BnF collection ebooks

  • BnF collection ebooks - "Je reviens à vous, chers lecteurs, puisque vous voulûtes bien m'écouter avec autant d'indulgence la première fois que je m'avisai de vous entretenir. Mais malgré l'espèce d'engagement que j'avais pris avec moi-même de vous donner les suites de mes Fredaines, ce sera pas cependant de moi que je parlerai. Trouvez bon de ne me plus voir sur la scène qu'en qualité d'accessoire : Monrose ( dont vous vous souvenez sans doute ) va maintenant y jouer le rôle principal."

  • BnF collection ebooks - "Un valet d'auberge, chargé de jeter dans la boîte la première de ces lettres, et supposant, d'après le volume, qu'elle pouvait contenir quelque chose de mystérieux, la porta chez un jeune homme attaché, en sous ordre, à l'un des bureaux ministériels, et qui logeait dans l'hôtel. Ce commis, abusant de la circonstance, ouvrit le parquet ; mais au lieu de secrets d'État il n'y trouva que des folies, qu'il transcrivit pour son amusement."

  • BnF collection ebooks - "Le Diable au corps est un tableau des moeurs parisiennes un peu avant la Révolution et ce tableau, Nerciat l'a complété par un autre : les Aphrodites, qui a lieu une quinzaine d'année plus tard, pendant les premières convulsions révolutionnaires. C'est sans aucun doute à propos du Diable au corps et les Aphrodites que Baudelaire écrivit cette note qu'il avait l'intention de développer « La Révolution a été faite par des voluptueux»."

  • BnF collection ebooks - "Cet ouvrage est brodé par Nerciat sur les aventures probables des membres d'une société secrète d'Amour qui exista réellement. La lettre connue adressée à M. de Schonen par le marquis de Château-Giron donne un détail précis sur cette compagnie. Cette lettre accompagnait l'envoi d'un exemplaire de l'Alcibiade fanciullo de Ferrante Pallavicini : « J'y joins, disait le marquis de Château-Giron, les Aphrodites dont je vous ai parlé...»"

empty