• Sophie trouve, dans l'entretoit de sa maison tricentenaire de Neuville, au Québec, un manuscrit qui y a été déposé en 1674 par son lointain ancêtre, l'architecte et constructeur naval Guillaume Bertrand. Signé Bénédicte, ce document relate les événements majeurs qui ont contribué à la formation de la pensée et de l'oeuvre d'une philosophe née à Amsterdam au XVIIe siècle et qui a vécu de sa naissance à sa mort dissimulée sous des habits d'homme. Qui était cette Bénédicte? Comment son manuscrit s'est-il retrouvé entre les mains de Guillaume Bertrand? Et y a-t-il moyen pour Sophie d'authentifier sa découverte? Au bout d'une année d'enquête menée avec son ami Balthazar, et après bien des péripéties, Sophie découvrira, à sa grande surprise, l'identité de cette Bénédicte dont elle se sent si proche.

  • Fleur Després, cette " terrible vivante " dirait Louky Bersianik, serait-elle l'alter égo d'Andrée Ferretti ? La manière d'exister, de penser, d'aimer et de s'engager de la célèbre reporter-photographe dont la vie et l'oeuvre traversent le XXe siècle, pourrait nous le faire croire, mais sera démentie par des événements qui nous forcent à en douter. Comme dans son Bénédicte sous enquête , Andrée Ferretti invente ici un scénario apte à déjouer habilement tous les détectives, amateurs de littérature, qui s'emploient à démêler le vrai du faux. Demeure le classicisme du style. Indéniablement celui d'Andrée Ferretti.

  • À une époque où triomphe l'argent, où le bruit parasite trop souvent la parole intelligente, où s'installe une incompréhension de plus en plus grande envers le politique, où l'éloge de la banalité ne cesse de fracasser des sommets d'audience alors que s'opèrent un désenchantement du monde ainsi qu'un lent glissement vers le confort et l'indifférence, Andrée Ferretti, l'humaniste, met en garde l'humanité contre ses pulsions de domination et de destruction. À l'heure où la mondialisation s'efforce de tuer en chacun de nous le sujet politique pour le remplacer par un vulgaire consommateur acculturé et désincarné, l'intellectuelle indépendantiste insiste sur la nécessité de se réapproprier notre espace politique pour y forger notre destin national.

    Pour elle, l'enjeu est clair dès le départ: être libre et le devenir politiquement. Cette liberté, elle l'a cherchée en dehors d'elle-même, dans la prise de conscience de la dignité humaine. Cette liberté, elle la veut pour elle et pour les siens.

    Extrait de la préface de Djemila Benhabib

  • Voici un essai qui se lit comme un roman, un récit captivant. Celui d'une vie de militantisme, d'un parcours sans relâche et sans détour vers l'indépendance politique du Québec et la liberté nationale du peuple québécois.

    À travers les actions et les analyses de l'écrivaine Andrée Ferretti, cet ouvrage nous permet de partager les avancées et les tribulations contemporaines de la lutte séculaire du peuple du Québec pour maîtriser son destin. Et cette histoire est revisitée par une militante «pure et dure» des soixante dernières années du mouvement indépendantiste.

    Des points de vue inattendus, des critiques sévères, mais surtout, d'un bout à l'autre, de l'amour et de la tendresse pour le peuple québécois et pour celles et ceux qui en défendent avec intelligence et générosité le désir de liberté. Une page d'histoire qui appelle les jeunes Québécois à réaliser le rêve des jeunesses de tous lieux et de tout temps: révolutionner le monde.

  • Cette nouvelle édition des Cahiers de lecture met à l'honneur les grands thèmes qui ont fait les manchettes en 2012. Tout d'abord, « Le Nord, les mines » recense quatre parutions sur le thème de l'histoire minière au Québec dont Le défi des ressources minières par Normand Mousseau, « une synthèse incontournable » selon Robert Laplante. Intitulé « Printemps au carré », le deuxième thème principal de la revue fait place aux ouvrages écrits dans la foulée des soulèvements étudiants et populaires qui ont marqué 2012 avec des parutions telles que Carré rouge du photographe Jacques Nadeau et Les dessous du printemps étudiant de Gérard Beaudet. Puis, un troisième thème souligne la publication de deux essais en 2012 sur l'histoire de la mafia au Québec, l'une irlandaise (La mafia irlandaise de Montréal par D'Arcy O'Connor) et l'autre sicilienne (Mafia inc. par André Cédilot et André Noël).

  • L'édition estivale des Cahiers de lecture recense de nombreux ouvrages de référence dont La modernité au Québec, tome 2, d'Yvan Lamonde, Quinze classiques de la littérature québécoise, de Sylvain Campeau et Patrick Moreau et Curieuses histoires de plantes du Canada, tome 2 d'Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu. Le professeur Jacques Cardinal, auteur de plusieurs études sur des écrivains québécois, est interviewé ici à l'occasion de la publication de son essai sur le Saint-Élias de Jacques Ferron. Ce numéro fait aussi une place à des livres traitant de l'influence des baby-boomers sur la société, dont notamment Les boomers sont-ils coupables? de Gaétan Bélanger, de parcours migratoires comme le récit d'Akos Verboczy, Rhapsodie québécoise. Itinéraire d'un enfant de la Loi 101 et des questions d'islamisme comme le cri du coeur de Djemila Benhabib, Après Charlie. Laïques de tous les pays, mobilisez-vous!

empty