• Le terme de Réforme est, d'ordinaire, réservé aux protestants du XVIe siècle. Le phénomène semble en effet présupposer deux conditions sans lesquelles la rupture avec l'ancienne Église n'aurait pas été possible : l'humanisme et l'imprimerie. Or, le hussitisme - du nom de son « fondateur » Jean Hus et dont la capitale est Prague - est né trop tôt pour remplir ces critères. Le mouvement tchèque n'a pourtant rien d'une hérésie médiévale : il a réussi, en Bohême et en Moravie, à conquérir la majorité des âmes et à se faire reconnaître une légalité publique. Le hussitisme appartient en réalité au nouveau modèle cultuel et social de la Réforme, et il oblige à en repenser la genèse.  La synthèse proposée ici embrasse toute la destinée du hussitisme, depuis ses balbutiements dans les années 1400 jusqu'à sa disparition brutale. Des «?martyrs?» condamnés au bûcher à la résistance menée par un génie (pourtant aveugle) de la guerre médiévale, Jean Zizka, en passant par la politique des princes de la Renaissance ou la puissance des querelles théologiques, Olivier Marin brosse un tableau passionnant de ce pan méconnu de l'histoire de l'Europe.  

  • Septembre 1884. Nézida. Ils parlent d'elle. Ils ont grandi ensemble, l'ont côtoyée à l'école et au temple, au hameau et au village lors des marchés et des fêtes. Elle est de retour parmi eux, sur les hautes terres de la Drôme provençale où s'accrochent les familles protestantes depuis des siècles. C'est là qu'elle a été baptisée d'un prénom singulier. Elle a choisi la liberté et l'indépendance. Elle a su ne pas être captive d'une vie toute tracée et s'épanouir à la ville, Lyon. Sur son passage, elle n'a cessé de soulever l'étonnement et la réprobation. Et l'admiration aussi, même chez ceux qui ne pouvaient comprendre son opiniâtreté à ne rien renier, ni les siens ni elle-même, et accepter sa volonté d'être une femme inscrite dans la société, loin des frivolités mondaines. Une vie trop brève, fulgurante comme le vent sur les pierres de Dieulefit.

  • Le XXIe siècle du christianisme Nouv.

    Catholicisme, protestantisme, orthodoxie, Occident, Orient, Europe et sécularisation, ce sont les meilleurs spécialistes qui dressent ici un état inégalé du christianisme, de ses défis comme de ses ressources. Un livre en coédition avec la Fondation de l'innovation politique.
    Aurélien Acquier, Jean-François Colosimo, Jean-Dominique Durand, Jean-Pascal Gons, Jacques Igalens, Henri Madelin, Émile Perreau-Saussine, Philippe Portier, Thierry Rambaud, Jean-Paul Willaime : ce sont les meilleurs spécialistes que Dominique Reynié, le directeur de la Fondation pour l'innovation politique, a réunis pour mener cette investigation sans précédent.Si, selon la prophétie attribuée à André Malraux, le xxie siècle sera métaphysique, en quoi demeurera-t-il ou non chrétien ? Après deux millénaires, qu'en est-il de l'Église et des Églises face au retour planétaire du religieux ? Quelles mutations internes le christianisme connaît-il lui-même à l'âge de la globalisation ? La séparation entre le spirituel et le temporel a-t-elle un avenir ?
    C'est à ces questions décisives que répond ce panorama à la fois informé, vivant et critique. Ces questions sont cruciales pour l'évolution de l'équilibre mondial et des sociétés démocratiques. Elles sont vitales pour le destin de l'Europe et de la France face au risque majeur d'acculturation. Elles déterminent les conditions, demain, de notre existence collective et individuelle.
    Catholicisme, protestantisme, orthodoxie, dialogues oecuménique et interreligieux mais aussi géopolitique, politique, droit, économie, éthique : théologiens, philosophes, historiens, sociologues, décryptent ici pourquoi et comment notre héritage dessine notre avenir.
    Un indispensable du débat public.

  • Comment les protestants ont-ils traduit leur réintégration progressive dans la communauté nationale à partir de 1789 en participant à la vie politique française ? Quelle a été leur attitude lors de grands moments qui ont marqué l'histoire de notre pays ? Telle est la question générale à laquelle cet ouvrage s'attache à répondre.

    La Révolution française, qui affirme l'égalité entre les hommes quelle que soit leur religion, marque pour les protestants une date capitale, après l'édit de 1787 qui – tout en mettant fin à une longue période de persécutions – se contentait de leur accorder un état civil laïc. De fait, les protestants n'ont aucune raison de regretter la " monarchie chrétienne " de Louis XIV et de ses descendants, au contraire. Si bien que, tant que le clivage entre la gauche et la droite a été l'acceptation profonde, ou le refus déterminé, des Principes de 1789, la grande majorité des protestants se sont retrouvés à gauche de l'échiquier politique.

    De 1789 à nos jours, en passant par le bref gouvernement dirigé par William Waddington en 1879 et composé pour moitié de ministres protestants ou le gouvernement de Pierre Mauroy en 1981, qui comprenait cinq ministres et trois secrétaires d'État protestants, André Encrevé éclaire minutieusement les choix faits par ces hommes ou ces femmes, lors de périodes et d'événements décisifs : Révolution française, Premier Empire, monarchie de Juillet, Second Empire, Commune de Paris, affaire Dreyfus, séparation des Églises et de l'État, Seconde Guerre mondiale, Guerre d'Algérie...

    Il propose ainsi une histoire saisissante des protestants français en politique sur plus de deux siècles.

  • Le livre de référence sur le sujet qui prône, hier comme aujourd'hui, la fin des " guerres de religions ". En avril 1598, Henri IV ratifie le célèbre édit de Nantes qui met fin à plus de trente ans de guerres civiles. Ce texte fondateur règle pour près d'un siècle les rapports entre catholiques et protestants, jusqu'à sa révocation par Louis XIV en 1685. Il serait pourtant anachronique de voir dans l'édit de Nantes la charte du protestantisme français, car " tolérance ", alors, n'a pas le même sens qu'aujourd'hui. Il s'agit bien plutôt d'un compromis inégal, qui vise au " vivre ensemble " en permettant sur un même territoire la coexistence officielle de deux Eglises opposées, mais aussi de deux cultures. A l'heure où les religions sont redevenues des marqueurs d'identité, la lecture de ce texte, qui prêche la fin des conflits religieux, est particulièrement salutaire. Préface inédite Nouvelle édition revue et corrigée

  • Religion vivante, le protestantisme ne cesse de nourrir l'actualité. De Luther aux évangéliques, ce livre présente l'histoire, les grandes figures et les principaux courants du protestantisme. En soulignant les traits caractéristiques de la foi et de la pensée protestante, il rend compte de leur influence sur la société. Complet, clair et accessible, il offre un panorama unique de la culture protestante.


    Fondements Institutions Pratiques

  • Pédagogique, cet ouvrage conçu par des spécialistes propose une lecture guidée de la Bible : il amène le lecteur à la connaissance et à la compréhension de ses différents livres. S'appuyant sur de nombreuses citations, il expose l'histoire, les récit


  • Une synthèse claire sur un sujet complexe, l'histoire d'un phénomène spirituel et politique marqué par une résistance obstinée à la violence du pouvoir, et dont bien des échos demeurent actuels.

    Personne ne s'est jamais réclamé du jansénisme. Le terme est une injure. Il transforme en sectateurs d'un obscur évêque du XVIIe siècle, Jansenius, ceux qui se voient comme les plus fidèles disciples de saint Augustin, les seuls catholiques véritables. Né au temps du baroque, le jansénisme a marqué de son empreinte spirituelle et culturelle le Grand Siècle puis les Lumières. Les engagements religieux, politiques, sociaux des jansénistes ont traversé la révolution et laissé des traces dans les siècles suivants. Dans la mémoire commune cependant, le jansénisme demeure un moment de la culture classique, entre Pascal et Racine. Il renvoie aussi aux religieuses de Port-Royal résistant au nom de leur conscience contre toutes les autorités, de l'Eglise et de l'Etat.
    Aucune autre forme de contestation religieuse, à l'intérieur du catholicisme, n'a eu de telles conséquences ni une pareille postérité. Cette grande synthèse s'attache à en souligner la diversité ; la pluralité est une force qui permet à cette mouvance de renaître après des périodes de persécution. Les débats théologiques, les arguments judiciaires, les condamnations et les procès ne suffisent pas à rendre compte du rayonnement du jansénisme, de sa diffusion dans tous les milieux. En persécutant les vieilles religieuses, en détruisant le monastère, en chassant les morts de leur cimetière, Louis XIV a, bien involontairement, contribué à légitimer leur révolte. Construit sur une surévaluation de temps historiques glorieux, le jansénisme critique le présent et annonce parfois l'avenir avec les armes du passé.

  • Dans la famille Jo, trois générations se côtoient : le grand-père, patriarche enrichi, conservateur et autoritaire, le père, homme moderne mais faible qui a embrassé le christianisme en même temps que la boisson et les femmes, et le fils, étudiant déjà marié et père de famille, qui sympathise avec des «istes» d'obédience étrangère. Nous sommes à la fin des années 1920, dans une Corée sous domination nippone. Ces trois hommes et leurs proches se cherchent, se heurtent et se querellent. Lorsque la santé du grand-père se détériore, les intrigues d'alcôve se déchaînent. Qui sera l'héritier ? Ce récit, paru en 1931 sous forme de feuilleton, est un classique de la littérature coréenne, passionnant par ses rebondissements autant que par son réalisme, d'une grande modernité littéraire.

    Après ses études au Japon, Yom Sang-Seop (1897-1963) retourne en Corée où il travaille comme journaliste et défend l'idée d'une littérature nationale. Auteur de récits et de romans, il devient le pionnier du réalisme et du naturalisme coréen. En 1928, après deux nouvelles années au Japon, il entre au quotidien Chosun Ilbo, où Trois Générations paraîtra sous forme de feuilleton en 1931. Yom Sang-seop est couronné de nombreux prix littéraires, dont le Prix de la Paix de l'Asie.

  • Complet, cet ouvrage propose un panorama d'introduction et de référence destiné à tous ceux qui désirent se former à la théologie. Il présente l'ensemble de la discipline en 12 chapitres. Chacun d'entre eux est écrit par un professeur de niveau international, reconnu tant pour son expertise que pour sa pédagogie.

    Des annexes vous permettent d'aller plus loin dans la découverte de la discipline. Vous pouvez y accéder sur le site de l'éditeur ou directement sur votre smartphone en téléchargeant une application dédiée.

  • Un lourd destin

    Charles Juliet

    La vie et l´oeuvre du poète allemand Friedrich Hölderlin (1770-1843) sont devenues Outre-Rhin un véritable mythe.
    Une mère au coeur sec que son fils vénérait et dont elle a décrété qu´il serait pasteur. De quatorze à vingt-trois ans, Friedrich dut donc se morfondre dans les séminaires protestants. Des années qui l´ont meurtri, brisé, lui ont fait perdre foi en la vie. Hanté par le besoin d´écrire, il put éviter de porter l´habit noir et devint à quatre reprises précepteur dans des familles fortunées. Chaque fois ces expériences se soldèrent par un échec. Différentes déceptions, son amour malheureux pour Diotima, sa soif d´absolu, la maladie mentale, firent de lui un perpétuel exilé, incapable de s´enraciner dans l´existence. Il n´eut que de brèves années pour produire son oeuvre et resta trente-six ans prisonnier de sa démence, enfermé dans cette tour de Tübingen qui s´élève sur les rives du Neckar.

    Cette pièce de théâtre donne la parole à trois de ses amis et à sa soeur, et ce sont eux qui le font revivre, dépeignent sa personnalité, retracent le parcours de ce poète qui eut un destin de maudit.

  • Accessible, précis et complet, ce livre propose 150 citations extraites de la Bible. Du premier au dernier livre, elles vous permettront de savourer la sagesse d'un texte qui aborde tous les sujets de la vie quotidienne. Pour chacune, vous tro

  • Devenu un classique sur l'image de la nature, ce livre analyse le rôle des créateurs, en particulier des peintres de paysages, et surtout l'apport du protestantisme. Explorant les diº cultés françaises, il stimule notre réfl exion sans présenter de conclusions défi nitives. Le tiers espace devrait attirer ceux que préoccupe la place de la nature dans notre monde. Publié en 1990, ce livre surprend par son actualité. La question du rapport de l'homme à la nature se pose aujourd'hui plus que jamais avec les questions écologiques placées au centre du discours politique. L'auteur signe une préface inédite qui vient compléter le propos du livre et le mettre en lien avec la société de 2012, fi nalement pas si diµ érente de celle de 1990. 

  • HistoireLa religion joue-t-elle un rôle, et lequel, dans l'avènement de la modernité culturelle ? Y a-t-il un modèle anglais et un modèle français de cet avènement, et, dès lors, doit-on parler d'une modernité protestante et d'une modernité catholique ? Comment se sont produites les séparations typiques de la modernité, dans le domaine politique, dans l'éducation et l'enseignement, dans le secteur de la médecine, par rapport aux sciences ? J. Baubérot et S. Mathieu n'éludent aucune de ces questions. Ils montrent notamment que si l'Angleterre n'a pas connu l'équivalent de la «guerre des deux France», laïque et catholique, le conflit a été vif «en interne», entre l'Establishment anglican, défenseur du système Church and State, et les non-conformistes (baptistes, méthodistes, presbytériens, puritains...), promoteurs infatigables de sécularisation et de laïcisation, fût-ce à leur insu. Ce n'est pas le moindre paradoxe de cette comparaison entre Angleterre et France, à la fois rigoureuse et riche d'informations inédites.

  • Relever les défis du monde contemporain tout en restant fidèle à lui- même, telle est la posture du Pape François. En se référant aux grandes lignes de la formation jésuite et en s'appuyant sur des citations, Chris Lowney analyse le style et la popularité d'un pape hors du commun, en particulier son modèle de leadership, qui repose sur l'authenticité, l'humilité et le sens des responsabilités.

    Se connaître soi-même, servir les autres, prendre du recul, se projeter vers l'avenir... Autant de dispositions nécessaires à l'exercice d'une juste autorité. Témoignages à l'appui, c'est une nouvelle philosophie de l'action que le Pape François propose à chacun d'entre nous, quelles que soient nos responsabilités, tant sur le plan personnel qu'au niveau professionnel.

  • Du feu de Dieu

    Daniel Hébrard


    De la France occupée à Mai 68, itinéraire chaotique d'un enfant des Cévennes.

    Samuel grandit sous l'Occupation dans la campagne cévenole, tiraillé entre une mère très pieuse et un père communiste intransigeant. Seule la compagnie de la petite Nelly, qui garde avec lui les troupeaux, lui apporte un peu de réconfort. À la Libération, la famille troque sa vie au grand air contre celle, harassante, d'Alès. Autre monde, autre enfer, même misère. Le père y endurera le sort des ouvriers de la mine.
    À vingt ans, Samuel se retrouve soldat en Algérie, enrôlé dans une guerre dont il sort brisé. Mais l'engagement syndical et la lecture lui apprendront bientôt à se forger des armes contre l'injustice...
    De la France occupée à Mai 68, Daniel Hébrard suit l'itinéraire chaotique d'un enfant des Cévennes. Dans la grande tradition des écrivains naturalistes, de Zola à Giono, il signe ici un roman âpre et dur. Avec son verbe haut en couleur et sa langue imagée, il compose une fresque sans concession d'une France ignorée et aujourd'hui disparue.

  • Quelle fonction pour l'hôpital ? Quelle qualification et quelle reconnaissance sociale pour son personnel ? Quel accueil pour le malade? Quelle gestion pour quel type d'hôpital ?

    Ces interrogations, d'une brûlante actualité, ont fait l'objet, à la fin du siècle dernier, de débats passionnés auxquels la Maison de santé protestante de Bordeaux prit une part active. En effet, dans une période de mutation hospitalière, cette prestigieuse oeuvre sociale proposait une structure originale et singulière qui eût un rôle déterminant dans l'évolution de l'action sanitaire et sociale française.

    Anna Hamilton (1864-1935), jeune femme protestante, mène en 1898 pour sa thèse de médecine une enquête à l"échelle européenne sur la formation et la fonction du personnel infirmier des hôpitaux. En 1900, directrice de la Maison de santé protestante, elle décide d'en faire un lieu de formation modèle, un hôpital-école d'où émerge un nouveau corps professionnel, les garde-malades "hospitalières" ou "visiteuses". Ses élèves essaiment dans toute la France. Elles prennent la direction d'hôpitaux municipaux, certaines sont à la tête des premiers services sociaux, d'autres encore forment des oeuvres analogues.

    La notoriété, dans le monde anglo-saxon, de la Maison de santé protestante de Bordeaux, n'a d'égal que sa méconnaissance en France. Pourtant, les professions sanitaires et sociales françaises trouvent dans cette oeuvre une de leurs racines les plus vigoureuses.

    Cette monographie menée avec une grande rigueur méthodologique s'inscrit dans un questionnement du secteur sanitaire et social et contribue ainsi à créer un champ transversal d'investigation historique.

  • "Les quatre cavaliers de l'apocalypse au travers du siècle" retrace les Guerres de religion du XVIème siècle, en Europe, du sac de Rome en avril 1527 à l'édit de Nantes et à la paix de Vervins en 1598. La lecture en est dense mais peut être facilitée par une chronologie très détaillée avec renvoi aux pages traitant du fait. L'auteur s'est permis des remarques personnelles qui ne sont que des éléments pouvant alimenter la réflexion ou l'étude propre du lecteur. La vision proposée se veut relativement globale, abordant tout autant l'événement simple que les aspects sociétaux voire climatiques importants. Ce texte facilitera peut-être l'approche d'un siècle particulièrement complexe à des étudiants ou des lecteurs curieux, ne serait-ce que par un déroulé de faits très nombreux, exposé le plus rigoureusement possible, parfois avec humour ou ironie.

  • Le 28 juillet 1533, la jeune catherine de médicis, duchesse d'urbino, épouse à marseille le duc d'orléans, futur henri ii de france.
    Nul n'imagine, en ce jour de fastes nuptiaux, bénis par le pape clément vii en personne, que la jeune princesse italienne est appelée à exercer la réalité du pouvoir pendant trente ans. de 1559 à 1589, catherine, régente ou conseillère de ses fils françois i, charles ix et henri iii, tient la barre de l'etat au milieu des troubles de la religion. usant tour à tour du charme, du compromis et de la force, catherine s'attache infatigablement à pacifier un royaume déchiré par la lutte à mort entre la mort entre catholiques et huguenots, à sauver la dynastie des valois, que menacent les cabales et révoltes des grands, à maintenir le rang d'une cour que minent l'intrigue et le meurtre.
    Mécène fastueux, collectionneuse passionnée, protectrice de ronsard, ambroise paré ou bernard palissy, elle perpétue à travers bals, fêtes et entrées la grande tradition de la renaissance française, véritable instrument politique au service du prestige monarchique. ni réquisitoire, ni apologie, la biographie classique de jean-hippolyte mariéjol a, la première, restitué l'image d'une vraie femme décriée, dès son temps, comme la " massacreuse " de la saint-barthélémy, la maîtresse des complots et de l'assassinat, entouré d'une cour d'assassins et de putains.
    Tour à tour souple et impitoyable, elle a défendu, au milieu de la tourmente civile, une famille, un pays et un peule qui ne l'ont guère payé de retour.

  • Consacré aux chevauchements entre la musique et le politique, le numéro hiver de la revue Circuit, dirigé par Luis Velasco-Pufleau, réunit des textes provenant de part et d'autre de l'Atlantique. Ce numéro propose d'examiner la dimension politique des situations dans lesquelles l'action musicale a lieu. Il invite ainsi à se pencher sur la manière dont les compositeur.rice.s, les musicien.ne.s et les auditeur.rice.s mobilisent une réflexion éthique au sein d'événements qui les obligent à penser différemment leur rapport au monde. Issues des pratiques musicales de la Pologne et du Québec, en passant par l'Allemagne, la France et le Pays basque, les oeuvres discutées dans ce numéro apparaissent comme autant de reflets artistiques des contingences politiques des dernières décennies. Aussi au sommaire, la rubrique « Le Cahier d'analyse » présente une lecture par Ana Dall'Ara-Majek de l'oeuvre Le trésor de la langue de René Lussier.

  • Moncoutant, France, 1684. Mérance Duvernay, 16 ans, possède un talent de guérison par les plantes. Promise à un jeune médecin prétentieux, elle refuse ce mariage imposé par son père, un pasteur protestant. Accueillie par un maître apothicaire, Mérance deviendra apprentie au sein de sa boutique. Mais, à la mort de son mentor, elle part à la recherche des membres de sa famille, qui ont dû s'expatrier pour survivre en raison des conflits religieux. Se déroulant à l'époque de la révocation de l'Édit de Nantes, lors du Grand Siècle, cette intrigue entremêle avec soin les thèmes des corporations et de la sorcellerie. La Protégée de l'apothicaire se révèle un excellent premier roman de Stéphanie Tétreault, avec ses personnages attachants, ses scènes remplies d'émotion, ainsi que ses notions historiques bien intégrées au récit.

empty