• Roi du Paris de la Belle Époque et dramaturge de génie, Georges Feydeau (1862-1921) a dédié sa vie à distraire ses contemporains tout en les caricaturant. Aujourd'hui encore, ses « machines à rire » fonctionnent à plein.

    Un Fil à la Patte, Le Dindon, La Puce à l'oreille, N'te promène donc pas toute nue !, On purge Bébé... Depuis 1886, les spectateurs s'esclaffent au diapason de la plume alerte et chatouilleuse de Georges Feydeau. À quoi tient ce succès ? Au génie. Celui du comique, car il est le maître des situations irrésistibles autant que celui de la langue française avec laquelle il jongle brillamment.

    Sous les mots de Feydeau, l'art dramatique est une horlogerie de la bonne humeur grâce à l'incontournable trio « mari-femme-amant » et ses dérivés : le désir, la fidélité, la tentation, la jalousie, la vengeance, mais aussi l'argent, la vanité et les plaisirs. Fin observateur de la bourgeoisie rentière et arrogante de la IIIe République, il raille ses contemporains sans jamais les mépriser.

    Homme de plume et amoureux du théâtre, Christophe Barbier nous montre combien l'art de Feydeau est intemporel. En scrutant malicieusement la nature humaine, son théâtre nous ramène à une salutaire humilité tout en nous faisant du bien. Du grand art.

  • Le premier tome du plus grand projet d'édition jamais entrepris par la Musardine : les oeuvres complètes d'Esparbec en 12 volumes ! Inclus : les trois premiers romans de l'auteur !
    Bien qu'il soit l'auteur érotique le plus lu en France, une bonne partie de l'oeuvre d'Esparbec reste totalement inconnue, même de ses plus fidèles lecteurs. Il manquait pour cet auteur hors norme une édition à sa démesure, qui donne les versions originales de ses écrits : tous les textes, même les plus scandaleux, une édition de qualité, où biographie, analyses, préfaces, témoignages, archives inédites nous font entrer dans l'univers de cet écrivain inclassable. C'est le projet de ces uvres complètes : 12 volumes d'environ 1 000 pages chacun, qui paraîtront sur plusieurs années.
    Ce premier tome met en perspective les trois premiers romans d'Esparbec et son dernier, et tente de répondre à la question " Comment devient-on pornographe ? " à travers :
    Une préface et une biographie établies par Claude Bard, éditeur et ami d'Esparbec, qui livre un portrait authen ti que de l'écrivain, retrace l'aventure éditoriale qu'ils vécu rent ensemble, et donne quelques clés de son oeuvre ;
    Les premiers érotiques d'Esparbec, aujourd'hui introuvables : La Voleuse de plaisir, Annie la Sucette et La Fille au collier de chien ;
    Le dernier écrit majeur d'Esparbec, autobiographique et scan daleux : Le Pornographe et ses Modèles ;
    Des inédits, tirés d'archives : poésies, projets de romans... ;
    Une bibliographie complète.
    Esparbec, qualifié par Jean-Jacques Pauvert de " dernier des pornographes ", s'est éteint à Paris en juillet 2020 à l'âge de 87 ans.
    " Esparbec sait ce que les hommes attendent des femmes et ce que les femmes attendent des hommes. Il le leur raconte avec tous les détails. " Delfeil de Ton, Le Nouvel Observateur.
    " Après avoir lu Le Pornographe et ses Modèles, La Pharmacienne et La Foire aux cochons, je [...] n'ai plus la même vision de la sexualité. Ce qu'écrit Esparbec est scandaleux, sale, fascinant, angoissant, comme tout ce que nous refoulons. " Wolinski, Charlie Hebdo.
    " C'est un écrivain, un vrai, et il le sait. [...] Dans un genre totalement et injustement méprisé, Esparbec, livre après livre, fait une oeuvre. " Wiaz, Le Nouvel Observateur.
    " Esparbec écrit ce qui se fait de plus éveillé et conséquent en littérature porno. " Virginie Despentes.
    Sélectionné pour le Prix Sade 2021.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans
    Nouv.

    Le second tome des Oeuvres complètes d'Esparbec.
    Le tome 2 des OEuvres complètes d'Esparbec couvre la période 1987-1989. Après les premiers romans écrits pour les collections érotiques de Jacques de Saint Paul, Esparbec invente " Les Confessions érotiques " puis l'année suivante " Les Interdits ". Succès immédiat, il suffit de quelques mois pour que ces nouvelles collections beaucoup plus érotiques supplantent celles existantes et s'installent dans la durée. Il écrit pour chacune d'entre elles des " modèles " pour fixer les bases de ce qui deviendra la pornographie esparbécienne.
    Au sommaire de ce volume :
    o L'expérience trouble de Clotilde qui se souvient comment Il m'a forcée à être sa poupée de chair...
    o Comment je suis devenue le jouet sexuel de ma bonne tente de comprendre la timide et réservée Lucienne...
    o Je suis devenue plus sage, clame Coucou. Et pourtant Pour la famille, j'étais une vraie petite putain...
    o L'Orpheline, naïve et perverse jeune femme, recueillie par une étrange infirme, deviendra le jouet sexuel d'une gouvernante sadique...
    o Quand la femme de votre frère vous incite à La Débauche, comment résister ?
    o Slade est un détective pas comme les autres. Il collectionne Les Poupées vivantes...
    o Avec une préface de Christophe Siébert et, en annexe, quelques savoureuses préfaces d'Esparbec !
    Esparbec est l'auteur érotique le plus lu en France. Une bonne partie de son oeuvre reste totalement inconnue, même de ses plus fidèles lecteurs. Il manquait pour cet auteur hors norme une édition à sa démesure : tous les textes, même les plus scandaleux, une édition de qualité, où biographie, analyses, préfaces, témoignages, archives inédites nous font entrer dans l'univers de cet écrivain inclassable.
    C'est le projet de ces OEuvres complètes : 12 volumes d'environ 800 pages chacun, qui paraîtront sur plusieurs années.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    La culotte

    Esparbec

    Un nouveau chef-d'oeuvre de littérature pornographique signé Esparbec !
    Gerald mûrit sous l'écrasant soleil de Tunis, à l'ombre des trois jeunes filles totalement délurées que sont ses cousines et sa soeur, dont il a déjà eu à souffrir les perversions dans L'Esclave de Monsieur Solal. Malgré les tourments qu'elles lui infligent, sa raison de vivre, son obsession, c'est Magda, sa mère. Cette femme aux accents de pure folie et à la chair douillette de confiserie orientale, avec sa large croupe, ses jambes gainées de bas, sa bouche à sucer des bonbons, exerce sur le jeune Gerald une fascination hors-norme qui ne lui laisse aucun répit...
    Et la culotte du titre, alors ? Ce petit bout d'étoffe sera-t-il le rempart ultime de quoi que ce soit ?
    Esparbec fait avec La Culotte le plus beau et le plus émouvant des portraits de " maman-salope " de la littérature. Malgré l'incongruité de cet amour, il y a dans ce roman une grâce ineffable... Laissons les bigots s'étrangler. Nous sommes là face à un chef-d'oeuvre.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une grande fresque de la vie amoureuse, depuis la rencontre et la légèreté adolescentes jusqu'aux doutes et défis auxquels doit faire face tout couple installé.
    Virginie et Sébastien se rencontrent au lycée. Ils s'éduquent, s'essaient, puis se trouvent enfin et merveilleusement, dans cette période bouleversée et déterminante de l'adolescence. Ils finissent par ne plus se quitter. 22 ans plus tard, qu'est-il advenu d'eux ? Bon mariage, belles situations, de grands enfants qui ont quitté le nid, le couple s'aime encore. Vraiment ? Oui, mais. Chacun de son côté se met à fantasmer et entache le contrat de petites anicroches extra-conjugales. Jusqu'au moment où la situation vacille, lorsque Sébastien se trouve blessé par les mensonges et dissimulations de Virginie : c'est la rupture. Après avoir goûté aux plaisirs que la vie de couple leur interdisait, le destin les rassemble bientôt. Plus forts, plus aguerris, plus ouverts aux désirs de l'autre, ils se tournent alors vers le polyamour pour ne plus jamais avoir à se mentir.
    Avec justesse et simplicité, Éric Mouzat décline une polyphonie de pratiques érotiques douces, parfois audacieuses, stratagèmes du couple moderne pour traverser le temps et délivre à tous les amoureux ce message d'espoir : lorsque l'intelligence, la sincérité et le dialogue sont invités au lit, l'épanouissement sexuel et la pérennité conjugale deviennent possibles.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    L'esclave de Monsieur Solal

    Esparbec

    Une initiation délicieusement transgressive, sur un fil entre l'innocence des découvertes et l'expérimentation du tabou.
    Esparbec nous entraîne dans ce livre à la Petite Sicile, quartier pauvre de Tunis à proximité du port, où il passa une partie de sa jeunesse auprès de sa mère, sa tante, sa soeur et ses cousines. C'est là, entouré de femmes jeunes et moins jeunes, ingénues ou perverses, que le garçon vit ses premiers émois sexuels, tantôt voyeur des jeux lubriques de la mère, tantôt complice des scénarios interdits imaginés par les cousines... Une initiation délicieusement transgressive, sur un fil entre l'innocence des découvertes et l'expérimentation du tabou.
    Ce roman d'Esparbec, majestueusement écrit, plonge le lecteur dans un tourbillon d'odeurs, celle de l'orgeat, des figuiers, de la chaleur tunisienne. Mais aussi, bien sûr, les parfums de sueur, de sexe, des corps en proie à tous les fantasmes de l'auteur.

  • Le portrait d'une jeune femme libérée, qui mène son monde à la baguette et s'amuse de voir flancher ses immorales victimes !
    Véronique, alias Vulvette, jeune fille à " l'âme en révolte et le derrière en feu ", entame un été auprès de ses parents et amis, été chaud il va sans dire ! Car, avec " le museau et le châssis " dont elle a hérité, nul ne peut rester insensible à cette fraîcheur lutine, à cette indolence narquoise. D'une totale impudicité, elle bouleverse les codes de sa famille qui, de guindée, devient tuyau de poêle. Son père, Hector, vivante incarnation de la morale, n'est-il pas obligé de sévir ? Mais Vulvette a deux fesses pour expier, et les tend de bonne grâce...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    La jovialité, la légèreté et la sexualité sans tabou d'un roman érotique des années 1970, à travers le portrait d'une jeune femme libérée et effrontée.

    Naïade aux boucles blondes consciente de ses charmes, Frimousse est tout sauf égoïste et tient à partager sa fraîcheur. Avec Jean-Raoul, son cousin, avec Sylvie, sa meilleure amie (l'essayage de maillot de bain est si propice aux découvertes coquines), avec le beau gosse du club de sport, et le prof tant qu'à faire, jusqu'au garagiste Mario. Qu'on ne s'y trompe pas : les malheurs du titre n'en sont pas ! Notre jeune démone n'a guère d'états d'âme et se sauve de tout par sa très grande naïveté, sans que cela soit péjoratif : sa simplicité et sa grâce oeuvrent pour elle. Si un seul adjectif devait subsister pour qualifier le sexe vu selon Frimousse, ce serait sans nul doute joyeux...

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une famille débauchée dans un vaudeville d'une rare intensité érotique !
    Pharmacienne de profession et soumise dans l'âme, Laura Desjardins tombe la blouse dès que Beau P', son nouveau compagnon, le lui ordonne. Notre héroïne est loin de se douter que l'appétit sexuel est héréditaire : jeune femme en apparence naïve, sa fille Bébé en connaît déjà un rayon sur les hommes ! Quand Beau P' surprend l'effrontée entre les jambes d'un camarade et décide de la faire chanter, tout bascule dans ce foyer de province. Et l'arrivée d'Ernest, un cousin et voyou repenti qu'on héberge pour quelque temps, ne fait qu'accélérer la débauche de la charmante famille...
    Le plus grand roman pornographique du xxie siècle enfin adapté en BD par Igor & Boccère, les auteurs de Chambre 121.


  • La Pharmacienne est un roman pornographique " pur et dur ", où les métaphores sont bannies, les adjectifs concrets, et les descriptions méticuleuses sans être délayées. En outre, un humour noir assez décapant ne gâte rien à l'affaire. Les tribulations de Bébé, Laura Desjardins, Beau P' et son cousin Ernest constituent un vaudeville d'un genre nouveau, lubrique et facétieux. Gageons que sa lecture en surprendra plus d'un qui avait, sur ce type de littérature, des préjugés que l'actuelle liberté d'écriture a rendu désuets. Le roman est suivi d'une postface d'Esparbec sur la pornographie. Romancier prolifique, Esparbec refuse avec horreur d'être considéré comme un auteur érotique; il se définit comme " pornographe à part entière ". Après avoir écrit près d'une centaine " de bouquins de cul ", il a publié en 1998 à la Musardine son premier " vrai roman ", un récit autobiographique : Le Pornographe et ses modèles. La Pharmacienne appartient à sa première veine.

  • Andrea est la psychologue attitrée des cosmonautes de la Station spatiale internationale. Jeune femme perfectionniste I l et insatisfaite, elle est convaincue qu'elle peut tout maîtriser dans son quotidien - y compris sa fille Steffie, petite tornade de cinq ans dont elle a la garde une semaine sur deux. Mais le jour où Alexis emménage dans l'appartement du dessus, cette existence bien ordonnée se trouve soudainement menacée. Contrebassiste nonchalant, Alexis représente tout ce qu'Andréa déteste, d'autant plus qu'il est assorti d'une soeur exubérante qui semble décidée à s'imposer dans leur vie à tous deux. La cohabitation s'annonce mouvementée et les remises en question fracassantes.

    Pendant ce temps, dans l'espace, la science progresse sur fond de vaudeville.

    Sous l'apparence de la légèreté et de l'humour, ce roman explore la complexité des relations sociales et familiales et revendique le droit à la différence.

  • Une veuve trouve le réconfort dans les bras d'un beau-fils vicieux...
    Jeune veuve encore comestible, Loanne partage son appartement avec sa fille Lucy, 18 ans, et Marc, 20 ans, le fils de son mari décédé. Comme elle est en manque, elle se masturbe, le soir dans son lit. Quoi de plus banal ? Ce qui l'est moins, c'est que Marc a placé un caméscope sur l'armoire de la chambre de sa belle-mère. En direct et en différé, à l'étage au-dessus, dans sa chambre, sur l'écran de son ordi, notre obsédé se régale à suivre les ébats solitaires de la veuve en chaleur. Quand celle-ci s'en aperçoit, elle commence par piquer une colère. Mais très vite l'explication tourne court entre le chaud lapin et l'enragée du doigt mouillé... " Tu en veux, moi aussi, donc, plus besoin de caméra entre nous ! " Cela ne s'arrête pas là : après avoir imposé ses quatre voluptés à sa " belle-mère ", Marc, qui a le sens de la famille, décide d'inviter sa demi-soeur à partager leurs ébats. Va-t-elle se laisser convaincre ? Devinez...

  • Sans se déculotter complètement, l'auteur se dévoile dans Mes shorts. Ce recueil de textes brefs pour enfants, pour jeunes et moins jeunes est un heureux mélange de styles et de genres, passant du monologue, à la courte pièce et même au vaudeville. Recueil rétrospectif qui valse entre le comique et le dramatique, en passant par l'absurde.

empty