconnus, à divers endroits de la vieille Europe, où mes morts ont combattu pour elles. Chacun a le droit d'aller se recueillir sur une terre qui s'est nourrie du sang de mon sang ; et personne ne peut m'empêcher d'aller m'incliner sur la tombe des miens. Et ce moment est arrivé. Les oiseaux n'ont pas de frontières, tout et rien leur appartient. »

  • Voici un livre consacré aux femmes, originaires du Poitou et des Charentes, qui ont connu une destinée exceptionnelle. Certaines sont des gloires nationales : Aliénor d'Aquitaine, reine de France puis reine d'Angleterre ; Marguerite d'Angoulême, « la perle des Valois », reine de Navarre et femme de lettres ; Madame de Montespan et Madame de Maintenon, favorites du « Roi Soleil ». D'autres furent célèbres en leur temps : Adélaïde, épouse d'Hugues Capet, reine de France en 987 ; Ala ou Agnès de Poitou, impératrice d'Allemagne en 1043 ; Éléonore Desmier d'Olbreuse, la « Grand-mère de l'Europe » Ce livre fait revivre plusieurs femmes, un peu oubliées dans les livres d'histoire, mais qui forcent l'admiration : Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne puis carmélite ; les Dames des Roches et leur salon littéraire au XVIe siècle ; Henriette Aymer de la Chevalerie et la « Grand Maison » ; Léodile Béra dite André Léo romancière, journaliste, féministe et communarde aux côtés de Louise Michel ; Yvonne Brothier, cantatrice internationale... Et aussi deux Résistantes - Édith Augustin et Hélène Nebout - patriotes exemplaires ; des Saintes et des Abbesses du Moyen Âge ; Jeanne des Anges, la « possédée du diable » et Marie Besnard « la bonne dame de Loudun » Ce livre, qui rappelle la légende de la fée Mélusine, évoque aussi les femmes de lettres célèbres du XXe siècle : Claire Sainte-Soline et Marguerite Gurgand, originaires du pays mellois, Geneviève Fauconnier née à Barbezieux, prix « Fémina » pour son roman « Claude » exemple unique en France d'un frère - Henri - et d'une soeur - Geneviève - obtenant coup sur coup le « Goncourt » en 1930 et le « Fémina » en 1933 !

  • Le 18 février 1947, lorsque le Royaume Uni décide de remettre le problème de la Palestine à l'ONU, la France sait qu'elle peut faire entendre sa voix. Elle est, pour de multiples intérêts, attachée à cette région. Ses liens historiques avec le Levant, ses colonies au Maghreb, son influence en Syrie et au Liban, pays sur lesquels elle a reçu un mandat, la présence de députés arabes au Parlement et ses quelque 25 millions de musulmans font d'elle une véritable puissance musulmane. Elle est aussi proche du mouvement sioniste et les activités du réseau clandestin, constitué pendant la Seconde Guerre mondiale, s'accélèrent à partir de 1946, date à laquelle David Ben Gourion choisit d'établir son quartier général à Paris. Enfin, en sa qualité de protectrice traditionnelle des Latins de Jérusalem, elle a fondé de nombreux établissements religieux, éducatifs et culturels en Terre sainte et influence grandement le Vatican sur la question des Lieux saints. Mais le débat divise la France. Pro-sionistes et pro-arabes s'affrontent au gouvernement et à la délégation de l'ONU. La France a-t-elle voulu la création de l'État d'Israël ? Pourquoi avoir été la dernière grande puissance, non seulement à voter pour la création de l'État hébreu, mais aussi à le reconnaître officiellement de jure, près d'un an après sa fondation, le 11 mai 1949 ? La naissance de l'État d'Israël, l'une des premières aventures des Nations Unies, est aussi l'une des plus grandes batailles de la IVe République. En appuyant sa recherche sur des documents diplomatiques récemment ouverts, l'auteur confronte les politiques officielle et secrète de la France, met au jour les réseaux clandestins et le rôle des hautes figures de la politique française : Vincent Auriol ; Georges Bidault, Robert Schuman, Léon Blum, le Général de Gaulle, Jacques Soustelle. Observateurs privilégiés des débats en Conseils des ministres et aux Nations Unies, nous découvrons quelle a été l'implication de la France lors des grands événements de notre époque : la création de l'État d'Israël, la tragédie de l'Exodus, l'affaire de l'Altaléna, la première guerre israélo-arabe et le début de la question palestinienne.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1945-1990. Presque un demi-siècle, qui commence par les premières explosions atomiques, qui s'achève sur l'évitement de l'apocalypse nucléaire - ce qui rassure, et sur la possibilité d'un désastre écologique - ce qui inquiète. Les transformations du monde ont adopté un rythme qu'aucune époque antérieure n'avait même envisagé d'imaginer. Quadruplement ou plus des niveaux de vie pour le « Nord » industrialisé, stagnation quand ce n'est pas effondrement complet pour le « Sud », avec, il est vrai, de notables exceptions. Autant de leçons que de promesses : le pire n'est pas fatal. De l'Europe à la Méditerranée, des États-Unis à l'Asie non-chinoise, la forêt touffue des événements n'interdit pas de dégager quelques magistrales pour aider à réunir les éléments de réponse aux fabuleuses interrogations qui se posent à l'aube, désormais imminente, du XXIe siècle.

  • Du haut Moyen Age à nos jours, l'histoire de la Péninsule, qui a attendu 1870 pour réaliser son unité politique.

  • Les trente ans qui nous séparent de 1958 ont vu d'immenses changements en tous domaines. Pourtant l'année 1958 est censée nous avoir légué quelque chose qui reste : une Constitution.

  • En 1986, le Parc naturel régional du Luberon décidait de publier en collaboration avec Edisud une collection intitulée « Luberon, images et signes », dont le premier ouvrage « Ocres », revu et corrigé, est ici réédité. Créé en 1977, le Parc du Luberon recouvre un territoire qui s'étend sur environ 165 000 ha et englobe quelque 155 000 habitants répartis sur les deux départements de Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence ; il comprend le massif du Luberon proprement dit, le plus individualisé des massifs provençaux, et les pays qu'il influence directement, avec leurs villages, leurs terroirs agricoles, leurs patrimoines, ayant une personnalité distincte mais liés entre eux par l'histoire, l'économie et la culture. Union de 67 communes, le Parc naturel régional du Luberon a pour mission de donner aux habitants de ce territoire de grande qualité mais tout de même fragile, les moyens de contribuer au développement agricole, économique et culturel, à la mise en valeur des différents patrimoines humains, tout en s'attachant à sauvegarder un équilibre naturel indispensable pour l'avenir des populations locales. Cette mission s'accompagne du souci permanent d'offrir une meilleure connaissance de cette région vivante et ouverte à un accueil de qualité. Mieux connaître un pays, c'est déjà mieux le comprendre ; c'est avoir à coeur de le mieux respecter et de le mieux aimer. Cette collection s'ouvre sur ce premier livre éclatant du bruissement des couleurs des ocres du pays d'Apt. Phénomène géologique, les affleurements d'ocres sur une vingtaine de kilomètres d'est en ouest intéressant les villages de Gignac, Rustrel, Villars, Gargas et Roussillon, sont les témoins de la Provence tropicale il y a 100 millions d'années. Connues des Grecs, puis des Romains, mais aussi des populations locales, les ocres ont eu leurs heures de gloire grâce à la découverte fortuite par un habitant de Roussillon, Jean-Étienne Astier, à la fin du XVIIIe siècle, de leurs vertus colorantes. Exploitées en galeries ou en carrières à ciel ouvert qui ont créé ce merveilleux paysage de l'imaginaire et du tourisme, sculpté de falaises, de cirques, de cheminées de fée aux couleurs de sang et d'or, dont la beauté l'a même fait comparer au Colorado américain, les ocres du pays d'Apt ont été le centre d'une épopée industrielle et sociale dont l'apogée se situe dans le dernier tiers du XIXe siècle et la décadence à l'aube de la dernière guerre. Cet ouvrage expose, explique, raconte le « roman de l'ocre » qui n'est pas achevé : un chapitre reste peut-être encore à écrire, qui pourrait s'intituler « l'espoir d'une reprise économique ».

  • Un tableau d'ensemble de la vie à Toulouse sous l'Ancien Régime (du XVIe au XVIIIe siècle). Après une description du paysage urbain, un rappel de l'organisation des institutions municipales et une analyse des structures démographiques et sociales, l'auteur évoque les diverses facettes de l'existence quotidienne : la naissance, la maladie et la mort, le logement, l'alimentation, l'hygiène...

  • Des origines à nos jours, l'histoire de la Slovaquie et de ses habitants est esquissée. L'auteur insiste sur les événements liés à la révolution de velours, le nouveau paysage politique, la transformation économique, les relations entre Tchèques et Slovaques depuis novembre 1989.

  • Une présentation en photos de la Garde Républicaine aujourd'hui.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Comment se déroule la succession des générations dans les maisons des villages de Haute-Provence aux deux derniers siècles de l'Ancien Régime ? En utilisant au plus près les sources d'archives locales, Alain Collomp a reconstitué ici de manière vivante les mécanismes qui permettent à la société rurale provençale d'assurer sa reproduction sociale et biologique. Le modèle du système familial est le suivant : le chef de famille choisit un seul de ses enfants, un garçon, le plus souvent l'aîné, comme héritier privilégié ; tous les autres devront sortir de la maison ; le fils de famille, marié, avec des enfants devenus grands, restera toute sa vie sous l'autorité de son père. L'étude du système familial, de ses réussites et de ses échecs, est complétée par l'analyse économique et politique de la société villageoise. Dans une organisation complexe, la maison du père noue intimement les liens du sang et les liens du sol.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty