• Aider. Être là pour l'autre parce qu'il en a besoin.
    Il y a plus de 10 millions de personnes aidantes dans notre pays, auprès d'un proche en situation de handicap, auprès d'un proche âgé en perte d'autonomie, auprès d'un proche invalide ou atteint d'une grave maladie... 15 % de la population française. Autant de salariés que de retraités, plus de femmes que d'hommes, et beaucoup qui le sont sans le savoir.
    Cette générosité est un bien précieux ; elle puise au meilleur de l'humanité. Il faut pourtant imaginer ce que cela représente d'engagement au quotidien, d'inquiétude, de soucis, d'organisation, d'efforts.
    Il n'y aurait pas autant de poids sur les épaules des personnes aidantes si la société assumait correctement, de façon solidaire, ses responsabilités, si les droits des personnes aidées étaient réellement reconnus. Et il n'y aurait pas tant d'inégalités.
    Ce livre en appelle à une prise de conscience et formule des propositions. Il veut souligner l'immensité de ce travail qui doit être reconnu. Le reconnaître, c'est ouvrir les yeux sur la situation de celles et ceux qui aident. Et qui ne peut perdurer ainsi.

  • Dans une société de l'image comme la nôtre, qui valorise la beauté, la jeunesse, la vitesse et la jouissance immédiate, comment et où trouver du sens quand on vit dans un corps différent, comme cet homme, confiné à son fauteuil roulant, qui a besoin de l'aide de préposés, de son frère et de la voisine d'en haut ?

    Cette question de sens, l'homme en fauteuil roulant en discute avec un ami, chercheur en génétique, qui a son idée toute faite sur la question, avec une ex-amoureuse, qui voit dans la vulnérabilité une source d'empathie, même avec Dieu, s'il existe bien sûr, qui tend à s'en laver les mains.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce texte, à la fois émouvant et dérangeant, donne à lire le parcours intérieur et social de mamans dont l'enfant est touché par une déficience. Avoir un enfant qui a des déficiences est une expérience unique et oblige à des rencontres en tout genre : professionnels, pairs... Que peut-on, que doit-on en dire ? Des mères se dévoilent. Elles disent ce que ça fait de l'intérieur. Elles appellent la compréhension, le soutien, l'altérité, debout, dressées coûte que coûte dans le tumulte des déficiences de leur enfant. À partir d'une correspondance au long cours et d'histoires singulières en forme de vignettes, tramées de réflexions personnelles, l'auteure souhaite faire cheminer le lecteur. Le texte dépasse le simple témoignage, il est la reconstruction laborieuse, patiente, de chaque vie singulière dont la valeur est plurielle.

  • La stigmatisation liée aux attitudes négatives, stéréotypes et préjugés à l'égard de la maladie mentale est l'un des principaux obstacles auxquels se heurtent les personnes aux prises avec un trouble mental. Cette stigmatisation est si présente et ses effets, si dévastateurs, que plusieurs la décrivent comme plus difficile à vivre que les symptômes eux-mêmes de la maladie.

    Cet ouvrage porte un éclairage sur la stigmatisation vécue par les travailleurs temporairement invalides en raison d'un diagnostic de trouble mental courant. Au xxie siècle, le milieu de travail semble de plus en plus nuisible à la santé psychique d'un nombre croissant de travailleurs incapables de rencontrer l'exigence du « toujours plus ». Stress, anxiété, épuisement professionnel, harcèlement, perte de sens les affectent quotidiennement et peuvent même conduire au suicide. Après un tour d'horizon de la littérature sur les troubles mentaux en milieu de travail, les auteurs analysent en profondeur les mécanismes sociaux derrière le phénomène de stigmatisation. Plusieurs mesures statistiques ainsi que des extraits d'entretiens faits auprès de travailleurs ayant été en arrêt de travail en raison d'un trouble mental sont présentés afin d'illustrer leur analyse. Pour témoigner du contexte dans lequel prennent place les expériences de stigmati­sation en lien avec les troubles mentaux, les auteurs traitent enfin des représentations sociales de la maladie mentale véhiculées dans les médias.

empty