Langue française

  • Automne 2017, Un adolescent filme le lynchage d'un jeune, torturé, dénudé et jeté dans un canal. Les auteurs ont été arrêtés quelques jours plus tard. Le corps a été retrouvé à deux-cents kilomètre du lieu du tournage. Sofiane, dix-sept ans n'a pas porté de coups mais a tout filmé, a laissé ses complices tuer pour cinq-cents euros... Il a été arrêté et incarcéré.

    Rachid Santaki part de ce fait divers pour plonger au coeur de la violence qui anime la jeunesse dans les quartiers et essaie de répondre à cette question : comment en est-on arrivé là ? A travers des ateliers d'écriture dans des centres de détention pour mineurs, le procès des acteurs du lynchage et ses échanges avec les familles, il se heurte à cette violence, à la misère sociale et à l'implacable loi de la cité.

  • Les princes du bitume

    Rachid Santaki

    • Jigal
    • 15 Novembre 2017

    Été 98 : la Coupe du monde bat son plein mais Hachim, jeune ado des quartiers, a la tête ailleurs...
    Les blocs de la banlieue Nord imbriqués dans l'asphalte se réveillent dans le blizzard. Saint-Denis a les mains sales, ses embrouilles, ses magouilles et ses trafics tournent mal.
    Alors que s'annonce la prochaine Coupe du Monde de football, Saint-Denis s'apprête à vivre une furieuse bataille pour le contrôle du biz de la drogue, opposant voyous à l'ancienne et jeunes rageux.
    Hachim, lui, est un ado brillant, sensible, curieux, passionné de culture Hip-Hop et qui rêve de devenir journaliste.
    Pourtant, coincé entre le quartier, sa famille et Houssine, le boss de Saint-Denis qu'il admire, Hachim semble choisir une autre voie... Et tandis que Zidane et les Bleus font rêver les Français, caïds, trafic, prison, ripoux, trahisons, et meurtres vont désormais rythmer son quotidien... Mais jusqu'où ?
    Un roman policier haletant et âpre, dans la jungle de la banlieue parisienne.
    EXTRAIT
    Houssine dépasse la zone des grands travaux, trace sur l'autoroute assaillie par les graffitis chromés, le bruit des klaxons et les odeurs d'échappement. La séance de karaoké s'achève aux abords d'une adorable résidence du Val-d'Oise. Le téléphone sonne, Houssine ouvre son StarTAC.
    - Mais il est vraiment relou, le vieux ! Putain, je croyais que c'était Jérôme.
    Le caïd gagne beaucoup d'argent mais en perd le sommeil. Il vient de recevoir cinq appels en moins de deux minutes. Agacés, il met son portable sur vibreur, continue vers les habitations du fond. Il va récupérer une partie de son produit dans le teum-teum loué sous une fausse identité. Son teushi en provenance des terres arides du Maroc se bicrave comme des petits pains dans toute la Seine-Saint-Denis. Il pianote sur le digicode de l'immeuble, monte au premier étage, glisse la clé dans la serrure. Son téléphone tremble à nouveau : « Urgent ! Attention les stups sont dans l'appart' ! »
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Et le roman nous dit ce désespoir : il n'y a pas d'ailleurs, il n'y a pas d'avenir, il n'y a pas d'espoir, les petites bandes de ce roman sont condamnées à cette criminelle concurrence fratricide. Roman noir. Après, reste la formidable énergie de ces vies bouillonnantes. -Dominique Manotti
    Rachid Santaki, le Chester Himes de ces lieux mis au ban... La violence crache dans la sono de NTM. L'autre France, c'est aussi la France. -Sud-Ouest Dimanche
    Rachid Santaki, nous balance uppercut sur uppercut.... Pas le temps de souffler, de respirer, de penser, les actions s'enchaînent. Mensonges, trahisons, coups bas, pièges, tout y passe... Jamais moralisateur, l'auteur porte un regard acéré sur le business de la drogue, sur les hommes, sur la société, sur la vie tout simplement... -Un Polar
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Rachid Santaki est né le 20 octobre 1973 à Saint-Ouen. Scolarité difficile - il redoublera 48 fois comme il le dit souvent... C'est avec la découverte de la boxe anglaise imposée par son père, lui-même boxeur, et qui veut faire de lui un « Rachid Balboa », que le jeune Santaki va découvrir à travers le noble art un moyen de s'épanouir et de s'affirmer.
    Il devient éducateur sportif et pratique la boxe thaïlandaise. En 2000, il cofonde, avec DJ White Lock et Stéphane Ackermann, hiphop.fr un site consacré à la culture hip hop. En deux ans, Rachid va redécouvrir l'histoire et traiter l'actualité du hip-hop avec les précurseurs de ce mouvement culturel.
    Puis il fait ses premiers pas dans la presse avec la revue 5Styles et publie plusieurs romans dont La Petite Cité dans la prairie ou Les anges s'habillent en caillera. Il écrit actuellement des fictions pour la télévision et le cinéma. Parallèlement, il crée « La dictée des cités » pour redonner à tous le goût à la lecture et à l'écriture.

  • Octobre 2005, deux adolescents trouvent la mort accidentellement alors qu´ils sont poursuivis par la police. Aussitôt, les cités s´enflamment et la colère de toute une génération explose. Mehdi Bassi vit à Saint-Denis, ville exsangue sous la coupe du clan Bensama, les caïds locaux de la drogue. Artiste-graffeur, il connaît la cité comme sa poche et travaille comme coursier à l´Agence du médicament pour aider sa famille. Alors que la cité s´embrase, Mehdi va croiser la route de Najet Iker. Cette jeune femme flic qui semble perpétuellement en colère n´en finit pas de se battre avec ses origines.  Et tandis que l´un essaie d´échapper au puissant clan Bensama, l´autre voudrait les faire tomber une bonne fois pour toutes.

  • Fiction dans le 93. Sous la plume de Rachid Santaki, les frontières entre commerce de la drogue et monde de la com' sont étonnamment poreuses. Après avoir trempé dans le trafic des stups, Rayane - double de l'auteur ? - abandonne le business illégal pour créer un magazine et une boîte de marketing. L'ancrage de Rayane à Saint-Denis devait être son meilleur atout. Pas facile pourtant de tout recommencer quand on a été dealer.Rachid Santaki est un entrepreneur basé en Seine-Saint-Denis. Il est aussi romancier et scénariste. Il est l'auteur de Des chiffres et des litres (Moisson Rouge, 2012) et Flic ou Caillera (Le Masque, 2013).

  • « Je m'appelle Malik, je suis officier de police judiciaire. On m'appelle " la légende du 9-3", je suis capable d'installer une surveillance policière dans n'importe quelle cité de France. J'ai grandi à l'ombre des blocs de mon quartier, entre béton, ennui et petits trafics. Mes choix me collent à la peau. Traître aux yeux des mecs de la cité, vermine selon mes collègues. Où est ma place ? »Malik est de retour à Saint-Denis pour se réconcilier avec les siens, mais son come-back vire au cauchemar : violence, trahison, culpabilité, Malik perd pied. Le policier au passé de dealeur se heurte au plafond de verre d'une société qui se replie sur elle-même et où personne ne veut de lui. La légende du 9-3 s'inspire de faits réels de la vie de Nasser Sahki, co-auteur du récit. Officier de police judiciaire, enquêteur à la direction centrale de la police judiciaire, décoré de la médaille d'honneur de la police nationale à titre exceptionnel.

empty