• La formation des ingénieurs agronomes spécialisés en halieutique, qui a débuté à Rennes en 1970, a très vite mobilisé des passionnés. Ce livre de témoignage regroupe quelques parcours remarquables parmi ces halieutes. Des expériences vécues par des hommes dont rien au départ n'aurait pu laisser présager de telles odyssées mais qui ont tous pour points communs l'amour de la mer et des ressources aquatiques. Le livre raconte des tranches de vie, des épisodes marquants, attachants, ou représentatifs d'une époque et d'un métier.

  • Détérioration des monuments historiques, effondrements de ponts et structures métalliques, fuites de liquides et produits toxiques, contamination des denrées alimentaires...
    Pour trouver les coupables, la loupe de Sherlock Holmes ne suffira pas : ce sont des microorganismes. À priori, ils sont inoffensifs. Mais quand ils déferlent en masse sur une cible, ils sont aussi destructeurs que les hordes de sauvages de Gengis Khan. Qui sont-ils ? Par quels mécanismes parviennent-ils à ces dégradations ? Quels sont les risques, les enjeux et les coûts induits ?
    C'est ce que ce petit livre vous dévoilera tant sur le comportement de ces tueurs de l'ombre, sur la résistance des matériaux attaqués (car tous sont concernés, des alliages aux polymères, en passant par les ciments et bétons), que sur les conséquences environnementales ou de santé publique.
    Alors, que cette face cachée des microorganismes ne reste plus dans l'ombre !

  • Un cap politique et diplomatique majeur a été franchi en 2015. Les trois sommets internationaux, organisés à Addis Abeba sur le financement du développement, à New York au siège des Nations unies avec l'adoption des objectifs du développement durable, à Paris avec un accord universel sur le climat, se complètent pour forger un cadre d'action rénové et ambitieux pour le développement durable. Les agricultures du monde sont au coeur des défis globaux. Dans un contexte de mondialisation portée par des flux commerciaux et financiers plus intenses, des risques sanitaires globalisés et une évolution rapide des comportements alimentaires, les filières tropicales - liens entre les agricultures et les autres secteurs économiques - connaissent de profondes transformations techniques, économiques et sociales. Face aux préoccupations environnementales et sociales que soulève leur expansion, les filières sont de plus en plus à l'initiative de démarches de développement durable.
    Les mutations liées aux filières s'opèrent de manière différenciée et cet ouvrage se propose d'en rendre compte. Fruit des recherches et de l'expérience de chercheurs et agents de développement, ces contributions discutent le rôle des filières et de leurs transformations au regard du développement durable, comme vecteurs de développement, espaces d'innovation, objets d'évaluation et arènes de régulation. Le Cirad et ses chercheurs, acteurs du système de recherche public français agissant avec des partenaires au Sud, et l'AFD et ses agents, sont les témoins et les accompagnateurs des changements techniques, biologiques et institutionnels qui traversent le monde agricole et les sociétés.
    Le présent ouvrage est destiné aux chercheurs, aux enseignants et aux étudiants, ainsi qu'à la communauté internationale du développement et de l'environnement et au public intéressé par ces défis.

  • Au sortir d'un siècle qui a vu dominer la politique des grands équipements comme principale réponse à l'accroissement des besoins humains, la société civile avance de nouvelles interrogations. Dégâts écologiques, appauvrissement des populations locales, échecs économiques du projet lui-même ont été parfois dénoncés. Cet ouvrage réunit un collectif de chercheurs en sciences sociales autour d'une intuition : au coeur du malaise créé par les grands équipements se trouve une figure - celle de l'habitant - mal abordée, voire maltraitée. La question de l'investissement des milieux de vie par les habitants, souvent absente des études d'aménagement ou très annexe, doit être au départ d'une nouvelle logique de gestion de l'environnement.

  • Les marées noires de l'Erika et du Prestige ont relancé le débat sur le fonctionnement du régime international de responsabilité et d'indemnisation pour les dommages causés par de telles pollutions et sur le rôle que ce régime pourrait jouer en matière de prévention des pollutions. L'ouvrage restitue les principaux résultats tirés d'un projet de recherche consacré à ces deux questions. Il étudie les difficultés de l'indemnisation des dommages causés par les marées noires, par l'analyse des principales catastrophes qui ont touché l'Europe ces trente dernières années. Il présente la manière particulière dont le dispositif international d'indemnisation porte le coût social des marées noires à la charge des différents acteurs de la chaîne du transport pétrolier et examine sa capacité à agir comme un instrument de prévention. L'ouvrage met enfin en lumière les multiples interactions qui existent entre pays, en termes de gestion du risque de pollution, et étudie leurs conséquences sur la forme actuelle du régime international et son efficacité préventive. Au-delà des chercheurs français et étrangers, cet ouvrage intéressera toutes les personnes concernées par les pollutions marines accidentelles.

  • Cet ouvrage tente de tracer les liens entre le néolibéralisme et la restructuration des universités et des instituts de recherche. Après avoir observé les nombreuses crises que l'enseignement supérieur et la recherche se doivent d'affronter, l'auteur montre la façon dont la version néolibérale des sciences économiques a été mise en oeuvre pour modifier les moyens d'entreprendre et d'évaluer la recherche, l'enseignement et l'engagement publics. Il décrit les transformations qui s'ensuivent et leur oppose sa propre position dans ce débat complexe. Enfin, après avoir porté une attention particulière aux voies qui n'ont pas été empruntées, il conclut : pour qui et pourquoi avons-nous besoin de connaissances ? Quel genre de société future souhaitons-nous ?

  • Provocateur, visionnaire, pédagogue : tels sont les principaux traits de la personnalité de Jacques Weber qui se dégagent de cet ouvrage à travers une douzaine d'articles de l'auteur et leur relecture par des confrères et disciples, d'horizons fort divers, enrichis de témoignages sur la contribution de ce passeur de frontières.
    Depuis ses travaux sur l'économie des pêches et du développement, Jacques Weber n'a eu de cesse d'examiner les contextes locaux et de montrer les décalages entre les pratiques de gestion des écosystèmes et le « prêt à penser », qu'il soit académique ou promu par les bailleurs de fonds. Sa réflexion sur les modes d'appropriation de la nature pour questionner la gestion des ressources renouvelables a nourri des échanges fructueux avec d'autres conceptions des relations homme-nature. Ses contributions sur le rôle des modèles, méthodes et outils ont ouvert la voie à des démarches de recherche innovantes. Enfin, par ses interrogations sur la valeur de la nature et la nature des valeurs, il a illustré l'intérêt de s'intéresser aux multiples systèmes de valeurs liés aux rôles de la biodiversité.
    Cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui ont eu l'honneur et le bonheur de cheminer avec lui depuis plus de quarante ans, mais aussi à un public large soucieux du devenir de notre planète et désireux d'avoir un éclairage sur les grandes questions du XXIe siècle, de la lutte contre la pauvreté aux valeurs de la biodiversité.

  • L'énergie, c'est compliqué ! Cela concerne les spécialistes et les politiciens ! Ce livre va vous montrer le contraire... Pourquoi ? Parce que nous sommes tous amenés à nous poser des questions sur l'énergie.
    Toute l'actualité nous y encourage : le bras de fer engagé par les Russes en Ukraine, les guerres au Proche-Orient, l'écotaxe pour les poids lourds, mais aussi l'augmentation du prix de l'électricité et du gaz, les ampoules à basse consommation, la pollution de l'atmosphère, le réchauffement du climat, etc. Tout cela, ce sont des questions d'énergie.
    Et toute l'histoire de l'humanité montre que l'énergie a été un facteur essentiel de progrès.
    Ces thèmes sont ici abordés en 120 questions pertinentes : l'énergie est-elle l'ennemie de la biodiversité ? Ce siècle sera-t-il l'âge d'or du gaz ? Les déchets, un nouveau pétrole vert ? Pourquoi le gazole est-il moins taxé que l'essence ? Etc.
    L'auteur ne prétend pas y répondre d'une manière définitive, mais éclairer le lecteur dans ses choix... Que nous soyons un ménage, une collectivité territoriale, une entreprise ou à un plus haut niveau, l'État, l'Union européenne, la communauté mondiale, nous avons tous des choix énergétiques à faire...
    Le souhait de l'auteur : que les citoyens ne laissent pas aux experts les questions relatives à l'énergie. Qu'ils s'emparent des interrogations de ce livre, et peut-être aussi des réponses, dans les débats qu'ils organisent, dans les cercles de discussion auxquels ils participent. Que chaque question soit l'occasion d'un échange !

empty