Romans & Nouvelles

  • Écrit après Le Serpent à plumes et avant L'Amant de Lady Chatterley, L'Étalon (St Mawr, dans le titre original), l'un des plus beaux portraits de cheval de toute l'histoire de la littérature, a été publié pour la première fois en 1925, simultanément en Angleterre et aux Etats-Unis, et n'a cessé depuis d'être réédité dans les pays de langue anglaise. Comme souvent chez Lawrence, l'intrigue embrasse une vision panthéiste du monde. Derrière l'inénarrable portrait de Mrs Witt, l'Américaine, ou de celui plus nuancé de sa fille, jeune femme névrosée abandonnant son époux trop civilisé pour sauver de la castration un cheval sauvage et partir s'installer dans les montagnes du Nouveau-Mexique, on devine la tendresse mêlée de férocité de l'écrivain qui débusque, au-delà du puritanisme et des faux-semblants, le pathétique et la nudité de la condition humaine. Fidèle à sa mystique et à sa morale fondées sur un profond respect de la vie instinctive et de la nature, l'auteur de L'Amant de Lady Chatterley y médite sur l'univers sexué et poursuit une réflexion souvent amère sur l'homme, cet animal social et politique perverti par des siècles d'idéalisme judéo-chrétien. La sensualité constante du roman, où les paysages et les saisons se transforment parallèlement à l'évolution des sentiments intérieurs, est un éblouissement de l'instant présent qui ne cesse de se métamorphoser, plein de l'élan vital d'une nature primitive. L'Étalon, avec son lyrisme, sa force dionysiaque, son féminisme et ses propos subversifs sur la sexualité, confirme si besoin ce que la postérité a ratifié: D.H. Lawrence demeure l'un des plus grands écrivains du XXe siècle.

  • Elevée par son père, Marie Henrietta Urquhart ne s'est jamais intéressée au monde ni à ses plaisirs. Elle a trente-huit ans quand son père meurt. Elle quitte alors son Angleterre natale et voyage jusqu'au Nouveau-Mexique. Au Rancho del Cerro Gordo, elle rencontre Domingo Romero : dans les yeux noirs du guide mexicain, la Princesse perçoit une étincelle étrange. Sa puissance virile et son charme brutal la troublent... On retrouve dans La Princesse tous les thèmes chers à D. H. Lawrence, et la sensualité animale de Romero annonce celle de l'" amant " de lady Chatterley.

empty