• Pensées

    Blaise Pascal

    Après l'éclatante campagne des Provinciales, Pascal aurait eu pour projet de composer une Apologie de la religion chrétienne. À sa mort, ses proches entreprirent de reconstituer cet ouvrage à partir des fragments épars trouvés dans ses papiers : c'est ainsi que naquirent les Pensées.Ni traité de métaphysique, ni auto-biographie mystique, ni même seulement apologie de la religion chrétienne, les Pensées décrivent l'homme dans sa grandeur et sa misère, posent les fondements d'une politique et d'une morale, sondent le sens de la vie et exhortent les coeurs à se tourner vers Dieu. Par le style fulgurant de l'auteur, la force de sa réflexion et son ardeur à persuader, elles constituent l'une des oeuvres les plus fascinantes de la littérature française. Ainsi que l'écrivait Chateaubriand, « les sentiments de Pascal sont remarquables surtout par la profondeur de leur tristesse, et par je ne sais quelle immensité : on est suspendu au milieu de ces sentiments comme dans l'infini ».

  • «Nous savons que ce ne sont pas des pensées comme les autres, ces pensées qui nous relient ou nous séparent les uns des autres, par exemple lorsque je ne cesse de penser à ta venue ou à ton départ - ou même à ta disparition -, ou lorsque notre dispute me revient à l'esprit, ou lorsque je dois t'annoncer une épreuve - ou te déclarer mon amour. Ces pensées ont beau être singulièrement intenses, parmi nos pensées, et singulièrement vitales, dans nos vies, nous les réduisons à des cas isolés, nous n'y pensons plus.
    Or, le but de ce livre est simple : il consiste à expliquer pourquoi "penser à quelqu'un", ce n'est pas comme penser à "quelque chose", mais pas non plus une exception pour la pensée, ni dans la vie. Bien plutôt un modèle de la pensée, et une orientation dans la vie.»
    Frédéric Worms.

  • Un soir à Paris, une jeune femme se fait voler son sac à main. Laurent le découvre le lendemain, abandonné dans la rue, tout près de sa librairie. S'il ne contient plus de papiers d'identité, il recèle encore une foule d'objets qui livrent autant d'indices sur leur propriétaire : photos, notes, flacon de parfum... Désireux de la retrouver, l'homme s'improvise détective. À mesure qu'il déchiffre le carnet rouge contenant les pensées secrètes de Laure, le jeu de piste se mue en une quête amoureuse qui va bouleverser leurs vies.
    Orchestrant avec humour coïncidences et retournements de situation, Antoine Laurain signe une délicieuse comédie romantique qui rend hommage au besoin de merveilleux sommeillant en chacun de nous.

  • Au fil des ans, Scutenaire a égréné ses Inscriptions, dans le sillage de Restif de la Bretonne ou de Lichtenberg. Bien plus que de simples aphorismes - avec ce que le terme peut comporter de creux ou de factice -, les réflexions de Scutenaire vont au plus profond sans avoir l'air d'y toucher. Sa méfiance généralisée perce à ce jour les ressorts cachés du moi et du monde, et de cette déconstruction naît une oeuvre d'une richesse infinie, à laquelle on peut sans cesse revenir puiser.

  • "J'ai quelque chose à dire. Et c'est très court." Voilà qui résume la forme lapidaire, définitive et jouissive, privilégiée dans ce recueil, à mi-chemin entre le journal et le cahier d'humeur. Poèmes, aphorismes, sentences entendues et brefs récits se succèdent à un rythme effréné, comme s'il l'on suivait le cours de la pensée de ce poète anti-poète. Scutenaire ose écrire ce qu'il pense et touche à tous les registres du verbe. Il décrit les livres qu'il aime, les auteurs qui comptent, les mots qui lui importent ou les attitudes qui l'insupportent. Ce recueil regorge de trouvailles langagières et philosophiques, forme un puits de connaissance inépuisable et un témoignage sensible sur une personnalité hors du commun. "C'est ça le génie : ne pas le faire exprès."

  • 'Le pamphlet contre la mort se regarde comme quand on contemple longtemps un cercueil et qu'on imagine quelqu'un dedans. Dans ce livre, le cercueil sera le cerveau de toute l'histoire d'un type en dedans, avec sa vie, ses pensées, ses colères, ses amours, ses rêves et ses héros bas de plafond. Tout ça qu'il a voulu brûler par l'écrit. Tous les papiers du type qu'on imagine dans le cercueil. Toutes les paroles et ses manifestes qui l'ont traversé ces derniers temps et qui sont consignés, ici, dans cette cervelle de papier. Une cervelle pamphlétaire.'

  • Comment transformer sa vie, en changeant la nature de ses pensées ?

    Qu'on la nomme pouvoir du subconscient, pensée constructive, visualisation créatrice, imagerie mentale, la solution est basée sur la loi d'attraction. L'utiliser délibérément est un moyen de transformer sa vie, de réaliser ses rêves. Tout ce que vous êtes, vivez et possédez en est le résultat ; c'est donc vous qui avez attiré tous ces éléments dans votre vie !

    La loi d'attraction est basée sur l'idée que vos pensées combinées à une émotion sont créatrices. L'auteure propose ici des clés pour vous aider à développer votre potentiel. Elle démontre, en s'appuyant sur de nombreux témoignages, combien la loi d'attraction est efficace ; tout ce qui se vit à l'intérieur de soi se reflète à l'extérieur.

    Un livre positif dédié aux ressources intérieures de l'être humain, à son pouvoir, à sa créativité.

    Avec une préface de pascale de Gail-Athis, fondatrice de la psychobiologie quantique©

  • Écrire, de manière brève et active, a un pouvoir libérateur : toutes les pensées que nous ruminons, toutes les joies qui nous animent, une fois jetées sur le papier, nous permettent de mieux analyser les situations vécues et de clarifier nos pensées. Méthodique, ce guide propose de prendre rendez-vous avec soi-même, muni d'un stylo et d'une feuille de papier, pour résoudre les dilemmes intérieurs et combattre les pressions extérieures. Grâce à une trentaine d'exercices, l'écriture devient une occasion répétée de gérer les situations de la vie courante.

    Prendre du recul - Gérer la pression - Agir au quotidien

  • "Tout le monde désire vivre longtemps, mais personne ne voudrait être vieux." Swift « Swift est un nom bien porté. C'est le bruit soyeux des skis sur la pente vertigineuse, leur dérapage contrôlé avec gerbe de neige fusant dans le virage, coiffant la galerie des badauds. C'est le satin déchiré glissant à terre, révélant le corps nu de la vérité. C'est la baudruche crevée de la Théorie régnante qui monte en zigzags, en chiffe molle, dans le ciel des idées mortes... swift... » Éric Chevillard

  • Mon coeur est ouvert à toutes sortes de réalités : il est un verger pour les gazelles, un couvent de moines chrétiens, un temple d'idoles, la Kaaba du pèlerin, les Tables de la Torah et le Livre sacré du Coran. Je suis adepte de la religion de l'amour ; dans quelque direction que ses caravanes avancent, la religion de l'amour est ma religion et ma voie. (Ibn Arabi, XIIIe s.) La joie de chercher est supérieure à la satisfaction de trouver, parce que l'espoir subsiste. (Ad-Daqqaq, Xe s.) Découvrez un joli florilège de pensées et sagesses musulmanes.
    Un florilège de sagesses soufies qui nous rappellent combien l'amour est inscrit au coeur de l'islam et qui nous font réfléchir à la façon dont il trouve sa place dans les sociétés.
    En Orient, l'oralité est mère de tous les enseignements - éthiques, moraux, familiaux. Autant de principes de vie, de proverbes et d'aphorismes qui font grandir, réfléchir... ou parfois sourire.

  • Nous pensons en permanence et la plupart du temps de manière complètement mécanique. Ces pensées créent un filtre entre nous et le réel, et engendrent des émotions négatives, sources de stress. Elles nous emprisonnent dans un monde imaginaire qui peut devenir un véritable enfer.
    Comment se libérer des pensées ?
    Certainement pas en les supprimant - ce qui est de toute façon impossible - mais en prêtant attention à leur fonctionnement, à leur apparition et à leur disparition.
    Grâce à la vigilance, il devient possible de se sortir du piège des pensées, et de nous réconcilier avec l´instant présent, avec le réel.
    En paix avec nous-même, nous sommes en paix avec le monde.

  • Penser

    Frédéric Worms

    Penser à quelqu'un. Nous savons tous qu'il ne s'agit pas là d'une pensée comme les autres. Cela évoque aussitôt les expériences les plus intenses. L'amour. La perte. La jalousie. L'admiration. Ce livre nous explique pourquoi. Il nous montre que ces pensées sont premières. Conditions de toutes les autres pensées.
    Toutes les pensées renvoient aux relations, à ceux à qui nous pensons, mais aussi à ceux qui pensent à nous. Elles peuvent nous créer, mais aussi nous détruire. Elles traversent la culture, la morale, la politique, sources de manipulations mais aussi de résistances. Elles nous font comprendre de façon nouvelle notre pensée, et notre vie.

    Couverture : Création Studio Flammarion © Flammarion, 2014.

  • La cattiva

    Lise Charles

    Six ans avant le début de cette histoire, on avait dit à Marianne Renoir, alors âgée d'une quinzaine d'années, que le jeune homme qu'elle voyait là, sur le trottoir d'en face, en train de faire ses lacets comme vous et moi, descendait du pape Sixte Quint et de la grande famille des Peretti, dont Stendhal a raconté quelque part les aventures. Il sait le grec ! avait-on ajouté. L'italien aussi, à coup sûr, car il passait tous ses étés dans la villa de ses aïeux, près de Ferrare. On murmurait même qu'il était poète. Et si je l'épousais ? s'était demandé Marianne.

    Six ans plus tard, Marianne n'a toujours pas épousé Pierre, mais elle passe ses vacances d'été avec lui dans sa villa de Camporiano. Le roman commence sur un mode léger et comique par la description triviale du quotidien des personnages, de leurs humeurs et de leurs disputes ; il s'engouffre peu à peu dans leurs perceptions profondes et se met à suivre le flot de leurs pensées et de leurs hallucinations, grâce aux textes intimes qu'ils écrivent, mais également aux contes, aux ballades, aux histoires allégoriques qu'ils inventent et se récitent. Roman à plusieurs voix, La Cattiva glisse constamment d'un genre à l'autre, d'un ton à l'autre. Même quand l'angoisse prend le dessus, l'enthousiasme et l'enjouement ne disparaissent pas entièrement. Le récit se déploie dans une Italie ensoleillée et romanesque, tantôt réelle, avec les déambulations de Pierre et Marianne dans Parme, Modène et Ferrare, tantôt imaginaire et rêvée : Camporiano n'existe pas plus que Virgoletta, un petit village à flanc de colline où l'on part dîner et danser la tarentelle quand tout va trop mal.

  • Des alexandrins, de la poésie en prose, des pensées parsemées de citations et de maximes ancrées dans le monde contemporain !
    Tel est ce mélange savoureux et envoûtant de mots et de rimes que nous propose Florent Elamraoui.
    Chaque texte est semblable à une histoire particulière qui nous emmène tout là-haut pour voir avec son coeur ce qui ne peut se voir autrement.

    La vie est faite de joies, de peines, d'amour, de réussites et d'échecs et bien plus que tout cela, elle est une source de richesse et d'enseignements infinis. Elle nous guide, nous questionne, nous interpelle dés notre plus tendre enfance et jusqu'à l'âge adulte. Elle se nourrit de nos rêves, de nos souvenirs et de nos histoires.

    Mais la plus belle des histoires n'est-elle pas faite de « Ce que la vie nous apprend » ?

    'La vie n'est qu'un éclat de lumière éphémère, un voyage où le coeur bat son compte à rebours. Un rayon de soleil où l'horizon s'éclaire, un instant où les heures ont suspendu leur cours...

  • Depuis qu'elle est née, Zee a un talent, ou bien une intelligence particulière. Elle perçoit des choses que personne d'autre ne perçoit. Zee entend ce que les gens pensent, ressent ce que les gens ressentent. À travers leur regard, Zee se voit elle-même, et cette vision la transforme. Parfois, Zee est la fille précoce de ses quatre adultes. Des fois Zee est un ado voyou de Brooklyn, New York, un ado qui joue du basket et s'attire des ennuis.
    Ses quatre adultes s'inquiètent, lui font passer des tests, mais Zee anticipe leurs craintes, et les déjoue. Petit à petit, Zee apprend à grandir et à se mouler aux attentes de la société et du regard des autres, au risque de se perdre elle-même.

  • Ce recueil de pensées est inspiré de la vie quotidienne faite de rencontres étonnantes et de situations imprévisibles. Il est également le fruit de réflexions sur la nature humaine et les défis auxquels nous pouvons être confrontés au cours de notre existence. Cet ouvrage est conçu comme une photographie de la pensée qui se veut à la fois concise et expressive, il comporte huit cent vingt-cinq pensées regroupées en douze thèmes.

  • Les moustiques

    Will Sergeant

    Sur son bureau, son téléphone clignote. Irrésistiblement, il presse le pas. Une chose désormais l'obnubile : taper d'une cuillère en bois sur sa casserole, rejoindre le tintamarre et faire sa monnaie de cirque. Voilà Jeff qui prend le marché comme un train qui passe. Un moustique aux ailes noires, aussi grandes que celles d'un ange, qui déchire d'un éclair à chaque battement la raison.

  • Quels sont les facteurs qui favorisent la recrudescence des séropositifs dans le monde ? Et par-delà les méthodes de prévention existantes, comment pourrait-t-on prévenir ou lutter autrement et efficacement contre le SIDA et les autres MST ? Telles sont les interrogations auxquelles l'auteur de cet essai tente d'apporter quelques suggestions. Le lecteur, le futur réalisateur ou le fabricant y trouvera deux grandes idées maîtresses : la conception du micro laboratoire portatif et comment ce dernier peut constituer un moyen efficace de lutte contre le SIDA et autres MST. Deux idées maîtresses autour desquelles gravitent des idées secondaires ou possibilités qui concourent à sa mise en oeuvre. Ce micro laboratoire portatif permettra à son possesseur, quels que soient le temps et le lieu où il se trouve, de s'assurer de sa parfaite santé et de celle de son partenaire, immédiatement avant tout rapport sexuel et adopter ainsi une attitude conséquente. L'auteur y entrevoit entre autres l'invention dans un avenir proche ou lointain du « médecin artificiel » : La médecine automatisée. La présente oeuvre apparaît alors comme un véritable générateur d'idées novatrices et futuristes. _______________ « C'est la pensée qui inspire la réalisation de certaines inventions. » et « C'est l'imagination pure d'aujourd'hui qui sous-tend l'invention de demain.» L' auteur

  • "Peut-on nommer son propre sang ? Et décrire la première blessure, ce moment où, paraissant au jour, le sang se refuse encore à la vie ? À supposer qu'on se rappelle sa circoncision, pourquoi cet acte de mémoire serait-il une confession ? L'aveu de quoi, au juste ? Et de qui ? À qui ? Rôdant autour de ces questions, essayant, comme au clavier, une voix juste au-dedans de moi, je tente de dire de longues, [...] phrases, et de les murmurer au plus près de l'autre qui pourtant les aspire, soupire, expire, les dicte même. Cette diction est aussi une dictée. Plusieurs voix résonnent en une, dès lors, elles se croisent, elles se disputent même une parole finalement torsadée. Telle respiration ne scande pas n'importe quel temps : ce fut celui d'une lente agonie où, comme on dit, d'un dernier souffle. Durant de longs mois, pendant que ma mère expirait, j'ai tourné autour d'un événement introuvable qui fut le sien autant que le mien, je l'ai entouré, sans doute aussi contourné." J.D. Circonfession, Le Seuil, 1991

  • « Mettons tout de suite les choses au point : si certains se sont procuré ce livre pour satisfaire une curiosité malsaine, ils seront déçus. Je n'ai pas le goût du scandale et il n'est pas dans mes intentions de laisser libre cours à des propos captieux, à des images morbides, à une pensée somme toute abjecte, ignoble. Non, je cherche seulement à dire ici avec le plus de simplicité, le plus d'honnêteté possible comment je suis devenu une vache. Je tenterai d'exprimer les différentes étapes de ma transformation sans chercher une dramatisation outrancière, même si encore aujourd'hui je ne peux évoquer sans larmes la première fois que je me suis fait traire. C'était il y a quelques printemps déjà et mes pis endoloris ont pu longtemps témoigner de ma singulière expérience. » Philippe Bonneval devenu Blanchette livre ses souvenirs et ses réflexions sur Dieu, la vie, l'amour, les hommes, les bovidés, répondant tout au long de ces pages à une question longuement ruminée, mais rarement traitée par la littérature : « À quoi ça pense une vache ? »

  • Vis l'instant

    Gabriele

    • Bookelis
    • 29 Juillet 2018

    Chaque instant est précieux ! A travers la loi de cause à effet nous sommes menés dans des situations et confrontés à des événements nous montrant ce qui n'est pas encore mis en ordre dans nos attitudes et dans nos pensées, mais éventuellement aussi ce que nous avons déjà maîtrisé. Seul celui qui vit consciemment dans le présent peut saisir le message de l'instant et réagir conformément à ce que la journée lui apporte. Ce livre d'une grande richesse est une révélation de l'Esprit du Christ donnée à travers la Parole prophétique. Il nous permet de prendre notre vie en main et d'en devenir le véritable maître sous la conduite du Christ en nous. La vie en Dieu est éternel présent. Elle se manifeste à chaque instant dans l'ici et maintenant.

  • « Mettons tout de suite les choses au point : si certains se sont procuré ce livre pour satisfaire une curiosité malsaine, ils seront déçus. Je n'ai pas le goût du scandale et il n'est pas dans mes intentions de laisser libre cours à des propos captieux, à des images morbides, à une pensée somme toute abjecte, ignoble. Non, je cherche seulement à dire ici avec le plus de simplicité, le plus d'honnêteté possible comment je suis devenu une vache. Je tenterai d'exprimer les différentes étapes de ma transformation sans chercher une dramatisation outrancière, même si encore aujourd'hui je ne peux évoquer sans larmes la première fois que je me suis fait traire. C'était il y a quelques printemps déjà et mes pis endoloris ont pu longtemps témoigner de ma singulière expérience. » Philippe Bonneval devenu Blanchette livre ses souvenirs et ses réflexions sur Dieu, la vie, l'amour, les hommes, les bovidés, répondant tout au long de ces pages à une question longuement ruminée, mais rarement traitée par la littérature : « À quoi ça pense une vache ? »

  • La trajectoire désabusée de Clovis des vallées perdues [peizaZ] [matal] photographe iconoclaste, paludier des mots et des images, de sa plongée en apnée est contraint dans un désarroi au rythme des arrivées en fanfare montées en épingle par des candides de pacotilles, lui a contrario se dissipe garant d'un passé qui se détourne; le doute, il augure sa langue acculée, baignée de mensonges, de misère renouvelée et la lame de fond démographique ultime tabou : « nous étions trop nombreux », la nature dans son ensemble périssait sous notre joug.
    Il poursuit ses aspirations romanesques, éclats de beautés à dessein de préserver quelques arpents vierges sans qu'ils ne soient piétinés au grand maelstrm des valises à roulettes connectées folles et hilares.
    Bien que résigné, au point mort de tout laisser à vau-l'eau, il se fait violence et voyage dans ses pensées à l'aide de cartes, celle au-dessus de lui; South-East Asia de Bartholomew qui le ramène à son vécu, les rêveurs de siècles révolus, disciple d'un monde passé imprenable, immense et aussi beau forcément que des illustrations de faune et de flore lorsque Louis-Antoine de Bougainville débarqua à Tahiti en 1768.
    Avec ce quatrième opuscule, François Montagnon creuse ses interrogations liées à l'enfance à coup sûr magique; de ne pas omettre nos embrasements de vingt ans; la belle décennie et du désenchantement qui surgit sans crier gare.

  • Pensées essentielles

    Valentin Daguisy

    Les "Pensées essentielles" sont un manuel de sagesse à l'attention des humains cheminant à travers les brumes incertaines de ces temps de révélation.

    Recueil de textes radicaux et éclectiques en vers et en prose, il traite des aspects essentiels de la vie et des obstacles à son épanouissement, dans la société moribonde du spectacle contemporain. Les "Pensées" sont la cristallisation en français de fulgurances d'esprit reçues entre avril et septembre 2020 ; elles exploitent les concepts et les visions les plus pures, des traditions spirituelles et intellectuelles les plus variées, pour en faire le plus beau et le plus audacieux des bouquets d'inspiration. LXI Dans la nuit la plus totale, la plus modeste des lumières, paraît être un soleil. Dans les ténèbres crépusculaires du monde ancien en décomposition, ces 323 pensées se veulent humbles flammes de bougie, relais de prise de conscience et d'espoir, pour le grand réveil des hommes qui s'annonce, avec la renaissance prochaine de la Terre.

empty