Sciences humaines & sociales

  • Chapitre extrait du livre Développement durable et responsabilité sociale. Thibault Daudigeos

    met en lumière, à travers une analyse comparative des institutions officielles

    de normalisation anglaise (le BSI) et française (l'AFNOR), la diversité des

    pratiques et des résultats que l'on trouve dans le champ du développement

    durable. À la base même de ces deux initiatives s'expriment des schèmes

    de pensée différents, ainsi que des notions divergentes de la légitimité des

    normes, ce qui donne à penser que si les nouveaux mouvements sociaux économiques (NMSE) sont importants pour mettre

    le développement durable et la responsabilité sociale de l'entreprise au

    programme de la régulation mondiale de l'économie, il faut aussi compter

    avec de nombreux autres acteurs et paramètres dans le processus de

    normalisation.

  • La démarche dite « principiste » exposée dans le livre de Tom Beauchamp et James Childress, Les Principes de l'éthique biomédicale (Principles of Biomedical Ethics), paru aux États-Unis en 1979, et dont la dernière édition à ce jour date de 2013, s'est imposée comme une référence centrale dans la littérature d'éthique médicale et les pratiques d'éthique clinique. Très discutés dans le monde anglo-saxon, les Principes n'ont fait l'objet d'aucun commentaire d'ensemble en français. Le présent essai vient combler cette lacune. Dans l'esprit même du principisme, il situe les questions théoriques à partir des enjeux du soin. Le fil conducteur de cette lecture n'est donc pas tant un texte qu'un problème : justifier les choix relatifs à l'éthique médicale dans un contexte démocratique de respect du pluralisme des convictions morales. Ce dialogue avec les propositions des Principes conduit à préciser une « éthique du préférable partageable », c'est-à-dire une approche concrète pour penser une justification des normes qui n'emprunte ni aux rapports de domination ni à l'arbitraire, question majeure de notre temps.

empty