• Nous avançons à petits pas lents dans le monde du haïku, le temps d'apprendre à voir et à partager la vision, le temps de maîtriser les règles pour ensuite les transcender. À petits pas lents, le temps aussi de transposer l'art oriental et ancestral du haïku à notre contexte occidental et moderne.

    effacer les adresses
    de mes amis décédés
    le ciel n'est pas branché
    Gérard Pourcel

    marée basse
    la pêche lente du héron
    à l'heure rose
    Denise Therriault-Ruest

  • À l'heure où tout nous distrait de nous-mêmes, des petits riens s'invitent dans mes cahiers. Au rythme des saisons, quelques morceaux de moi, sans prétention.
    De courts tableaux du quotidien pour réveiller les couleurs oubliées, échapper à l'amertume, recoudre une histoire. Témoins de l'attention au précieux, au minuscule, ils vagabondent entre décor extérieur et intérieur.
    Des fragments de vie entre le souffle poétique du haïku et la respiration plus profonde du haïbun.

    Petit-Havre de Matamek
    un long cordage jaune
    retient la lumière

  • Doué dun sens dobservation aigu, lauteur offre des «instantanés», des «photographies», des «médaillons» qui dépeignent la vie quotidienne avec ses banalités, ses joies, ses insignifiances, ses douleurs et ses moments les plus risibles.

    Dans ce genre bref quil cultive depuis longtemps, Maurice Henrie aborde avec amusement ses thèmes de prédilection : folie du monde moderne, nostalgie du passé, observation de la nature, goût du voyage, absurdité de la vie poursuivant dans ce seizième ouvrage une uvre qui prend racine dans le vrai monde.

    Dire succinctement des choses qui touchent, mais dont on nose parler, voilà lintention qui inspire ces «petites pierres blanches» taillées, avec humour et finesse, pour notre plus grand plaisir.

  • Le kukaï est une pratique traditionnelle du Japon qui consiste à tenir, suivant une procédure établie, une réunion au cours de laquelle les haïjins (auteurs de haïkus) lisent, choisissent et commentent les poèmes qu'ils ont écrits. «Kukaï, une aventure poétique» regroupe trente et un auteurs du groupe Haïku Québec et compte cent soixante-huit haïkus choisis parmi plus de deux mille cinq cents textes. Ce florilège atteste que l'écriture de haïkus est plus que poésie, elle est aussi philosophie de vie et expérience humaine de partage : elle nous conduit à voir les choses et les êtres tels qu'ils sont, sans jugement, et à en rire à l'occasion.

    Odeurs d'automne flâner sous les ombrages le nez en l'air (Jean Deronzier) deux ans plus tard ta montre dans le tiroir toujours vivante (Esther Greaves)

  • « La lecture de ce beau recueil de haïkus québécois, où se côtoient l'univers et l'intime, donne au lecteur la mesure de ce temps poétique qui n'a qu'une réalité, celle d'une conjonction entre intensité et immédiateté, car il y a parité absolue entre ce qui est réel et l'instant présent. » Préface d'Alain Kervern Neuf auteurs de la Côte-Nord empruntent la voie du haïku avec des sujets qui leur tiennent à coeur ou qui rejoignent leurs préoccupations. Alors que certains parlent des beautés de la nature, des secrets de la faune et de la vie paisible au chalet, d'autres évoquent des petits moments qui se passent au fil des jours, dans l'ici et l'ailleurs. Finalement, d'aucuns révèlent ce que perçoivent les sens, partagent la réalisation du rêve d'un voyage au Japon ou abordent l'inéluctable. Textes de Gilbert Banville, Hélène Bouchard, Odette Boulanger, Thérèse Bourdages, Claire Du Sablon, Christine Gilliet, Carmen Leblanc, Monique Lévesque et Claude Rodrigue.

empty