Sciences humaines & sociales

  • Blanchiment, filières d'immigration, prostitution, trafic d'armes, de stupéfiants, contrefaçon, racket... Pour la première fois, un livre traite de la criminalité internationale implantée en France depuis les années 1990. L'explosion du bloc soviétique et la mondialisation de l'économie ont changé les dimensions du crime organisé sur notre territoire. Aux côtés du «milieu» traditionnel et des caïds des cités, il faut maintenant compter avec d'autres acteurs de la scène criminelle, tels ces truands géorgiens pilotés par les plus grands parrains de la mafia russe, ou ces gangs sri-lankais qui s'entretuent en banlieue parisienne. Et avec de nouvelles activités, depuis les méthodes sophistiquées de piratage informatique jusqu'au prélèvement de données sur les terminaux bancaires. Les contours de différentes mafias (turque, chinoise, italienne...) et autres groupes criminels organisés (cartels colombiens, gangs russes, caucasiens et balkaniques) se dessinent dans l'ombre. D'où viennent et que font précisément ces organisations? Quel est leur degré d'implantation? Ont-elles des liens avec le crime organisé français? Quel danger représentent-elles vraiment? Alimentée par des sources confidentielles, la première enquête de fond sur la face cachée de la planète mafieuse en territoire français.

  • Enquête sur les dossiers secrets de la police
    Un bagnard devenu chef de la sûreté, un commissaire transformé en caïd de la pègre, un petit inspecteur à l'ascension un peu trop rapide pour être honnête, des flics bien sous tous rapports condamnés " bizarrement " pour braquage ou trafic de stups, d'autres qui jouent de troubles rôles dans des affaires tout aussi opaques...
    Consacré à l'univers éminemment secret, énigmatique et fantasmatique de la police, ce livre retrace en 11 chapitres le parcours de figures ambivalentes (Vidocq, Bonny...), des affaires troubles (la Bégum, le prince de Broglie...), des histoires de " ripoux " (l'inspecteur Loiseau, le commissaire Féval...).
    Affaires d'hommes ou dossiers auréolés de questions quant aux rôles des " flics ", à l'instar de la mort de Jacques Mesrine qui continue d'être discutée, ces histoires policières sont loin d'être aussi claires qu'un procès-verbal. Il suffit de se replonger dans l'affaire du Pasteur Doucé ou l'enlèvement de Mehdi Ben Barka pour constater qu'ici ? en cette zone crépusculaire où croisent inspecteurs et kidnappeurs, commissaires et braqueurs, flics et voyous ? le manichéisme n'est pas de mise.

  • A 61 ans, Michel Ardouin se décide enfin à parler. Ardouin ? Un mètre quatre-vingt-cinq et cent trente kilos de muscles, plus connu dans le milieu, sous le surnom de « Porte-Avions », l'une des figures du grand banditisme français.
    Pour la première fois, « Porte-Av » raconte sa vie - bien remplie - de voyou. L'histoire d'un fils de famille qui a mal tourné, passé de l'institution Sainte-Croix-de-Neuilly aux bars de la pègre, du Premier prix de français aux calibres les plus variés.
    Ardouin ne cache rien. De ses premiers pas de proxénète et de casseur dans le milieu parisien des années soixante au trafic international de cocaïne entre la Colombie et la France, en passant par son équipée avec Jacques Mesrine, l'« ennemi public numéro un », avec lequel il écumera plusieurs dizaines de banques et qu'il fera évader. Sans oublier ses années de Quartier de Haute Sécurité, ses meurtres de « collègues »... Bref, une épopée de braquages (et autres trafics), de cavales et de règlements de comptes sanglants, où l'on croise caïds, porte-flingues et filles de joie.
    L'histoire de « Porte-Avions », c'est aussi celle du milieu français de ces quarante dernières années.

  • Mai 1988 : entre les deux tours de l'élection présidentielle, Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur sur le départ, autorise l'exploitation des machines à sous dans les casinos. Et transforme ainsi un secteur déficitaire en mine d'or. Les hostilités sont désormais ouvertes pour prendre le contrôle des 140 établissements de jeu français.
    Affairistes, politiciens, mafieux..., tous veulent leur part du gâteau. Les coups bas se multiplient et la corruption, les menaces et autres manipulations sont de la partie.
    Dans les coulisses, une cellule - très confidentielle - des Renseignements généraux suit la bataille qui fait rage. Mais à s'intéresser de si près aux combattants, elle n'échappera pas non plus aux balles perdues...

  • Le 19 mars 2013 à Punta Cana, le Falcon 50 d'Alain Afflelou est intercepté sur le tarmac de l'aéroport alors qu'il s'apprête à décoller pour Saint-Tropez. À bord, quatre Français et 700 kg de cocaïne répartis dans vingt-six valises bourrées dans la soute et le salon VIP de l'appareil. Aussitôt les pilotes crient au coup monté et jurent n'avoir fait que leur métier de chauffeurs de luxe au service des plus fortunés. Alors qu'en République dominicaine l'équipage et le passager ont été condamnés à 20 ans de prison, la juge d'instruction française Christine Saunier-Ruellan enquête partout en Europe sur la trace de flux financiers suspects.
    Grand banditisme marseillais, boîtes de nuit roumaines gérées par des héritiers de la mafia napolitaine, vols empruntés par Nicolas Sarkozy ou Alexandre Balkany, avocats tenus par le " milieu ", blanchiment d'argent, trafics d'or et de devises, autorités impuissantes : c'est tout le monde trouble de l'aviation d'affaires qui émerge. Jérôme Pierrat et Marc Leplongeon lèvent le voile sur ses dessous, et leur verdict est sans appel : la France des riches est une véritable passoire.
    Jérôme Pierrat est journaliste indépendant, spécialiste du crime organisé, auteur d'une douzaine d'ouvrages sur le grand banditisme et le trafic de stups. Il a réalisé plusieurs documentaires et travaille également comme scénariste pour la télévision (Braquo, Panthers) et le cinéma.
    Marc Leplongeon est spécialiste des questions de justice au journal Le Point et membre de l'Association confraternelle de la presse judiciaire.

empty