Le Cavalier Bleu

  • Le « genre » véhicule peurs et fantasmes. Mal connu, le mot est aujourd'hui employé à tort et à travers et instrumentalisé politiquement ; ce qui réduit généralement les débats à un florilège d'idées reçues. Il serait ainsi une « mode américaine », une « lubie de féministes » ou encore une « théorie fumeuse », voire dangereuse, cherchant à nier les différences entre les femmes et les hommes et à s'immiscer dans les salles de classe et les têtes des enfants...
    Face à tant de confusion, il est fondamental d'apporter un éclairage sur ce que le genre est, et sur ce qu'il n'est pas. Car le genre est un concept bien précis et tout à fait sérieux. Il constitue un outil qui a été historiquement mobilisé - et continue de l'être - au coeur des mobilisations féministes relatives aux rapports de pouvoir entre les sexes, servant notamment à mettre à jour la nature sociale des processus qui attribuent à chacune des catégories sexuées des caractéristiques présentées comme naturelles. Les études sur le genre constituent aujourd'hui en France un champ de recherche florissant et dynamique, au sein duquel sont formulées et analysées des questions fondamentales portant sur des sujets aussi variés que le travail, la santé, le langage, la violence, la sexualité ou encore le sport, la famille, la religion, etc. Ces questions, comme les réponses qui peuvent leur être apportées, concernent tout le monde.
    C'est précisément pour cela qu'il est essentiel de rendre les réflexions sur le genre accessibles au plus grand nombre, au-delà du milieu universitaire où elles sont encore trop souvent confinées.

  • « C'est le plus vieux métier du monde », « C'est un mal nécessaire », « Les bordels garantissaient l'hygienne et la sécurité », « Les prostituées sont exploitées par des proxénètes », « Drogue et prostitution sont indissociables », « La prostitution est organisée par des réseaux internationaux », « Il est très difficile de s'en sortir »...
    Malika Nor évite ici le débat dramatisant ou moralisateur en proposant une approche multiple - sociale, psychologique et juridique -, de la prostitution.

  • « L'anorexie et la boulimie sont de plus en plus fréquentes », « Cela touche majoritairement les filles », « Les boulimiques sont grosses », « Ces troubles se déclenchent à l'adolescence », « Les anorexiques et les boulimiques refusent leur féminité et refoulent leur sexualité », « Les anorexiques et les boulimiques font vivre un enfer à leur entourage », « On n'en guérit jamais vraiment » ...
    L'auteur s'est intéressé très tôt aux troubles du comportement alimentaire et met ici son expérience de médecin au service des patients et de leur entourage pour expliquer, au travers de nombreux cas vécus, les origines de ces troubles et faire le point sur les différents traitements.

  • « Freud est un pur produit de la bourgeoisie viennoise », « Freud était un mari volage et un père écrasant », « Il a découvert l'inconscient », « Freud ramène tout à la sexualité », « Le complexe d'OEdipe explique tout », « Il a révolutionné la psychiatrie », « Freud était anti-religieux », « Pour Freud, la femme est un homme inachevé »...
    Luc Magnenat nous livre ici un portrait vivant et éclairant de Sigmund Freud dont la vie et l'oeuvre furent un terreau particulièrement propice à l'éclosion d'idées reçues...

  • « Ce sont des garçons manqués », « C'est un choix féministe », « Il y a plus de gais que de lesbiennes », « Elles n'ont pas trouvé le bon », « Entre femmes, ce n'est pas vraiment du sexe », « Elles ne devraient pas avoir d'enfants » ...
    Dépassant, entre autres, le cliché de la « camionneuse », l'auteure nous invite ici à découvrir cette homosexualité féminine qui, depuis Sapho, gêne et inquiète parce qu'elle transgresse les normes sociales.

  • « La première fois, cela fait toujours mal », « Prendre la pilule trop longtemps risque de rendre stérile », « Après la ménopause, la sexualité des femmes diminue », « Les femmes simulent souvent pendant la relation sexuelle », « Les hommes ont plus souvent envie que les femmes », « Il n'y a pas de femmes frigides, il n'y a que des hommes impuissants »...
    Féminisme, avènement de la pilule contraceptive, droit à l'avortement ont conduit à l'épanouissement de la sexualité féminine. Pourtant, nombre de clichés continuent à perdurer du côté des hommes, comme des femmes elles-mêmes !

empty