• Cet ouvrage étudie la signification des meubles et s'attache spécialement à la chaise. Pour cela, il explore les catégories d'objets. En quoi la présence d'une chaise diffère-t-elle de celle d'une sculpture ? En quoi la chaise se distingue-t-elle d'un autre siège ? Comment les scènes domestiques s'organisent-elles dans la maison ? Quel supplément de sens le designer confère-t-il à l'objet de design ? En déclinant ces diverses facettes des objets, l'ouvrage dévoile une à une les contraintes du designer en même temps qu'il situe les points d'appui de la créativité. Pour caractériser la chaise, on mobilise ici des notions fondamentales de la sémiotique, telles la présence, la valeur et la factitivité afin de concevoir la relation qu'entretiennent les corps et les objets et de saisir quelques ressorts essentiels de la créativité.
    Sortie de la familiarité qui nous empêchait de la voir, la chaise rendue à la signification offre ainsi quelques précieux prolégomènes à une sémiotique du design.

  • Ce volume est une réflexion sur le temps représenté par les objets quotidiens. En sollicitant la phénoménologie, les sciences de l'information et de la communication et la sociologie, cette étude sémiotique montre comment une tasse ou une chaise saisissent le temps au passage, lui offrent un plan de manifestation, permettent de le penser et de le mesurer. L'ouvrage se décline en trois volets qui explicitent la relation que cette temporalité incarnée construit avec les usagers. Les objets nous ancrent dans le présent de l'expérience mais, lorsque nous les quittons, s'inscrivent aussi dans le passé de la mémoire où ils constituent des points de repère. Ils donnent alors accès au temps diachronique. Protagonistes de leur temps, ils viennent à nous sous la forme de la collection, du « vintage », du kitsch ou du marqueur générationnel mais se dissolvent aussi dans ces ambiances du passé que nous aimons reconstituer. Ils élaborent ainsi un temps historique. Ils mesurent enfin le temps de l'expérience et, sollicitant le geste, dessinent des formes de vie. Ce temps du faire permet de distinguer, à partir de l'action, le statut des objets domestiques et artistiques. Cet ouvrage consacré à la temporalité incarnée poursuit une interrogation initiée avec Sémiotique du design, publié en 2012 aux Presses universitaires de France. Il accorde cependant aux objets domestiques une attention très spécifique qui, par la théorisation et les analyses, discute quelques concepts clés de la sémiotique actuelle, en premier lieu les valeurs. S'inscrivant lui-même à un moment précis de l'histoire des objets, le lendemain de la société de consommation, il accorde résolument son privilège aux valeurs de la passion.

  • L'ouvrage décrit les méthodes du genre du portrait, en faisant dialoguer la sémiotique de l'image, les sciences de l'information et de la communication, les théories de l'art et la philosophie. Il décrit un processus d'extraction du monde qui transforme le visage en figure et objective l'environnement en un fond. Il observe tour à tour les conditions figurales et figuratives, la présence et les modalités de l'énonciation et enfin, la réflexivité du portrait qui se réfléchit et documente son propre genre. Par ces différentes approches, il restitue le travail complexe et pourtant banal du sens, qui permet d'imposer une présence et de lui donner vie.

empty