Littérature générale

  • Avec un humour fortement teinté de noir, Y. Paccalet prévoit que l'homme programme sa propre disparition en ne respectant pas son environnement, en saccageant terres et mers, en ne se préoccupant que de richesses et de pouvoirs. En fait, l'humanité n'obéit qu'à ses pulsions sexuelles, territoriales et hiérarchiques. Et quand elle aura disparu, la vie reprendra...

  • 4 septembre (Fontaine-la-Verte), un an. Un an déjà que je tiens ce journal... Le temps n'a pas d'épaisseur. Il est transparent comme l'aile de l'abeille. Les reflets des nuages ou les irisations de l'eau font, quelquefois, croire qu'il a du corps. Il présente des nervures. Il émet des bourdonnements. Ce sont des simulacres. Temps qui passe, graminée jaunie, l'odeur du soleil dans l'herbe. J'ai vu des spectacles de nature prodigieux sur la Calypso de Cousteau. J'en ai contemplé de sublimes dans la vieille Europe. J'ai voulu chanter la splendeur discrète ou triomphante des herbes et des insectes, des lézards, des oiseaux et des arbres. Ils recèlent des secrets plus subtils que des miracles. Trois cent soixante-cinq jours de suite, fidèlement, avec scrupule et ravissement, j'ai noté ce que j'ai observé au hasard de mes lieux de vie, de la Côte d'Azur à la Normandie, de Paris à la Flandre, des montagnes de la Savoie aux collines du Lazio italien. J'ai tenté de transcrire les couleurs, les mouvements, les parfums et les sons. J'ai mêlé la science à la littérature, la poésie à la botanique, la zoologie à la philosophie. J'ai cherché à retrouver l'esprit des Rêveries de Jean-Jacques Rousseau, du Journal de Thoreau et des Journaux de Basho. Avec des méditations sur le sens des choses et des haikus pour le plaisir. Questions de science et traits d'ironie. Hors de tout genre. Avec des photographies que j'ai prises comme des croquis sur le terrain...

  • La fascination s'exerce depuis Ulysse et Jason. Parfois brutale, la mer peut voler la vie du marin, elle le terrorise et l'envoûte à la fois. Les hommes n'en ont longtemps connu que la surface. Ils commencent à en explorer les profondeurs. Lesquelles, à bien des égards, se révèlent plus prodigieuses encore.
    Ce milieu liquide étonnant, Yves Paccalet le connaît bien. Il l'a parcouru pendant des années avec le commandant Cousteau, sur la Calypso . Il continue de s'y balader, en naturaliste curieux et en voyageur émerveillé, en savant et en philosophe, mais surtout en poète et en jouisseur de la nature. Ce qui, bien sûr, ne l'empêche pas de pousser des coups de gueule lorsqu'il contemple les pollutions et les saccages dont est victime le Grand Bleu.
    Ce livre est un hommage à la beauté de la mer, et un cri de rage contre ceux qui la blessent. Yves Paccalet y raconte des moments de grâce qu'il y a vécus, agrémentant son récit de réflexions sur l'homme, son évolution depuis les poissons, l'esprit d'aventure, l'enchantement du bout du monde, les îles lointaines, les rencontres avec les peuples de l'océan, les baleines, les requins, les récifs de corail, les icebergs.

  • Voici l'histoire d'un Marseillais que la mer passionne depuis qu'il est enfant. Un jour de 1952, près de Marseille, un bateau bizarre est amarré : la Calypso du commandant Cousteau. Falco se présente. Il est engagé dans l'équipe. Il ne la quittera plus. Croisières scientifiques et cinématographiques en mer Rouge et dans l'océan Indien. Coraux, requins, dauphins, baleines... Falco participe au tournage du Monde du silence, palme d'Or à Cannes, en 1956. Très vite, il devient le chef plongeur de la Calypso. Il court le monde, des Caraïbes à l'Alaska et des Seychelles à l'Antarctique. Tout naturellement, Cousteau lui demande de devenir le capitaine de la Calypso. Personne au monde n'a couru autant de milles marins à bord d'un navire océanographique, exploré autant d'épaves, accompli autant de plongées au royaume des murènes et des gorgones, des cachalots et des requins-baleines... Albert Falco mérite bien son surnom : le plus dauphin des hommes !

  • L'azur ! l'azur !

    Yves Paccalet

    Simon embarque avec son oncle pour courir les mers. Nina est enlevée dans la forêt amazonienne par le chef d'un cartel de trafiquants. Une jeune dauphine est sauvée d'une marée noire et erre dans l'océan...

    Par-delà les vagues et les tempêtes, par-delà la cruauté et les dangers, l'innocence de la nature et la violence de l'homme, tous trois vont voir leur destin se rapprocher pour participer au réenchantement du monde.

    Après des études de philosophie à l'Ecole normale supérieure, Yves Paccalet devient écrivain officiel des Aventures Cousteau. Avec le commandant, il signe une longue série d'ouvrages et collabore à deux encyclopédies de la mer. Une autre sorte d'écrits le projette dans une ambitieuse fresque de la vie depuis ses origines : La Terre et la Vie, La Mer et la Vie. Il publie L'Odeur du soleil dans l'herbe et devient chroniqueur humoriste et écologique de la revue Terre Sauvage, pour laquelle il parcourt les sentiers de la France.

  • Quel pied le premier ? Le droit ? Le gauche ? Surtout, ne pas trébucher...Garder son équilibre. Avancer. De temps en temps, courir, sauter, danser. Redevenir enfant ou jeune chien dans les fleurs.La marche est une métaphore de la vie. Rien ne semble plus simple, et rien n'est plus complexe. Marcher m'est un besoin et un bonheur. Je veux, dans ce livre, étudier une fonction essentielle de l'être humain, qui n'a guère été examinée jusqu'ici : la marche... Ce mouvement que maints beaux esprits méprisent ; que l'Homo sapiens a hérité de ses ancêtres mammifères, reptiles et amphibiens ; que nos aïeux simiesques ont exalté en le faisant passer de quatre à deux pieds, et que nous avons sublimé en danse classique ou en rock n'roll ; dont nous avons fait le sujet de dialogues de bistrot et de recherches savantes ; qui nous a donné le défilé de mannequins et le match de football ; et que nous avons parfois porté au sommet de la perfection artistique, littéraire ou philosophique.Yves Paccalet est né en Savoie. Normalien, écrivain amoureux de la nature, de la terre et de la mer, après avoir couru le monde, il continue ses balades pour le compte de Terre Sauvage et pour notre bonheur.

  • "Après ces années d'aventures, je ne suis sûr que d'une chose : je n'en aurai jamais assez. Je ne serai jamais saturé de vagues, de marées, de coquillages, de poissons et de baleines."
    À vingt ans, Albert Falco n'a rien : ni riche famille, ni brillante éducation. Rien, sauf une formidable passion pour la mer et des rêves d'évasion plein la tête...
    La réalité dépassera ses rêves d'enfant les plus fous. D'abord simple plongeur, puis chef de mission, enfin capitaine de la Calypso du commandant Cousteau, "Bébert" sillonne les océans, des Caraïbes à l'Alaska et des Seychelles à l'Antarctique. Nul n'a exploré autant d'épaves, accompli autant de plongées au royaume des murènes, des cachalots et des requins-baleines...
    /> Albert Falco rassemble ses souvenirs dans ce livre passionnant où l'on retrouve intact l'enthousiasme du jeune Marseillais.

empty