• Notre humanité a toujours été fascinée par ses origines. La PMA et le don de gamètes bouleversent notre rapport à la conception et jamais la question millénaire de nos origines n'a été aussi vive. L'anonymat du don de gamètes qui était, avec le volontariat et la gratuité, la pierre angulaire de la création des premières banques de sperme en France, doit-il être maintenu ? Aujourd'hui, on estime entre 70 000 et 80 000 le nombre de Françaises et de Français à être nés d'un don anonyme.


    Actuellement, dans le cadre de la révision institutionnelle des lois de bioéthique, il est question de permettre à ces personnes d'accéder à l'identité de leur donneur ou de leur donneuse et cette perspective génère de fortes résistances. Engagé en faveur du droit aux origines, Stéphane Viville s'empare du débat de façon pédagogique pour l'éclairer d'un point de vue historique, technique et juridique, tout en donnant des clés pour comprendre ses enjeux d'un point de vue sociétal.
    Stéphane Viville est professeur à la faculté de médecine à Strasbourg. Spécialiste de biologie de la reproduction et de génétique, à l'origine de nouvelles technologies de FIV (Fécondation in vitro), il intervient régulièrement dans les médias et auprès des pouvoirs publics.

  • L'essentiel à savoir sur la PMA en 50 notions clés ! Doit-on parler de PMA (procréation médicalement assistée) ou d'AMP (assistance médicale à la procréation) ? Les deux acronymes désignent-ils la même chose ? Et que faire de la FIV (fécondation in vitro) ou de la GPA (gestation pour autrui) ? Si tout le monde a un avis sur la question et sait globalement en quoi la procréaton médicalement assistée consiste, il existe de nombreuses subtilités qui rendent cette pratique cilinique plus complexe qu'il n'y paraît.
    Sujet d'actualité omniprésent dans les médias, la PMA suscite de nombreux débats bioéthiques : quand sera-t-elle ouverte aux couples lesbiens ? Et aux femmes célibataires ?
    En 50 notions clés, la journaliste Maëlle Le Corre - qui s'appuie sur de nombreux témoignages de couples qui ont eu recours à la PMA -
    vous aide à mieux comprendre cette technique médicale.

  • L'essentiel à connaître sur la bioéthique !Aujourd'hui, la bioéthique est au coeur de l'actualité. En effet, cette discipline invite à réfléchir sur les progrès de la recherche dans les domaines de la biologie, de la génétique et de la médecine. Des questions fondamentales pour faire évoluer notre société entrent alors en jeu. Faut-il élargir la PMA ? Qu'est-ce que l'eugénisme ? Pourra-t-on cloner l'être humain un jour ? En 50 notions clés, les auteurs vous aident à comprendre ce qu'est la bioéthique, d'un point de vue scientifique et juridique.
    50 notions dont :
    o La greffe d'organes
    o Le dépistage prénatal
    o Le don de gamètes
    o Le transhumanisme
    o L'euthanasie
    o Le clonage humain

  • Plaidoyer pour une plus grande liberté et pour le respect accru de la volonté des personnes, cet ouvrage présente la bioéthique d'une façon concrète, pratique et accessible à tous.

     La bioéthique est née des progrès médicaux d'une part et de la nécessité de se prémunir contre toute répétition des horreurs pratiquées par les expérimentateurs nazis d'autre part. Cela a conduit à des règles très diversement définies dans les différents pays. La France est sous un régime éthique caractérisé par un dirigisme important et des responsabilités confiées essentiellement aux professionnels. Dans ce livre, il est proposé d'ouvrir un peu plus le champ de la responsabilisation individuelle, de privilégier les droits du malade et d'accroître le respect de la liberté (encadrée) de chacun. En pratique, cela implique notamment moins de restriction dans la procréation médicalement assistée et dans la possibilité pour les malades en fin de vie de choisir la modalité de leur mort.

  • Les migrations ont évolué, elles concernent aujourd'hui de nombreuses femmes jeunes qui deviennent mères en exil de façon très périlleuse.  Les conditions d'accueil en France s'étant durcies, les vulnérabilités se cumulent et se potentialisent, engendrant la précarité, l'exclusion, voire la violence.

    Les femmes exilées n'ont pas de « pathologies » particulières, mais elles expriment leurs souffrances de façon parfois singulière. Le travail psychique de la grossesse et de l'enfantement peut être entravé, bouleversé par la solitude, le traumatisme, et les conditions de vie.

    Avec des références ethnopsychiatriques et des concepts pluriels (médicaux, psychologiques, anthropologiques, philosophiques), les auteures rendent compte d'une expérience clinique innovante auprès de femmes qui enfantent en exil. A l'articulation du psychique, du culturel et du politique, elles nous livrent une réflexion profonde et sensible sur les conditions nécessaires pour accueillir et écouter ici les souffrances de ces mères venues d'ailleurs.

  • Un ouvrage désormais classique sur les questions psychanalytiques de la maternité. En matière de filiation humaine, une "dette de vie" inconciente lie les sujets à leurs parents et leurs ascendants. La reconnaissance de cette dette d'existence serait l'une des conditions de l'aptitude à transmettre la vie.

  • « Les femmes infertiles m'ont tout appris. Leur souffrance, leurs symptômes, les paradoxes de leur désir d'enfant m'ont offert une expérience clinique inattendue à laquelle le discours universitaire ne m'avait pas préparé. Parfois, même souvent, elles conçoivent sans traitement, au-delà de tout espoir thérapeutique. Me rappelant ainsi que rien n'a d'effet sur le corps si la dimension du sujet humain et le mystère de la vie ne sont pas respectés. Leur refus de concevoir témoigne que l'objectivité scientifique et la matérialité de la société de consommation éloignent de la vie au lieu de la servir.

    L'être humain souffre toujours de ses limites et de son impuissance mais aussi de ses excès qui le précipitent dans l'illusion du bonheur par le comblement du manque. Ces nouveaux symptômes interfèrent avec les influences sociétales pour décider de l'avènement de la vie. Aujourd'hui, les femmes me conduisent plus loin encore. Leur témoignage ouvre sur l'universel. Car tout être humain peut entendre, quel que soit son sexe, qu'il lui est possible un jour de se retourner sur sa vie pour changer son destin... » J. R.

  • Entre le père et la mère, faut-il choisir ? Que l'on soit enfant, adolescent, adulte ou personne vieillissante, faut-il toujours privilégier l'un plutôt que l'autre, abandonner l'un au bénéfice de l'autre ?

    La bisexualité, cette immense construction freudienne, est toujours aussi vivace. Elle ne signifie pas la confusion des sexes, elle signale l'existence des deux, masculin/féminin et leurs configurations à la fois singulières et plurielles. Sans préjuger des choix de la vie amoureuse, elle souligne la double référence, au masculin et au féminin, au père et à la mère, au sein de la psyché. À partir d'expériences cliniques originales et de réflexions théoriques fécondes, les auteurs affrontent l'éternelle question « Dis-moi qui tu préfères, ton père ou ta mère ? Qui aimes-tu le plus, elle ou lui ? ».

  • Faut-il lever l'anonymat des donneurs dans le cadre de l'assistance médicale à la procréation ? Alors que les premiers enfants nés grâce aux dons sont devenus de jeunes adultes et, pour certains, revendiquent l'accès à leurs origines, comment distinguer les places respectives des protagonistes du don d'engendrement : parents, enfants, ...

  • Après avoir restitué le mouvement, en vertu duquel le philosophe expose dans Le Principe responsabilité une éthique qui s´applique à la vie et en provient, cet ouvrage justifie le tournant médical opéré par Hans Jonas dans Technik, Medizin und Ethik. Cela ouvre une réflexion en quatre temps. En premier lieu, il faut faire un diagnostic éthique du rôle de la technique au sein de la recherche scientifique. En second lieu, il faut se demander si l´accélération de nos progrès technologiques ne modifie pas la signification de la médecine, ce qui requiert une interrogation sur les valeurs qui guident cette pratique. Il apparaît alors que ce sont les conditions les plus essentielles de notre être-au-monde, la naissance et la mort, qui risquent d´être altérées par l´agir technologique. Dans un troisième et quatrième moment, il faudra donc se pencher sur la manière dont la procréation médicale assistée et, plus fondamentalement encore, l´ingénierie future pourraient modifier le sens de la venue au monde des enfants. Outre la natalité, la mortalité est le second pôle qui détermine les conditions essentielles de la présence au monde de l´homme. C´est la raison pour laquelle, dans un dernier temps, l´éthique doit également se pencher sur la manière dont des techniques, apparues dans la seconde moitié du XXe siècle, peuvent bouleverser notre façon de mourir.

  • Bien des enfants sont désormais élevés par au moins un parent homosexuel assumé. Ces familles « homoparentales » recouvrent diverses réalités, que connaissent aussi les autres: adoption, procréation médicalement assistée, mères porteuses, parenté sociale, coparentalité.Riche de données, de témoignages, de comparaisons avec d'autres pays et d'analyses, cet ouvrage entend intervenir dans le débat sur l'homoparentalité et sa reconnaissance légale. À la fois engagé dans la bataille qu'il retrace et soucieux d'en éclairer les étapes et la complexité, il se veut utile à tous ceux qui s'intéressent aux transformations actuelles qui touchent à la famille et aux représentations qui la fondent.

  • Pourquoi la notion de parenté que l'on croyait aussi intangible qu'intemporelle est-elle aujourd'hui soumise aux plus profonds bouleversements ? Quels changements ont affecté la parenté ces dernières décennies ? Les auteurs, issus d'horizons géographiques et disciplinaires variés, confrontent positions et analyses autour de trois thématiques : les cadres et enjeux juridiques des nouvelles parentés, la parenté à l'âge des biotechnologies et des adoptions internationales, les changements de perception du corps et de la personne. Ce livre nous entraîne au coeur des controverses soulevées par les nouvelles techniques de procréation (familles mono- et homo-parentales, fécondation in vitro, dons de gamètes, etc.). Il témoigne de l'évolution profonde de la parenté, tant au niveau des savoirs et des techniques que des représentations et des valeurs communes. La filiation ne va plus de soi... La diversité et la profondeur de l'étude, marquée par une approche anthropologique, rendent cet ouvrage incontournable pour la compréhension des nouveaux défis de la parenté, en pleine (r-)évolution.

  • Autrefois absent du temps de la grossesse, de l'accouchement et parfois même des premiers mois de vie, l'homme a vu sa place changer. Il s'ouvre aujourd'hui à davantage de proximité avec son enfant. Cependant, l'intérêt porté aux pères par les professionnels du soin reste encore insuffisant. Travailler en périnatalité nécessite l'écoute du bébé, de la mère mais également du père, tout comme de la famille au sens large. L'homme doit être soutenu dans son accès à la paternalité, pour lui-même, et aussi pour les conséquences que des difficultés psychologiques paternelles peuvent avoir sur le couple et sur le développement de l'enfant à court et long terme.

    C'est dans cet objectif que ce livre a été conçu. Il rassemble historien, sociologue, chercheurs et nombreux cliniciens, experts dans le champ de la périnatalité. Il présente la clinique et ses pratiques actuelles mais aussi les travaux de recherche les plus actuels, afin de mieux penser la place des pères en période périnatale et ainsi de mieux les accueillir dans les différents lieux concernés par la naissance des bébés.

    Cet ouvrage a été publié avec le soutien de la Société Marcé Francophone.

  • La stérilité est une douleur. Elle est une question à notre mémoire. Elle est réponse de notre corps. Nés de femmes stériles devenues fécondes, leurs enfants sont « enfants de la mémoire ». En écoutant les femmes venues consulter pour stérilité, l'auteure entourée de gynécologues a constaté que celle-ci n'était généralement pas liée à des causes organiques ou que, si tel était le cas, elle s'accompagnait d'empêchements psychiques. Son travail en tant que psychanalyste a consisté à découvrir avec elles ces inhibitions, ces paralysies.

  • A l'heure où un couple sur six rencontre des difficultés pour procréer, les médecins proposent leur arsenal de réponses à travers l'AMP (Assistance Médicale à la Procréation) souvent mal connue. L'originalité de ce livre est d'en présenter de l'intérieur les coulisses avec le brouillage des repères et le caractère pathogène qu'elle induit. Il s'adresse aux professionnels, aux personnes infertiles, mais bien au-delà à l'ensemble du corps social qui ne peut ignorer ces sujets sensibles et complexes.

  • L'auteure et sa compagne ont chacune mis au monde une fille issue d'une insémination artificielle avec donneur anonyme. Aujourd'hui, une dizaine d'années plus tard, ce texte revient sur leur choix, leur parcours et les interrogations que soulève l'invention d'un nouveau schéma familial.
    Comment vit aujourd'hui un foyer composé de deux mères et de deux adolescentes ? Qu'en est-il de l'absence du père dont on parle tant ? Qu'attendre de l'évolution de la législation en matière de mariage et d'adoption ?
    Écrit avec justesse et humour, ce livre apporte un éclairage bienvenu sur un débat qui secoue la société française.

  • Lancé par le comité d'éthique de FUNAPEI et des médecins, le débat sur la stérilisation des femmes handicapées mentales apparaît sur la scène publique à la suite des avis (avril 1996) du Comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé. Relancé dans les médias en été 1997 par le scandale des stérilisations en Suède et la révélation en France de cas de stérilisations effectuées à liinsu des jeunes femmes, il pose des questions de société poussée aux limites de l'humanité.

    Alors que la diversité et lief?cacité des méthodes contraceptives sont connues et que l'épidémie de sida sévit depuis quinze ans, la sexualité des personnes handicapées mentales et leur éventuel désir de procréation restent des sujets tabous en France tout comme sont ignorés les risques évidents d'abus sexuels et de maladies sexuellement transmissibles, pourtant décrits dans les travaux étrangers pour cette population.

    Face aux arguments de familles et de médecins qui justifient la stérilisation comme méthode contraceptive radicale, cet ouvrage aborde la question de la sexualité des personnes porteuses d'un handicap mental. Il propose des données, des analyses et des réflexions sur la réalité du phénomène de la stérilisation et sur la portée humaine, individuelle, sociale, juridique et éthique d'un tel acte.

  • Un livre lisible par tous accompagné de nombreux témoignages émouvants. Il parle de la manière dont se débrouillent au XXIe siècle, les couples pour transmettre la vie pour lequel un savoir nouveau s'est développé. C'est une description du sens de la procréation élaboré par ces couples après leur expérience lié à l'utilisation d'une méthode "médicalisée". La conception artificielle est généralisée, un couple sur 5 consulte pour infertilité, 2% des naissances sont issues de fécondation in vitro, 20% des grossesses se terminent par une IVG, le diagnostic prénatal s'impose à toutes les femmes sous peine de passer pour négligentes, 3% des foetus sont atteints d'une malformation congénitale (la moitié de ces grossesses seront interrompues), 20% des accouchements se font par césarienne et près d'un bébé sur dix débute sa vie en néonatalogie. Le choix de mettre un enfant au monde est toujours un risque dans la mesure où les parents ignorent le retour à venir : attendre d'un enfant une gratification à la mesure de l'investissement parental serait une attitude d'exploitation destructive.

  • C'est l'histoire de Patxi, l'"adamantin", un tailleur de diamant qui, comme cette pierre infrangible, ne lâche jamais rien et ne renonce pas. Ce basque, meurtri par un mensonge sur ses origines et éprouvé par la vie, va faire appel aux nouvelles technologies pour être aidé dans ses difficultés existentielles : il va rechercher son ADN, recourir, en Inde, à la procréation médicalement assistée pour avoir un enfant de sa femme trop âgée, inventer avec son ami Iban qui travaille aux pompes funèbres à Cambo-les Bains, un dispositif d'intelligence artificielle pour communiquer avec ses morts. Mais le remède est peut-être pire que le mal...

empty