• En 1943, Ernie Levy est au seuil du camp de concentration de Drancy. Il est le dernier maillon d'une très longue lignée de Justes, commencée au douzième siècle. Et si, finalement, la mort ne pouvait rien contre celui qui parvint toujours à transmettre l'étincelle de vie ?
    Le dernier des Justes est un roman d'une rare intensité sur l'histoire et le destin du peuple juif.

  • Elle n'est ni noire ni blanche. Solitude, la fille multresse d'une Africaine arrache son village par des trafiquants d'esclaves, est condamne servir les Blancs. Mais dans ses veines brle le feu de la rvolte. Aux cts de Mamouni et des troupes noires caches dans les forts de la Soufrire, elle lutte pour la libert. Un vibrant hommage une femme de lgende de l'histoire des Antilles. Andr Schwarz-Bart (1928-2006) entre en rsistance en 1943 aprs la dportation de sa famille. Il est l'auteur du Dernier des justes (prix Goncourt 1959) et d'Un plat de porc aux bananes vertes, cocrit avec son pouse Simone Schwarz-Bart, qui constitue le prlude de La Multresse Solitude.

    1 autre édition :

  • More information to be announced soon on this forthcoming title from Penguin USA

  • Vieille femme noire abandonne dans un hospice parisien, Mariotte, se souvient de la Martinique, son le natale. Sur les murs sinistres de sa chambre, elle projette les couleurs du pass. Rouge et noir pour l'esclavage, les larmes et le sang. Vert et jaune pour ses amis disparus, les rires et la vie, pour la douceur amre et tendre d'un plat de porc aux bananes vertes. Andr Schwarz-Bart (1928-2006) entre dans la Rsistance en 1943. En 1959, il obtient le prix Goncourt pour son roman Le Dernier des justes. Son pouse, Simone Schwarz-Bart, d'origine guadeloupenne, est l'auteur de Pluie et vent sur Tlume Miracle, Grand Prix des lectrices de Elle 1973. Ensemble, ils ont crit Un plat de porc aux bananes vertes. On mord dans cette langue souple et brillante, et dont l'auteur semble humecter chaque phrase. Le Nouvel Observateur

  • Paris, années 50. Marie travaille en France dans une maison de retraite. D'origine antillaise, elle s'est liée d'amitié avec Jeanne, une dame âgée dont elle s'occupe avec douceur et humanité et qui lui raconte sa vie. Avant de mourir, sa vieille amie l'incite à écrire sa propre histoire.

    Fidèle à sa promesse, Marie entreprend alors le récit de son existence. Et le roman s'ouvre sur le grand large. Née à l'aube du XXe siècle, la jeune Mariotte quitte la Martinique après l'éruption de la montagne Pelée qui a détruit la ville de Saint-Pierre, en 1902. Son errance la conduit d'abord en Guyane, où elle s'éprend, dans des conditions rocambolesques, d'un ancien bagnard reconverti dans l'orpaillage et sur le point de quitter le pays. Il entraînera Mariotte avec lui, à New York, puis en Colombie, jusqu'à Bogotá, où il l'abandonnera. Livrée à elle-même, la jeune femme puisera dans sa vitalité faite de colère, de courage et de joie de vivre pour dire adieu à Bogota, se tourner vers un autre homme, et un autre continent.

    Rappelant l'oeuvre et les personnages de García Márquez, ce personnage qui arpente le monde et le temps ressemble aussi à André Schwarz-Bart : mêlé au monde et toujours en décalage, présent et en même temps ailleurs, étranger.

    Simone Schwarz-Bart a publié, seule ou avec son mari André, des romans et du théâtre. Depuis la disparition d'André Schwarz-Bart, en 2006, elle a repris et achevé le cycle des romans antillais commencé à quatre mains avec Un plat de porc aux bananes vertes (Seuil, 1964) : L'Ancêtre en Solitude (Seuil, 2015) et aujourd'hui Adieu Bogota.

  • À la Guadeloupe, trois générations de femmes se succèdent depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'aux premières années du XXe siècle. La première, Marie, a été achetée bébé par la veuve d'un planteur. Plus tard, un pauvre blanc la « met en case ». Il finira par l'épouser. Sa fille, Hortensia, est comme sa mère, une étrange petite fille, tentée par la révolte mais prisonnière de sa condition. L'esclavage a été aboli mais rien n'a vraiment changé. Puis vient Mariotte. Un homme qui est peut-être son père, lui raconte l'histoire de son aïeule, la mythique Femme Solitude. Elle entend aussi parler de négresses qui savent lire et écrire. Mais apprendre les « petites lettres » n'est-ce pas risquer de devenir folle ?Le réalisme du quotidien est enchanté par l'imagination des trois héroïnes hantées par les sortilèges. La vie est dure. Mais c'est la joie ou du moins l'élan à vivre et à rire qui l'emporte toujours. L'Ancêtre en Solitude s'inscrit dans la lignée des grands romans guadeloupéens écrits à quatre mains par Simone et André Schwarz-Bart : Un plat de porc aux bananes vertes (1967) et La Mulâtresse Solitude (1972). André Schwarz-Bart a obtenu en 1959 le prix Goncourt pour Le Dernier des Justes.

  • The story begins in the year 3000, in the aftermath of a nuclear war that has decimated our world. The Earth has died but a few orphaned children who have escaped the cataclysm find their way to the stars and immortality. The woman Linemarie belongs to the first generation of these transcendent citizens of the future, and she returns to Earth to study and explore her ancestral heritage. Blending history, religion, mysticism, and folklore with the author's personal connection to the past, in particular to the Holocaust, The Morning Star is both a vitally engrossing tale and a powerful recognition of the dark forces of history.

empty