• Cet ouvrage nous invite à découvrir et comprendre ces philosophes dont seuls des fragments d'oeuvre nous ont été transmis. Selon Nietzsche et Heidegger ces philosophies constitueraient la véritable tradition philosophique aujourd'hui perdue.

  • Le pythagorisme ne se réduit pas à un mouvement historique qui serait la source oubliée de la science moderne. Par son souci d'unifier les lois de l'univers à partir d'une mathématique pure, il constitue un mode de pensée qui reste vivace chez les hommes de science ; d'une façon parallèle, son intuition que les êtres de la nature jouent sur le clavier des analogies, en une mystérieuse correspondance qui fascinera Baudelaire, Balzac, Nerval ou Mallarmé, conserve sa fécondité pour la majorité des artistes.
    À travers la figure fascinante de Pythagore, Jean-François Mattéi donne à comprendre cette mutation unique qui, il y a vingt-cinq siècles, fit basculer la Grèce d'un mode de pensée religieux à un mode de pensée rationnel.

  • Au commencement est le mythe qui dessine le chemin emprunté par la parole et commande dès l'origine "ce qui est, ce qui sera et ce qui fut". Platon y fait écho lorsqu'il prête ces mots à Socrate : "Le commencement est, en toutes choses, ce qu'il y a de plus grand." La première édition de cet ouvrage est parue dans la collection Thémis-philosophie en 1996. Il est difficile dans l'oeuvre de Platon, de trouver une limite franche entre le terrain philosophique et le terrain mythique ou, pour le dire autrement, entre l'image mythique du commencement et le concept philosophique de principe. Tendue entre le mythe et la raison, le récit et l'argumentation, la persuasion et la certitude, la philosophie platonicienne naît ainsi comme mythologie, entrelaçant de manière indissociable les deux voies par lesquelles le monde accède à la parole.

  • Qui dit mathématicien, pense en premier lieu aux figures mythiques de Thalès, Pythagore ou Euclide. Pourtant, le mathématicien tel qu'on l'entend aujourd'hui est une invention récente qui s'est imposée à partir du xixe siècle. Parmi les cent mille mathématiciens recensés dans le monde, l'école mathématique française est l'une des plus prestigieuses, comptant nombre de lauréats de la médaille Fields, le « Nobel » des mathématiques. Toutefois, malgré cette réputation d'excellence, les études de mathématiques connaissent depuis quelques années une désaffection préoccupante. Un défi à relever dans une société qui s'appuie de plus en plus sur la science et la technologie et où les besoins en mathématiques augmentent. Gageons que les parcours des douze mathématiciens interrogés ici contribueront à faire naître de nouvelles vocations. Mathématiciens : Stella Baruk, Jean-Pierre Bourguignon, Michel Broué, Karine Chemla, Jean-Paul Delahaye, Nicole El Karoui, Denis Guedj, Maxim Kontsevich, Benoît Mandelbrot, Marie-Françoise Roy, Wendelin Werner, Jean-Christophe Yoccoz Préface de Michel Serres

  • Hémiole est le roman d'un siècle, le Ve avant notre ère ; de l'apogée d'une ville, Crotone, et d'une assemblée d'hommes à la recherche d'une vie et d'une cité idéales. Parmi eux, le philosophe et mathématicien Pythagore. À Crotone, comme à Sybaris, sa voisine, la jouissance et l'ambition guident la vie. Un homme tente de promouvoir la raison : Pythagore. Il prétend mettre en lumière le secret du nombre d'or et les règles de l'harmonie musicale. Mais son génie des nombres va de pair avec une intransigeance sectaire. Après la guerre entre Crotone et Sybaris, puis la destruction totale et cruelle de l'exubérante cité rivale, la tension politique grandit à Crotone : le meilleur compromis entre aristocratie et démocratie s'effondre dans les flammes. L'harmonie politique est-elle viable ? Harmonie musicale, architecturale, politique, harmonie des couples, depuis vingt-cinq siècles, les termes de l'équation et les questions sont les mêmes. En ces temps anciens, la disharmonie conduisait au désastre. Qu'en sera t-il de nous ? Pierre Squara, médecin, est né en 1954. Il a écrit de nombreux articles scientifiques et deux essais. Hémiole est son premier roman.

empty