Langue française

  • Omniprésent dans les médias, régulièrement convoqué pour analyser des phénomènes sociaux aussi divers que les flux migratoires en Europe, les programmes éducatifs aux États-Unis ou la place de l'islam dans les pays d'Europe de l'Ouest, le multiculturalisme se trouve au centre de plusieurs thématiques cruciales de notre monde globalisé : l'immigration, la cohésion sociale et le devenir de l'État-nation, pour n'en citer que quelques-unes. Il n'en est pas moins méconnu en tant qu'école de pensée. Quels sont ses origines philosophiques, ses principaux courants, les différentes critiques qui lui sont adressées ? Paul May invite à un tour d'horizon des principaux théoriciens - tels Bhikhu Parekh, Charles Taylor, Will Kymlicka ou encore James Tully -, qui ont élaboré et discuté la notion de multiculturalisme et dont la plupart des travaux n'ont jamais été traduits en français. Un vade-mecum pour l'étudiant, pour le chercheur et pour le citoyen engagé.

  • Utilizing innovative ethnographic research, Swept Up Lives? challenges conventional accounts of urban homelessness to trace the complex and varied attempts to care for homeless people Presents innovative ethnographic research which suggests an important shift in perspective in the analysis and understanding of urban homelessnessEmphasizes the ethical and emotional geographies of care embodied and performed within homeless services spacesSuggests that different homelessness scenes develop in different places due to varied historical, political, and cultural responses to the problems faced

  • Ce qui frappe donc dans cette peinture de la mort à travers la première branche du Roman de Renart, c'est d'abord l'évocation fidèle de la réalité contemporaine ; qu'il s'agisse de l'organisation de la société ou de la conception des liens familiaux, les animaux sont bien les représentants des hommes. Mais ce qui domine ce tableau, c'est un profond amour de la vie. La mort naturelle est absente car elle est acceptée comme une nécessité, comme une loi de la nature. En revanche, la mort violente est évoquée à plusieurs reprises. À travers elle, se trahit l'angoisse du salut, par la peur de la mort et le souci d'assurer, par la confession, la joie éternelle. Déjà on discerne le problème du destin individuel. Mais la survie céleste tend à se confondre avec la survie terrestre donnée par la gloire. La gravité des questions posées se dissimule parfois derrière la parodie ou la satire. Mais l'inquiétude transparait de temps à autre : celle de l'homme, à toutes les époques, celle aussi, peut-être, d'une société en évolution qui s'interroge sur son propre avenir.

empty