• Avez-vous déjà remarqué à quel point le simple fait de donner provoque un sentiment de bien-être profond, d'équilibre ? Le phénomène du "café suspendu" a fait parler de lui récemment dans nos villes. Il s'agit d'un acte complètement désintéressé qui n'a pour finalité que de diffuser de la solidarité entre les personnes, ...

  • Western

    Christine Montalbetti

    S'ouvrant sur une aube bleuie et s'achevant sur un crépuscule érubescent où se déroule un duel, Western nous propose un véritable western, avec tous ses ingrédients : auvent, éoliennes, ranch écrasé de soleil, auberge, saloon, récit d'une bagarre, évocation de toutes sortes de paysages, ceux de la transhumance, des forêts, d'une clairière, des déserts ponctués d'oponces, personnages féminins de Mary et de Georgina, et surtout le motif central de la réparation, vers quoi toute cette journée tend.
    Un western, mais à l'italienne, qui joue des plaisirs de la parodie et manifeste, à travers l'humour qui anime son style, un véritable enthousiasme à narrer. Et pourtant ce héros flegmatique, qui paraît dépossédé de son propre nom, et de son histoire, laquelle lui revient par fragments, lesté par le poids d'un traumatisme qui ne sera révélé que dans les dernières pages, n'est-il pas aussi le représentant de ce que l'on pourrait appeler un «complexe»? Car derrière la fente palpébrale de ce regard qui ne cesse de scruter les paysages, se devine une puissante nostalgie des origines.
    Avec ce nouveau roman, Christine Montalbetti poursuit une entreprise singulière, entre parodie et respect des canons romanesques, intervention du narrateur et abandon au flux romanesque. Plaisir et inquiétudes garantis à toutes les lignes.

  • Vivre le confinement comme un voyage, c'est apprécier le temps qui est offert pour revenir à l'essentiel : faire une promenade, ce petit voyage autour de chez soi, porter un regard nouveau et sensible sur un paysage de tous les jours, écrire pour réfléchir sur soi, pour témoigner de sa vie confinée, entrer dans un livre pour s'oublier et s'envoler vers un nouveau monde. Quand il est vécu comme un voyage, le confinement nourrit l'âme et fait glisser les heures dans la sérénité...

  • À petits pas lents Nouv.

    À petits pas lents

    Nous avançons à petits pas lents dans le monde du haïku, le temps d'apprendre à voir et à partager la vision, le temps de maîtriser les règles pour ensuite les transcender. À petits pas lents, le temps aussi de transposer l'art oriental et ancestral du haïku à notre contexte occidental et moderne.

    effacer les adresses
    de mes amis décédés
    le ciel n'est pas branché
    Gérard Pourcel

    marée basse
    la pêche lente du héron
    à l'heure rose
    Denise Therriault-Ruest

  • La fatigue nous sculpte et nous façonne. Il y a par exemple ces désirs qui nous agitent et nous exténuent. Ou au contraire cette ambivalence qui nous lasse à n'entreprendre rien. Il y a ces faiblesses du corps qui nous freinent jusqu'à parfois garder le lit. Il y a encore nos ravissements, nos élans sans retour qui nous laissent désemplis. Quelques fois, il y a cet effondrement où nous tombons en morceaux, à la fois rompus et dégagés... En neuf suites, ce livre nous invite à prendre la mesure de nos fatigues. Dans un siècle fatigué, il questionne ces expériences qui nous transforment, changent nos paysages, à la manière des grandes marées.

empty