• à la poursuite du soleil Nouv.

    Après sa traversée de l'Atlantique en 1924 (Seul à travers l'Atlantique, TohuBohu éditions, novembre 2019), Alain Gerbault quitte New York pour le Pacifique et la Polynésie. Toujours à bord du Firecrest qu'il vient de remettre en état.

    À la Poursuite du Soleil est le premier des deux tomes de son journal de bord qui narrent son retour vers la France. Il y parvient cinq années plus tard, après avoir navigué autour du monde au gré de son humeur et de ses escales. Bermudes, Panama, Galapagos, Polynésie française (premier tome)...
    La suite de son journal de bord est relatée dans le second tome : Sur la Route du Retour (sortie prévue en octobre 2021).


    L'AUTEUR.

    Ingénieur des Ponts et Chaussées, joueur de tennis, pilote d'escadrille durant 1914-1918, Alain Gerbault est le premier navigateur à traverser l'Atlantique à la voile en solitaire d'Est en Ouest, il est le premier Français à achever un tour du monde en solitaire à la voile.

  • Alain Gerbault est le premier homme à traverser l'Atlantique d'est en ouest, à la voile et en solitaire.

    Au-delà de la performance, ce texte est aussi le récit du voyage initiatique d'un homme qui devient marin.
    Dans ce carnet de bord, il nous raconte le combat constant contre les éléments à bord du Firecrest - un petit voilier peu préparé à affronter cent jours de mers - mais aussi ses questionnements philosophiques sur le monde.

  • Journal de bord

    Alain Gerbault

    • Claae
    • 23 Février 2018

    A la poursuite de la liberté
    Après une première traversée de l'Atlantique en solitaire en 1923, attiré par le Pacifique et la Polynésie, Alain Gerbault quitte New York en 1924. Il rentre en France en 1929 après avoir navigué autour du monde au gré de son humeur et de ses escales avec le Firecrest : Bermudes, Panama, Galápagos, Gambier, Marquises, Tahiti, Wallis, Fidji, Nouvelle-Guinée, Maurice, Cap-Vert, et bien d'autres, et c'est ce qu'il nous raconte dans cet ouvrage préfacé par Jean- Baptiste Charcot.
    Ce navigateur solitaire est un artiste et un poète sans être un rêveur ; il tire bénéfice pratiquement de ce qu'il voit et ressent - la navigation est d'ailleurs un art, la mer une poésie sans limites. Il sait tout ce que les bons matelots du temps de la voile doivent savoir, il possède à fond le bagage d'un navigateur avisé. Comment a-t-il acquis ces connaissances ? Je l'ignore, mais je sais qu'il a travaillé et travaille toujours, et dans sa volonté de renverser les obstacles, il a improvisé ce que les livres n'ont pu lui donner. Il a apprivoisé et dressé son bateau, ils ne font plus qu'un, et après tout ne sont jamais seuls, car ils ont asservi la mer. - Jean-Baptiste Charcot -
    Laissant derrière lui un destin d'ingénieur tout tracé, Alain Gerbault voyage et nous fait voyager avec lui.
    EXTRAIT
    Après deux mois d'un travail incessant, le Firecrest est prêt et le départ proche. J'ai confiance, car il est maintenant en bonne condition. Le mât neuf est en pin d'Oregon, d'une longueur totale de quatorze mètres. Un nouveau beaupré, en pin d'Oregon lui aussi, remplace celui qui fut brisé dans un ouragan. Le gréement dormant en fil d'acier galvanisé peut supporter un effort de dix tonnes sans se rompre.
    Les voiles sont neuves et cousues d'une manière spéciale. Un nouveau réservoir d'eau claire de deux cents litres conservera l'eau, mieux que les barils de chêne. La sous-barbe de beaupré et le rouleau pour le gui, qui s'étaient brisés pendant ma traversée, sont remplacés par une sous-barbe de bronze et un rouleau en fer galvanisé beaucoup plus solide. La nouvelle grand-voile triangulaire et le gui creux rendront la manoeuvre beaucoup plus aisée.
    Le Firecrest est prêt et le départ est proche. Depuis plus d'un an, je suis à terre. Toutes les difficultés ont été surmontées et je vais bientôt pouvoir repartir.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    L'auteur Alain Gerbault (1893 - 1941) est né dans une famille d'industriels installée à Laval. Il se fait remarquer par son goût pour la compétition et le sport. Il deviendra un excellent joueur de tennis classé. Durant la Première Guerre mondiale, il abandonne ses études d'ingénieur pour s'engager dans l'aviation. En 1921, il décide de changer de vie et achète un voilier en Angleterre : le Firecrest. Après plusieurs navigations en Méditerranée, il part seul traverser l'Atlantique d'est en ouest en 1923. C'est un succès aux USA. Il part en 1924 pour la Polynésie et rentrera une dernière fois en France en 1929. Il disparaît dans l'île de Timor en 1941 après avoir tenté à de multiples reprises d'échapper à la Seconde Guerre mondiale.

  • Gerbault n'était pas le premier, mais son exploit, en 1923, eut un retentissement considérable. Ancien joueur de tennis, Alain Gerbault accomplit un exploit en affrontant la mer. Seul à travers l'Atlantique est un Témoignage du navigateur sur sa traversée de l'Atlantique en solitaire.

  • L'Évangile du soleil

    Alain Gerbault

    • Claae
    • 23 Février 2018

    Récit d'un amoureux des mers !
    Lorsqu'on a vécu comme moi parmi les indigènes, qu'on a profité de leur générosité et de leur hospitalité, et qu'on est devenu leur ami, on a en retour, envers eux, certains devoirs auxquels je ne saurais sans lâcheté me soustraire.
    Ce livre est nécessaire, car je suis obligé de me servir de ma seule réelle influence pour attirer l'attention du public et du gouvernement, pas toujours très bien renseignés sur ce qui se passe dans nos possessions lointaines. [...]
    Ce ne sont ni les opinions d'un philosophe ni celles d'un rêveur, mais d'un voyageur qui a vécu et étudié sur place tous ces problèmes. Il me plaît que lorsque ces notes paraîtront, je sois de nouveau reparti seul au péril de la mer, car j'espère qu'on comprendra que je ne recherche ni les dignités ni les honneurs, et que désirant n'être qu'un marin et rien de plus, j'ai pour seule ambition celle de mériter le surnom de Kim, ami de tout le monde.
    Découvrez la collection Nautonier de La Découvrance : de courts récits de marins et gens de la mer...
    EXTRAIT
    Au port Saint-Georges des Bermudes, j'ai mouillé mes deux ancres après une rude et pénible traversée. Saint-Georges, l'ancienne capitale des îles, est une vieille ville pittoresque aux quais déserts. Elle est aussi calme que New York peut être agité, et ce contraste est pour moi d'une nouveauté charmante. Découvrir à chaque escale des îles toujours différentes par leurs aspects et leurs coutumes, c'est en vérité un des grands charmes de la navigation au long cours.
    Les murs et les toits des maisons sont blanchis à la chaux. C'est le milieu du jour et tout semble dormir. Seuls, sur la place, en face de l'îlot, le long duquel s'est amarré le Firecrest, des enfants s'amusent, et de temps en temps leurs sonores éclats de rire viennent troubler le silence, car les enfants des hommes de couleur rient plus bruyamment que les enfants des Blancs, plusieurs siècles de civilisation ne leur ayant pas appris à dissimuler leurs sentiments sous la contrainte du sourire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    L'auteur Alain Gerbault (1893 - 1941) est né dans une famille d'industriels installée à Laval. Il se fait remarquer par son goût pour la compétition et le sport et deviendra un excellent joueur de tennis classé. Durant la Première Guerre mondiale, il abandonne ses études d'ingénieur pour s'engager dans l'aviation. En 1921, il décide de changer de vie et achète un voilier en Angleterre : le Firecrest. Après plusieurs navigations en Méditerranée, il part seul traverser l'Atlantique d'est en ouest en 1923. C'est un succès aux USA. Il part en 1924 pour la Polynésie et rentrera une dernière fois en France en 1929. Il disparaît dans l'île de Timor en 1941 après avoir tenté à de multiples reprises d'échapper à la Seconde Guerre mondiale.

empty