Marivole Éditions

  • À la grande époque de l'équipe de foot de Reims, Norbert, jeune orphelin sans histoire, vacher de son état dans un village en Sologne, se trouve confronté à une série de meurtres inexpliqués. L'occasion pour lui de remonter le fil de sa naissance et les règlements de compte qui ont suivi la Libération. Cet adolescent nous fera vivre son enquête dans la Sologne des années 60, entre Orléans, Romorantin et Blois : les journées de chasse avec battue de sangliers et passages de canards, les promenades champignonnières à la recherche des cèpes et des girolles, les travaux des champs, le labeur des fermiers lors de la traite des vaches et le vêlage. En un mot, la vie des paysans avec, entremêlés, ses difficultés et ses moments de joie et de fête.

  • Perlou

    Cherif Zananiri

    Arthur est un garçon d'une dizaine d'années (en 1885) qui pousse comme l'herbe folle à Montmartre, au pied de la basilique du Sacré-Coeur en construction. Entre courses endiablées dans la cour de sa maison et parties d'osselets, il croise les pas de son voisin Perlou, la soixantaine et noir de peau, qui, progressivement, l'aidera à grandir. Une amitié, mêlée de respect et d'affection, naîtra entre eux, se développera et permettra au garçon de se doter de règles de vie sages et généreuses. Si on suit les pas d'Arthur en 1885, on n'oublie pas les événements majeurs qui se sont déroulés à Paris à cette époque : la construction du Sacré-Coeur, et plus particulièrement l'enterrement de Victor Hugo, occasion unique pour rencontrer Gavroche. La deuxième partie démarre lorsque le garçon a 15 ans et se trouve apprenti dans un atelier de métallurgie à l'époque de la préparation de l'Exposition Universelle du centenaire et de la construction de la Tour Eiffel. Nous croisons les pas de personnages célèbres qui ont encouragé ou combattu la construction du monument.

  • Jean-Pierre, trentenaire, quitte son appartement dans le quartier de la Chancellerie à Bourges et part dans le Midi pour terminer son travail de deuil. Mais c'est compter sans les lois du hasard qui mettent sur sa route Martin, le régisseur de la tournée d'été 1965 des vedettes yéyés ; Martin, l'homme qui a des yeux indescriptibles, comme ceux d'Isabelle, sa femme, qu'il vient de perdre. C'est donc aux rythmes de Cloclo, Richard Anthony, Eddy Mitchell et de bien d'autres, que Jean-Pierre va suivre la caravane de ces jeunes artistes qui tortillent des fesses, dansent le twist et crient « yéyé ! » Il découvre alors les jalousies entre starlettes, les promenades en décapotable sur les petites routes de Provence, les échanges de fumettes le soir après le spectacle... la vie de saltimbanques qui ne passent jamais deux nuits de suite dans le même lit.

  • Le récit, fondé sur des éléments réels, suit la vie de Léocadie Lepic, disgracieuse par naissance et qui, sachant lire et écrire, devient marraine de guerre en 1916. Elle correspond avec Thomas, soldat dans les tranchées, et se fait prendre par amour, dans les mailles d'une escroquerie montée par des Apaches, ces jeunes voyous qui sévissent à Paris. Le récit se déroule entre Paris en guerre et Compiègne près du front, et montre une capitale qui souffre, qui serre les dents, qui refuse de se soumettre aux bombardements allemands et qui, sans main-d'oeuvre masculine, laisse le pouvoir aux femmes...

  • Lucien, le Galoupiot de Sancerre, commis aux chieuves, se retrouve cette fois au coeur d'une enquête qui met en jeu des trésors enfouis depuis l'époque du petit roi de Bourges, Charles VII ; celui-là même qui bénéficia de l'aide de Jeanne d'Arc pour monter sur le trône. Son conseiller, le chevalier de Giac aurait, dit-on, pactisé avec le diable en lui vendant sa main droite, puis subtilisé une partie du trésor royal avant de l'enfouir dans les soubassements de sa tour à Sancerre. Une course au trésor remonte alors le cours de l'Histoire à travers Sancerre et le Sancerrois. Des meurtres se succèdent et des énigmes surgissent, probablement en lien avec le trésor caché. Notre commis, avec l'aide précieuse de ses amis et du lieutenant Kosser parviendra-t-il à résoudre tous ces mystères ? Avec cette enquête du commis vacher, on retrouve le Berry et plus particulièrement le Sancerre des années 60 : ses traditions, ses danses, sa vie de tous les jours, ses métiers et ce parfum de terroir que l'auteur a pu restituer grâce aux témoignages de sa famille et de ses amis qui vivent sur place.

  • Son mari parti au front pour la Grande Guerre, Mado décide de reprendre sa boutique de cordonnier. Elle y parvient avec succès et affronte avec courage l'absence de Guilbert. Constatant le changement opéré sur son mari par le conflit, elle s'évertue à préparer au mieux son retour. Sa soeur de lait Marguerite, enceinte d'un inconnu, bouleverse la donne.

  • Le point de départ de ce roman repose sur une curiosité historique. Lorsque les Allemands, pendant la guerre de 1870, ont envahi partiellement la France, leur comportement dans les petites villes et les villages a souvent été odieux. Les villages furent dévastés ou pillés, les habitants violentés, etc. Cependant, un petit village a échappé à ce traitement : Souvigny, en Sologne, à l'époque administré par un maire célèbre, Eugène Labiche, dramaturge à succès et auteur de théâtre de boulevard fort connu. Cet homme, nommé et non élu, est parvenu à monter un stratagème qui a mis son village à l'abri des exactions. Le récit le fait revivre entouré de ses amis, célèbres ou inconnus, et imagine un projet des services secrets mettant à profit les derniers progrès scientifiques pour vaincre les Allemands.

empty