• Lady Viola était tombée amoureuse de lord John Hammond au premier regard, et la cour passionnée qu'il avait aussitôt entreprise avait entretenu l'illusion d'une réciprocité. Jusqu'à leur mariage... où Viola avait dû se résoudre à l'amère vérité : John ne l'aimait pas. Il ne l'avait épousée que pour sa fortune. Le coeur brisé, elle s'était jurée de ne plus jamais lui ouvrir son lit. Depuis maintenant huit ans, ils cohabitent en observant une politesse glaciale, sans même sauvegarder les apparences. Mais le jour où John décide d'avoir un héritier, il lui faut reconquérir sa femme. Et cette fois, c'est à son tour de souffrir !

  • Maria Martingale a trouvé la boutique idéale pour installer sa pâtisserie. Elle va enfin réaliser son rêve. Très vite, elle déchante lorsqu'elle se rend compte que son propriétaire n'est autre que l'odieux marquis de Kayne. Douze ans plus tôt, il l'a éloignée de son frère Lawrence dont elle était éprise. Les années ont passé. Maria a fait le deuil de son amour de jeunesse, mais le marquis, persuadé d'avoir affaire à une gourgandine, menace de l'expulser. La jeune femme se rebelle : elle ne laissera pas cet homme froid et hautain détruire de nouveau sa vie. Il veut la guerre, il l'aura!

  • Au lendemain de la guerre de Sécession, Olivia Maitland vivote avec ses trois filles adoptives en Louisiane, où elle possède des vergers. Faute de main-d'oeuvre, elle est sur le point de perdre sa récolte quand elle recueille chez elle un inconnu grièvement blessé. Olivia le soigne et reprend espoir. Une fois rétabli, l'homme lui prêtera main-forte. C'est un cadeau du ciel !
    Drôle de cadeau, en vérité : ancien repris de justice devenu boxeur, Conor Branigan blasphème et use sans vergogne de son charme de bourlingueur irlandais. Olivia aurait-elle fait entrer le loup dans la bergerie?

  • Zélée, docile, presque invisible, Mlle Emmaline Dove était la parfaite secrétaire de la maison d'édition dirigée par lord Marlowe jusqu'au jour où, une fois de plus, il refuse de publier son manuel de bienséance sans même l'avoir lu. L'employée modèle claque alors la porte pour proposer ses services à la concurrence. Dans les pages de La Gazette sociale, la chronique mondaine d'Emmaline est très prisée. Vexé, lord Marlowe rachète le journal. Les voici partenaires, à égalité. Et cette fois, Mlle Dove n'a plus rien d'invisible.

  • En vingt ans de carrière, Dylan Moore avait écrit dix-neuf symphonies et dix opéras. Son talent lui avait apporté notoriété, fortune et nombre de conquêtes féminines. Mais seule comptait la musique. Depuis une terrible chute de cheval, affecté d'un trouble auditif, Dylan ne pouvait plus composer. À bout de résistance, il allait un soir commettre l'irréparable quand une jeune violoniste l'en a empêché. Pourtant, le véritable miracle fut les notes fugaces qu'il crut entendre à cet instant, au seuil de sa conscience. Cinq ans plus tard, Dylan recherche toujours l'inconnue...

  • Humble couturière soumise aux caprices de ses clientes, Prudence Bosworth côtoie le beau monde sans qu'on lui accorde un regard. Jusqu'au jour où elle hérite d'une fortune colossale. Désormais, les prétendants se bousculent, mais seul le duc de St. Cyres trouve grâce à ses yeux. Cet homme est pourtant un irresponsable, acculé au mariage à cause de ses dettes, un cynique qui anesthésie son mal de vivre dans l'alcool et le libertinage. Comment trouver la félicité conjugale dans de telles conditions ? Car Prudence n'en démord pas, elle fera un mariage d'amour.

  • "Une intrigue inepte... Une comédie aussi distrayante qu'une visite chez le dentiste!" Le comte d'Avermore enrage à la lecture de l'article consacré à sa dernière pièce. Lui, le cocaïnomane repenti, sait pourtant que ses vices ont tué son inspiration et qu'il est un auteur fini. N'empêche, être traité en ces termes, c'est intolérable. Cet écrivaillon qui se permet de l'éreinter dans la Gazette et qui signe du nom de «George Lindsay» va s'en repentir. Mais le comte ignore que, sous ce pseudonyme, se cache Daisy Merrick, une journaliste débutante qui n'a pas fini de le surprendre.

  • Dès qu'elle en avait l'occasion, Daphné s'adonnait en secret à un plaisir indécent : contempler le duc de Tremore, torse nu, au milieu de ses ouvriers, sur son chantier de fouilles. Passionné d'archéologie, il avait découvert, sur ses terres, les vestiges d'une villa romaine. Ce qui n'était qu'un simple hobby s'était alors transformé en véritable frénésie et l'ouverture prochaine d'un musée mobilisait toutes ses pensées. Naturellement, il n'avait pas remarqué Daphné. Pourquoi l'aurait-il fait ? Ce n'était qu'une de ses nombreuses employées... En outre, le duc ne croyait pas à l'amour.

empty