Plon

  • Harry et Franz

    Alexandre Najjar

    • Plon
    • 30 Août 2018



    Harry et Franz ou la rencontre de deux fraternités.

    "- Dans notre travail, monsieur l'abbé, nous nous appuyons tout d'abord sur la rumeur, en partant du principe qu'il n'y a pas de fumée sans feu, puis nous l'étayons par des éléments de preuve réunis par nos soins.
    - Et que dit la rumeur dans le cas de Baur ?
    - Harry Baur a interprété des rôles de juifs dans plusieurs films, ce qui n'est pas anodin."

    Harry et Franz est le roman d'une rencontre inattendue entre l'un des plus grands acteurs français de l'entre-deux-guerres, Harry Baur, incarcéré et torturé par les nazis, et un aumônier allemand, l'abbé Franz Stock, qui assistait avec abnégation les prisonniers français.
    /> Deux êtres d'exception, à la fois opposés et complices. Un hymne à la paix et à la fraternité à une époque où l'extrémisme, l'obscurantisme et l'arbitraire tenaient lieu de droit.

  • Alexandre Najjar fait voyager le lecteur dans l'espace et le temps et lui permet de découvrir un pays méditerranéen très attachant qui, malgré ses contradictions, a toujours été un symbole de liberté dans le monde arabe.
    " Au fil des siècles, le Liban a accueilli sur son sol plusieurs civilisations qui lui ont légué des vestiges archéologiques de première importance comme les temples de Baalbek, la citadelle de Byblos ou l'hippodrome de Tyr. J'ai voulu, à travers cet abécédaire, raconter ce qui constitue l'âme du Liban, loin de la politique et des querelles intestines, mettre en exergue son histoire, depuis les Phéniciens jusqu'à nos jours, décrire ses sites connus et méconnus, évoquer les personnalités qui l'ont visité et aimé, d'Alphonse de Lamartine à Ernest Renan, sans occulter les difficultés qu'il rencontre et ses contradictions. Kalil Gibran a écrit un jour : " Si le Liban n'était pas mon pays, je l'aurais choisi pour patrie. " Cette formule, je voudrais que chacun, en re fermant ce livre, puisse la faire sien ne. " A.N.
    Né à Beyrouth en 1967, Alexandre Najjar est l'auteur de trente livres traduits dans une dizaine de langues, dont Kadicha et Le Roman de Beyrouth (Plon, 2011 et 2005). Figure importante de la culture au Liban, responsable du supplément de L'Orient Littéraire, il a obtenu plusieurs prix, dont la bourse de l'écrivain de la Fondation Lagardère, le prix Méditerranée et le prix Hervé Deluen de l'Académie française pour son action en faveur de la francophonie.

  • Kadicha

    Alexandre Najjar

    Banquier à Beyrouth, Sami Rahmé décide, sur un coup de tête, de tout quitter pour aller vivre à proximité de la Kadicha, la vallée sainte, l´un des hauts lieux spirituels de la chrétienté en Orient. Quand son ancienne amie française, Florence, reporter à Libération, quitte en catastrophe la Syrie en révolte pour échouer au Liban, il trouve l´occasion de renouer avec elle et de l´initier à la vie paisible qu´il a choisi de mener. Ensemble, guidés par Kennedy, un aventurier érudit, ils explorent cette vallée et découvrent les personnages pittoresques qui y ont vécu : Sarkis Rizzi, qui se ruina pour installer une imprimerie au monastère de Kozhaya ; le patriarche Louqa qui, réfugié dans une grotte, résista longtemps aux mamelouks ; Marina, qui se déguisa en homme pour entrer au couvent ; François de Chasteuil, qui abandonna sa famille à Aix pour devenir ermite au Mont-Liban ; lepoète Gibran, qui puisa son inspirationdans cet univers merveilleux...Un beau roman où découverte, histoire, aventure, spiritualité et passion se mêlent dans un voyage initiatique, dans l´espace et le temps, sur les traces des chrétiens d´Orient.Né en 1967 au Liban, Alexandre Najjar est l´auteur de romans (Le Roman de Beyrouth, Phénicia, Berlin 36, chez Plon), de récits (L´Ecole de la guerre, Le Silence du ténor) et de biographies (Gibran, Le Censeur de Baudelaire) traduits dans une douzaine de langues. Avocat, responsable deL´Orient littéraire, il a obtenu la bourse de la Fondation Hachette 1990, le prix Méditerranée 2009 et le prix Hervé Deluen décerné par l´Académie française pour son action en faveur de la francophonie.

  • Phénicia

    Alexandre Najjar

    L'épopée foisonnante des Phéniciens, peuple de navigateurs et de commerçants mais aussi inventeurs de l'alphabet.0500 A travers les récits croisés de l´assiégeant et de l´assiégé, Alexandre Najjar nous propose une double perspec­tive du siège de Tyr, en même temps qu´une métaphore du Liban, pays meurtri avide de liberté.

    0300 A travers les récits croisés de l´assiégeant et de l´assiégé, Alexandre Najjar nous propose une double perspec­tive du siège de Tyr, en même temps qu´une métaphore du Liban, pays meurtri avide de liberté.

    Http://www.najjar.org http://www.phenicia.info0300 A travers les récits croisés de l´assiégeant et de l´assiégé, Alexandre Najjar nous propose une double perspec­tive du siège de Tyr, en même temps qu´une métaphore du Liban, pays meurtri avide de liberté.

    /> Http://www.najjar.org http://www.phenicia.info

  • Berlin 36

    Alexandre Najjar

    Dans un roman tumultueux, Alexandre Najjar met habilement en scène ces personnages et nous raconte en trois temps les Jeux olympiques de Berlin défigurés par la propagande nazie.0300 Dans un roman foisonnant, Alexandre Najjar met habilement en scène ces personnages, réels pour la plupart, fictifs pour quelques-uns, afin de nous raconter, comme une valse à trois temps, les jeux Olympiques de Berlin.0300 Dans un roman foisonnant, Alexandre Najjar met habilement en scène ces personnages, réels pour la plupart, fictifs pour quelques-uns, afin de nous raconter, comme une valse à trois temps, les jeux Olympiques de Berlin.

  • Le syndrome de beyrouth Nouv.

    Le syndrome de beyrouth

    Alexandre Najjar

    • Plon
    • 2 Septembre 2021

    Un livre foisonnant, dans la même veine que Le Roman de Beyrouth, où se mêlent habilement fiction et réalité, aventures et réflexions, héros imaginaires et personnages célèbres, pour nous dévoiler l'âme d'une femme et celle d'une ville sans cesse malmenée, mais toujours debout. " Je n'ai pas fui, je me suis sauvée. " Confinée dans un hôtel à Saint-Malo, Selena Mitri, rescapée de l'explosion du port de Beyrouth, rassemble ses souvenirs, depuis son départ de Paris en l'an 2000, à l'orée d'un nouveau siècle, pour intégrer l'équipe du journal An-Nahar au Liban, jusqu'à cette tragédie du 4 août 2020. Durant cet intervalle de vingt ans, les péripéties se sont succédé : bien des événements ont secoué le pays du cèdre, et sa vie amoureuse a connu de multiples rebondissements. Avec lucidité et franchise, elle se confesse et vide son sac.
    A propos du
    Roman de Beyrouth :
    " C'est LE grand livre d'une ville et d'un pays. "
    Le Point, Marine de Tilly
    " Avec brio, Alexandre Najjar mêle personnages célèbres et imaginaires. Sous sa plume, "l'Orient compliqué" et ce pays qui nous est si proche s'incarnent puissamment. "
    Le Figaro Magazine, Christian Authier
    " Un roman foisonnant, une fresque émouvante qui ressuscite une ville. " Edmonde Charles-Roux de l'Académie Goncourt,
    Corse-Matin" Il y a dans ce livre ce qu'il faut de péripéties, d'histoires d'amour - et de guerres -, de rebondissements pour maintenir le suspense. Un roman-vérité. " Josyane Savigneau, L
    e Monde des livresRentrée littéraire Plon 2021.

  • 2020. Le coronavirus sème la mort, paralyse la planète tout entière et met l'économie mondiale à genoux...
    Bouleversé par cette catastrophe, Gaudens, écrivain confiné, se téléporte en Chine, au Japon, en France, au Liban, en Italie, en Iran, en Espagne et aux États-Unis pour nous restituer des scènes de la tragédie vécue dans ces huit pays.
    Tour à tour lanceur d'alerte chinois opposé aux mensonges des autorités, passager britannique prisonnier d'un navire de luxe, enseignante parisienne bouleversée par la contamination de sa mère, étudiant en cinéma enfermé à Milan, jésuite libanais révolutionnaire, médecin iranien confronté à un cas de conscience, médecin-éditeur engagé et créatif à Madrid ou encore journaliste américain féru de théories complotistes, Gaudens nous offre un panorama mondial du premier acte de cette pandémie, avec gravité ou dérision, dans ce qu'il dévoile de l'homme, de nos sociétés et de nos dirigeants.

empty