• Poussé par l'ultimatum de ses parents exaspérés, Jonathan choisit de quitter la maison. Mais où trouver un emploi à seize ans et quelques mois ? Heureusement, Mylène Coutu a eu une idée de génie pour les aînés en perte d'autonomie ! Un long été, auprès d'Alicia, Jo ira de balades en vélobus en escapade improvisée, découvrira des petits bonheurs inusités... et tout ce qui som¬meillait en lui.
    Sous la même apparente légèreté de ton que Mine et moi (Leméac, 2002), Christine Bertrand aborde avec La balade de Jo et Alicia des thèmes d'une grande profondeur : l'empathie, les relations familiales et intergénérationnelles, l'acceptation de soi et des autres.

  • Les Etats de l'Union européenne sont soucieux de limiter l'arrivée des immigrés sur leur territoire. L'immigration se situe à la croisée des droits et le statut de l'immigré subit de multiples influences, parfois contradictoires. Les contributions qui composent cet ouvrage ont pour ambition de dresser un panorama des problématiques de l'immigration dans l'Union européenne.

  • Ce numéro d'été est le fruit d'une collaboration spéciale avec la photographe Anne-Marie Guérineau. Les nouvelliers se sont inspirés d'une sélection de photos tirées de l'exposition Que fais-tu là? tenue à Trois-Rivières à l'automne 2016. Ces photos de famille, volontairement surannées et prosaïques, sont des portraits de personnes du quotidien posant pour la mémoire. Le lecteur les trouvera reproduites aux côtés des nouvelles qu'elles ont inspirées. Ce numéro devient ainsi une espèce d'album de famille métaphorique, en plus de regrouper la quasi-totalité du collectif de rédaction. Les nouvelles hors thème présentent des fictions sur la psychanalyse (Claudine Potvin), la genèse du christianisme (Jean-Pierre Vidal) et la tragique mort d'un chien (Robert Baillie). Le traducteur Jean-Marcel Morlat fait découvrir l'auteur anglais James Kirkup, avec « Le maître du bonsaï », une nouvelle campée au Japon. Enfin, David Dorais livre un compte-rendu du recueil néoféministe Des femmes savantes de Chloé Savoie-Bernard.

empty