• Mer, sable, soleil et euphorie d'être légalement à moitié nu : la plage est le symbole des utopies hippies du retour à la nature. C'est le lieu du dévoilement démocratique des corps, un endroit où s'exercent les ravages du tourisme, mais aussi un lieu de rêverie enfantine et d'émerveillement, un lieu de drague ou de méditation.
    La Vie pieds nus explore toutes les significations que peuvent avoir pour nous les étendues de sable fin ; des significations historiques ou intimes, tant nos souvenirs logent parfois dans l'esprit des lieux. Entre autobiographie, souvenirs et analyse culturelle, Alan Pauls passe en revue les multiples visages d'un espace clé de la vie moderne. Et nous livre un texte d'une intelligence mélancolique sur un sujet qui n'était jusque là pas encore entré en littérature par la grande porte.

  • Dans la pratique du soin et de l'accompagnement, les acteurs sont régulièrement confrontés à la question de l'intimité qui interpelle autant les professionnels que les personnes soignées ou accompagnées. En effet, le respect de l'intimité ne saurait se limiter à la seule observation de règles de bonnes pratiques, de recommandations institutionnelles ou encore de principes déontologiques. Il relève d'un questionnement permanent soulevé par les tensions éthiques du quotidien : comment concilier le respect de la pudeur de ce patient et la réalisation de sa toilette intime ? Quel impératif de sécurité pourrait justifier la surveillance vidéo de la chambre de cette résidente ? Quelles sont les informations sur la vie de cette personne strictement nécessaires à son accompagnement ? Comment prendre en compte la vie sexuelle et affective de cet adolescent en situation de handicap ? Comment respecter les secrets et la vie privée de cette personne vulnérable à l'aube du développement du dossier médical partagé, de l'e-santé, de la télémédecine ?

    À l'initiative de l'Espace de réflexion éthique des Pays de la Loire (EREPL), cet ouvrage interdisciplinaire éclaire sans tabou les enjeux éthiques de l'intimité, toujours susceptible d'être menacée à l'hôpital ou en institution.


  • Une colline dominant Ascona et le lac Majeur est devenue dès 1900 un haut lieu de la liberté de pensée et de vie. A Monte Verità le jaillissement des esprits fut proprement stupéfiant à un moment ovp en Europe les interrogations sur un mode de vie

  • Les codes du naturisme et plus de 200 lieux commentés !
    En France, plus de deux millions de personnes pratiquent chaque année le naturisme sur des plages, des campings ou des berges de rivières un peu partout dans le pays. Ce guide vous propose de découvrir l'histoire du naturisme et des précurseurs qui créèrent les premières associations et les premiers centres. Mais il vous permettra surtout de découvrir les multiples raisons d'être nu, la plus importante étant le plaisir d'être libre... Puis nous visiterons quelques centaines de plages et de lieux de résidence, en France ou à l'étranger, où vous pourrez vous passer de maillot.
    Marc Dannam, directeur de la collection Osez, est pratiquant du naturisme depuis des années. Il propose ici un guide complet sur toutes les questions que l'on se pose, les lieux et les codes.
    Ce qu'en disent les lecteurs et les lectrices :
    " Le sujet est traité dans son intégralité. Idéal pour les débutant(e)s, un complément pour les pratiquant(e)s. "
    " Idéal pour s'initier ! Et enfin un livre, parmi tant d'autres, levant le voile des mots tabous. À mettre en pratique avec son partenaire ! "

  • Il y a le corps habillé entre les séances, et le corps nu qui s'arrête de bouger. Quand je monte sur l'estrade, je ne déshabille pas le premier. C'est plutôt comme enfiler un costume de scène. Quel est votre personnage ? Je suis le corps nu.Nos mots parlent de nos pensées, nos gestes expriment nos sentiments, nos vêtements disent nos goûts. Silencieuse, immobile et nue, je ne montre que ce qu'expriment mes poses. Elles ne révèlent rien de mon intimité. C'est en écrivant que je me déshabille.

  • « Les naturistes n'ont pas de pudeur », « Les naturistes ont été soutenus par les nazis et les communistes », « Les naturistes sont exhibitionnistes et échangistes », « Les naturistes vivent à poil tout le temps et partout », « Les naturistes vivent en communauté », « Les naturistes ont été les premiers écologistes » ...
    Retour à la Nature ou émergence d'une nouvelle culture, effet de la « pensée 68 » ou mouvement de fond ?... Dépassant les clichés des « textiles » et des « culs-nus », l'auteur analyse ici les différentes facettes du naturisme et de ses adeptes.

  • Le burkini a fait rejouer une longue histoire : celle des corps, des postures et des dévoilements qui conviennent à la saison estivale. C'est cette palpitante histoire que recompose ce livre : celle qui a vu les Français apprendre à vivre l'été avec leur corps pour personnage principal.
    C'est l'histoire de l'été et des corps qui vont avec, allongés, dénudés, offerts au soleil. En France, elle se noue entre 1920 et 1960. Alors s'impose un répertoire proprement estival de gestes et de postures légitimes. Alors les édits changeants de la silhouette, le bronzage, l'horizontalité publique et le périmètre capricieux des dévoilements inventent, à échelle d'hommes et de femmes, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles exclusions. Mais ce n'est pas tout. Dans la levée des accoutumances, les corps d'été ont des allures de civilisation suspendue. Ils font exister un pli annuel des rapports au monde, qui sacralise le retour à la simplicité, la variation des expériences et des identités. Cette morale des corps d'été est travaillée de jeux sociaux considérables. De résistances, aussi, et de liesses punitives, qui, oubliées depuis (ou presque), ont pourtant viscéralement tourmenté l'avènement de cette variation saisonnière des manières d'être. Il y a peu, la question du burkini a réactivé ces débats anciens, soulignant de nouveau les tiraillements sociaux qui entourent nos corps.

  • « Je me préparais à reformuler ma question quand soudain, la Marbrière émergea de la foule et s'avança vers moi. Elle posa la main sur mes sourcils, qu'elle frotta sans hésiter avant de m'annoncer d'un ton presque désolé : "Mort est ledit Crabucré." »
    Les mots de Cristóbal Düsseldorf semblent avoir trouvé chaussure à leur pied dans les mains de Bartolo Busenberg, ressorti victorieux d'une traduction ô combien difficile sur laquelle un auteur s'était déjà cassé les dents.
    Fruit d'un prodigieux travail de recherche et de réécriture, sa reconstitution du roman Die Insel der Nackten Menschen, Band I : Die Allmacht (L'Île aux Hommes Nus, Tome I : L'Omnipotence) offre au lecteur les moyens de réinterpréter le monde qui l'entoure à la lumière d'une aventure humaine exceptionnelle.
    /> Un véritable voyage initiatique au coeur même de la nudité.

  • Mary-Jane évolue dans un univers que la folie altère. En une suite d'esquisses troublantes, chacune semblant cerner l'essentiel, on saura plus ou moins clairement des choses à son sujet. Elle est « extra-terrestre du sexe », voyageuse astrale, dyslexique, hallucinée... Elle habite un immeuble douteux, erre dans les rues, fréquente un petit resto préféré. Elle a grandi dans la misère. Elle aurait connu, semble-t-il, une période de normalité : une carrière d'infirmière, un mari médecin, des enfants. Mais elle est maintenant tout et trop ce qu'elle est : aguichante et grotesque, solitaire et sociable, sereine et suicidaire. « La tueuse » sera son ultime particularité. Mais son acte fatal n'est pas plus sensé que tous les autres.


    />
    Porté par une authentique voix d'auteure, ce roman se tient en équilibre précaire entre un surréalisme poétique et un réalisme cru. Kaléidoscopique, indécent, déconcertant, ce récit singulier donne à la démence un air de familiarité inquiétant.

  • Violette Combray, professeure de Lettres Classiques, est piégée par son mari Thibaud de Saint-Loup, qui utilise les services de « Swan et Cie », une entreprise discrète, organisatrice de « jeu de la vie », dont l'objectif est de plonger les protagonistes piégés par leur famille, dans une expérience insolite et déroutante. Violette se retrouve seule dans un village de vacances, désemparée lorsqu'elle découvre que ses voisins, puis en fait tous les résidents, vivent dans le plus simple appareil... car il s'agit d'un domaine naturiste. Elle refuse d'abord la situation, mais Thibaud lui propose de vivre l'expérience et de consigner ses émotions dans des carnets. Totalement séduite, Violette va beaucoup plus loin : elle lance le concept d'une « Université Naturelle ». C'est ainsi qu'un groupe d'étudiants accompagne Violette et Thibaud, comme des Adam et Ève sur la plage privilégiée du domaine. Au cours de cette parenthèse originale, ils développent une cohésion de groupe et réfléchissent sur l'expérience naturiste vécue en commun. Pour agrémenter les débats, chacun propose un petit écrit de nature poétique ou philosophique. Le lecteur se trouve alors plongé dans une envolée littéraire, dialogue du corps et de l'esprit qui témoigne des bienfaits de l'expérience naturiste sur le groupe d'adolescents. Avec poésie et humour, le livre raconte ce voyage culturel du côté du plus simple appareil, là où le bonheur ne connaît pas de point final et renaît toujours derrière la virgule.

empty