Saga Egmont

  • ´Non loin de chez vous, et notamment au village de Pestrovo, se passent des évènements fâcheux que je me fais un devoir de porter à votre connaissance. Tous les paysans de ce village avaient vendu leurs isbas et tout ce qu`ils possédaient pour émigrer dans le gouvernement de Tomsk ; mais ils sont revenus avant d`arriver à destination. Ici, cela va de soi, ils n`ont plus rien ; tout appartient aux autres, et ils se sont installés à trois et quatre familles par isba, en sorte que, dans chacune, il n`y a pas moins de quinze personnes des deux sexes, sans compter les enfants. Au total, ils n`ont rien à manger ; c`est la famine, une épidémie générale de typhus de l`épuisement ou du typhus exanthématique, et, littéralement, tous sont malades.`



    ´Ma femme` est une nouvelle dAnton Tchekhov publiée pour la première fois dans la revue Le Messager du Nord. Le retraité Pavel vit dans sa maison avec sa femme, Natalia, lui vivant à létage, elle au rez-de-chaussée. Ils ne se parlent pas, ou seulement quand ils se croisent dans le vestibule. Vingt ans décart et des caractères opposés font quelle le déteste et lui est indifférent. Cependant, une mauvaise récolte afflige la Russie, et Natalia organise tout pour venir en aide aux paysans. Pavel se mêle à la cause, au grand désespoir de sa femme.

  • ´Mon bon monsieur, ayez la bonté daccorder votre attention à un malheureux affamé! Trois jours que je nai pas mangé! Pas un sou pour lasile de nuit!`



    Le Mendiant est une nouvelle dAnton Tchekhov publiée pour la première fois en 1887 dans Le Journal de Pétersbourg. Il relate lhistoire de Skvortsov, qui est un jour accosté par le mendiant Louchkov. Il décide de lui donner quelques pièces, si ce dernier coupe du bois pour lui. Les années passent et Skvortsov voit Louchkov assis en face de lui au théâtre. Surpis par un tel changement de statut, il va à sa rencontre, et apprend que cette bonne fortune nest pas due à Skovtsov, comme celui-ci le croyait, mais plutôt à sa cuisinière. Cest en effet elle qui coupa le bois, et ce faisait, le pointa dans la bonne direction.

  • ´On enterrait un beau matin l`assesseur de collège Kirille Ivanovitch Vavilonov, mort de deux maladies fort répandues en notre pays : une méchante femme et l`alcoolisme.`



    ´LOrateur` est une nouvelle humoristique dAnton Tchekhov publiée pour la première fois en 1886 dans la revue Les Éclats. Cest lenterrement de Vavilonov, et en dernière minute, on demande à Zapoïkine de tenir un discours. Il arrive et se lance, mais rapidement on se demande pourquoi il fait l`éloge de Prokofi au lieu de Vavilonov. Pourquoi dit-il qu`il était célibataire, alors que sa veuve est présente ? Pourquoi insinue-t-il qu`il était rasé, alors qu`il avait une grande barbe rousse ?

  • "Nulle part ailleurs André n'avait vu des roses, des lis, des camélias aussi merveilleux, ni des tulipes aussi diverses de couleurs, depuis les blanches comme du lait jusqu'aux noires comme du charbon ; jamais il n'eût imaginé une telle opulence florale. Le printemps commençait à peine, et les vrais trésors du jardin étaient encore abrités dans les serres chaudes ; mais les plantes qu'on voyait fleurir le long des allées et dans les plates-bandes suffisaient pour transporter le promeneur dans un royaume de couleurs tendres, surtout aux heures matinales où chaque pétale étincelle de rosée."

    Kovrine est un intellectuel brillant, mais il est surmené et proche de la crise de nerf. Il décide alors d'aller passer quelques temps à la campagne, chez des amis de jeunesse. Leur résidence est entourée d'un magnifique jardin, pour lequel il se passionne, mais très vite, il commence à voir un moine noir... "Le Moine noir" est une nouvelle fantastique d'Anton Tchekhov qui fut publiée pour la première fois en 1894 dans la revue L'Artiste.

  • "Nulle part ailleurs André n'avait vu des roses, des lis, des camélias aussi merveilleux, ni des tulipes aussi diverses de couleurs, depuis les blanches comme du lait jusqu'aux noires comme du charbon ; jamais il n'eût imaginé une telle opulence florale. Le printemps commençait à peine, et les vrais trésors du jardin étaient encore abrités dans les serres chaudes ; mais les plantes qu'on voyait fleurir le long des allées et dans les plates-bandes suffisaient pour transporter le promeneur dans un royaume de couleurs tendres, surtout aux heures matinales où chaque pétale étincelle de rosée."

    Kovrine est un intellectuel brillant, mais il est surmené et proche de la crise de nerf. Il décide alors d'aller passer quelques temps à la campagne, chez des amis de jeunesse. Leur résidence est entourée d'un magnifique jardin, pour lequel il se passionne, mais très vite, il commence à voir un moine noir... "Le Moine noir" est une nouvelle fantastique d'Anton Tchekhov qui fut publiée pour la première fois en 1894 dans la revue L'Artiste.

  • « Par un beau matin de printemps, nous étions assis dans des fauteuils d'aïeux, le propriétaire Dokoukine, capitaine de cavalerie en retraite et moi, qui passais quelques semaines chez lui; et nous regardions paresseusement par la fenêtre. L'ennui était effroyable. »
    Publié pour la première fois en 1885 dans Le Journal de Pétersbourg, « La Dernière des Mohicanes » racontes l'histoire du capitaine Dokoukine, dont l'heureuse tranquillité est troublée par l'arrivée de sa soeur Irène et son mari, Mr Khlykine, qu'elle tyrannise.

empty