• Qui était donc ce Ravaillac dont le nom demeure dans notre mémoire collective comme celui du régicide ? Quelles forces obscures l´ont conduit à perpétrer l´acte sacrilège ? Enfant des guerres de Religion, François Ravaillac apparait comme un être solitaire, tourmenté, malheureux. Rejeté par l´Église alors qu´il est obsédé par le désir de lui consacrer sa vie en entrant dans les ordres, il éprouve la certitude que le Seigneur l´a chargé d´une mission essentielle, celle d´éliminer le tyran hérétique, ce roi Bourbon protecteur d´une religion réformée qui menace l´avenir du royaume et l´autorité du pape. Tout au long du chemin qui d´Angoulême à Paris le conduit vers l´acte fatal, chaque rencontre, chaque évènement est perçu par lui comme autant de signes, de messages qui le confirment dans ses certitudes.


  • Londres, 1678

    Isabel, Lady Wilde, l'une des maîtresses du Roi Charles II, possède un secret : elle gagne sa vie en se déguisant, prenant le rôle de Maîtresse Ruby, une diseuse de bonne aventure qui pourvoit aux besoins de l'élite de Londres. C'est une vie dangereuse parmi les charlatans, les voyous et les escrocs qui se cachent dans les recoins sombres de la ville, mais pour Isabel, le jeu en vaut la chandelle.
    Jusqu'à ce que le magistrat Sir Edmund Godfrey cherche conseil auprès de Maîtresse Ruby et révèle son implication involontaire dans un complot visant à assassiner le roi. Quand on vole le journal d'Isabel contenant des détails dangereux de ses aveux, elle sait qu'elle doit le retrouver avant que quelqu'un ne fasse le lien entre Maîtresse Ruby et elle. Surtout après la découverte du cadavre de Sir Edmund, quelques jours plus tard...
    Isabel est sûre que celui qui lui a volé son journal est le meurtrier de Sir Edmund - et qu'il pourrait faire partie d'une conspiration qui remonte jusqu'au trône. Mais à mesure qu'elle plonge dans ce mystère, même le roi en personne ne sera peut-être plus capable de la sauver.

  • Ces récits des grands procès de l'Histoire, qu'elle soit ancienne ou quasi contemporaine, s'attachent à restituer le climat politique ou social dans lequel est intervenue chaque affaire étudiée, insistant sur les faits et, dans la mesure du possible, sur la personnalité des divers protagonistes. Ces récits, doublés d'analyses serrées et regroupés par thèmes, permettent parfois des rapprochements et des comparaisons utiles, sans pour autant défendre une thèse particulière ni vouloir contribuer à une quelconque réhabilitation des condamnés, ni encore chercher à émouvoir le lecteur sur le sort de telle ou telle victime. Les auteurs souhaitent éclairer le jugement des lecteurs en rendant compte du cheminement complexe d'un procès, à la suite duquel se forme les opinions et les récits historiques.
    />

  • Ce manuel est une excellente synthèse de ce XVIe siècle durant lequel la royauté se consolide, malgré la violence des guerres civiles qui agitent la deuxième partie de ce siècle. L´ouvrage est divisé en deux parties : « Le temps de la Renaissance » puis « Le temps des guerres civiles ». Ce siècle sera suivi de deux siècles de grandeur monarchique.

  • Comment les Montagnards ont-ils survécu à la Terreur, dans l'exil que la Restauration imposa aux « régicides » ? Ces hommes « tombés dans le néant de l'adversité » gardent un sentiment aigu du caractère exceptionnel de la période historique dont ils ont été les protagonistes. La plupart s'enferment dans un silence obstiné ; d'autres ont recours à l'écriture pour revivre l'extraordinaire expérience des années révolutionnaires, en démêler les significations et faire appel à la postérité des jugements dont la Restauration les accable. Leur voix finit par trouver un écho parmi les jeunes gens du siècle nouveau qui les accueillent à leur retour d'exil, après la révolution de Juillet. Les Mémoires des régicides constituent ainsi un maillon essentiel dans la transmission d'une tradition politique et d'une légende révolutionnaire issues de 93.

empty